Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP   ( Réponses 15 | Lectures 2537 )
Haut de page 23/10/2011 @ 18:35 Bas de page
WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) Kh.Forever
Membre Junior
MembreMembre

ava_1756.gif
 
Messages 56
Inscrit(e) le 07/08/2008

Intrigue in ruling CPP detailed
Posted by: ratana on Jul 13, 2011
Tagged in: Untagged


DIPLOMATIC cables made public by WikiLeaks yesterday reveal simmering tensions within the ruling Cambodian People’s Party...


DIPLOMATIC cables made public by WikiLeaks yesterday reveal simmering tensions within the ruling Cambodian People’s Party and revive long-standing suspicions over alleged government involvement in some of the Kingdom’s most notorious political killings.

The cables repeatedly allude to alleged factionalism in the CPP, long denied by government officials, between camps allied with Prime Minister Hun Sen and with Interior Minister Sar Kheng and Senate president Chea Sim.

In a 1994 cable, Hun Sen reportedly says the faction rumours, which began circulating in the mid-1980s, “were not true then, nor are they true now”.

Later communiqués, however, reveal potential fissures in the party.

Regarding an alleged coup attempt in 1994 headed by cabinet members Norodom Chakrapong and Sin Song, Foreign Minister Hor Namhong is said to reveal in a 1995 cable that Chea Sim “asked Namhong quietly late last summer to request Hun Sen not to pursue penalties for the coup plotters, a message Hor Namhong did not deliver”.

Hun Sen showed “a near-obsession with his personal security” in the year that followed, according to a 1995 cable, which also notes that the premier had reportedly ordered Funcinpec co-Interior Minister You Hockry, rather than the CPP’s Sar Kheng, to head an investigation into alleged death threats against him.

A March, 2006 cable quotes a senior Funcinpec official as saying that Hun Sen received assistance from current Funcinpec deputy prime minister Nhek Bun Chhay in pushing back the 1994 coup attempt.

The official also reportedly claims that Hun Sen began interfering more aggressively in Funcinpec affairs and allowed previously exiled opposition leader Sam Rainsy to return to Cambodia in response to a rumour “that FUNCINPEC and the SRP planned to join forces with the Chea Sim/Sar Kheng faction of the CPP to oppose Hun Sen”.

Despite these suspicions, in early 2006 the premier reportedly offered Sam Rainsy a post as deputy prime minister, “possibly with broad authority over various ministries”, according to a Sam Rainsy Party source.

“Rainsy reportedly declined, telling the PM that such a move would be ‘political suicide’ for an opposition leader,” according to the source.

“Instead, he suggested that Hun Sen appoint him to lead the anti-corruption commiss-ion that is to be established under pending legislation.”

Even up to 2009, Hun Sen may have been concerned about the Chea Sim faction, one cable alleges, speculating that that year’s crackdown on political speech was motivated in part by Hun Sen’s need to appease the “conservative faction” of Chea Sim and National Assembly president Heng Samrin within the ruling party.

The cable laments the suppression of freedom of expression that came that year, putting it down in part to a pattern of post-election crackdowns.

“There is genuine fear among Cambodia’s ruling party about the increasing joblessness among a large, youthful population and increased criminal activity because of the lack of other opportunities,” US ambassador Carol Rodley added.

“We need to understand, and be responsive to, Cambodia’s new reality, to listen intently to what the leadership is worrying about and to show that we have a relationship of trust.”

The 2006 arrest of former Phnom Penh municipal police chief Heng Pov, sentenced in 2009 to more than 90 years in prison on a raft of charges including extortion, kidnapping and murder, exposed further rifts in the ruling party, the cables allege.

American diplomats put Heng Pov’s downfall down in part to his rivalry with former National Police chief Hok Lundy.

Heng Pov fled the country that year and eluded capture for several months in Singapore, during which time he publicly accused senior government officials of drug trafficking, planning the deadly 1997 grenade attack on a Sam Rainsy Party rally and ordering the infamous 1999 killing of singer Piseth Pilika.

A 2006 American cable, however, noted that these claims “elicited little more than a shrug; sources claim that Pov’s accusations reflect what most people already considered common knowledge”.

Hun Sen, the cable adds, was reportedly furious with Hok Lundy for allowing Heng Pov to temporarily escape the Kingdom ahead of his capture in December, 2006.

“No matter how one examines this issue, Cambodia’s government still looks bad when its top police officials are launching serious accusations and counter-charges against one another that go back more than a decade,” the cable states.

“At the very least, the [government] looks bad for having such an incompetent and unprofessional police force – and not doing anything about it over these many years.”

The cables also address the notorious 2004 killing of Free Trade Union leader Chea Vichea, which was followed by the killings of two more FTU activists in subsequent years and remains unsolved to this day.

“Two years after his murder, many questions continue to surround the death of Chea Vichea,” a 2006 cable states, adding that while most rights groups agree that the men initially convicted of the crime were framed, the government “is unwilling to reopen a highly emotional case . . . that could become politically volatile”.

Later on, the February, 2007 killing of Free Trade Union leader Hy Vuthy and the shooting of popular singer Pov Panhapich served as “a chilling reminder of past violent crimes that remain unsolved to this day”, a cable from that year states.

Hy Vuthy’s killing, the cable says, “follows the familiar pattern of gunmen on the backs of motorcycles shooting their victims with little fear of capture”.

“FTU president Chea Mony accused a rival union of responsibility, but there is no evidence linking anyone to the crime,” the cable states, calling this and other unsolved killings “a silent reminder of Cambodia’s continuing culture of impunity”.

The attack on Pov Pan-hapich, then-US ambassador Joseph Mussomeli writes, follows assaults on other popular singers including Piseth Pilika in 1999, Touch Srey Nich in 2003 and Tat Marina in 2000.

“Rumors suggest that the entertainer was romantically linked to a high-level government official, and National Police Commissioner Hok Lundy has been named as a possible love interest,” the cable says of the Pov Panhapich attack, adding that it “may indeed involve a ranking [government] official”.

“An adviser in the PM’s cabinet told us Friday morning about the shooting, noting that he had been directly called upon … to facilitate the medical evacuation of the injured entertainer to Vietnam,” Mussomeli notes.

Amid all this, there are nonetheless suggestions that Hun Sen feels some need to act against the Kingdom’s endemic corruption and culture of impunity, but is hamstrung by political realities.

In an April, 2006 cable recounting a US meeting with Sam Rainsy, the opposition leader reportedly said he “believes Hun Sen realises the situation requires action, but does not understand how to tackle corruption without upsetting the very structure that keeps the PM in power”.




#82010 View Kh.Forever's ProfileView All Posts by Kh.ForeverU2U Member
Haut de page 23/10/2011 @ 19:58 Bas de page
Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
I'm sorry , but I don't understand english !

Can you speak french or khmer , please !

KHNOM CHEA KAUN KHMER ! KHNOM MIN YUL PHEASAR ANGLAIS Té ! ARKUN !

#82014 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 23/10/2011 @ 22:25 Bas de page
Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) Kh.Forever
Membre Junior
MembreMembre

ava_1756.gif
 
Messages 56
Inscrit(e) le 07/08/2008
je ferai la traduc !! Promis !! ^^
Demain, je pourrai pas, alors ce sera fait mardi aprem !:clindoeil:
#82019 View Kh.Forever's ProfileView All Posts by Kh.ForeverU2U Member
Haut de page 25/10/2011 @ 22:44 Bas de page
Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) Kh.Forever
Membre Junior
MembreMembre

ava_1756.gif
 
Messages 56
Inscrit(e) le 07/08/2008
Comme promis, voilà la traduction de l'article du Phnom Penh Post.


Des documents diplomatiques rendus public hier par wikileaks révèlent des tensions latentes au sein du CPP et remettent au goût du jour des suspicions concernant l’implication présumée du gouvernement dans certains des décès politiques les plus médiatisés du Royaume.
Les documents pointent du doigt un factionnalisme latent au sein du CPP entre les camps alliés au premier ministre Hun Sen, au ministre de l’intérieur Sar Kheng et au président du Sénat Chea Sim, longtemps nié par les responsables du gouvernement.

Dans un document de 1994, Hun Sen dit que les rumeurs de factions, qui ont commencé à circuler vers le milieu des années 80, « n’étaient pas vraies à cette époque, et ne le sont pas plus aujourd’hui.
Des communiqués plus récents révèlent pourtant des fissures possibles au sein du parti.
Concernant une tentative de coup d’état présumé en 1994 mené par le membre du cabinet Norodom Chakrapong et Sin Song , Hor Namhong qui est ministre des affaires étrangères aurait révélé en 1995 dans un document que Chea Sim « a demandé secrètement à Namhong l’été dernier, de demander à Hun Sen de ne pas poursuivre pénalement les instigateurs du coup d’état. Un message qui n’a pas été transmis par Hor Namhong. »

D’après le document de 1995, Hun Sen a montré « une quasi obsession concernant sa sécurité personnelle » lors de l’année suivante. Ce document note aussi que le premier ministre aurait donné l’ordre au vice-ministre de l’intérieur du Funcipec You Hockry, plutôt que Sar Kheng du CPP, de diriger une enquête concernant les menaces de mort présumées à son encontre.
Un document de mars 2006 cite un haut responsable du Funcipec disant que Hun Sen a reçu l’aide du secrétaire d’état auprès du premier ministre Nhek Bun Chhay pour faire échouer la tentative de coup d’état de 1994.

Le haut responsable aurait aussi déclaré que Hun Sen a commencé à s’ingérer de manière intense dans les affaires privées du Funcipec et a autorisé Sam Rainsy, chef de l’opposition auparavant en exil, à revenir au Cambodge en réponse à une rumeur selon laquelle « le Funcipec et le PSR ont prévu de s’unir avec la faction Chea Sim/Sar Kheng du CPP pour s’opposer à Hun Sen. »

Malgré ces suspicions, au début de l’année 2006 le premier ministre aurait offert à Sam Rainsy le poste de secrétaire d’état auprès du premier ministre, « probablement avec une plus grande autorité sur les autres ministères », selon une source du Parti Sam Rainsy.
« Rainsy aurait refusé, déclarant au premier ministre qu’une telle manœuvre serait un suicide politique pour un opposant politique », selon la source.

« Il aurait suggéré que Hun Sen le nomme plutôt à la tête de la commission anti-corruption qui allait être établie sous peu par une nouvelle loi. »

Même jusqu’en 2009, Hun Sen aurait été inquiet concernant la faction Chea Sim selon un des documents secrets, spéculant sur le fait que la répression de cette année sur les discours politiques était motivée par entre autre la nécessité de Hun Sen d’apaiser l’aile conservatrice du parti au pouvoir représentée par Chea Sim et le président de l’assemblée nationale Heng Samrin.

Le regret exprimé dans le document secret concerne la suppression de la liberté d’expression, plus tard cette même année, la réduisant quasiment à néant avec les répressions durant la période d’après-élection.

« Il y a une véritable peur au sein du parti dominant du Cambodge concernant l’augmentation progressive du chômage au sein d’une population jeune et une activité criminelle en hausse due au manque d’opportunités alternatives », a ajouté l’ambassadrice américaine Carl Rodley.
« Nous avons besoin de comprendre, d’être réactifs à la nouvelle réalité du Cambodge, de porter attention aux sujets auxquels le nouveau pouvoir en place s’inquiète, et de monter que nous avons relation de confiance. »

L’arrestation en 2006 de l’ancien chef de la police municipale Heng Pov, condamné en 2009 à plus de 90 ans de prison ferme pour une série de charges dont extorsion de fonds, enlèvement, et homicide volontaire, a exposé plus intensément au grand jour les clivages qui règnent au sein du parti de la majorité, selon le document secret.

Les diplomates américains attribuent en parti la chute de Heng Pov à sa rivalité avec l’ancien chef de la police nationale Hok Lundy.

Heng Pov a fui le pays durant l’année en cours, et a évité la capture pendant plusieurs mois à Singapour, période durant laquelle il a publiquement accusé des hauts responsables du gouvernement de trafic de stupéfiants et de la planification de l’attaque meurtrière sur une manifestation du Parti Sam Rainsy en 1997 à la grenade et d’avoir ordonné l’assassinat du chanteur Piseth Pilika en 1999.

Un document secret américain note cependant que ces affirmations « n’a provoqué rien de plus qu’un haussement d’épaule : les sources affirment que les accusations d’Heng Pov reflètent ce que le peuple considèrent déjà comme un fait établi. »

Le document secret ajoute que Hun Sen était apparemment furieux à l’encontre de Hok Lundy pour avoir permis à Heng Pov de s’échapper temporairement du Royaume après son arrestation en Décembre 2006.

Le document secret exprime le fait que « quel que soit l’angle sous lequel on examine ce problème, le gouvernement cambodgien fait encore pâle figure lorsque ses hauts fonctionnaires de police se lancent mutuellement une accusation sérieuse et des contre-arguments concernant des faits qui relèvent à plus d’une dizaine d’années ».

Le document secret se penche aussi sur l’assassinat en 2004 du porte-parole du Free Trade Union, Chea Vichea, qui a été suivi par l’assassinat de 2 autres militants syndicaux du FTU lors des années suivantes, et qui n’est toujours pas résolu à ce jour.

« 2 ans après sa mort, beaucoup de questions continuent d’entourer la mort de Chea Vichea », un document secret de 2006 ajoute que pendant que la plupart des groupes militant pour les droits de l’homme s’accordaient que les personnes initialement condamnées ont été victimes d’un coup monté, le gouvernement n’est pas résolu à ouvrir de nouveau une enquête très sensible…qui pourrait devenir politiquement volatile. »

Plus tard en Février 2007, l’assassinat du porte-parole syndical du FTU Hy Vuthy et l’exécution par balles du chanteur populaire Pov Panhapich ont servi de « piqures de rappel concernant les crimes violents du passé qui restent non résolus », déclare un document secret de cette même année.

« Le président du FTU Chea Mony a accusé un syndicat rival, mais aucune preuve ne permet lier quiconque à ce crime », déclare le document secret en nommant ceci et d’autres crimes non résolus « un rappel discret de la culture de l’impunité persistant au Cambodge. »
L’attaque sur Pov Pan-Hapich, écrit Joseph Mussomeli , ambassadeur américain au Cambodge à l’époque, est la suite d’une série d’agression sur d’autres artistes populaires dont Piseth Pilika en 1999, Touch Srey Nich en 2003 et Tat Marina en 2000.

« Les rumeurs suggèrent que l’artiste avait une relation intime avec un haut fonctionnaire du gouvernement et Hok Lundy qui était Haut-Commissaire de la Police Nationale a été nommé comme étant un possible rival amoureux », cite le document secret concernant l’attaque sur Pov Panhapich, en ajoutant que la implique sûrement un haut gradé du gouvernement. »

« Un conseiller du premier ministre nous a déclaré le vendredi matin à propos des tirs à armes à feu, qu’il a été directement contacté pour faciliter l’évacuation médicale de l’artiste blessé vers le Vietnam », note Mussomeli.

Parmi tout cela, il y a néanmoins des suggestions que Hun Sen ressente le besoin d’agir contre la corruption endémique du Royaume et la culture de l’impunité, mais est handicapé par les réalités politiques.

Dans un document d’avril 2006 décrivant une rencontre entre Sam Rainsy et des responsables diplomatiques américains aux Etats Unis, le chef de file de l’opposition aurait déclaré qu’il pensait que « Hun Sen réalise que cette situation nécessite une réaction de sa part, mais que ce dernier ne sache pas comment s’attaquer à la corruption sans inquiéter la structure même qui le garde au pouvoir. »



#82056 View Kh.Forever's ProfileView All Posts by Kh.ForeverU2U Member
Haut de page 25/10/2011 @ 23:25 Bas de page
Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) NEO
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_157.jpg
 
Messages 1882
Inscrit(e) le 20/01/2004
Lieu de résidence France
merci pour la traduction?

si Hun sen veulent sincèrement luter contre là corruption, moi je le soutiendrai à ma façon.

Apolitique !
#82057 View NEO's ProfileView All Posts by NEOU2U Member
Haut de page 26/10/2011 @ 13:22 Bas de page
Re : Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) Sereypheap
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_108.jpg
 
Messages 4467
Inscrit(e) le 14/09/2003
Kh.Forever a écrit


Dans un document d’avril 2006 décrivant une rencontre entre Sam Rainsy et des responsables diplomatiques américains aux Etats Unis, le chef de file de l’opposition aurait déclaré qu’il pensait que « Hun Sen réalise que cette situation nécessite une réaction de sa part, mais que ce dernier ne sache pas comment s’attaquer à la corruption sans inquiéter la structure même qui le garde au pouvoir. »





C'est pouquoi j'ai toujours gardé espoir !:clindoeil:

"La paix ne peut pas être durable sans justice sociale." Ce n'est pas de moi mais d'un président américain : F. Roosevelt. Et pourtant, j'ai compris le sens de cette phrase depuis le 17 avril 1975, et je n'avais que 7-8 ans !:clindoeil: Alors que je n'ai même pas connu ce président à cette époque...

Alors que ce Saloth Sar, ayant fait de hautes études en France, et qu'il n'a même pas compris cela !!! Mais qu'est-ce qu'il avait dans sa tête ?! En Khmer, on dit souvent pour un débile mental qu'il a "khour kbal bang kong", il "a le cerveau d'une crevette" pour la traduction.

Edité le 26/10/2011 @ 18:01 par Sereypheap

signature.gif
#82063 View Sereypheap's ProfileView All Posts by SereypheapU2U Member
Haut de page 26/10/2011 @ 14:23 Bas de page
Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10173
Inscrit(e) le 27/12/2005
Ce document est posté par retana date de mi juillet.
........

Voici pour compléter le tableau,

Mme Phèng Kunthea Bory, chef de protocole de Chea Sim.
Mr Chan Kosâl, Ponlâk Ho, tout deux lieutenant général,ex conseillers de Chea Sim.
Mr Chim Chanthân, commandant d'unité de garde du corps de Chea sim.
Khieu Bora, personnel du cabinet de Chea Sim

Ces cinq personnes ont été arrêtées( pour escroquerie)par la police militaire et mises en prison(Preu Sâr)depuis le 25 septembre 2011, sur demande de Chea Sim.

Les fissures, existent elles vraiment entre HS et CS?
#82064 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 26/10/2011 @ 18:02 Bas de page
Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
SEREYPHEAP avait écrit :

" ...Alors que ce Saloth Sar, ayant fait de hautes études en France, et qu'il n'a même pas compris cela..."

Saloth sâr ou POL POT , n'avait jamais fait grand chose comme étude en France !
Je crois qu'il avait un niveau CAP .
Par contre , c'est l'autre con " Khiev Samphân " ,lui ,il avait un docteur ès science économique à Sorbonne .

Il n'empêche pas , qu'ils sont idiots tous les deux .

Quant aux gardes de corps de CS , ce sont des personnes qui étaient désignés pas HS.
En plus , ils étaient mis dehors par CS , lui- même . IL me semble que c'est l'histoire de partage des gains , d'une corruption avec une entreprise malaisienne . Comme dans l'histoire de Mafia , d'abord le grand chef qui se sert et après seulement la part elle ira au petits chefs . En khmer on dit " SI LEUR KHBAL CHAO VAY " et ne se pardonne pas . Le résultat , ils iront tous en " taule " à Prey Sâr .

#82065 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 26/10/2011 @ 18:10 Bas de page
Re : Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) Sereypheap
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_108.jpg
 
Messages 4467
Inscrit(e) le 14/09/2003
kaunklau a écrit

SEREYPHEAP avait écrit :

" ...Alors que ce Saloth Sar, ayant fait de hautes études en France, et qu'il n'a même pas compris cela..."

Saloth sâr ou POL POT , n'avait jamais fait grand chose comme étude en France !
Je crois qu'il avait un niveau CAP .



Ah bon ? Il me semble avoir lu quelque part que Saloth Sar se trouvait sur le même banc que Maître Verges dans une université que je me rappelle plus le nom. Je ne suis pas fort pour la biographie des gens, désolé !:rire1:

Edité le 26/10/2011 @ 18:23 par Sereypheap

signature.gif
#82066 View Sereypheap's ProfileView All Posts by SereypheapU2U Member
Haut de page 26/10/2011 @ 18:16 Bas de page
Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) Sereypheap
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_108.jpg
 
Messages 4467
Inscrit(e) le 14/09/2003
Vous avez raison, kaunklau. Voici la biographie de Salot Sar que j'ai trouvée quelque part sur la toile :

Saloth Sar (19 mai 1925 – 15 avril 1998), mieux connu sous le nom de Pol Pot (une abréviation du nom qui lui fut donné par les autorités chinoises, Politique potentielle), était le leader des Khmers rouges et le Premier Ministre du Kampuchéa Démocratique (Cambodge actuel) entre 1976 et 1979. Les politiques de son gouvernement ont provoqué la mort de près de deux millions de personnes.

Sommaire
•1 - Sa jeunesse
•2 - Sa montée vers le pouvoir
•3 - Son règne
•4 - Sa chute


Sa jeunesse

Issu d’une famille paysanne sino-khmère aisée liée aux autorités royales, Saloth Sar naît le 19 mai 1925 [1], à Prek Sbauv, dans la province cambodgienne de Kampong Thom. Il vit son adolescence à la campagne, où il suit l’enseignement bouddhiste dans le but de devenir moine. Passionné de politique, il s’engage dans le mouvement vietnamien anti-impérialiste de Hô Chi Minh au cours de la Seconde Guerre mondiale, et devient membre du Parti communiste indochinois en 1949.

Le gouvernement cambodgien lui accorde cette même année une bourse afin qu’il puisse effectuer des études de radio-électricité (EFREI, anciennement EFR) à Paris, de 1949 à 1953. Dès son arrivée en France, il rejoint les cercles du Parti communiste français, auprès desquels il se familiarise avec l’idéologie marxiste, et au sein desquels il passe la majorité de son temps.

Sa montée vers le pouvoir

Sans avoir obtenu le moindre diplôme, Saloth Sar devient professeur de français peu après son retour au Cambodge dans deux établissements privés de Phnom Penh, Chamroeun Vichea et Kampuchaboth (1956-1963).

Lorsque les Français se retirent d'Indochine en 1954, le roi Norodom Sihanouk est nommé à la tête de l'État et la monarchie est restaurée au Cambodge. Comme plusieurs de ses contemporains, Saloth Sar s'oppose au nouveau pouvoir et entre dans un parti communiste de faible envergure, le Parti révolutionnaire du peuple khmer (ce parti deviendra par la suite le Parti communiste du Kampuchéa, l'organe politique des Khmers rouges), pour y militer activement. Élu secrétaire du comité central du parti en 1962, les autorités chinoises commencent à montrer de l'intérêt pour Saloth Sar, le désignant sous le vocable de Political Potential.

En 1963, pour fuir la police, de plus en plus suspicieuse quant à ses activités politiques, Saloth Sar prend le maquis avec ses compagnons et entre dans la clandestinité. Il s'efforce alors de former les premiers combattants Khmers rouges avec l’aide et le soutien de la Chine.

Il est à noter qu'à cette époque, Mao Zedong voyait en lui un moyen aisé d'empêcher l'expansion du communisme soviétique dans la région.

À la fin des années 1960, la guerre que les États-Unis livrent au Viêt Nam s’étend au Cambodge, où les troupes américaines viennent débusquer, à l'aide de bombardements massifs, les forces vietnamiennes qui s’y étaient réfugiées pour fournir des armes au Front national de libération du Viêt Nam du Sud (Vietcong). Le 18 mars 1970, avec la bénédiction de la CIA, le maréchal Lon Nol orchestre un coup d'État et renverse la monarchie, incapable selon lui de faire respecter la loi dans le pays.

Une guerre civile se déclenche. Norodom Sihanouk et ses partisans se joignent aux Khmers rouges contre le nouveau régime sous un front commun : le Gouvernement Royal d'Union Nationale du Cambodge (GRUNC).

Malgré l'appui du Viêt Nam du Sud et des États-Unis, le régime de Lon Nol s'avère brutal, corrompu et incompétent dans la lutte contre le communisme. En 1973, la situation militaire se détériore et l'armée n'est en mesure que de défendre la capitale, Phnom Penh, surpeuplée de réfugiés fuyant les bombardements américains ou les mesures drastiques déjà imposées dans les zones rurales par les Khmers rouges. Ces derniers, sous la promesse de mettre un terme à la guerre, gagnent en popularité et passent, en l'espace de quelques années, de la guérilla à la guerre ouverte.

Son règne

Les forces communistes menées par Saloth Sar triomphent de l’armée de Lon Nol le 17 avril 1975, date à laquelle Phnom Penh tombe entre les mains des Khmers rouges, considérés au départ comme une force libératrice par la population. Saloth Sar se fait alors connaître comme « le frère numéro un » et adopte son nom de guerre: Pol Pot.

Dès leur prise de pouvoir, les Khmers rouges soumettent le pays à la dictature. Se servant de la légitimité du GRUNC pour gouverner, Pol Pot et ses sbires mettent en place un régime totalitaire qui entreprend rapidement d'éliminer tout individu lié au gouvernement de Lon Nol. Sous le prétexte fictif selon lequel les États-Unis s'apprêteraient à attaquer la ville, Phnom Penh est pratiquement vidée de ses deux millions d'habitants dans les jours qui suivent. Associés au capitalisme, tous les citadins, par la pointe du fusil, sont forcés d'aller travailler en campagne afin, dit-on, de nourrir la population.

Pendant près de quatre ans, les Khmers rouges font régner la terreur dans le pays, s'acharnant particulièrement sur la population urbaine et sur les intellectuels. Une prison d'État est instituée dans ce qui reste de Phnom Penh. Surnommé S-21, ce centre de détention incarcéra, entre 1975 et 1979, plus de 20 000 détenus, dont sept seulement survécurent. Tout ce qui pouvait rappeler la modernité ou l'Occident fut systématiquement détruit, telle la cathédrale catholique de Phnom Penh et la Banque nationale du Cambodge, toutes deux détruites par les flammes en 1975. La monnaie, la famille, la religion et la propriété privée sont abolies. Le Cambodge est coupé du monde.

Les Khmers rouges tardent à se doter d'un gouvernement. La République Khmère (nom donné au Cambodge depuis 1970) ne devient le Kampuchéa démocratique qu'en 1976. C'est à ce moment que Pol Pot est nommé Premier ministre et qu'une nouvelle constitution, un nouveau drapeau et un nouvel hymne national sont adoptés. Ailleurs dans le monde, les informations concernant le Kampuchéa démocratique arrivent au compte-gouttes, sauf en Chine et au Viêt Nam, où quelques journalistes et hommes politiques peuvent visiter le pays. Pour sa part, Pol Pot est pratiquement absent de la scène internationale. Personnage effacé et méconnu de son propre peuple, il se déplace peu et évite les interviews et les apparitions publiques.

À partir de 1977, après avoir survécu à trois tentatives d'assassinat et constatant l'incapacité des Khmers rouges à maintenir l'ordre, Pol Pot multiplie les purges de son parti, parsème les frontières de mines anti-personnelles et prêche une véritable guerre sainte contre le Viêt Nam, son ancien allié, à qui il impute la responsabilité de ses échecs. En outre, son gouvernement sème délibéremment la discorde avec ses voisins en exaltant des visées géographiques qui relèvent du délire. Dans une tentative de raviver l'économie à la dérive, Pol Pot élabore également un plan quadriennal aux effets catastrophiques, les objectifs ne pouvant être atteints que par un effort surhumain de la population.

Au total, plus d'un million et demi d’individus périrent dans ce chaos par les exécutions et la torture, le surtravail, la maladie non traitée ou la famine.

Sa chute

Pour en finir avec le régime des Khmers rouges dont l'hostilité anti-vietnamienne atteignait un paroxysme, le Viêt Nam envahit, le 7 janvier 1979, le Kampuchéa Démocratique avec l’aide de l’URSS, renversant le dictateur et mettant ainsi fin à la terreur qu’il avait instaurée. Avec l'aide de l'armée vietnamienne, un nouveau gouvernement est formé par d'anciens Khmers rouges opposés à Pol Pot, dont la plupart ont fui les innombrables purges de 1977-1978. Le Kampuchéa Démocratique devient la République Populaire du Kampuchéa.

Pol Pot et ses complices s'enfuient alors dans la jungle, où ils offrent une résistance au nouveau régime pro-vietnamien. Le chef des Khmers rouges quitte ses fonctions militaires en 1985. Condamné à mort par contumace par les autorités pour les crimes commis pendant son règne, il disparaît jusqu’à la fin des années 1990. Selon les dires de plusieurs personnes, il aurait coulé des jours paisibles bien loin de la jungle cambodgienne, dans une résidence luxueuse en Thaïlande. Il se serait, par ailleurs, livré au trafic illégal de bois et de pierres précieuses pendant cette période.

Ses anciens camarades le retrouvent, en juillet 1997, affaibli par la malaria et d'importants problèmes de santé. Sur ordre de son rival Ta Mok, il est arrêté par ses propres troupes pour l'assassinat de Son Sen, l'ancien chef de la sûreté du Kampuchéa Démocratique, il est condamné cette fois à une peine d'emprisonnement à perpétuité.

Alors que ses derniers fidèles désertent et que les États-Unis travaillent sur la mise en place d'un plan visant à le capturer et à le traduire devant la justice internationale, Pol Pot s’éteint le 15 avril 1998 à l’âge de soixante-neuf ans, officiellement d'une crise cardiaque. Certains journalistes ont prétendu qu’il s’était suicidé, d’autres qu’il avait été empoisonné par son médecin. La fin de son existence s'est déroulée dans des conditions particulièrement mystérieuses, qui laissent encore planer un doute quant à la véracité de l’annonce de sa mort. Sceptique vis-à-vis de l’identité du corps, le gouvernement cambodgien, appuyé par la communauté internationale, a demandé qu’une autopsie indépendante soit réalisée. Mais le corps a été incinéré très rapidement, et la preuve de la mort du dirigeant sanguinaire n'a jamais véritablement été confirmée.

Source: Wikipedia.org

Textes ajoutés par Sehrus
Dernière modification: Mercredi 28 Mars 2007


Edité le 26/10/2011 @ 18:17 par Sereypheap

signature.gif
#82067 View Sereypheap's ProfileView All Posts by SereypheapU2U Member
Haut de page 26/10/2011 @ 18:28 Bas de page
Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) Sereypheap
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_108.jpg
 
Messages 4467
Inscrit(e) le 14/09/2003
Nota bene, ne considérez pas trop cette biographie pour la vérité absolue !:clindoeil:

signature.gif
#82068 View Sereypheap's ProfileView All Posts by SereypheapU2U Member
Haut de page 28/10/2011 @ 07:28 Bas de page
Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) lebosskhmer
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_547.jpg
 
Messages 1665
Inscrit(e) le 03/01/2006
Lieu de résidence Phnom Penh, Cambodge
Seun Nmott a écrit

Voici pour compléter le tableau,

Mme Phèng Kunthea Bory, chef de protocole de Chea Sim.
Mr Chan Kosâl, Ponlâk Ho, tout deux lieutenant général,ex conseillers de Chea Sim.
Mr Chim Chanthân, commandant d'unité de garde du corps de Chea sim.
Khieu Bora, personnel du cabinet de Chea Sim

Ces cinq personnes ont été arrêtées( pour escroquerie)par la police militaire et mises en prison(Preu Sâr)depuis le 25 septembre 2011, sur demande de Chea Sim.





Les personnes citées ci-dessus, d'après mes sources, ont été effectivement arrêtées pour "escroquerie" en bande organisée, c'est pourquoi il y a eu autant de têtes tombées les unes après les autres, et ceci, en très peu de temps.

Chea Sim qui est en âge avancé dans la vie, a été victime sûrement; d'abus de confiance, d'utilisation frauduleuse de son identité pour des opérations commerciales illicites, ainsi que des détournements de fonds.

Par exemple, les dons en fonds privé de CS, normalement destinés à l'aide à la population pour contruire des grands canaux, écoles etc...ont été détourné par ses hommes de confiance, et bien sûr, les travaux n'ont jamais vu le jour...
Il s'était rendu compte en allant sur place.
De file en aiguille, beaucoup de manoeuvres ont été dissimulées discrètement derrière son dos...ont vu le jour, faisant










La vie n'est faite que d'effort et de perseverance, plus on en fournit et plus on en récolte...
#82092 View lebosskhmer's ProfileView All Posts by lebosskhmerU2U Member
Haut de page 28/10/2011 @ 10:02 Bas de page
Re : Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg
 
Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement
kaunklau a écrit

SEREYPHEAP avait écrit :

" ...Alors que ce Saloth Sar, ayant fait de hautes études en France, et qu'il n'a même pas compris cela..."

Saloth sâr ou POL POT , n'avait jamais fait grand chose comme étude en France !
Je crois qu'il avait un niveau CAP .

Je confirme, il n'a pas réussis à obtenir de haut diplômes,même si il a été étudié en france.

(et c'est Khieu Samphan le pote de jeunesse de verges, pas pol pot)

Ministre d'état-amiral en chef de la marine royale
#82093 View virgule's ProfileView All Posts by virguleU2U Member
Haut de page 28/10/2011 @ 10:04 Bas de page
Re : Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg
 
Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement
lebosskhmer a écrit

Chea Sim qui est en âge avancé dans la vie, a été victime sûrement; d'abus de confiance, d'utilisation frauduleuse de son identité pour des opérations commerciales illicites, ainsi que des détournements de fonds.


Un peu comme Mme Bettencourt qui n'a jamais su qu'elle cachait une île au FISC français, il achetée à l'insu de son plein gré....

:sygus:

Ministre d'état-amiral en chef de la marine royale
#82094 View virgule's ProfileView All Posts by virguleU2U Member
Haut de page 28/10/2011 @ 10:29 Bas de page
Re : Re : Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) Sereypheap
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_108.jpg
 
Messages 4467
Inscrit(e) le 14/09/2003
virgule a écrit

kaunklau a écrit

SEREYPHEAP avait écrit :

" ...Alors que ce Saloth Sar, ayant fait de hautes études en France, et qu'il n'a même pas compris cela..."

Saloth sâr ou POL POT , n'avait jamais fait grand chose comme étude en France !
Je crois qu'il avait un niveau CAP .

Je confirme, il n'a pas réussis à obtenir de haut diplômes,même si il a été étudié en france.

(et c'est Khieu Samphan le pote de jeunesse de verges, pas pol pot)


Double erreur de ma part, désolé !:clindoeil: Et c'est le plus ignorant des deux qui était à la tête du Cambodge à cette époque...

signature.gif
#82095 View Sereypheap's ProfileView All Posts by SereypheapU2U Member
Haut de page 29/10/2011 @ 03:10 Bas de page
Re : WikiLeaks: Les fissures au sein du CPP Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3643
Inscrit(e) le 10/01/2005
Ça arrive. On coupe qq têtes, et on les fait rouler devant les autres; et puis on leurs dit voilà qu'est ce qui se passe quand on est pas loyal....c,est comme ça que ça marche avec le dicatateur....kékéké....alors ne soyez pas trop content, le régime va rester pour 2 ou 3 générations....Vous ne savez pas? HS a un petit fils; le futur PM du SROK...kékéké......


Vous savez ce que Krom Ngoy a dit? Chkaourt sra, Chkaourt srey, chkaourt la-bègne, Chkaourt ormnagn. Fuck le dernier, c'est contagieux, ça tue full de monde....


#82099 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page