Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
« 1  2  3  4 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé   ( Réponses 86 | Lectures 11708 )
Haut de page 07/01/2009 @ 10:47 Bas de page
POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) Administrateur
Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

cambodiw.gif
 
Messages 314
Inscrit(e) le 11/09/2007

POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé

Depuis le retour à la paix, et la restauration de la Monarchie en 1993, le 7 janvier est régulièrement l’objet de tensions entre les différences forces politiques du pays. Cette année, c’est toutefois sans véritable opposition que le PPC célèbrera « son » anniversaire. Décryptage


Janvier 1979
Le Cambodge, alors dénommé Kampuchéa Démocratique, est sous le joug des Khmers Rouges depuis maintenant près de 4 ans. Appliquant à la lettre les principes maoïstes, Pol Pot et les autres dirigeants du mouvement communiste transforment le Cambodge en véritable camp de travaux forcés. Peu importent les pertes humaines, le nouveau pouvoir souhaite régénérer la société cambodgienne qu’il juge au mieux trop faible, au pire corrompue par l’étranger. C’est justement ce nationalisme primaire qui va conduire les Khmers Rouges à leur perte.

Lançant plusieurs raids meurtriers sur la frontière vietnamienne, les Khmers Rouges, forts du soutien chinois, se sentent suffisamment forts pour revendiquer les provinces perdues du Kampuchéa Krom. Que ce soit par refus de cette politique exacerbée, ou plus simplement par peur des purges qui secouent l’appareil du Kampuchéa Démocratique, plusieurs milliers de cadres et soldats Khmers Rouges désertent et rejoignent le Vietnam qui les regroupe bientôt au sein d’un Front Uni National pour le Salut du Kampuchéa (FUNSK). C’est donc avec l’appui du FUNSK que les forces vietnamiennes lancent plusieurs opérations punitives tout au long de l’année 1978. C’est seulement au début 1979 que le conflit éclate ouvertement, et rapidement les forces Khmères Rouges sont défaites et repoussées à la frontière occidentale. Le 7 janvier 1979 Phnom Penh est donc libérée du joug Khmer Rouge.

Libération ou occupation ?
Lorsque les Khmers Rouges sont chassés de la capitale et du pouvoir, le soulagement est général au sein de la population, comme au sein de la diaspora. Un régime communiste succède toutefois à un autre régime communiste. Et ceux qui dirigent désormais le pays sont sous le contrôle direct des vietnamiens ravivant les vieilles peurs. La présence vietnamienne aurait-elle été mieux acceptée si elle avait été écourtée? Probablement, toujours est-il que les vietnamiens allaient garder la main mise sur le Cambodge plus d’une décennie. Une présence forcée qui aujourd’hui encore ravive les anciennes fractures. Si le PPC, héritier politique du FUNSK, n’a eu de cesse de commémorer cette « victoire du peuple Cambodgien », ses opposants, monarchistes ou nationalistes, ont continuellement depuis dénoncé cette date comme celle du début de l’occupation vietnamienne. C’est ainsi que depuis 1993, au gré des fortunes politiques, le 7 janvier est successivement exclu puis intégré dans la liste des jours fériés officiels au gré des fortunes politiques.

Encore récemment, le 7 janvier était l’objet de tensions politiques entre PPC, FUN et autre PSR, d’autres mouvements plus marginaux, comme le Front des étudiants, en profitaient pour manifester leur ultranationalisme. Cette année toutefois, fort de son écrasante victoire aux dernières législatives et du morcellement d’une opposition bien silencieuse, et en dépit des biens inoffensives bombes découvertes vendredi dernier, Hun Sen et le PPC peuvent en toute tranquillité célébrer la « victoire » de 1979. 40.000 personnes sont en effet annoncées au Stade Olympique. Est-ce à dire que le 7 janvier est désormais accepté par toute la population, probablement pas. Les Cambodgiens ont peut-être tout simplement décidé de tourner la page des querelles commémoratives. Et de laisser au vainqueur du moment le plaisir de s’auto-congratuler.


Ke Bun Tha (LePetitJournal.com Cambodge) mercredi 7 janvier 2009

L’an dernier dans le LPJ : Un 7 janvier contesté - Libération ou occupation ? Le Cambodge commémore aujourd’hui le renversement du régime Khmer Rouge par les troupes vietnamiennes et leurs alliés. Cette célébration ne fait pas l’unanimité. Retour sur un des évènements clés de l’histoire moderne du Royaume http://www.lepetitjournal.com/content/view/22467/1841/


Photo : Le monument de l'amitié Khmèro-Vietnamienne à Phnom Penh (crédit: Asean View Report)




Sources : http://www.lepetitjournal.com/content/view/34888/1841/
#62282 View Administrateur's ProfileView All Posts by AdministrateurU2U Member
Haut de page 07/01/2009 @ 16:43 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg
 
Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement

B1-Ka-set-468x60.gif


Le 7 janvier 1979 : libération ou occupation, comment les Cambodgiens veulent-ils s'en souvenir ?

Par Duong Sokha et Stéphanie Gée
07-01-2009


Le 7 janvier 1979, les forces du Funsk (Front uni national pour le salut du Kampuchea) et les troupes vietnamiennes prenaient Phnom Penh, mettant fin aux 3 ans 8 mois et 20 jours de régime khmer rouge. Après avoir acclamé l'intervention du pays voisin, les Cambodgiens, au fil du temps, commenceront à nourrir de l'hostilité envers l'occupant, qui ne quittera le territoire que dix ans plus tard. Pour les Cambodgiens, cette date marque la sortie de l'enfer du régime de Pol Pot. Nombre d'entre eux s'agacent cependant de la récupération politique qui est faite de cet événement. Le 7 janvier continue en effet d'opposer le clan gouvernemental, pour qui il symbolise la libération, au camp de l'opposition, pour qui il ouvre la période d'occupation vietnamienne.

Une querelle de clochers
Le 20 mai dernier, à l'occasion de la célébration de la "Journée de la haine" et à l'approche des élections législatives au Cambodge, le Premier ministre Hun Sen a de nouveau défendu "l'héritage du 7 janvier", rappelant à ses détracteurs que "sans 7 janvier, on ne pourrait pas juger aujourd'hui Ieng Sary, Nuon Chea et Khieu Samphan". Le ton donné aux festivités de mercredi 7 janvier a confirmé toute l'importance que le Parti du peuple cambodgien (PPC), au pouvoir, accorde à cette date symbolique.

Le 1er janvier, dans un courrier adressé au quotidien anglophone Cambodia Daily, le leader de l'opposition parlementaire, Sam Rainsy, écrivait que "lorsque l'armée communiste vietnamienne a envahi le Cambodge pour nous 'libérer' des Khmers rouges, on a très vite réalisé qu'on tombait de Charybde en Scylla [n'échapper à un danger que pour tomber sur un autre, pire]". Au lieu de dire que sans 7 janvier 1979, rien n'aurait été fait de ce qui a été accompli depuis, continuait-il, il vaudrait mieux affirmer que "sans 17 avril 1975, il n'y aurait pas eu besoin de 7 janvier 1979", deux dates "inextricablement liées", selon lui.

Le débat semble sans fin entre les deux camps. Beaucoup souhaitent que l'on s'en tienne à la vérité historique, sans résonance politique aucune.

Avant tout, une "libération" ?

Un professeur de l'Université royale de Phnom Penh, M. Lim, se souvient du 7 janvier 1979 : "C'était le plaisir d'avoir à manger des aliments solides, la liberté de déplacement retrouvée, les retrouvailles ou la recherche de ses proches... On ne comprenait pas trop ce qui se passait. [...] Même si les Vietnamiens sont nos ennemis héréditaires, ils se montraient gentils avec nous. C'est plus tard que les histoires de pillages, de viols, de crimes commis par leurs soldats ont commencé à circuler. Il est vrai qu'on gardait une certaine méfiance à leur égard."

Que le 7 janvier se retrouve au cœur de querelles politiques et que son souvenir soit détourné pour servir les intérêts de partis l'exaspère. "Cette journée doit garder une portée uniquement historique, plaide-t-il. Je ne suis pas contre qu'on la célèbre mais de manière neutre."

Appel à la tolérance
Pour Chea Vannath, observatrice de la vie politique et ancienne présidente du Centre pour le développement social, "le 7 janvier doit rappeler aux Cambodgiens qu'il ne faut pas se diviser". "Je respecte les opinions de chacun sur la lecture à en donner et ne souhaite pas trancher car l'important est le respect mutuel dont nous devons faire preuve les uns envers les autres. Nous devons apprendre à vivre ensemble malgré nos différences. Le 7 janvier ne devrait pas poser problème : ce jour-là, des millions de Cambodgiens sont sortis de l'horreur khmère rouge. Le problème, c'est le prolongement du séjour des troupes vietnamiennes sur notre territoire. Il ne faut pas marcher sur les mêmes pas que par le passé !"

Les faits, rien que les faits

Libération ou invasion ? Tout est question d'interprétation, souligne pour sa part Dy Khamboly, auteur du livre "Histoire du Kampuchea démocratique (1975-1979)", publié en 2007 par le Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam). Dans ce livre, explique-t-il, il n'a pas voulu prendre position et a choisi avec soin ses mots. "Ainsi, il est écrit que les troupes vietnamiennes sont 'entrées' au Cambodge ce jour-là. C'est neutre."

Il est fréquent de constater, relève-t-il, "que les Cambodgiens ont vécu cette journée comme une sortie du régime de Pol Pot tandis que ceux qui vivaient alors à l'étranger ont tendance à penser qu'elle consacre le début de l'occupation vietnamienne".

"Evitons de ramener tout à la politique ! Il est important de rapporter cette période de l'histoire à la nouvelle génération mais en tant que vérité historique, en s'en tenant aux faits !", estime l'historien, qui fait observer qu'alors, peu de Cambodgiens savaient que ces événements s'étaient produits un 7 janvier car ils avaient perdu toute notion du temps...
#62290 View virgule's ProfileView All Posts by virguleU2U Member
Haut de page 07/01/2009 @ 21:37 Bas de page
Re : Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
virgule a écrit



Les faits, rien que les faits

Il est fréquent de constater, relève-t-il, "que les Cambodgiens ont vécu cette journée comme une sortie du régime de Pol Pot tandis que ceux qui vivaient alors à l'étranger ont tendance à penser qu'elle consacre le début de l'occupation vietnamienne".




Oui, personnellemnt je souscris tout à fait à ce qui est dit ci-dessus.

Seuls les Cambogiens qui ont vécu le drame de 75/79 sont en mesure de donner une signification à ce 7 Janvier 1979.

- D'autant que, dans le monde occidental de 79, Vietnam était synonyme de "Monde Communiste" - l'Axe du mal d'alors !

- Au point que Sihanouk lui-même, l'ONU et les principales puissances y siégeant ont été capables de continuer à soutenir financièrement et politiquement le régime KR du Kampuchéa Démocratique déconfit, au point de lui conserver même son siège à l'ONU en gardant le silence sur les crimes commis!!!

- Dans ces conditions, peu de personnes, même soi-disant qualifiées - HORS LES CAMBODIENS du SROK -sont habilitées à juger cette période 79/89
#62293 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 08/01/2009 @ 00:56 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) petiteheidi
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

yingyang.gif
 
Messages 987
Inscrit(e) le 02/11/2007
..

Edité le 28/10/2015 @ 22:45 par petiteheidi
#62294 View petiteheidi's ProfileView All Posts by petiteheidiU2U Member
Haut de page 08/01/2009 @ 07:41 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3699
Inscrit(e) le 10/01/2005
C’est difficile, c,est difficile à avaler ce destin

Nous somme un peuple qui mange dans la main de son maître et qui se laisse caresser la tête comme un chien par cette même main. C’est notre destin. L’intelligence de nos dirigeants à cette époque est ce destin aujourd’hui. La culture de penser et d’agir de nos dirigeants est ce destin. Notre infériorité est ce destin. Kékéké.....il faut l’accepteer et célébrer ça en grande pompe, ok? Kékéké....

Avec cette lancé d’une pierre deux coups, les Viets nous ont mis à genoux devant eux pour toujours. C’est dure à avaler. Mais c’est notre destin. Il faut accepter ça avec sourir et il faut fêter le 7 janvier comme des survivants imbéciles heureux. C’est notre destin : imbécilement inférieurs et heureux. Heureux d’être '' sauvé '' par des ennemis ( Viets) et des born-again-bouddhiste ( kékéké ou BAC = born again-christian, comme ce ex-chef khmer-rouge qui est devenu chrétien ). Imbécile: il faut fêter ça pour remercier notre '' sauveur ''.

Sauveur mon cul. Mais c’est notre sauveur quand même kékéké.....Sauver les vies, c,est un acte moralement humanitaire. Sauver les vies de nos ennemis, c’est un acte politiquement immoral, mais politiquement payant., comme quoi rien n’est gratuite dans ce monde, ça nous a coûté 30 ans de servitude, et....fxxck qu,est ce que je dis là kékéké.....


Alors, pour moi, le 7 janvier, ce sera une journée modérément heureux et exagérément imbécile de fêter ça en grande pompe dans un stade........kékéké



#62295 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 08/01/2009 @ 13:31 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10186
Inscrit(e) le 27/12/2005
30 ans après:
Quelques images du stade olympique, un lieu mythique,07/01/2009

20090108104305xj1.jpg


toujours difficile à..
20090108104225yz4.jpg

30 ans après pas un seul des dirigeants KR est condamné?

Les photos sont de K7

Contrairement à petiteheidi , moi c'est je suis arrivé en France en 1980 que j'ai entendu parler du 7 janvier.
J'ai déjà dis et je le répète à nos amis que quand les Nirdey de Pol Pot chasse les Piryaop(mi78, région4)), les quelques villages(au moins 4) de 1000 à 3000 "habitants" sont évacués vers un lieu inconnu dont on ne revoit plus les gens revenir. Mon village est le dernier de la liste.
Les piryaop sont implosés, prennent le tonlé sap, poursuivis par les Niredei. Ainsi, nous sentons débarrasser de nos gardiens, alors nous essayons de nous nous sauver...

Pour moi, c'est cette querelle interne qui nous a permis de s'en fuir.

Pendant presque deux semaines que nous cherchons à rejoindre une ville, errant dans les bois, nous étions une dizaines. Lorsqu'on approche à un petit village au sud de Battambang que des gens sont venus nous faire entrer en vitesse, il était 5h de l'après midi. Ils ont peur des élément KR qui rodent encore au tour du village et n'hésitant pas à crever ceux qui les trouvent en face.
DE là j'ai senti que les gens sont de nouveau à la ville ou chez soi. Puis j'ai appris comme les autres la présence des ...

Et puis j'ai aussi pensé à cette phrase, si bay euv tin pi tauch daol thom, min del niyeay reung kunn, si bay ké muoy pèl kum ma chivit.:rire1:

Rien n'existe qui n'ait au préalable été rêvé. © Ismaël Mérindol (1466)
#62298 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 08/01/2009 @ 15:25 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) virsna_fr
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 510
Inscrit(e) le 09/06/2003

1979, nous etions dans un district pres de Sisophon. Le matin, les tirs de canon se faisaient entendre. Vers l'apres midi les premiers colonne de blindes se defilaient devant les villages, les chars venant de direction de Siem Reap. Les habitants se precipitaient donc vers les soldats pensant que les khmers Serey venaient les liberes. Mais il n'y avait eu aucune conversation possible, entre les soldats et les habitants. Puis les silences... Un habitant ont cru comprendre et puis il racontaient plutart au villageoire que c'etait les "Youn". Et puis un autre racontaient que c'etait les " Youn khiev".
La nuit tombee, la rumeurs disant que les khmers rouge risquaient de revenir. Les habitants du village se partageaient alors en deux groupes , ceux qui ont eu peur des khmers rouges et les temeraires.
Nous, nous etions les truyards. Nous prenions nos affaires ( pas grandes choses bien sur)et poursuivions les colonnes de soldats. Jusqu'a Batambang.
Nous restions dans cette region quelque mois, avant de s'enfuire vers la Thailande, repassant par Sisophon.
A Battambang, nous assistions aux pillages de cette villes: ce qui representaient des objets de valeur ont ete demontes et transportes dans les camions , destination inconnue(par contre il n'y a pas eu de violences envers les populations).

virsna
#62301 View virsna_fr's ProfileView All Posts by virsna_frU2U Member
Haut de page 09/01/2009 @ 10:07 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes

Merci beaucoup pour vos témoignages

- Sur ce lien du monde.fr :

http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3216,50-1139307,0.html

- cet article :

Reportage

Les Cambodgiens célèbrent la chute des Khmers rouges et s'interrogent sur les procès en cours

LE MONDE | 08.01.09 | 14h44 •
BANGKOK CORRESPONDANT


[ Le Cambodge a commémoré, mercredi 7 janvier, le renversement du régime des Khmers rouges par l'armée vietnamienne voici trente ans, sur fond de polémique sur le sens de cette célébration et sur les poursuites en justice à l'encontre de ses anciens responsables.

Le Parti du peuple cambodgien (PPC), au pouvoir, a déployé une cinquantaine de milliers de participants au Stade olympique, à Phnom Penh, pour une parade civile à la gloire de "la victoire du 7 janvier" 1979 et remerciant le Vietnam qui a "sauvé le pays du génocide" perpétré par le régime du défunt Pol Pot entre 1975 et la fin 1978.

Près de 2 millions de personnes sont mortes de brutalités et de famines au cours de cette période, jusqu'à ce que l'armée communiste de Hanoï envahisse le pays et renvoie les chefs khmers rouges dans la jungle.

Les petits partis d'opposition, qui n'ont plus qu'une représentation symbolique au Parlement, étaient absents de cette commémoration. Plusieurs voix ont critiqué une "appropriation" de la date par le PPC du premier ministre Hun Sen. Le porte-parole du gouvernement Khieu Kanarith a affirmé que tous avaient été invités. Des critiques reprochent aux autorités de gommer de l'histoire les dix années d'occupation militaire vietnamienne qui ont suivi la guerre éclair de décembre 1978. Le PPC est lui-même issu de l'administration sous tutelle qui avait alors été installée par Hanoï.

Surtout, le président du Sénat, Chea Sim, qui a fait partie de l'équipe dirigeante sous occupation, s'est abstenu dans son discours de toute référence au procès des cinq plus importants survivants de la direction khmère rouge devant le tribunal à participation internationale installé depuis trois ans à Phnom Penh. L'ONG Human Rights Watch a lancé une vigoureuse attaque contre le fait que "trente ans plus tard, personne n'a été jugé ou condamné pour les crimes d'un des régimes les plus sanglants du XXe siècle". Il a qualifié le processus judiciaire en cours de "profondément défectueux" en ce qu'il prête le flanc à des accusations de corruption et d'"ingérences politiques" de la part du gouvernement de Hun Sen, un ancien commandant intermédiaire khmer rouge passé dans le camp vietnamien.

Sur les cinq personnes détenues à Phnom Penh depuis 2007, seul Kaing Guek Eav, dit "Douch", a été mis en accusation à la suite d'une instruction le rendant personnellement responsable de la mort d'au moins 12 380 personnes, par torture, entre 1976 et 1978, au centre d'interrogatoires "S-21". Les instructions toujours en cours concernent les quatre plus hauts dirigeants politiques encore en vie : Nuon Chea, 83 ans, Ieng Sary, 84 ans, Ieng Thirith, 79 ans, Khieu Samphan, 78 ans. Pol Pot est mort en 1998.

Le gouvernement nie toute implication dans la lenteur des travaux. Mais des dissensions ont éclaté au sein du tribunal où des magistrats nommés par les Nations unies, par accord international, sont incorporés à une justice cambodgienne dont la réputation n'est pas flatteuse.

Le co-procureur canadien Robert Petit tente d'ajouter à la liste des suspects de crimes contre l'humanité six nouveaux accusés potentiels, et de l'élargir au niveau de responsabilité inférieur aux principaux dirigeants politiques, afin de renforcer "la crédibilité" du jugement.

Son homologue cambodgienne, Chea Leang, vient de réaffirmer, quant à elle, la position classique de Phnom Penh : le tribunal remplira son mandat en procédant "rapidement" sur les cas déjà en cours d'examen. ]

Francis Deron


Chronologie


1960 : Pol Pot fonde le Parti communiste khmer.

18 mars 1970 : renversement du roi Norodom Sihanouk par le général proaméricain Lon Nol.

17 avril 1975 : les Khmers rouges entrent à Phnom Penh. Ils seront accusés d'avoir provoqué la mort de près de deux millions de personnes déportées à la campagne.


25 décembre 1978 : entrée des troupes vietnamiennes au Cambodge.

7 janvier 1979 : Phnom Penh tombe. Les Khmers rouges reculent vers la frontière thaïlandaise.

22 juin 1982 : formation, dans le maquis, d'un "gouvernement de coalition" autour des Khmers rouges pour lutter contre le régime provietnamien de Phnom Penh.

23 octobre 1991 : signature à Paris d'un plan de paix, suivi d'élections législatives.

1998 : mort de Pol Pot à 73 ans.

6 juin 2003 : accord entre le Cambodge et l'ONU sur la constitution de tribunaux destinés à juger les dirigeants khmers rouges.

8 août 2008 : le Tribunal spécial pour les Khmers rouges (TKR) met en accusation Kaing Guek Eav, "Douch", pour la mort par torture d'au moins 12 380 personnes.


Article paru dans l'édition du 09.01.09




#62331 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 09/01/2009 @ 12:43 Bas de page
Re : Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) virsna_fr
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 510
Inscrit(e) le 09/06/2003
Originally Posted by virsna_fr


1979, nous etions dans un district pres de Sisophon. Le matin, les tirs de canon se faisaient entendre. Vers l'apres midi les premiers colonne de blindes se defilaient devant les villages, les chars venant de direction de Siem Reap. Les habitants se precipitaient donc vers les soldats pensant que les khmers Serey venaient les liberes. Mais il n'y avait eu aucune conversation possible, entre les soldats et les habitants. Puis les silences... Un habitant ont cru comprendre et puis il racontaient plutart au villageoire que c'etait les "Youn". Et puis un autre racontaient que c'etait les " Youn khiev".
La nuit tombee, la rumeurs disant que les khmers rouge risquaient de revenir. Les habitants du village se partageaient alors en deux groupes , ceux qui ont eu peur des khmers rouges et les temeraires.
Nous, nous etions les truyards. Nous prenions nos affaires ( pas grandes choses bien sur)et poursuivions les colonnes de soldats. Jusqu'a Batambang.
Nous restions dans cette region quelque mois, avant de s'enfuire vers la Thailande, repassant par Sisophon.
A Battambang, nous assistions aux pillages de cette villes: ce qui representaient des objets de valeur ont ete demontes et transportes dans les camions , destination inconnue(par contre il n'y a pas eu de violences envers les populations).

virsna



Les populations ont ete abandonne. Juste liberer mais il n'yavait rien d'autre. Copmme si c'etait une invasion et c'etait tout.
Les gens devaient se debrouiller tout seul pour chercher les premiers besoins: riz et autres dans les villages recules ou les combats venaient d'etre termine. Les cadavre jonches sur les long de la route. Mon frere et moi etions parti pour trouver les nourritures a des kms de Battambang. Nous allions a pieds jusqu'a Phnom Sampeuv pendant des jours. Ma mere a la maison attendaient avec chagrin notre retour. L'aventure n'etait pas sans risque car il faudrait suivre de pres l'avance des troupes. Car une fois le village libere il fallait etre parmi les premiers a servir sinon plus rien.
Ensuite nous nous approchions les villages de peche pour pouvoir profiter les descentes en bateau vers le Tonle Sap. Entre le Tonle Sap pour la viande de poisson et les riz dans le village recule il fallait trouver un endroit de compris.
Puis le commerce s'installait. les ecahnges se faisiant en or et en pierre pierre precieux. Puis qq mois plutard c'etait le commerce entre la frontiere thai. Nous nous partions entente qu'eclaireur. D'abord pour faire les achat de nourriture et en meme temps la preparation de la fuite vers la Thailande. C'etait une adventure a l'Indianajone mais en reel et plus dangereux. Nous ne devions pas ecarter des pas deja tracer. Les mines etaient partout dans la foret. Nous avons vu parfois les troupe khmers rouge alentour. Mais la faim a passe par la. Nous apprenions plus tard que c'etait eux qui faisaient les gendarmes dans cette partie de la foret pour eviter les pillages et puis surveiller s'il n'ayait pas des troupes des soldats.

Tout cela pour vous dire que si les viets apres l'invasion repartait dans son pays tranquillement, j'aurai accepte le terme de liberation mais 30 ans plutard la presence de la main mise vietnamien au Cambdoge est toujours. Donc personnelement, le terme d'occupation est plus adapte.
Et je crois meme qu'actuellement, la guerre de frontiere avec la Thailande n'est pas innocente.Car elle veut aussi une part de gateau.

Virsna
#62334 View virsna_fr's ProfileView All Posts by virsna_frU2U Member
Haut de page 09/01/2009 @ 15:11 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10186
Inscrit(e) le 27/12/2005
Il est évident que beaucoup de Cambodgiens voient les troupes vietnamiens en libérateurs en 1979. Dire le contraire ce n'est pas suffisant, puis ce sera que des mensonges. Par ce que deux jours avant 79 ni deux jours après, personne n'est là pour les sortir de cet enfer.
Dites moi si je me trompe.
Ces gens ont bien le droit de le dire et de le fêter.
Donc libération pour eux sans aucun doute.

Si les cambodgiens de l'étranger ne crient pas bien fort, les bodoïs sont encore là aujourd'hui.

Aller jeter un coup d'œil avec moi en arrière.
Le roi Anduong est mis sur le trône par les thaïs
Le roi Sihanuk par les français
Le maréchal LON NOl par les USA
le camarade POl Pot , la Chine
Le PPC .....

Je pense que c'est le tour des Vietnamiens, ils reviennent 200 ans après. Puis que les khmers ne sont pas capables de se relever tout seul.
Il ne suffit pas de monter sur le toit et crier fort pour faire fuir les voleurs, je pense.

Il y a beaucoup de choses à construire et à reconstruire, ce que certains sont en train de le faire.

Une chose que je n'oublie pas, s'il est fort c'est par ce que je suis faible.

Le prochain libérateur, ce sera qui?
#62336 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 09/01/2009 @ 16:20 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) petiteheidi
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

yingyang.gif
 
Messages 987
Inscrit(e) le 02/11/2007
.

Edité le 28/10/2015 @ 22:46 par petiteheidi
#62337 View petiteheidi's ProfileView All Posts by petiteheidiU2U Member
Haut de page 09/01/2009 @ 17:04 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) smors.sor
Membre Senior
MembreMembreMembreMembre

xlmandhl3.jpg
 
Messages 408
Inscrit(e) le 15/05/2008
Le prochain libérateur sera smors.sor koun kat bourn sah :lol: chen khmer alsace :bretagne:
Un vrai breton bridé ou un vrai khmer celtique :lol:

Les paroles sincères ne sont pas élégantes ; les paroles élégantes ne sont pas sincères. [Lao Tseu]
#62338 View smors.sor's ProfileView All Posts by smors.sorU2U Member
Haut de page 10/01/2009 @ 04:05 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3699
Inscrit(e) le 10/01/2005
petiteheidi a écrit


Voila ! et rebelote,mais tu n’écoutes rien, toi aussi.

Je viens juste de le dire ci-dessus qu’il s’agit de l’ occupation de VIETS,et toi tu prétends dire le contraire.
Comme disait l’ « autre » : Dauchh chhiat toek le kbal tir. C’est exactement ce que nous reproche le professeur Keng Vann Sak.

Mais arrêter de vous larmenter, ces VIETS ne nous auront pas facilement ; s’il faut les rechasser,nous redéploierons les même banderoles sur les rues de Paris ‘’ Vietnams go home ’’.

Je voudrais m’en excuser auprès de notre cher Seun Nmott :c’est juste pour rire…





Kékéké....je vois que vous êtes un '' fan '' du professeur, Keng Vann Sak. C'est votre maître à penser...kékéké ( joke ). Moi, pas de maître à penser, ni vie, ni politique, ni foot, ni cul,....kékéké. Moi, je ne connais pas le prof. Keng Vann Sak. Alors le texte, c'est pour quand.


Maintenant le 7 juillet. On dit souvent libérateur ou envahisseur. Je me sens que l'on me force à prendre une décision. Snif. Snif. Voyez-vous....je ne suis pas sûr. Je me demande si il faut pas envahir avant de libérer. Ou s'il faut faire le contraire, libérer et par la suite envahir...dans le sens dominer, occuper, remplir....de colons kékéké. je me demande aussi, si libérer était une intention première, si il était de bonne foi. S'il n'était pas falacieux. S'il était politique. Si c'était politique, alors ce n'était pas humanitaire. Parce que la politique n'a pas de morale kékéké anyway...je m'en contre crisss...., je suis toujours vivant, je sais que rien n'est gratuit dans ce monde, et que les Viets nous ont pas '' libéré ', pour nos beaux yeux, alors ils peuvent prend Angkor, Preah Virhir ou ...même le Cambodge,...je n'en calice pas mal kékéké, je suis toujour vivant kékéké






Edité le 10/01/2009 @ 03:09 par BAC
#62343 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 10/01/2009 @ 11:01 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes


- Sur ce lien du Monde.fr :

http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3232,50-1139810,0.html

- cette longue "analyse" de Francis DERON, correspondant du Monde à Bangkok :


Le Cambodge toujours en convalescence,

par Francis Deron
LE MONDE | 09.01.09 | 13h48

[ Trente ans après la chute du régime des Khmers rouges, le Cambodge est encore un grand malade en convalescence de longue durée. La paix y est revenue, une stabilisation politique s'est instaurée, mais rien n'est encore acquis pour un pays souffrant d'un traumatisme considérable qui conditionne en grande partie son organisation.

L'armée vietnamienne a mis fin militairement, le 7 janvier 1979, au "Kampuchéa démocratique" de Pol Pot (mort en 1978) pour faire cesser ses provocations militaires incessantes sur la frontière entre les deux pays. Après coup, elle découvrit qu'elle avait mis fin à une des plus graves hécatombes politiques du XXe siècle : 1,7 à 2 millions de morts par violences et famines - un quart à un tiers de la population - en moins de quatre ans de révolution communiste radicale. L'occupation vietnamienne qui a suivi s'est achevée pour l'essentiel en 1989.

Trois décennies après ces événements - qui furent suivis d'une longue guérilla trouvant sa conclusion dans un accord international en 1991 -, le Cambodge reçoit une aide globale de ses donateurs, gouvernements étrangers et agences privées confondus, de 600 à 700 millions de dollars par an (440 à 515 millions d'euros). Soit sensiblement plus que ses propres recettes fiscales (un peu plus de 400 millions de dollars). De 1992 à 2007, la communauté internationale lui a fourni près de 8 milliards de dollars en assistance au développement, dont un quart provenant de l'Union européenne.

Mais les problèmes structurels sont tels que 35 % de sa population - 14 millions d'habitants estimés - vivent sous la ligne de pauvreté absolue avec un revenu de 0,50 dollar par jour. La crise alimentaire de 2007 a grossi leurs rangs de plus d'un million de personnes. Parallèlement, une fraction minime des citadins empoche les fruits d'une spéculation foncière et immobilière galopante et consomme du luxe à l'image des bourgeoisies des pays des environs.

Les plus graves problèmes restent la corruption et la contrebande de ressources naturelles exportées. Ces dérives sont en grande partie imputées au gouvernement et à ses représentants. Si ces détournements cessaient, le pays pourrait espérer récupérer une part des 400 millions de dollars ainsi soustraits, chaque année, à la richesse nationale. Les dessous-de-table coûtent en outre près de 300 millions de dollars aux firmes nationales et étrangères qui intègrent cette ponction dans la facture finale. Le Cambodge figure parmi les pays les plus mal classés dans les listes des régions du monde touchées par les pratiques corruptives selon les organisations internationales dont Transparency International.

Ces chiffres relativisent l'embellie économique du Cambodge avec une croissance de quelque 10 % voici encore deux ans. Avant la crise financière de 2008, le pays se préparait néanmoins à enregistrer un tassement de ces chiffres consécutif à la baisse de la demande de son principal marché d'exportation, les Etats-Unis, pour sa principale production, le prêt-à-porter.

Pour bon nombre d'analystes, la corruption trouve sa source dans le système de clientélisme mis en place au milieu des années 1990, dans une absence complète de structures juridiques et de maintien de l'ordre civil après le règne de brutalité extrême des Khmers rouges. "Comment voulez-vous croire en quoi que ce soit en termes de droit, quand vous avez vu pendant des années des assassins s'afficher publiquement sans craindre le moins du monde pour leur confort ?", est une réflexion qu'on entend fréquemment au Cambodge.

LE PROCÈS DES KHMERS ROUGES

Le chef des Khmers rouges, Pol Pot, est mort en 1998 lors du délitement de son armée de guérilla, et plusieurs de ses lieutenants ont fini leurs jours dans leur lit depuis lors. Ce n'est qu'en 2007 que les plus hauts dirigeants du régime déchu encore en vie - quatre politiques et le chef tortionnaire Duch - ont finalement été traduits devant un tribunal chargé de les juger sous garanties de l'ONU à Phnom Penh. Après deux ans de travaux préliminaires, la phase publique du procès devrait démarrer dans les semaines qui viennent.

L'absence d'autorité judiciaire a laissé le champ libre à une appropriation des ressources naturelles par des groupes d'intérêts où toute distinction entre le public et le privé est impossible. La forêt tropicale et ses essences précieuses, les mines et l'économie des casinos frontaliers sont aux mains de nababs qui entretiennent de petites troupes armées à leur service, contre lesquelles nul juge n'irait s'aventurer. L'espoir de voir réduite cette impunité devant des lois qui n'existent que sur le papier anime ceux qui misent sur le procès des ex-dirigeants khmers pour faire progresser la notion de droit dans un pays qui n'a plus connu un tel état depuis les années 1960.

Le premier ministre Hun Sen, qui tient la quasi-totalité des leviers politiques depuis dix ans, aurait en principe les mains libres, aujourd'hui, pour commencer un énergique nettoyage de la "pétaudière". Réélu en 2007, sans réelle opposition, à l'âge de 58 ans, il affirme sans sourire son intention de rester au pouvoir jusqu'à son troisième âge. Il est néanmoins demeuré jusqu'à présent prisonnier de la violence de la société tourmentée dont il est le produit ainsi que des implications de son propre clan familial dans les affaires économiques. Ancien commandant intermédiaire khmer rouge, très nationaliste, Hun Sen croit avant tout au bon droit du plus fort et a mal accueilli toutes les critiques relatives aux droits de l'homme ou à la bonne gouvernance. Lorsque les Etats-Unis, l'Union européenne et le Japon lui ont fait part de leur impatience devant son immobilisme en la matière, il leur a fait comprendre qu'à trop l'importuner ils pourraient le pousser dans les bras de la Chine. Celle-ci, gros investisseur au Cambodge, s'est jointe depuis deux ans aux pays qui fournissent une assistance à une hauteur avoisinant les 100 millions de dollars par an.

Cependant, Hun Sen est soucieux de respectabilité internationale afin de pouvoir continuer à attirer les investissements dans son pays, avec la promesse additionnelle de revenus pétroliers offshore. En dépit des réticences qu'elle suscite au plan intérieur, l'opération "procès des Khmers rouges", cruciale aux yeux de la population, fait aussi logiquement partie de ce toilettage du régime.]


Courriel : deron@lemonde.fr.


Francis Deron (Correspondant à Bangkok)
Article paru dans l'édition du 10.01.09





Edité le 10/01/2009 @ 10:18 par robin des bois
#62345 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 10/01/2009 @ 14:18 Bas de page
Re : Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg
 
Messages 3789
Inscrit(e) le 11/04/2007
J'ai relevé une coquille dans Le Monde. Pol Pot n'est pas mort en 1978, mais le 15 avril 1998, à deux jours près par rapport à la date anniversaire de la prise PP par ses forces armées.

robin des bois a écrit



Le Cambodge toujours en convalescence,

par Francis Deron
LE MONDE | 09.01.09 | 13h48

...

L'armée vietnamienne a mis fin militairement, le 7 janvier 1979, au "Kampuchéa démocratique" de Pol Pot (mort en 1978) pour faire cesser ses provocations militaires incessantes sur la frontière entre les deux pays. Après coup, elle découvrit qu'elle avait mis fin à une des plus graves hécatombes politiques du XXe siècle : 1,7 à 2 millions de morts par violences et famines - un quart à un tiers de la population - en moins de quatre ans de révolution communiste radicale. L'occupation vietnamienne qui a suivi s'est achevée pour l'essentiel en 1989.

...


#62347 View Aekreach's ProfileView All Posts by AekreachU2U Member
Haut de page 11/01/2009 @ 12:29 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) petiteheidi
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

yingyang.gif
 
Messages 987
Inscrit(e) le 02/11/2007
.

Edité le 28/10/2015 @ 22:46 par petiteheidi
#62356 View petiteheidi's ProfileView All Posts by petiteheidiU2U Member
Haut de page 11/01/2009 @ 13:13 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg
 
Messages 3789
Inscrit(e) le 11/04/2007
Pour ma part, le 7 janvier 1979 est une date importante même si je ne la célèbre jamais. Cependant, je la considère comme une véritable Libération !

Même si le but initial des vietnamiens n'était pas de libérer le peuple khmer du joug de la terreur des khmers rouges, la conséquence positive de leur invasion a été notre libération. Sans les vietnamiens, la plupart d'entre nous ne seraient plus en vie pour débattre aujourd'hui.

Dans mon village, d'autres exécutions étaient programmées à l'encontre des nouveaux déportés venant de la Zone Est ( Pourk Bopear ).

D'accord, les Thaïs et les Viets sont expansionnistes, mais les Khmers aussi. S'ils ne le sont pas aujourd'hui, c'est tout simplement parce qu'ils sont trop faibles à force de s'entretuer bêtement. N'oubliez pas que les troupes de Pol Pot avaient fait des incursions meurtrières sur le territoire vietnamien à l'époque du K.D.

Quand le Cambodge était un Empire, la politique des khmers était bien expansionniste, non ?


#62359 View Aekreach's ProfileView All Posts by AekreachU2U Member
Haut de page 11/01/2009 @ 15:02 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10186
Inscrit(e) le 27/12/2005
petiteheidi a écrit


Merci cher…
qui sont autant de grands atouts en notre faveur ! en plus nous avons encore des Khmers Rouges pour nous défendre, Euh !!! les Khmers Rouges pour nous défendre !!!

:quoi:
:xtrem:





:reflechi1:

Rien n'existe qui n'ait au préalable été rêvé. © Ismaël Mérindol (1466)
#62361 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 11/01/2009 @ 15:40 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg
 
Messages 3789
Inscrit(e) le 11/04/2007
Il faudrait que petiteheidi nous précise sa pensée...
#62365 View Aekreach's ProfileView All Posts by AekreachU2U Member
Haut de page 11/01/2009 @ 20:15 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3699
Inscrit(e) le 10/01/2005
Petiteheid, faut pas frapper trop fort sur les Viets. kékéké Comme tu dis, nous sommes deux millions à l'extéreiur. Alors c'est grâce à eux que nous sommes devenus des EXILÉS, oups, pardon, je veux dire des émigrés. Non, des immigrant. Voilà c,est mieux. Nous sommes des immigrants grâce aux Viets.( la dernière fois, j'ai voulu savoir combiens de Cambodgiens vivants à l'étranger. Alors merci pour ce chiffre)

Et il faut aussi remercier les ex-khmer-rouge ( LES CPP )pour nous avoir sauvé. Et pour nous avoir donné la paix depuis ce temps-là à aujourd'hui. Kékéké

Je nous ne comprend pas. Les Viets nous a sauvé la vie, et quand il nous prennent une toute petite parcelle de terre, nous leurs crions envahisseurs kékéké colonisateur etc...kékéké Nous croyons toujours que les Viets nous a libéré gratos pour nos beaux yeux.

Et les Thais, kékéké, ils nous a sauvé aussi, c'est grâce à eux que nous sommes à l'extérieurs du pays. Ils nous ont ouvert leurs portes pour nous accueillir. Et quand ils veulent Preah Virhear, nous leurs donnons des cercueils. Mais c,est pas une manière de remercier ça! kékéké Je nous ne comprend pas. Nous voyons seulement le mal. Pas le bien. Les Thais et les Viets nous ont fait un million de biens, et nous ne souvenons que le seul mal qu'ils nous ont fait. Kékéké...boff... y en a qq uns qui ne se SOUVIENNENT pas comme nous kékéké








#62366 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 11/01/2009 @ 21:32 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) petiteheidi
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

yingyang.gif
 
Messages 987
Inscrit(e) le 02/11/2007
.

Edité le 28/10/2015 @ 22:46 par petiteheidi
#62367 View petiteheidi's ProfileView All Posts by petiteheidiU2U Member
Haut de page 11/01/2009 @ 22:11 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10186
Inscrit(e) le 27/12/2005

toi professeur tu fouettes la petiteheidi,et puis tu grattes la tête


Votre phrase, cher petiteheidi, me fait plus mal que les coups de fouet en smileys. Alors je vous fouettes puisque vous avez écris une bêtise.
Si d'après vous ils vous ont défendu, alors répond à Aek
reach "Il faudrait que petiteheidi nous précise sa pensée"
C'est ce qu'il veut comprendre.




C’est le système Khmers Rouges,nous nous entretuons d’abord,et on explique après…


Connaissez-vous bien les KRs?

Si je gratte, c'est pas ma tête, vous savez lire!
C'est pas ce que je me demande si j'ai bien fais de....reprendre vos phrases.

Désolé de vous énerver.

Expliquez moi SVP pourquoi ils vous défendent?
Ne tournez pas en ronde, merci.
#62368 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 11/01/2009 @ 22:12 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg
 
Messages 3789
Inscrit(e) le 11/04/2007
petiteheidi,

Où étais-tu le 7 janvier 1979 ?

Le plus sage, c'est de s'abstenir de tenir des discours nationalistes anti-thaïs ou anti-vietnamiens. Mais plutôt de se demander, comment faire pour que des khmers ne fassent plus la guerre à d'autres khmers, et que l'injustice et la corruption au Cambodge puissent reculer durablement pour le bien du peuple.
#62369 View Aekreach's ProfileView All Posts by AekreachU2U Member
Haut de page 11/01/2009 @ 22:58 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) petiteheidi
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

yingyang.gif
 
Messages 987
Inscrit(e) le 02/11/2007
.

Edité le 28/10/2015 @ 22:47 par petiteheidi
#62370 View petiteheidi's ProfileView All Posts by petiteheidiU2U Member
Haut de page 11/01/2009 @ 23:15 Bas de page
Re : POLITIQUE - Un 7 janvier apaisé Reply With Quote
Déconnecté(e) sothy
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

94240582-0134-4DF5-BED1-AFAD8AFB5CB.jpg
 
Messages 3432
Inscrit(e) le 18/12/2005
:zinzin: non ?



:chaipas:

Avatar : piqué sur le web - souvent GETTY IMAGES

http://picasaweb.google.com/renata54/TuolSlengEtChoeurnEkPourNeJamaisOublier
#62371 View sothy's ProfileView All Posts by sothyU2U Member
« 1  2  3  4 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page