Julien Cohen va s’offrir l’Hôtel-Dieu de Châteaudun pour le transformer en village de brocanteurs

Dans le but d’ouvrir en France son quatrième village de brocanteurs, Julien Cohen va bientôt acquérir l’Hôtel-Dieu de Châteaudun (Eure-et-Loir). La municipalité vient de valider la vente à l’ancien expert d’« Affaire Conclue » sur « France 2 », malgré les réticences d’élus d’opposition. Julien Cohen, expert brocanteur et ancien intervenant dans l’émission Affaire Conclue sur France 2, est sur le point d’acquérir un bâtiment historique de Châteaudun (Eure-et-Loir). La municipalité vient de lui valider la vente de son Hôtel-Dieu, qu’il souhaite utiliser dans le cadre de son projet de création de villages de brocanteurs, rapporte Le Parisien, ce vendredi.

Le contrat de vente, portant sur une somme de 280 000 €, devrait être signé en septembre prochain. « Nous démarrerons les travaux du village des brocanteurs dans la foulée pour ouvrir lors de la prochaine fête médiévale en juillet 2023 », a indiqué le célèbre brocanteur. Celui-ci compte investir un million d’euros en vue de restaurer le rez-de-chaussée. Après le village d’Avallon (Yonne) et les deux villages installés à Péronne (Somme), l’homme s’apprête ainsi à ouvrir le quatrième du genre.

Un projet décrié au sein de l’opposition
Néanmoins, cette vente ne fait pas l’unanimité au sein du conseil municipal, notamment en raison du prix, car le bien avait été estimé à 370 000 € par le service des Domaines. La somme à laquelle l’Hôtel-Dieu a finalement été consenti au brocanteur a été jugée « trop raisonnable » par Rouidi Sid Ahmed, médecin et conseiller municipal d’opposition. L’élu a également fustigé la communication « outrancière » autour de la vente.

Cependant, les coûts engendrés par l’édifice seraient trop élevés pour la commune. 46 000 € seraient ainsi dépensés chaque année pour le chauffage et l’entretien, selon Fabien Verdier, maire de la commune. « Il s’agit d’un bâtiment historique délaissé depuis plusieurs décennies. Sa rénovation complète a été estimée à 4 millions d’euros. Notre budget ne nous le permet pas », a-t-il ajouté. L’édile a toutefois précisé que le jardin public attenant restera ouvert.