Favelas du Brésil : ce qu’il faut savoir

Photo of author

La plupart des Brésiliens de la classe moyenne ou supérieure vous déconseillent de visiter les favelas. Ils sont trop dangereux, ils vous le diront. C’est trop risqué. Alors la question suivra inévitablement : pourquoi voudriez-vous aller à un de toute façon ?

Le tourisme des bidonvilles est un sujet délicat. Visiter les quartiers juste pour observer les résidents s’apparente à visiter un zoo humain. Cela ne devrait pas être fait.

Obtenez des informations locales sur les destinations du monde entier grâce à notre newsletter hebdomadaire envoyée dans votre boîte de réception.

Visiter une communauté pour mieux comprendre la vie des gens qui y vivent, ou pour interagir et échanger avec eux, pour célébrer leur culture unique et soutenir économiquement des entreprises locales ou des projets sociaux – c’est le genre d’impact positif que le tourisme est censé avoir sur le monde.

Peut-être que visiter une favela au Brésil n’est pas une si mauvaise idée après tout. Voici quelques choses que vous devez savoir si vous décidez d’y aller.

Comprendre la culture

Le tourisme peut être un échange enrichissant qui valorise les cultures uniques issues de zones socialement marginalisées, mais la tendance à se concentrer sur les risques peut facilement diminuer l’importance de la contribution d’une région à la société.

Exemple : les favelas sont plus dangereuses que le reste de la ville, mais elles sont aussi des centres créatifs et culturels du pays, produisant le meilleur sambistasrappeurs et funkeirosainsi que les meilleurs artistes, athlètes et entrepreneurs.

Selon Micael Amarante, qui travaillait pour la ville de Rio dans le cadre du projet de pacification des favelas de l’UPP lors de son introduction, « de loin la culture la plus pertinente au Brésil aujourd’hui est la culture des favelas ». Mais cela ne veut pas dire que vivre dans une favela n’est que des arcs-en-ciel et des licornes. La créativité naît souvent de la nécessité, et il est vrai que la vie dans les favelas peut être assez difficile.

Vous êtes-vous déjà demandé ce que c’est que de vivre dans une favela ? Découvrez la célèbre autobiographie de Carolina Maria de Jesus, Quarto de Despejo – Diário de Uma Favelada, qui raconte en détail la vie quotidienne dans une favela de São Paulo. Bien que le livre (qui a été traduit en 13 langues) date des années 1950, le récit de Jésus sur les réalités de la vie dans les favelas est toujours très vrai aujourd’hui.

Conseil local : Une meilleure compréhension des aspects positifs et négatifs de la vie dans une favela enrichira votre visite et vous aidera à vous connecter avec les résidents locaux.

Trois jeunes femmes noires prenant un selfie à Duque de Caxias, Rio de Janeiro, Brésil,
Il est généralement acceptable de prendre des photos dans les favelas – tant que vous avez la permission © Karol Moraes / Shutterstock

Connaître les règles

Même avec les difficultés, les habitants des favelas – comme tous les Brésiliens – sont généralement chaleureux et accueillants. Cependant, il y a quelques règles que vous devez suivre si vous décidez de visiter.

Sachez où vous pouvez et ne pouvez pas aller

Déterminez quelles zones sont sûres. Certaines rues, par exemple, sont à éviter, car c’est là que se déroule le trafic d’êtres humains. Si on vous dit de rester à l’écart, rendez-vous service et restez à l’écart.

A lire :  Est-il trop tard pour acheter des billets pour les JO de Paris ?

Allez toujours avec quelqu’un qui sait

Il est facile de se retourner dans les rues labyrinthiques, alors assurez-vous d’arriver avec un guide, qu’il s’agisse d’un guide touristique local ou d’un ami qui travaille dans un projet social.

Si jamais vous vous perdez ou ne savez pas où aller, dites à un résident qui vous êtes, avec qui vous êtes et pourquoi vous êtes dans le quartier. Une fois que les habitants connaissent votre objectif, ils vous aideront à vous rendre où vous allez sans tracas.

Demandez avant de cliquer

Il est généralement acceptable de prendre des photos dans les favelas, mais évitez de prendre des clichés qui montrent le visage de quelqu’un à moins que vous n’ayez demandé – et reçu – la permission. Dans certaines favelas, les gangs qui les contrôlent ne veulent pas que des photos soient prises ; dans d’autres, les résidents peuvent être poursuivis par la police si même une discrétion mineure, comme fumer de l’herbe ou boire un mineur, est filmée.

Maintenant que nous connaissons les règles, voici une courte liste de façons de découvrir la culture des favelas au Brésil.

Vue aérienne de la montagne Two Brothers avec Vidigal sur le flanc et la plage en contrebas
Les blockhaus de Vidigal grimpent sur le flanc de l’emblématique montagne Dois Irmãos © Donatas Dabravolskas / Shutterstock

1. Vidigal et Chácara do Céu

Pris en sandwich entre les quartiers absurdement chers de Leblon et São Conrado à Rio de Janeiro se trouve la célèbre favela Vidigal et son petit frère Chácara do Céu. Leurs maisons en briques et en blocs de béton grimpent sur le flanc de l’emblématique montagne Dois Irmãos (Deux Frères), offrant une vue imprenable sur Ipanema, Leblon, Lagoa et les îles Cagarras.

Son emplacement privilégié a fait de Vidigal un aimant pour le tourisme, avec des bars, des lieux de fête, des restaurants et des auberges surgissant à flanc de colline. Des étrangers, dont David Beckham et Madonna, ont acheté une propriété, et un hôtel de luxe a même été construit en hauteur (oui, nous savons, il y a deux côtés à cet argument).

Certaines des principales attractions sont Alto Vidigal, un espace de fête situé au sommet de la colline avec une vue à couper le souffle ; son voisin Bar do Lage, un bar et restaurant avec la même vue spectaculaire ; le restaurant italo-sud-américain Flor do Céu à Chácara do Céu (uniquement sur réservation) ; la troupe de théâtre Nós do Morro (Nous de la Colline) ; Sitiê Parque Ecológico (Parc écologique Sitiê); et le sentier jusqu’au sommet de la montagne Dois Irmãos.

2. Morro da Mangueira

Les favelas de la Zone Nord de Rio sont certainement moins visitées et plus risquées que celles de la Zone Sud. Les vrais amateurs de samba devront cependant en ajouter un à leur itinéraire : Morro da Mangueira, siège de la première école de samba de Rio.

Les écoles de samba sont les organisations qui organisent le célèbre défilé du carnaval de Rio, et le GRES Estação Primeira de Mangueira, comme on l’appelle officiellement, est l’une des écoles de samba les plus célèbres qui existent. Le carnaval et la samba sont la pierre angulaire de nombreux Brésiliens.

A lire :  21 choses que seuls les habitants de Budapest savent (que vous devriez vraiment savoir aussi)

« [Visiting a samba school] n’est pas que des clichés du Carnaval – c’est une opportunité de découvrir notre culture, qui est une véritable œuvre d’art », a déclaré la guide touristique de Mangueira, Monica Bertazzolo, dans une interview avec Globo.

Si vous êtes au Brésil pendant la saison du carnaval, vous pouvez également faire des visites ou assister à des répétitions techniques à la Cidade de Samba (Ville de la samba), le complexe où les écoles de samba préparent leurs défilés.

Les maisons colorées de Morro da Babilônia dans le quartier de Copacabana à Rio de Janeiro
Morro da Babilônia est doté d’une vue sur l’océan et d’une randonnée dans la forêt tropicale © Bruno Martins Imagens / Shutterstock

3. Morro da Babilônia et Chapeu Mangueira

À l’extrémité de la plage de Copacabana, juste derrière le petit quartier résidentiel de Leme, se trouvent les favelas Morro da Babilônia et Chapéu Mangueira, deux communautés relativement sûres dotées de vues paisibles sur l’océan, de randonnées dans la forêt tropicale atlantique et de certains des meilleurs bars de la ville. .

L’itinéraire touristique comprend un arrêt à la mosaïque murale Babilonia de 140 m de long, une randonnée guidée le long du Circuito do Morro da Babilônia jusqu’à Pedra do Urubu (Vulture Rock), un verre au coucher du soleil sur la terrasse avec vue sur l’océan d’Estrelas da Babilonia (si vous n’hésitez pas à monter les escaliers pour y arriver) et enfin un arrêt au Bar do David, élu deux fois deuxième meilleur bar de la ville lors du concours Comida di Buteco.

4. Paraisopolis

Deuxième plus grande favela de São Paulo, Paraisópolis compte près de 100 000 habitants, dont Estevão Silva Conceição, connu sous le nom de Gaudi brésilien pour ses styles architecturaux uniques.

En 2019, la maison de Conceição faisait partie d’un projet appelé Circuito Paraisópolis das Artes – une visite artistique de Paraisópolis qui comprenait également le Ballet Paraisópolis, la Biblioteca BECEI (Bibliothèque BECEI) et la Casa de PET, une maison construite à partir de bouteilles PET en plastique vert par Sr Antenor, un autre artiste de la communauté.

Malheureusement, la pandémie de COVID-19 a mis fin au projet, mais des visites mettant en valeur les prouesses artistiques des habitants de Paraisópolis sont toujours organisées par des guides locaux et l’association communautaire.

Immersion culturelle

La culture favela n’existe pas seulement dans les favelas. Si vous voulez en savoir plus mais que les risques vous mettent mal à l’aise, rendez-vous à Lapa à Rio et assistez à un spectacle de funk carioca à la Fundição Progresso ou visitez une Roda de Samba traditionnelle (comme Pedra do Sal).

À São Paulo, arrêtez-vous au nouveau Museu de Favela pour une plongée profonde dans cette culture de rue épique qui fait battre le cœur du Brésil.

À lire également