Se déplacer au Ghana est facile grâce à nos conseils d’initiés

Photo of author

Le Ghana est célèbre pour ses plages et ses villes côtières, mais il est facile d’explorer le reste du pays, que vous dériviez le long du littoral doré ou que vous vous dirigiez vers l’intérieur des terres vers les parcs nationaux du nord.

Voyager à travers le pays en tant que visiteur peut être difficile car il y a tellement de règles tacites, mais avec les bonnes informations, vous serez bientôt sur la bonne voie.

Que vous choisissiez de vous déplacer en utilisant un service de covoiturage ou de parcourir les kilomètres en bus longue distance, voici ce que vous devez savoir pour vous déplacer au Ghana.

Obtenez plus d’inspiration de voyage, des conseils et des offres exclusives directement dans votre boîte de réception avec notre newsletter hebdomadaire.

Les bus publics sont l’épine dorsale du voyage au Ghana

Les bus publics gérés par la State Transport Corporation (STC) du Ghana sont un choix sûr et abordable pour les voyages à courte et longue distance à travers le pays, et ils sont confortables même pour les longs trajets. Le voyage de quatre heures d’Accra à Cape Coast coûte environ 85 C par trajet, donc se déplacer d’un endroit à l’autre ne grignotera pas beaucoup votre budget de voyage.

Vous pouvez acheter des billets en ligne pour certains trajets, mais la plupart des billets sont vendus à la gare routière. Arrivez tôt avant que les billets ne se vendent. Consultez le site Web de STC pour voir quels itinéraires fonctionnent et de quelles gares partent les bus (de nombreuses villes ont plusieurs gares routières, alors assurez-vous de vous diriger vers la bonne). Notez qu’il y a un supplément pour les bagages.

Les avions sont une bonne option si votre temps est limité

Africa World Airlines (AWA) et Passion Air opèrent des vols intérieurs au Ghana, avec des itinéraires partant d’Accra. Les deux compagnies aériennes ont plusieurs vols quotidiens vers Takoradi, Tamale et Kumasi, et Passion Air propose également des vols vers Wa, Ho et Sunyani. Bien que l’avion coûte plus cher que le bus et qu’il y ait également un coût environnemental à prendre en compte, voyager en avion est le moyen le plus rapide de voyager d’une région à l’autre, et c’est généralement un processus transparent, avec des vols opérés à l’aide de petits avions Embraer et Bombardier.

Familles appréciant le sable à la plage de Labadi à Accra
Il est facile de se déplacer le long de la côte ghanéenne remplie de plages en bus public © Max Milligan / AWL Images RM

Voyager en voiture est une option pour les conducteurs confiants

Conduire au Ghana n’est pas pour les timides, mais vous pouvez louer une voiture et conduire vous-même tant que vous avez un permis de conduire international en plus de votre permis de conduire. Il est également possible de louer une voiture avec chauffeur pour 100 à 150 € par jour plus le carburant. Les conditions routières au Ghana ne sont pas les meilleures, alors attendez-vous à des nids-de-poule, des revêtements routiers inachevés et beaucoup de bétail errant, d’animaux sauvages et de personnes sur les routes secondaires.

Les conducteurs locaux ignorent systématiquement les règles de la route quotidiennes, les camions et les bus empruntent plusieurs voies et la circulation est fortement encombrée dans la plupart des villes du Ghana. Vous pouvez donc trouver que louer une voiture est plus stressant que cela ne vaut la peine. Notez que la plupart des routes secondaires ne sont pas goudronnées; assurez-vous que l’assurance de tout véhicule que vous louez inclut une couverture pour la conduite sur des chemins de terre. Les principales sociétés de location internationales ont des bureaux à Accra.

Les tro-tros sont utiles pour des trajets rapides et bon marché au Ghana

Les tro-tros sont de petites fourgonnettes ou des bus et se trouvent dans la plupart des villes du Ghana. Ils fonctionnent comme des bus publics à arrêts multiples, s’arrêtant régulièrement en cours de route pour permettre aux passagers d’embarquer et de débarquer. Ces véhicules compacts sont souvent le moyen le moins cher de se déplacer dans les villes du Ghana, mais les tarifs varient en fonction de l’itinéraire – un trajet de 30 minutes coûtera environ 10 C.

A lire :  Les 7 meilleures excursions d'une journée au départ de Zurich

Les tro-tros sont généralement exploités par une équipe de deux personnes : un chauffeur et un chef d’orchestre, souvent appelé le « compagnon ». Pendant que le conducteur navigue, le compagnon criera le nom du prochain arrêt ou de la destination finale aux passagers potentiels au bord de la route.

Utiliser des tro-tros en tant que visiteur peut être délicat car il est difficile de dire où descendre si vous ne connaissez pas déjà la région, mais il est facile de repérer où les mini-fourgonnettes s’arrêtent pour prendre des passagers. Pour en signaler un, levez simplement votre bras avec votre index tendu pour indiquer que vous voulez monter et dites au compagnon votre destination souhaitée afin qu’il puisse vous faire savoir quand il est temps de descendre.

Emportez de petites factures sur vous – les tarifs sont bas et le compagnon peut ne pas avoir de monnaie pour les factures plus importantes. Gardez à l’esprit que les tro-tros s’arrêtent constamment, ce qui peut augmenter considérablement les temps de trajet. Ils sont également généralement bondés et rarement climatisés. Les collisions sont assez courantes et les ceintures de sécurité sont rares. Il est généralement préférable d’éviter les sièges à l’avant à côté du conducteur.

Personnes en attente de bus au marché principal d'Accra
Le système de circulation chaotique d’Accra pourrait prendre un peu de temps aux visiteurs pour s’y habituer © sanjeri / Getty Images

Les taxis sont une option coûteuse

Les taxis ordinaires sont le moyen le plus cher de se déplacer au Ghana. Ils ne sont pas équipés de compteurs, vous devrez donc négocier un tarif, et les chauffeurs facturent souvent des prix plus élevés aux touristes. Dites au chauffeur de taxi où vous voulez aller, il indiquera son prix et vous pourrez soit l’accepter, soit essayer de négocier un tarif inférieur.

Les taxis sont généralement sûrs à utiliser, mais de nombreuses personnes préfèrent utiliser Uber ou Bolt car l’application affiche une carte du trajet en cours et vous pouvez partager votre position en temps réel avec des contacts de confiance. C’est une bonne habitude de vérifier le tarif sur Uber ou Bolt comme point de référence pour savoir combien vous devriez payer pour un taxi ordinaire. Cependant, comme les chauffeurs de taxi fixent leurs propres tarifs, le tarif sera toujours plus élevé que pour un covoiturage.

Les covoiturages sont une option pratique pour les déplacements en centre-ville

Uber et Bolt sont les applications les plus couramment utilisées pour héler un covoiturage au Ghana, et les covoiturages sont généralement moins chers que les taxis ordinaires, bien que les tarifs puissent être élevés aux heures de pointe. Ces plates-formes sont généralement le moyen le plus efficace de se déplacer, notamment parce qu’elles permettent de trouver facilement un taxi à un prix fixe.

Téléchargez les deux applications pour comparer les prix et choisissez l’opérateur offrant le meilleur tarif pour ce trajet particulier car ils diffèrent souvent. Les chauffeurs Uber et Bolt préfèrent les espèces, alors assurez-vous d’avoir suffisamment de cedi pour payer votre trajet. Si vous essayez de payer avec une carte via l’application, vous remarquerez peut-être que votre trajet ne cesse d’être annulé car les conducteurs recherchent d’autres clients prêts à payer en espèces.

Uber est disponible à Accra et Kumasi, tandis que Bolt est disponible à Accra, Kumasi, Takoradi et Cape Coast. En plus des trajets locaux, les covoiturages peuvent être utilisés pour les trajets de ville en ville si le chauffeur accepte de vous emmener. Si la destination souhaitée est une ville où Uber et Bolt ne fonctionnent pas, le chauffeur peut vous demander de payer le double du montant officiel du tarif, car il ne pourra pas prendre de passager sur le chemin du retour.

A lire :  Cette région d'Espagne est l'une des plus sous-estimées d'Europe
Cape Coast vu du château des esclaves de Cape Coast au Ghana
Cape Coast est un port de pêche animé avec une histoire coloniale complexe © World Trek Photography / 500px

La marche est un bon moyen d’éviter le trafic en ville

Les villes du Ghana manquent souvent de trottoirs, mais il est assez facile de se déplacer à pied au bord de la route, et cela peut être plus rapide que de rester assis dans la circulation. Cependant, sachez que vous partagerez le bord de la route avec des foules de gens tout en évitant les voitures et en accélérant les motocyclistes. Tant que vous faites attention à la circulation, se promener en ville pendant la journée est généralement sans danger – évitez de marcher seul après la tombée de la nuit.

Les taxis-motos, ou okadas, coupent la circulation, mais ils peuvent être dangereux

Les taxis-motos connus sous le nom d’okadas peuvent être trouvés dans tout le Ghana, et ils sont largement utilisés par les habitants. Dans les zones animées telles que les marchés, vous apercevrez des groupes de motocyclistes locaux qui attendent pour faire des affaires ; dites au chauffeur où vous voulez aller, négociez un tarif et vous serez en route. Les chauffeurs n’ayant pas de permis, il est préférable de n’utiliser que des chauffeurs de moto que vous connaissez ou des chauffeurs recommandés par votre hôtel.

Notez que les okadas ne sont pas l’option la plus sûre au Ghana – les accidents sont fréquents, en particulier à Accra et dans d’autres grandes villes, de sorte que certains visiteurs préfèrent les éviter. Il est possible de prendre un okada dans une autre ville, mais cela dépend de la distance que le conducteur est prêt à parcourir. Au nord de Tamale, les conditions de conduite sont moins agitées et les okadas sont plus sûrs. Observez la culture de conduite locale pour déterminer dans quelle mesure vous vous sentirez à l’aise avec ces véhicules pour vous déplacer.

Un guib harnaché dans les prairies du parc national de Mole, au Ghana
Il est facile d’accéder aux attractions intérieures telles que le parc national de Mole en bus public ou en taxi © Mint Images – Frans Lanting / Getty Images

Les tuk-tuks sont une option bon marché dans certaines villes ghanéennes

Les tuk-tuks peuvent être trouvés dans certaines villes ghanéennes, en particulier Tamale, et ces petits véhicules à trois roues sont un moyen très efficace de se déplacer, avec un auvent en tissu soutenu par un cadre métallique offrant une certaine protection contre le soleil et la circulation. Les habitants du nord du Ghana les appellent « jaunes jaunes », mais ils existent dans une variété de couleurs. Il est facile de héler un tour – il suffit d’attirer l’attention d’un conducteur de tuk-tuk qui passe en agitant ou en levant un doigt (avec votre main droite), et il s’arrêtera pour discuter d’un tarif pour votre voyage.

Transport accessible au Ghana

Le Ghana n’est pas l’endroit le plus facile pour les voyageurs handicapés. Les trottoirs, là où ils existent, sont inégaux et la plupart des bâtiments ont des marches, ce qui rend la vie difficile pour les personnes à mobilité réduite. Il est souvent préférable de louer une voiture ou une camionnette avec les modifications nécessaires pour répondre à vos besoins.

Les voitures Uber et Bolt ont tendance à être compactes, mais un fauteuil roulant pliant peut être installé assez facilement si vous voyagez avec quelqu’un qui peut vous aider à monter à bord. Les tro-tros ne sont pas une option pratique car l’espace est limité et les chauffeurs ne s’arrêtent qu’un instant pour que les gens puissent embarquer et débarquer.

Pour plus d’informations sur les voyages accessibles, consultez les ressources gratuites sur les voyages accessibles de Khmer Network.

À lire également