Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur Recomposition du paysage polirique khmer   ( Réponses 3 | Lectures 3045 )
Haut de page 08/08/2012 @ 05:33 Bas de page
Recomposition du paysage polirique khmer Reply With Quote
Déconnecté(e) vanthon
Membre Senior
MembreMembreMembreMembre


 
Messages 341
Inscrit(e) le 10/11/2005
Lieu de résidence paris
Avec la fusion du PSR et du PDH en un seul parti dont le nom vient d’être annoncé (Parti du Salut national, «nous y reviendrons»), les formations politiques en lice pour les législatives de Juillet 2013, sauf imprévu, seront au nombre de 7. La bipolarisation semble à terme une réalité. Elle serait le prélude à l’alternance politique, annonciatrice d’une démocratie en marche et mettre fin à la dictature de facto d’un parti au penchant totalitaire.

Mis à part le PPC et le parti du salut national (PSN) en gestation, les autres partis n’auraient qu’un rôle de figuration. Le FUNCINPEC, naguère dominant, ne devrait à présent son salut qu’au bon vouloir de HS. Au mieux il survivrait et servirait de force supplétive à celui-ci, au pire malgré l’aide multiforme de son rédempteur, il disparaitrait de la scène politique faute d’électeurs, à l’instar de l’éphémère parti démocrate de Ouk Phourik. Le parti NR, éclaté, atomisé, trépasserait sans tambour ni trompette dans la honte et l’indifférence générale, faute d’idéologie cohérente et de leader compétent et digne de respect. L’alliance pour la démocratie de Kem Veasna enfermée dans l’autarcie autoritaire de son président, n’aura, en dépit de la prétention et de l’ambition de ce dernier, aucune chance de se faire une place au soleil. Elle vivote autour de l’exégèse mystique de son chef avant de sombrer dans l’oubli.

D ‘ores et déjà les dirigeants du MDSL commencent hors saison, leur campagne électorale en rendant publique la plate-forme de leur rassemblement dont les grands axes s ‘articulent autour des questions relatives à l’intégrité territoriale, l’immigration, l’indépendance nationale, le pouvoir personnel, la ploutocratie, l’indépendance du pouvoir judiciaire, la réforme agraire, la dépolitisation des grands corps de l’Etat (Armée, Police, Conseil constitutionnel, Commission nationale d’élection), la corruption, les concessions des richesses du pays, l’indépendance des medias électroniques. Ils appellent tous les démocrates khmers de l’intérieur et de l’outre-mer à participer au mouvement pour le changement et le renouveau.

L’annonce de la fusion des 2 partis de l’opposition parlementaire, attendue et souhaitée par la population, provoque un frémissement qui va grandissant dans l’opinion publique, lasse de l’autoritarisme, de l’omniprésence et de l’incompétence du chef du gouvernement. Mais vaincre le PPC n’est pas tâche aisée. Pendant 3 décennies de pouvoir, le PPC a mis en place et affiné une superstructure, une véritable machine à truquer, tricher, leurrer pour gagner les élections. Celle-ci va de la commission nationale électorale (CNE) aux autorités communales en passant par la hiérarchie cléricale. L’armée, la police, l’administration, les tribunaux, le conseil constitutionnel dont les responsables sont issus du comité central ou du politburo du PPC ainsi que les directeurs d’administration, les chefs de province et autres autorités territoriales sont mis à contribution dans le processus frauduleux des élections.

Aux dernières élections, sur 9 millions d’électeurs inscrits, 5,5 millions ont effectivement voté, soit 61%. Avec 39% d’abstentions, le record est battu. Il serait permis de penser qu’aucune voix du PPC n’a manqué, soit environ 4 millions. L’opposition a recueilli 1,5 million de voix. Environ 4 millions de Cambodgiens ont boudé les urnes. Ils constituent une réserve de voix considérable pour l’opposition, car de toute évidence, les électeurs du PPC très mobilisés, se sont rendus aux urnes massivement pendant les communales.

Les perspectives pour les législatives de Juillet 2013 sont théoriquement prometteuses pour l’opposition. Mais la composition et l’indépendance de la CNE demeurent la question centrale et déterminante qui pourrait fausser les résultats électoraux. Cette CNE est à la fois maître d’œuvre, arbitre et juge. Les dirigeants de cette institution sont tous des membres du comité central du PPC. Comme tels, ils reçoivent les directives du politburo du PPC.

Les jeux ne sont pas encore faits. Le PPC plus que le MDSN dispose de nombreux atouts et astuces pour faire fléchir la balance en sa faveur. En tout cas la tendance à la bipolarisation est une évolution positive et utile à la clarification du paysage politique.



Edité le 08/08/2012 @ 06:32 par vanthon
#87525 View vanthon's ProfileView All Posts by vanthonU2U Member
Haut de page 09/08/2012 @ 04:06 Bas de page
Re : Recomposition du paysage polirique khmer Reply With Quote
Déconnecté(e) vanthon
Membre Senior
MembreMembreMembreMembre


 
Messages 341
Inscrit(e) le 10/11/2005
Lieu de résidence paris
Le nom « Parti du Salut National » donné à la nouvelle formation politique d’opposition née de la fusion du PSR et du PDH fait l’objet de controverses dans divers milieux du pays. Alors que les partisans de l’opposition applaudissent la naissance et l’appellation du nouveau parti, ceux qui soutiennent le gouvernement et le PPC décochent les flèches acérées contre ses dirigeants.

La réplique la plus acerbe provient du principal intéressé, en l’occurrence le PM Hun Sen lui-même, qui n’hésite pas à comparer SS et KS à 2 chiens qui partagent la pitance dans une même casserole et qui finissent par s’entretuer (discours à l’inauguration du tronçon de route de Siemreap à Preah Vihear le 08/08/12) .

Chum Phâlvarun, soi-disant spécialiste en droit constitutionnel diplômé de l’ex. Bulgarie communiste, disserte au profit du pouvoir, à longueur de journée sur les Radios FM et TV d’Etat, sur le sens du vocable «salut ou sauvetage national». Ses commentaires très engagés et partisans sur SS et KS, dénotent l’absence de bon sens et d’impartialité.

Bref, la polémique tourne autour de la question de savoir si le Cambodge est actuellement dans un état critique qui nécessite de grands moyens pour le sortir du danger menaçant et imminent. Pour l’opposition, la réponse est affirmative, (§ les grands axes de la plate-forme politique du MSN) d’où l’emploi de la terminologie ‘Salut ou sauvetage’. Pour les tenants du constat antinomique, rien ne justifie ce terme. Le Cambodge à leurs yeux, se développe normalement dans tous les domaines et s’installe potentiellement dans un Etat de droit.


Edité le 09/08/2012 @ 04:59 par vanthon
#87532 View vanthon's ProfileView All Posts by vanthonU2U Member
Haut de page 10/08/2012 @ 04:44 Bas de page
Re : Recomposition du paysage polirique khmer Reply With Quote
Déconnecté(e) liberté
Super Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_576.jpg
 
Messages 2619
Inscrit(e) le 20/01/2006
Lieu de résidence Thân korndarl
C'est un peu fade comme nom du parti, ça manque du piment...
#87535 View libert%E9's ProfileView All Posts by libert%E9U2U Member
Haut de page 11/08/2012 @ 05:11 Bas de page
Re : Recomposition du paysage polirique khmer Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3742
Inscrit(e) le 10/01/2005



'' Elle serait le prélude à l’alternance politique, annonciatrice d’une démocratie en marche et mettre fin à la dictature de facto d’un parti au penchant totalitaire. ''


Un, un dictateur ne quitte pas le pouvoir. Deux, trop de Viets au Srok. Trois, Ha Noi n'aime pas Sam Rainsy. Vous pouvez tirer vos conclusions mainteant...kékékék....


J'ai vu MM Sam Rainsy et Kem Soka à Monréal; si je peux voter, je voterai pour ces messieurs, pour signifier à ce psychopathe mon doigt d'honneur...tiens toi....kékéké...




Edité le 11/08/2012 @ 05:12 par BAC
#87539 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page