Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur La Corée du Nord ancien amis des Khmers rouges .   ( Réponses 4 | Lectures 2582 )
Haut de page 26/04/2013 @ 09:00 Bas de page
La Corée du Nord ancien amis des Khmers rouges . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Il y a une similitude fort ressemblante de la Corée du Nord et le Kampuchea démocratique des Khmers Rouges . Elle ferme la frontière et reste isolé du Monde extérieur , ce que pratiquait les Angkar khmer rouge de 1975 -1978 .
Personne ne sait , ce que c'est la détresse d'un peuple et vivant sous la torture . Comme , chez les khmer rouge , le monde extérieur ne savait pas ce qui se passait réellement à l'intérieur du pays .
Un dictateur aveugle et ignoble reste la même personne de père en fils , et la leçon n'est pas nouveau pour les autres pays dans le monde .

Un commentaire très intéressant :

-------------------------------------------------------------------------------

http://www.ledevoir.com/international/actualites...s/376672/des-sources-et-des-solutions-a-la-crise

Corée du nord - Des sources et des solutions à la crise

Les esclandres du chef suprême de la Corée du Nord, Kim Jong-un, viennent de plonger la péninsule coréenne dans une nouvelle crise. Les Sud-Coréens, habituellement plus ou moins indifférents à ces crises, manifestent cette fois-ci de l’inquiétude, et même de la peur. Mais bien que la présente crise comporte des caractéristiques inédites si on la compare aux précédentes, sa nature fondamentale reste néanmoins la même.

Il se peut que la Corée du Nord attaque quelques îles sud-coréennes, comme Yeongpyeong et Baengnyeong, qui sont situées dans la mer Jaune du côté ouest de la péninsule. Elle pourrait également attaquer l’armée sud-coréenne à proximité de la zone démilitarisée qui sert de tampon entre le Nord et le Sud. Mais en l’occurrence, comme les Sud-Coréens sont habitués à de telles incursions, ce ne serait pas vraiment la panique à Séoul. On parle aussi de la possibilité que Kim Jong-un lance ses missiles Musudan sur l’île américaine de Guam dans le Pacifique (à 3500 kilomètres de la Corée du Nord) ou vers d’autres installations militaires des États-Unis. Mais les risques qu’une telle attaque se produise sont minces, car il est presque certain que ces missiles seraient détruits par les systèmes antimissiles américains. Tout compte fait, il est plus que probable que la présente crise, comme les précédentes, finira en queue de poisson. Cela veut dire que la Corée du Nord n’atteindra pas son objectif d’être entendue par Washington et d’être prise au sérieux par la communauté internationale.

Doctrine du juche

Comment expliquer la crise ? Les sanctions imposées à la Corée du Nord par l’ONU et la communauté internationale à la suite de ses tirs de missiles ou de ses essais nucléaires irritent le pays, mais ne le dérangent pas beaucoup, parce que l’aide de la Chine affaiblit ou annule l’impact de ces sanctions. Il y a aussi les exercices militaires de la série Foal Eagle (Aiglon en français), qui sont menés conjointement par la Corée du Sud et les États-Unis et dont les derniers ont eu lieu il y a quelques semaines. Ces exercices peuvent servir à accentuer le climat de guerre en Corée du Nord, mais ils ne sont pas nouveaux, ayant eu lieu chaque année depuis 1997.

Il faut plutôt chercher l’explication profonde de la crise dans la doctrine du « juche ». Il s’agit de l’idéologie officielle qui a été élaborée par le président fondateur de la Corée du Nord, Kim Il-sung, et son fils Kim Jong-il en réaction aux velléités impérialistes de Moscou. Fondamentalement, cette doctrine redéfinit le marxisme-léninisme en préconisant l’indépendance et l’autosuffisance totales de la nation : politique, économique et militaire. L’application de cette idéologie a eu pour effet d’isoler la Corée du Nord. Elle l’a empêchée de bénéficier des connaissances, des idées et des expériences du monde extérieur. Le pays n’a pu, par exemple, profiter des diverses expériences de développement des autres pays asiatiques, à partir des plus avancés, comme Singapour et la Corée du Sud, jusqu’à ceux qui ont émergé plus récemment, comme la Thaïlande, les Philippines, le Vietnam, voire la Chine. Un autre trait dominant du régime nord-coréen depuis 50 ans est évidemment la succession héréditaire du pouvoir politique, de Kim Il-sung à son fils Kim Jong-il, puis à son petit-fils Kim Jong-un.

La doctrine du juche a plongé la Corée du Nord dans une impasse totale. L’objectif d’autosuffisance militaire a conduit les dirigeants à bâtir une armée qui compte proportionnellement plus de militaires actifs que dans n’importe quel autre pays au monde, soit 9 % de la population de 17 à 49 ans. Afin d’isoler ses citoyens des influences extérieures, les dirigeants ont voulu exercer un contrôle policier sur leur vie, sur le plan intellectuel comme sur le plan matériel. Avec autant de ressources investies dans l’armée et la police, il en reste beaucoup moins pour le développement économique et social. La grande souffrance du peuple nord-coréen et la dénonciation de cette situation par la communauté internationale ont mené à encore plus de mesures d’oppression pour empêcher toute contestation. Le développement de l’armée et d’un arsenal nucléaire est le moyen qui est privilégié pour développer la fierté nationale, contrôler la population et perpétuer la dynastie tout à la fois.



Politique du rayon de soleil

Comment a réagi la Corée du Sud ? Sous le régime militaire de 1960 à 1987, son attitude face aux « frères séparés » du Nord a essentiellement reflété la méfiance et l’affrontement. Ce n’est que depuis 2000, sous la présidence de Kim Dae-jung et de son successeur Rho Moo-hyun, qu’une politique de détente avec le Nord, connue sous le nom de « politique du rayon de soleil », a fini par prendre forme. Après un raidissement des relations avec le Nord sous le président Lee Myung-bak de 2008 à 2012, la nouvelle présidente Park Geun-hye, qui est entrée en fonction en février dernier, semble maintenant prête à poursuivre le rapprochement. Malgré toutes les critiques, la politique du rayon de soleil lancée par Kim Dae-jung (qui lui a d’ailleurs valu le prix Nobel de la paix en 2000) a réussi à établir une paix et un début de coopération économique entre les deux Corées. Il importe de souligner qu’une condition nécessaire de ce succès a été l’acceptation tacite par le gouvernement sud-coréen du régime nord-coréen basé sur le juche et sur le pouvoir de Kim Jong-il.



Développement économique

Ni la politique américaine ni les pourparlers à six n’ont réussi à désamorcer les crises nord-coréennes. La politique américaine a toujours reposé sur la méfiance. Elle a surtout cherché à isoler la Corée du Nord du reste du monde. De même, la politique internationale et les pourparlers à six se sont avérés peu utiles. Ils ont simplement donné à Kim Jong-il le temps dont il avait besoin pour produire des bombes nucléaires.

La présente crise n’est guère différente des autres. À moins que ne s’opèrent des changements fondamentaux, chaque année va apporter sa nouvelle crise. La meilleure stratégie, quant à nous, consisterait à poursuivre la politique du rayon de soleil en acceptant la philosophie nord-coréenne de la fière indépendance (le juche), mais en aidant le pays à accomplir cette indépendance à laquelle il aspire par la voie du développement économique. Le développement économique est le seul moyen de libérer la Corée du Nord de son régime autocratique et de l’aider à devenir, un jour peut-être, une vraie démocratie, capable de nourrir ses enfants.



Joseph Chung et Pierre Fortin - Professeurs de sciences économiques, Université du Québec à Montréal

#93007 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 26/04/2013 @ 14:53 Bas de page
Re : La Corée du Nord ancien amis des Khmers rouges . Reply With Quote
Déconnecté(e) bbn
Membre
MembreMembreMembre


 
Messages 125
Inscrit(e) le 11/04/2013
apparemment les coréenns sont tous endoctrinés. les doctrines sont dangereuses pour la liberté de penser par soi-même.
#93041 View bbn's ProfileView All Posts by bbnU2U Member
Haut de page 28/04/2013 @ 11:51 Bas de page
Re : La Corée du Nord ancien amis des Khmers rouges . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville

La Corée du Nord préparerait de grandes manœuvres terrestres et aériennes.

Ce pays communiste pur et dur possède plein de sous à dépenser , quant à leur peuple , ils n'ont rien à manger .
C'est vraiment du cinéma , regardez cette photo , les filles s'habillaient bien toutes les mêmes tenues et les hommes en cravate , costa . Les ANGKAR khmers rouges auraient dû inspirer cet " idole " , au lieu de faire habiller ces robots en noir et en coton à 2 riels .

25002_cor_e_du_NORD.jpg


http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/201...-uvres-terrestres-et-aeriennes_3167864_3216.html


Edité le 28/04/2013 @ 11:56 par kaunklau

#93134 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 29/04/2013 @ 20:46 Bas de page
Re : La Corée du Nord ancien amis des Khmers rouges . Reply With Quote
Déconnecté(e) Vicheya
Administrator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

cambodiw.gif
 
Messages 8021
Inscrit(e) le 04/01/2006


"Rescapé du Camp 14" : l'histoire d'un jeune Coréen du Nord né en enfer

Publié le 14.04.2012



Le journaliste Blaine Harden raconte dans "Rescapé du Camp 14" (Belfond) l'enfer vécu par Shin Dong-hyuk, né et élevé dans la plus terrible des cinq prisons politiques de Corée du Nord où il a été torturé et a vu mourir sa famille, avant de parvenir à s'évader en 2005, à 21 ans.A l'intérieur de ce camp, dans le pays le plus secret du monde, les prisonniers travaillent sans relâche dans des conditions inhumaines jusqu'à ce que la mort les rattrape.

Très rares sont ceux qui ont pu s'enfuir.Shin Dong-hyuk y est né. D'autres y sont emprisonnés pour répondre des "crimes" qu'auraient commis leurs parents, voire leurs grands-parents. Il a souffert de la faim, a été torturé, formé par les gardes à devenir un parfait délateur, a assisté à l'exécution publique de sa mère et de son frère, a failli perdre la vie plusieurs fois... jusqu'à sa fuite.Les cicatrices sur ses tibias sont là pour rappeler à jamais le souvenir de sa spectaculaire évasion le 2 janvier 2005 qui le conduira en Corée du Sud, via la Chine. Les barbelés électrifiés lui ont brûlé les jambes. Un de ses compagnons est resté accroché à la clôture, électrocuté.Son corps compte de nombreuses autres cicatrices, comme celles qui couvrent son dos. "Je les ai eues à cause de la tentative d'évasion de ma famille" en 1996, avait expliqué Shin à Londres, à l'occasion de la publication d'un rapport de l'ONG Christian Solidarity Worldwide en 2007. "Ils m'ont pendu au plafond, les pieds liés, et ils ont allumé un feu sous mon dos".Le majeur de sa main droite a aussi été coupé au niveau de la première articulation par les gardes du camp "pour ne pas avoir travaillé correctement".On estime que 150.000 à 200.000 personnes sont retenues dans ces camps.Shin Dong-hyuk et Blaine Harden, qui a notamment dirigé le bureau du Washington Post à Tokyo, seront à Paris du 30 avril au 2 mai pour présenter ce récit bouleversant.Un film documentaire de Marc Wiese, produit par Axel Engstfeld, "Camp 14 - Total Control Zone", sur l'histoire de Shin Dong-hyuk, avait été projeté en février à Berlin.("Rescapé du Camp 14" - Blaine Harden - traduit de l'américain par Dominique Letellier - Belfond - 276 p. - 19,50 euros - Sortie le 19 avril)


http://www.leparisien.fr/lille-59000/rescape-du-...%22og.recommends%22%7D&action_ref_map=%5B%5D






#93166 View Vicheya's ProfileView All Posts by VicheyaU2U Member
Haut de page 03/05/2013 @ 12:21 Bas de page
Re : La Corée du Nord ancien amis des Khmers rouges . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Voilà , tous les moyens sont bons pour menacer les autres pays . Je me souvenais quand Sadam Husein , avait montré un enfant européen à la télé pour menacer les occidentaux .
La corée du Nord avait appliqué cette vieille méthode pour faire marchander les américains .

Voici l'article :

http://www.liberation.fr/monde/2013/05/02/americ...ashington-demande-sa-liberation-immediate_900502


Un militant anti-Pyongyang émet l’hypothèse qu'il a été arrêté après avoir pris des photos d’enfants présentant des signes de malnutrition afin de mobiliser la communauté internationale.
Par AFP

Les Etats-Unis ont exigé jeudi la «libération immédiate» d’un Américain d’origine coréenne condamné à 15 ans de camp de travail en Corée du Nord sur fond de tensions diplomatiques et militaires dans la péninsule coréenne.

Appelant à la «libération immédiate» de Pae Jun-Ho, dont le nom américain est Kenneth Bae, le porte-parole de la diplomatie américaine Patrick Ventrell a souligné jeudi les «inquiétudes (américaines) quant au manque de transparence dans cette affaire».

Patrick Ventrell a déclaré que les diplomates suédois agissant pour le compte des Etats-Unis sur les sujets impliquant des citoyens américains en Corée du Nord, où Washington ne dispose pas de représentation diplomatique dans le pays, n’avaient pas assisté au procès. «Nous ne connaissons rien des faits dans cette affaire», a-t-il ajouté, soulignant que Washington cherchait à obtenir des détails sur les charges qui pesaient sur l’Américano-coréen.

Kenneth Bae, 44 ans, avait été arrêté le 3 novembre dans la ville portuaire de Rason (nord-est) en possession d’un visa de tourisme. Selon la presse sud-coréenne, ce responsable d’un tour-opérateur voyageait avec plusieurs touristes, dont l’un possédait un disque dur d’ordinateur contenant de prétendues données sensibles. «La Cour suprême l’a condamné à 15 ans de travail forcé pour ce crime», a indiqué jeudi KCNA, principal canal de diffusion de la propagande nord-coréenne, sans préciser les charges pesant contre lui.

L’agence avait affirmé samedi qu’il avait «avoué les délits d’avoir entretenu de l’animosité contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et tenté de renverser» le régime. «Les charges (retenues contre lui) ont toutes été corroborées par des preuves», selon l’agence. Dans un commentaire publié jeudi, KCNA a une nouvelle fois fustigé «l’odieuse politique hostile des Etats-Unis» responsable selon elle de «l’escalade» récente.
«Une monnaie d’échange politique»

Interrogé par l’AFP, un militant anti-Pyongyang basé à Séoul émet l’hypothèse que Pae a été arrêté après avoir pris des photos d’enfants présentant des signes de malnutrition afin de mobiliser la communauté internationale.

Selon des responsables américains, il pourrait être utilisé comme «monnaie d’échange politique» dans un contexte de vives tensions sur la péninsule coréenne. «Le contexte est assez différent des précédents en matière de prise d’otage» entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, relève toutefois Yang Moo-Jin, professeur à l’université des études nord-coréennes de Séoul: «La situation diplomatique et militaire est si tendue que les Etats-Unis ne devraient pas changer radicalement leur position».

La péninsule coréenne est en effervescence depuis le tir réussi en décembre d’une fusée considérée par Séoul et ses alliés comme un missile balistique, suivi d’un troisième essai nucléaire en février puis de nouvelles sanctions votées à l’ONU.

Pyongyang profère depuis des menaces de frappes et de guerre nucléaire et a déployé des lanceurs de missiles de portée variable le long de sa côte. Plusieurs Américains ont été arrêtés puis remis en liberté ces dernières années en Corée du Nord.

Impliqué dans l’une des ces libérations en 2010, l’ancien président américain Jimmy Carter a assuré jeudi, via une porte-parole, qu’il ne prévoyait pas de se rendre en Corée du Nord. L’agence de presse sud-coréenne Yonhap avait rapporté mercredi, sur la base de sources diplomatiques anonymes, que M. Carter avait écrit au secrétaire d’Etat américain, John Kerry, pour lui faire part de sa volonté d’aller en Corée du Nord pour intervenir en faveur de Kenneth Bae.

En janvier dernier, le patron de Google Eric Schmidt et l’ancien ambassadeur américain auprès des Nations unies Bill Richardson avaient échoué à faire libérer Kenneth Bae.


Edité le 03/05/2013 @ 12:22 par kaunklau

#93262 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page