Board logo

Le Forum Khmer-Network » Cultures du Cambodge » Religion » Les funérailles ( bonn sop / bonn khmaoch )

Les funérailles ( bonn sop / bonn khmaoch )

Aekreach - 10/10/2009 à 17:10
Comme pou Seun Nmott a parlé de la cérémonie pour célébrer le 100ème jour du décès, voici un article qui détaille les différentes étapes du deuil avec leurs significations.


http://www.ine.edu.kh/website/fr/bulletin-magazine/numero08/Fun%C3%A9raille.pdf

petiteheidi - 10/10/2009 à 19:46
.

Edité le 20/10/2015 @ 00:13 par petiteheidi

Seun nmott - 10/10/2009 à 21:42
petiteheidi a écrit

J’ai entendu dire, qu’il y a un jour de la semaine que, les khmers n’incinèrent jamais leur mort…

Quel jour s’agit-il ? et y a-t-il une raison à ça ?



Si ma mémoire est encore bonne, il me semble qu'on(les khmers) n'incinère pas le mardi ni n'enterre pas le dimanche. Ce sont des recommandations des anciens.
C'est nuisible à la famille...
Je peux me tromper.

denvig - 10/10/2009 à 22:07
Bonjour Aekreach,

Curieuse coïncidence que ce sujet, justement aujourd'hui !

Cela fait quatre ans, jour pour jour, que mon mari a été incinéré à Phnom Penh...

J'ai voulu des photos... pour y croire... Je les ai eues... Plein écran... Le choc !

Ici, en France, on ne remet à la famille que des cendres fines, silencieuses....

Aussi, j'ai été très très impressionnée, lorsque j'ai sorti l'urne khmère, (très belle) de son coffret, d'entendre le bruit de ses os...

Cela amène à relativiser... Je suis prête... Presque...


Seun nmott - 10/10/2009 à 22:27
denvig a écrit

Bonjour Aekreach,

Curieuse coïncidence que ce sujet, justement aujourd'hui !

Cela fait quatre ans, jour pour jour, que mon mari a été incinéré à Phnom Penh...

J'ai voulu des photos... pour y croire... Je les ai eues... Plein écran... Le choc !

Ici, en France, on ne remet à la famille que des cendres fines, silencieuses....

Aussi, j'ai été très très impressionnée, lorsque j'ai sorti l'urne khmère, (très belle) de son coffret, d'entendre le bruit de ses os...

Cela amène à relativiser... Je suis prête... Presque...




Toutes nos sincères condoléances denvig, même si c'est quatre ans après.

Nous avons perdu un enfant(25ans) un 28/08/1998.
11 ans après ma femme n'a pas encore le courage de regarder la photo de ...

Aekreach - 11/10/2009 à 00:35
Encore une fois, je suis désolé de vous raviver des souvenirs douleureux. Je vous présente mes sincères condoléances à vous pou Seun Nmott et Denvig bien des années après.

J'ai assisté à la crémation de mon grand-père à la pagode de Kompong Luong au début des années 70. On avait attendu pendant plusieurs heures devant le crématorium situé à l'extérieur où on peut voir du début jusqu'à la fin. Une fois, que la dépouille était complétement consummée. Toute la famille a formé un cortège pour effectuer plusieur tours autour des cendres encore fumantes.

Ensuite, je me rapelle avoir ramassé de petits ossements pour les mettre dans une urne. Je devais avoir à peine 8 ans. J'avais du chagrin d'avoir perdu un être cher, cependant comme toute la famille était réunie et soudée, je n'ai pas ressenti d'angoisse.

D'ailleurs, avant la crémation, j'ai même dormi auprès de ma grand-mère près du défunt qui était placé dans la pièce principale de la maison pendant au moins trois nuits. Jours et nuits, il y avait des bonzes à la maison pour réciter des prières.

A la nuit tombée, mes paupières ne pouvaient pas résister à la fumée des encens parfumés et aux prières des bonzes, du coup, alors que j'étais plustôt un couche-tard, je m'endormais rapidement.

Dans la journée, les voisins et les amis venaient se recueillir devant la dépouille et certains restaient manger avec nous.

Puis, les jours qui ont suivi la crémation, avant chaque repas, ma grand-mère disposait une part devant la photo de mon grand-père en allumant des encens. Elle a continué ce cérémonial après les 100 jours.

Chez moi, à Phnom Penh, mon père faisait de même.

Je pense que quand on a aimé quelqu'un qui nous a quitté, on reste endeuillé toute sa vie durant. C'est pourquoi, je n'aime pas trop l'expression suivante : "J'ai fait le deuil". Ca sous-entend qu'on ne pense plus au défunt.

petiteheidi - 11/10/2009 à 20:47
.

Edité le 20/10/2015 @ 00:13 par petiteheidi

Aekreach - 11/10/2009 à 23:39
petiteheidi a écrit


Comme vous, ami Aekreach, étant petit, nous étions souvent en contact direct avec la mort. Est-ce bon ou mauvais pour un enfant, quel est ton avis ?



En France, depuis l'avènement de la Sécurité Sociale, les gens meurent plus à l'hôpital que chez eux entourés des leurs comme au Cambodge.

Rares sont les familles mêmes khmères qui acceptent de récupérer la dépouille mortelle pour la veillée mortuaire à la maison. Les morts sont entreposés dans les chambres froides à la morgue et n'en resortent que le jour des funérailles.

Les enfants en sont parfois éloignés pour ne pas les traumatiser...

Pire encore, les vieux devenus encombrants sont abandonnés dans des maisons de retraite faisant office d'antichambre de la mort.

Au Cambodge, si toi comme moi, avions pu être en contact direct avec la mort, c'est parce que les trois générations y cohabitaient dans la même maison ou bien n'étaient pas trop éloignées. Les petits enfants voyaient leurs grand-parents quasiment tous les jours.

La société de consommation nous apporte certes beaucoup de confort matériel, mais a parallèlement considérablement réduit la cellule familiale.

Tout cela manque un peu d'humanité et de chaleur humaine.

Pour ma part, la mort ne doit pas être un tabou, puisqu'elle fait partie de notre bref passage sur Terre. C'est pour cette raison, que je pense qu'on doit laisser les enfants assiter aux derniers souffles d'un membre de leur famille quand l'occasion se présente. Ce qui peut être en revanche traumatisant pour un enfant voire même pour un adulte, c'est l'image d'une mort violente ( suicide, assassinat, accident, etc... ).

Quand j'ai assisté à la crémation de mon grand-père, pendant que le cercueil se consummait, ma grand-mère me demandait de bien observer la fumée qui s'élevait dans le ciel. A cet instant là, j'avais l'impression de l'accompager du regard jusqu'au ciel. Et, je continue à croire qu'il veille encore sur moi.









Edité le 12/10/2009 @ 00:42 par Aekreach