Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
« 1  2 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur Exportations de riz: avantages & inconvénients   ( Réponses 38 | Lectures 8367 )
Haut de page 20/12/2007 @ 21:45 Bas de page
Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Traducteurs KN
Membre
MembreMembreMembre

french_english_flag_1.jpg
 
Messages 163
Inscrit(e) le 27/09/2007
logo.jpg

Cambodia expresses worry over local rice supply due to mass export


www.chinaview.cn 20 décembre 2007 23:28:01

PHNOM PENH, 20 décembre (XINHUA) - KEAT CHHON, ministre cambodgien de l'économie et des finances a exprimé jeudi son inquiétude quand à la fourniture de nourriture à la population locale après que des marchands Vietnamiens et Thaïs aient acheté trop de riz dans le royaume.

Récemment, des marchands du Vietnam et de la Thaïlande ont investi en nombre le Cambodge pour acheter du riz à haut prix, particulièrement dans les provinces frontalières, a regretté KEAT CHHON à l'Assemblée nationale devant des journalistes

"Quand nous vendons du riz en grande quantité, il ne nous reste plus rien à manger" s'est-il désolé.

Le gouvernement Cambodgien va prendre des mesures pour résoudre ce problême a-t-il ajouté.

"Cependant, nous sommes heureux que notre peuple ait eu une bonne récolte cette année et ait pu vendre leur produit à bon prix. Nous ne pouvons pas leur interdire de vendre leur riz à des marchands des pays voisins, car c'est leur droit." précise KEAT CHHON

Le gouvernement cambodgien a demandé aux autorités thaïes et vietnamiennes de lui fournir des informations sur le riz importé du Cambodge, car il ne peut pas obtenir les chiffres réels vu qu'une partie passe en contrebande dans les pays voisins.

D'après un rapport du ministère de l'agriculture, le Cambodge espère exporter cette année environ deux millions de tonnes de riz.


YAN LIANG

Source: http://news.xinhuanet.com/english/2007-12/20/content_7286479.htm

--
Traduction non-officielle de l'article d'origine en anglais.
#52123 View Traducteurs+KN's ProfileView All Posts by Traducteurs+KNU2U Member
Haut de page 21/12/2007 @ 00:04 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) sothy
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

94240582-0134-4DF5-BED1-AFAD8AFB5CB.jpg
 
Messages 3432
Inscrit(e) le 18/12/2005

Ca me rappelle les excellents haricots verts qui viennent d'Afrique - où les gens ont "les ventres bien ballonnés" :mauvais: si vous voyez ce que je veux dire. Mais au final - ces légumes cher payés aident "ces Africains" à acheter autre chose, autre nourriture.


L'essentiel serait pour moi, que l'argent, reçu de la vente du riz, revienne vraiment aux paysans - or c'est bien là, que j'ai un doute ...


:ideenoire:



Lorsque j'avais fini de marcher sur les Champs de la Mort, juste avant de quitter, un bon nombre de papillons s'est mis à virevolter devant mes pas. J'ai ressenti cela comme une note d'espérance dans cette désolation innommable.

Avatar : piqué sur le web - souvent GETTY IMAGES

http://picasaweb.google.com/renata54/TuolSlengEtChoeurnEkPourNeJamaisOublier
#52125 View sothy's ProfileView All Posts by sothyU2U Member
Haut de page 23/01/2008 @ 10:11 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
akp_new_banner.gif



AKP/04

444 624 tonnes de riz excédentaires dans deux provinces nord-ouest

AKP Phnom Penh, 22 janvier 2008 --

La province de Banteay Meanchey pourrait avoir à sa disposition 191 447 tonnes de riz excédentaires en 2007-2008, soit 57 000 tonnes de moins qu’en 2006-2007.

Selon le rapport du service agricole provincial, en 2007-2008, les paysans de la province de Banteay Meanchey ont cultivé 205 816 hectares de riz pendant la saison des pluies et 2 395 hectares de riz pendant la saison sèche, obtenant une récolte totale de 533 516 tonnes de riz. En 2007-2008, la province a moins récolté de riz pendant la saison des pluies qu’en 2006-2007. Cela est dû d’une part à des inondations au début de la saison des pluies et d’autre part au manque d’eau au milieu de la saison des pluies dans certaines localités. Pour s’adapter aux conditions climatiques actuelles, les paysans changent successivement d’habitude de culture de riz à longue durée d’évolution à la culture de riz à courte et à moyenne durée d’évolution.

...

De son côté, la province de Battambang, reconnue comme grenier de riz, pourrait disposer de 253 177 tonnes de riz excédentaires en 2007-2008.

Selon de chef du service agricole provincial, les paysans ont cultivé 240 353 hectares de riz pendant la saison des pluies, soit un dépassement de 353 hectares du plan prévu et ont réalisé le plan de la culture de riz de la saison sèche prévu sur 3 100 hectares. Toute la province a récolté 551 864 tonnes de riz de la saison des pluies et 10 676 tonnes de riz de la saison sèche. --AKP




Source : http://www.camnet.com.kh/akp/french_news.htm


Edité le 30/04/2008 @ 15:00 par Sundgauvien38 : Changement de la taille de l'article

#53021 View Sundgauvien38's ProfileView All Posts by Sundgauvien38U2U Member
Haut de page 31/01/2008 @ 22:05 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Traducteurs KN
Membre
MembreMembreMembre

french_english_flag_1.jpg
 
Messages 163
Inscrit(e) le 27/09/2007
Cambodia_Daily_logo.gif



Finance Minister Warns of Future Rice Shortage





Le ministre des finances KEAT CHHON a indiqué mercredi qu'il craignait une pénurie de riz cette année, car les fermiers vendent leurs récoltes aux pays voisins.

Les paysans vivant près de la Thaïlande et du Vietnam préfèrent traverser la frontière pour vendre leur riz plutôt que de le transporter à PHNOM PENH ou d'autres villes a affirmé KEAT CHHON à des reporters devant l'assemblée nationale.

KEAT CHHON reconnait que les cultivateurs sont mieux payés s’ils passent la frontière, mais que cela fait monter le prix du riz sur le marché intérieur.

"La hausse des prix a créé des difficultés pour les citadins - soldats, fonctionnaires, travailleurs - mais les fermiers sont contents."

"Il est désolant que les pays voisins achètent notre riz et que cela ait conduit à la hausse de la valeur du riz," se lamente KEAT CHHON, ajoutant que le gouvernement a payé 10 millions de dollars de subventions pour faire baisser les prix.

Les cours du riz ont bondi de 40% cette année, allant de 230$ la tonne en 2007 à 360$ actuellement annonce KIM SAVUTH, président de l'association cambodgienne des producteurs de riz.

"Le Cambodge pourrait avoir à faire face à une pénurie plus tard dans l'année si du riz n'est pas stocké" a-t-il prévenu jeudi.

"J'appelle les acheteurs de riz et le gouvernement à acquérir plus riz pour faire des stocks" déclare-t-il, ajoutant que les fermiers vont probablement continuer de vendre leur riz en Thaïlande ou au Vietnam.

TAO SENGHUOR, ministre d'état, vice-président du Conseil de Développement agricole et rural au conseil des ministres, a annoncé que le gouvernement n'interdira pas aux producteurs d'exporter du riz. Il doute aussi que le pays puisse avoir à faire face à une pénurie.

Le surplus de riz au Cambodge a été de 23 millions de tonnes en 2007 a-t-il rappelé jeudi.

"Nous ne craignons pas de manquer de riz," a affirmé TAO SENGHUOR, ajoutant "Nous sommes dans un marché libre."


YUN SAMEAN





Source : Cambodia Weekly du 14 au 18 Janvier 2008



Edité le 30/04/2008 @ 15:00 par Sundgauvien38 : Changement de la taille de l'article

--
Traduction non-officielle de l'article d'origine en anglais.
#53305 View Traducteurs+KN's ProfileView All Posts by Traducteurs+KNU2U Member
Haut de page 27/03/2008 @ 13:47 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
akp_new_banner.gifKing.jpg




AKP/01

Samdech Hun Sèn : le prix de riz augmente à cause des opportunistes

AKP Phnom Penh, 26 mars 2008 --

Le Premier ministre Hun Sèn a considéré que la récente augmentation du prix de riz était due aux « opportunistes et gens malhonnêtes ».

Lors d’une inauguration d’un temple à la pagode Sela Nimith, province de Kampong Thom, Samdech Decho Hun Sèn a réagit contre les rumeurs selon lesquelles le Premier ministre souhaite que le prix d’un kilo de riz soit égale à celui d’un litre d’essence (4900 riels le litre, soit 1,23 dollar) pour aider les paysans. C’est pourquoi le prix de riz ne cesse d’augmenter. Ou le Premier ministre fait augmenter le prix de terre, les habitants ont vendu leurs terres, alors ils n’ont plus de terre pour cultiver du riz et le prix de riz augmente.

« Je n’ai aucune possibilité pour faire augmenter le prix de riz ou de terre », a souligné le chef du gouvernement cambodgien, expliquant que le prix de terre s’accroît seulement dans des zones où on peut construire des usines ou créer des zones économiques spéciales.

Le prix de riz au Cambodge, a-t-il continué, est moins élevé par rapport à celui de la région. La Malaisie et les Philippines ont même réfléchi d’acheter du riz du Cambodge, tandis que la Thaïlande et le Vietnam sont en train d’en acheter du Royaume. Le gouvernement a réservé environ 50 000 tonnes pour intervenir dans ce problème. « Le manque de riz sur le marché est une mauvaise rumeur », a-t-il dit.

Samdech Decho Hun Sèn a, en outre, appelé les habitants à garder le calme et les autorités compétentes de prendre des mesures sévères contre les auteurs du sabotage économique.

L’augmentation du prix de marchandises et de riz sont aussi, a-t-il ajouté, due à la hausse du prix de pétrole dans le monde. Il a, par ailleurs, rejeté l’idée de certains milieux qui souhaitent que le gouvernement fixe le prix de marchandises. « Cela est un grand pas en arrière car c’est une économie planifiée et un régime autoritaire sera instauré au Cambodge », a souligné le Premier ministre. --AKP

...

AKP/01

Le gouvernement cambodgien arrête provisoirement l’exportation de riz

AKP Phnom Penh, 27 mars 2008 --

Le gouvernement a annoncé sa décision d’interdire provisoirement l’exportation de riz à l’étranger pendant deux mois pour prévenir l’augmentation du prix de riz.

« Pour assurer la sécurité alimentaire, le Cambodge a décidé d’arrêter provisoirement l’exportation de riz pendant deux mois », a dit mercredi à Païlin Samdech Decho Hun Sèn, Premier ministre, lors de l’ouverture du chantier de construction de la nationale 57.

Après deux mois, a-t-il souligné, le gouvernement examinera la stabilité du marché de riz.

Il a, par ailleurs, souhaité la compréhension de la part des commerçants thaïlandais et vietnamiens, ainsi que des commerçants cambodgiens qui exportent du riz, et de la part des partenaires de développement de ne pas accuser le gouvernement royal en utilisant cette mesure de violer la politique de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Il a en outre demandé aux autorités aux portes-frontières de prendre des mesures pour assurer la sécurité alimentaire. --AKP

...




les dépèches : http://www.camnet.com.kh/akp/french_news.htm




Edité le 30/04/2008 @ 15:01 par Sundgauvien38 : Changement de la taille de l'article

#54996 View Sundgauvien38's ProfileView All Posts by Sundgauvien38U2U Member
Haut de page 27/03/2008 @ 15:23 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Cela fait bientôt 6 mois que l'Inde et le Vietnam ont bloqué leurs exportations de riz devant la surchauffe des prix sur cet aliment vital en Asie

Cf le copier/coller d'une anlyse sur le riz, dans une revue concernant l'Afrique

Le riz au plus haut en ce début décembre
(10/12/07)

[....En novembre, les cours mondiaux du riz ont connu une forte hausse en raison d’une demande d’importation très soutenue et des défaillances de certains pays exportateurs où les disponibilités exportables restent très réduites, notamment au Vietnam et en Inde, explique Patricio Méndez del Villar du Cirad.

Seuls la Thaïlande et les Etats-Unis disposent de disponibilités et les acheteurs se tournent en priorité vers ces exportateurs pour s’approvisionner. La tendance haussière mondiale devrait se poursuivre au moins jusqu’à la fin de l’année 2007.
En novembre, l’indice OSIRIZ/InfoArroz (IPO) a fortement progressé de 6,7 points à 154,5 points
(base 100 = janvier 2000) contre 147,8 points en octobre. Début décembre l’indice avait dépassait le seuil historique de 160 points.

En Thaïlande, les cours ont progressé une nouvelle fois entre 5 et 6% selon les catégories de riz. Le gouvernement thaïlandais a commencé à puiser sur ces stocks pour répondre à la demande d’importation qui arrive massivement du Sud-est asiatique et d’Afrique Subsaharienne. En novembre, le Thaï 100%B a coté $ 356 la tonne Fob contre $ 338 en octobre. Les cours des brisures A1 Super ont progressé à $ 301/t contre 285/t en octobre.

Au Vietnam, les prix indicatifs à l’exportation ont progressé de 2 à 3%. Malgré l’interdiction de
nouvelles exportations, les exportateurs continuent à chercher du riz sur le marché local pour honorer les contrats passés avant l’interdiction
. En novembre, le Viet 5% a coté $ 328/t contre 320 en octobre. Le Viet 25% a coté $ 310/t contre 300$.

Au Pakistan, les cours continuent à progresser profitant de la défaillance de son concurrent indien. En novembre, le Pak 25% a coté $ 338/t contre $ 309, soit une hausse de 10% en un mois.

En Inde, les prix indicatifs à l’exportation sont restés une nouvelle fois inchangés en raison de l’arrêt des exportations décrété par les autorités indiennes afin d’assurer, comme au Vietnam, l’approvisionnement du marché national. Ces mesures sont en grande partie à l’origine de l’envolée des prix mondiaux sur l’ensemble des marchés.
Aux Etats-Unis, les prix indicatifs ont connu une nouvelle inflation bénéficiant de la tendance haussière des marchés asiatiques et de la reprise de la demande d’importation des pays d’Amérique
centrale. En novembre, le riz Long Grain 2/4 a coté $ 494/t contre 461/t en octobre.

Dans le Mercosur, les marchés à l’exportation ont été plus actifs avec les prix plutôt fermes. Début décembre la tendance à la hausse se poursuivait.

En Afrique, malgré la hausse des prix mondiaux, la demande d’importation reste soutenue. Rappelons que les importations de riz couvrent près de deux tiers des besoins de consommation de l’Afrique
subsaharienne.... ]


Edité le 27/03/2008 @ 14:27 par robin des bois
#54998 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 28/03/2008 @ 13:04 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
logov5hover.gif



Le riz prend 30% en une séance de bourse


Perrine Créquy
28/03/2008 | Mise à jour : 11:08 |
.
Les investisseurs se sont rués sur les contrats de riz jeudi, provoquant la flambée du cours, après l'annonce d'un arrêt des exportations par l'Egypte.

L'un des principaux exportateurs de riz a décidé de cesser ses ventes jeudi. Après cette annonce de l'Egypte, les investisseurs se sont massivement portés acquéreurs de contrats à terme sur ce grain. Leur engouement s'est traduit par une hausse des cours. La tonne de riz thai a ainsi bondi de 580 dollars à 760 dollars.

Dans la perspective d'une pénurie de riz, les prix pourraient continuer de flamber. Après le blé et le maïs, dont les cours se redressent depuis 2006, la tendance haussière s'observe sur le riz depuis janvier dernier. Les réserves mondiales sont en effet au plus bas depuis 1976.

La hausse des prix a motivé la décision égyptienne d'interdire les exportations de riz. En annulant la demande venue de l'extérieur, elle réduit les tensions sur les prix à l'intérieur de ses frontières. Le Vietnam et l'Inde, deuxième et troisième exportateurs mondiaux, ainsi que le Cambodge ont choisi d'appliquer la même stratégie.

Hidden Content





Source : http://www.lefigaro.fr/matieres-premieres/2008/0...2-20080328ARTFIG00352-le-riz-coute-plus-cher.php



Edité le 30/04/2008 @ 15:01 par Sundgauvien38 : Changement de la taille de l'article

#55028 View Sundgauvien38's ProfileView All Posts by Sundgauvien38U2U Member
Haut de page 28/03/2008 @ 13:20 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
akp_new_banner.gifKing.jpg





...

AKP/02

Le gouvernement prend des mesures contre l’augmentation du prix de marchandises

AKP Phnom Penh, 28 mars 2008 --

Samdech Akkak Moha Sena Padei Decho Hun Sèn, Premier ministre, a, le 26 mars, envoyé un message aux ministres de l’Economie et des Finances, du Commerce, du Travail et de la Formation professionnelle, et des Affaires sociales, des Anciens combattants et de la Réhabilitation, concernant le problème de l’augmentation du prix de marchandises.

...

Dans un communiqué de presse rendu public le même jour, le ministre d’Etat Keat Chhon, ministre de l’Economie et des Finances, a rappelé les mesures déjà prises par le gouvernement face à la flambée du prix de marchandises, surtout celui de riz telles que accorder des millions de dollars par mois pour réduire l’impact de l’augmentation du prix de pétrole sur l’économie et les conditions de vie des habitants, changer le taux de riel par rapport à celui de dollars, promouvoir la production, l’élevage, augmenter le salaire des fonctionnaires, des forces armées et intervenir dans l’augmentation du salaire minimum des ouvriers.

Le ministre d’Etat a en outre appelé les habitants à garder le calme et de ne pas croire à la mauvaise propagande [des opportunistes].

Pour assurer la stabilité économique sociale et les conditions de vie des habitants, le ministère de l’Economie et des Finances a donné des mesures comme arrêter provisoirement pendant deux mois l’exportation de paddy et de riz, encourager la répartition de riz, réexaminer la balance alimentaire, encourager les décortiqueries à bien fournir du riz sur le marché, déstocker du riz des compagnies étatiques, promouvoir la récolte du riz de la saison sèche et se préparer pour la culture de riz de la saison des pluies, et empêcher le stockage, l’augmentation du prix de riz et les rumeurs.

Pour assurer la stabilité du prix de riz, le ministère du Commerce a en plus, dans une directive signée le 26 mars par son ministre Châm Prasidh, tenu à ordonner le département CAMCONTROL à coopérer avec la douane et la régie, et les autorités compétentes aux portes-frontières pour contrôler et empêcher provisoirement l’exportation de riz. --AKP

...





La dépèche : http://www.camnet.com.kh/akp/french_news.htm

Edité le 30/04/2008 @ 15:02 par Sundgauvien38

#55030 View Sundgauvien38's ProfileView All Posts by Sundgauvien38U2U Member
Haut de page 28/03/2008 @ 16:29 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
lemondefr_grd.gif



La spéculation chamboule les prix des matières premières

LE MONDE | 28.03.08 | 14h55 • Mis à jour le 28.03.08 | 14h55

Le prix du riz a bondi de 31 % en une journée, jeudi 27 mars, passant de 580 à 760 dollars, les stocks étant tombés au plus bas depuis 1976. L'Inde, l'Egypte, le Vietnam et le Cambodge ont annoncé qu'ils suspendaient leurs exportations de riz au moment où les Philippines en cherchaient désespérément 500 000 tonnes sur le marché. Les spéculateurs ont sauté sur l'occasion, comme ils ne cessent de le faire pour le blé, l'or, le pétrole ou les carcasses de porc dont les cours fluctuent de plus en plus brutalement. "On ne sait plus où on en est, s'alarme Hervé Le Stum, directeur de l'Association générale des producteurs de blé (AGPB). Depuis quelques semaines, les prix font les montagnes russes (sur les marchés de céréales) au Kansas, à Chicago ou à Minneapolis."

Hidden Content
La crise a ensuite attiré de nouveaux fonds, ceux qui désertent les autres titres financiers, devenus trop risqués. Entre janvier et février, le volume des contrats sur les produits à terme concernant les matières premières à Londres a bondi de 65 % à 70 % par rapport à la même période en 2007. Soja, colza ou maïs sont ainsi devenus des produits financiers presque au même titre qu'une action ou une obligation. Au grand dam des industriels et des consommateurs, qui souffrent des niveaux de prix dopés par cette spéculation.

Alain Faujas et Claire Gatinois

Article paru dans l'édition du 29.03.08.



Source : http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/03/2...es-prix-des-matieres-premieres_1028439_3234.html



Edité le 30/04/2008 @ 15:02 par Sundgauvien38 : Changement de la taille de l'article

#55036 View Sundgauvien38's ProfileView All Posts by Sundgauvien38U2U Member
Haut de page 28/03/2008 @ 17:23 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
header_emp.gif



La folie haussière du riz : justifiée ou spéculative ?

par Isabelle Mouilleseaux
Vendredi 28 mars 2008

Le 14 décembre dans mon article sur le riz, je concluais en disant : "nous sommes dans un grand trend haussier. Ca va continuer".

Le 11 janvier, je réaffirmais dans un nouvel article consacré au riz "Il est donc, non seulement, dans un grand trend haussier de long terme mais, en plus, il est dans un cycle court terme de très forte hausse". Et je concluais en disant que "Je suis malheureusement haussière sur le riz dans les mois à venir".

Les faits m'ont donné raison. Et je suis très inquiète pour les populations asiatiques...

Les faits

Début novembre, le riz cotait 12,20 $. Début janvier, il en était déjà à 14,50 $. Récemment, il a touché un record absolu à 19,50 $ la livre : 60% de hausse en 6 mois !

La chute des matières la semaine dernière avait certes levé quelque peu les tensions. Cela n'a pas duré longtemps : dans la seule journée d'hier, le riz s'est envolé de 30% !

emp0803281.gif
Cours du riz en $ la livre sur le Cbot depuis mai 2007


Pouvez-vous imaginer un instant l'impact de cette hausse sur les populations locales dont l'aliment de base est le riz ? Le riz est l'aliment de base de 50% de la population mondiale. Dans certaines régions d'Asie, le riz représente jusqu'à 80% de l'alimentation principale !

Je crains des soulèvements de population, tant en Afrique (certains pays y sont gros consommateurs de riz), qu'en Asie.

L'offre est en forte baisse partout en Asie


Conditions climatiques déplorables, attaques en règle de la vermine qui se plaît dans des conditions de réchauffement... Les rendements et la production sont en fort recul. Toute l'Asie en pâtit. Notamment le Vietnam, deuxième producteur mondial de riz et, surtout, le premier exportateur de riz

Mais aussi l'Inde, troisième producteur mondial de riz, et second plus gros exportateur de riz : le pays souffre d'une sècheresse exacerbée qui a fait chuter ses rendements.

Casser la spirale inflationniste avant que cela ne dégénère...
Je vous l'assure : l'envolée des prix des matières premières alimentaires en Asie donne le vertige ! L'huile de palme et de colza sont à des niveaux impressionnants ; le riz s'emballe ; le cours du porc, heureusement, se tasse depuis quelques jours... Tous ces aliments de base sont en train d'étrangler les populations locales. Prenez le Cambodge : le prix du kilo de riz est en hausse de 150% par rapport à l'an passé !

Conséquence ? Les exportateurs de riz sont obligés de réduire fortement leurs exportations afin de garder le riz pour eux.

Principal objectif de la manoeuvre : contenir l'envolée des prix du riz et surtout éviter les soulèvements sociaux ! Il s'agit de casser la spirale inflationniste avant qu'elle ne se transforme en émeutes.

Hidden Content

Mon avis ?


Les fondamentaux du riz sont extrêmement porteurs. Offre au plus mal ; demande sur un trend solidement croissant ; stocks au plus bas... La dynamique à moyen long terme est haussière.

Attention toutefois aux mouvements spéculatifs comme ceux d'hier. 30% de hausse dans la journée, ce n'est pas raisonnable... Si cela arrive, prenez vos bénéfices et repositionnez-vous une fois la folie temporaire retombée !




Source : http://www.edito-matieres-premieres.fr/0352/soft/justification-folie-haussiere-riz.html



Edité le 30/04/2008 @ 15:03 par Sundgauvien38 : Changement de la taille de l'article

#55037 View Sundgauvien38's ProfileView All Posts by Sundgauvien38U2U Member
Haut de page 22/04/2008 @ 12:59 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
CS-top_01.gif



Hun Sen ménage les paysans en vue des élections

22-04-2008


Dans le pays où deux familles sur trois cultivent du riz, la dérogation à l’interdiction d’exporter, accordée par le Premier ministre à trois provinces, renforce sa popularité.

Il y a un mois, le prix du kilo de riz atteignait des sommets. Le gouvernement cambodgien, agitant le spectre de la pénurie, décidait de suspendre les exportations de cette céréale pour deux mois.

Hidden Content

En décidant d’aménager les exportations dans trois régions, Hun Sen, fin stratège, évite de se mettre à dos un trop grand nombre de paysans. Lesquels voient d’un bon œil de l’envolée du prix du riz, dans un contexte de hausse généralisée des produits alimentaires et du pétrole.

Ces jours-ci, le prix du riz décortiqué tourne autour d'un dollar le kilogramme. Chaque année, un Cambodgien consomme en moyenne 160 kilogrammes de riz décortiqué.


Ky Soklim




Source : http://www.cambodgesoir.info/content.php?itemid=22497



Edité le 30/04/2008 @ 15:06 par Sundgauvien38 : Changement de la taille de l'article

#55610 View Sundgauvien38's ProfileView All Posts by Sundgauvien38U2U Member
Haut de page 22/04/2008 @ 19:19 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3697
Inscrit(e) le 10/01/2005
Le dossier noir des subventions agricoles

19 avril 2008 - 08h22

La Presse

Claude Picher


On a sorti toutes sortes de raisons pour expliquer la crise alimentaire qui secoue le monde, et plus particulièrement les pays pauvres.



On a dit que c'était l'explosion de la demande. On a ajouté que c'était l'augmentation de la production d'éthanol au détriment des denrées alimentaires.

On a même trouvé le moyen de blâmer la Banque mondiale et le FMI, éternels boucs émissaires de tout ce qui va mal sur la planète.

En réalité, la grande coupable, c'est la politique égoïste et irresponsable des pays riches, qui subventionnent outrageusement leurs producteurs agricoles depuis 40 ans. Un jour ou l'autre, cela devait inévitablement déboucher sur une crise majeure. Nous y sommes.

Dans les pays de l'OCDE, l'ensemble des subventions agricoles se situe à 29 % de la valeur de la production. Autrement dit, chaque fois qu'il produit des denrées d'une valeur de un dollar, l'agriculteur reçoit 29 cents de subvention.



Ces cadeaux représentent 300 milliards de dollars par année, montant qui comprend à la fois les subventions des administrations publiques (financées par les contribuables) et les mesures de soutien des prix au moyen de quotas (financées par les consommateurs).

Les pays pauvres n'ont pas les moyens de subventionner leurs producteurs agricoles, surtout quand on considère les sommes en cause. Trois cents milliards, c'est beaucoup d'argent.

Prenez un groupe de pays africains représentatif: Burkina Faso, Cameroun, les deux Congos, Côte-d'Ivoire, Ghana, Mali, Niger, Tanzanie.

Pour obtenir 300 milliards, additionnez le produit intérieur brut (PIB) de tous ces pays, calculé au taux de change courant, et multipliez le résultat par trois!

Privé de subventions, le producteur du tiers-monde est prisonnier de méthodes d'un autre âge, alors que son concurrent riche, largement subventionné, possède les technologies les plus performantes. C'est un cas flagrant de concurrence déloyale.

Dans ces conditions, le producteur du tiers-monde n'a aucune chance. Je me souviens, lors d'un voyage au Cameroun il y a quelques années, avoir été frappé par l'absence presque totale de produits locaux dans les marchés d'alimentation.

Tout, jusqu'aux haricots et aux échalottes, était importé de France. Or, le Cameroun est parfaitement capable de produire des haricots et des échalottes. Le problème, c'est qu'il en coûte moins cher de faire venir tout cela d'Europe.

Inévitablement, il arriva ce qui devait arriver. Le tiers-monde est devenu de plus en plus dépendant des pays riches, et est donc devenu chroniquement incapable de développer son propre secteur agro-alimentaire.

Sans les subventions aux producteurs des pays riches, on peut penser qu'une bonne cinquantaine de pays d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie auraient pu devenir d'importants producteurs agricoles, ailleurs que dans les secteurs hautement spécialisés (arachides, café, canne à sucre, bananes et autres denrées que les pays riches sont incapables de produire eux-mêmes).

Ils en auraient eu la chance, en tout cas, et si cela s'était produit, on ne parlerait pas de crise aujourd'hui.

Il est de bon ton, par les temps qui courent, de casser du sucre sur le dos des Américains. Il y a quelques jours, à la radio, j'ai entendu un commentateur affirmer que ce sont les subventions agricoles américaines qui ont provoqué la crise. Pour ce qui est des subventions, d'accord; pour ce qui est des États-Unis, pas si vite.

Nous avons vu que les subventions agricoles des pays riches représentent 29% de la valeur de la production. Bien entendu, ce chiffre est une moyenne. L'importance des subventions varie considérablement d'un endroit à l'autre.

Il y a quelques grands coupables, qui protègent leurs producteurs à des niveaux qui frisent le scandale: au Japon, c'est 56% de la production qui est subventionnée; en Corée du Sud, 62%; en Suisse, 65%; en Norvège, 68%.

Dans les 25 pays de l'Europe communautaire, les subventions agricoles atteignent en moyenne 32% de la production; la feuille de route des Européens est donc sensiblement pire que la moyenne de l'OCDE.

Au Canada, cette proportion est de 20%; c'est bien mieux que les autres pays riches, et c'est surtout une amélioration sensible depuis une vingtaine d'années.

En 1986, les subventions agricoles canadiennes s'élevaient en moyenne à 39% de la production (contre une moyenne de 43% pour l'OCDE). Le Canada, en sabrant ses subventions de moitié, s'est donc imposé un effort réel et louable pour faire sa part.

Enfin, les États-Unis, qu'on accuse si souvent à tort, ne subventionnent que 17% de leur production. Les Européens sont donc particulièrement mal placés pour faire la leçon aux Américains dans ce dossier.

Seulement deux pays riches ont pratiquement éliminé leurs subventions agricoles: l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Terminons avec une bonne et une mauvaise nouvelle.

La bonne: depuis 20 ans, les pays riches ont reconnu qu'il y avait là un problème, et la plupart, dans les années 90, ont réduit leurs subventions (cela explique pourquoi la moyenne de l'OCDE est passée de 43 à 29%, comme on vient de le voir).

La mauvaise: en 2001, les subventions ont atteint 31% de la production, leur plus bas niveau depuis longtemps; sous la pression des puissants lobbies agricoles, on a cessé de réduire les subventions qui, depuis ce temps, oscillent entre 29 et 32%. C'est donc dire que, pratiquement, le problème demeure entier.

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/apps/pbcs...LAINFORMER0202&template=printart&print=1
#55627 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 24/04/2008 @ 05:21 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Sur ce lien du monde.fr:

http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3220,50-1034951,0.html

cet article daté du Jeudi 17 avril 2008


Les réductions d'exportations de riz entretiennent la hausse des prix

LE MONDE | 16.04.08 | 16h12 •

Pour lutter contre la hausse des prix alimentaires qui pénalise leur population et éviter les émeutes de la faim, les pays exportateurs de céréales prennent les uns après les autres des mesures restrictives.
Celles adoptées, mardi 15 avril, par le Kazakhstan et l'Indonésie, pourraient relancer la tension sur les cours des matières premières agricoles, qui volent de record en record.

Le Kazakhstan, cinquième exportateur de blé, a décidé d'un moratoire sur ses exportations, jusqu'au 1er septembre. Troisième producteur mondial de riz (et premier consommateur), l'Indonésie va contrôler strictement ses importations et exportations, pour ramener le calme sur son marché, certains producteurs étant tentés d'exporter en raison de l'envolée des prix. L'export sera de nouveau autorisé lorsque les stocks dépasseront les 3 millions de tonnes, suivant la nouvelle loi. "Il vaut mieux insister d'abord sur les besoins alimentaires basiques de notre population", a indiqué Mustafa Abubakar, directeur du bureau de la logistique.

En un an, le prix de la tonne a doublé sur les différents marchés mondiaux. Or le riz constitue la denrée de base pour plus de la moitié de la population mondiale. En Asie, plus de 2 milliards de personnes en tirent 60 % à 70 % de leur apport énergétique.

L'annonce de Djakarta fait suite aux décisions de l'Inde et du Vietnam d'interrompre leurs exportations pour garantir des prix accessibles à leurs populations. La céréale a alors augmenté de 40 % en quelques jours, du jamais-vu. Pourquoi une telle variation ? Parce que la part des échanges mondiaux est très faible : 7 % des volumes sont exportés, le reste est consommé dans les pays producteurs. La moindre inflexion des quantités disponibles sur le marché mondial provoque donc l'envolée des cours. En outre, depuis trois mois, les fonds spéculatifs se sont précipités sur le riz.

Actuellement la Chine, l'Inde, l'Egypte et le Vietnam, qui à eux quatre représentent un tiers des expéditions, ainsi que le Cambodge, imposent soit des prix minimums à l'exportation, soit des taxes, soit des quotas, soit carrément des interdictions.

Si la Thaïlande, premier exportateur mondial, n'a pas interdit ni réduit les exportations, elle vend sur le marché intérieur une partie de ses stocks réservés à l'export, 40 % moins cher. Comme au Pakistan, l'armée y a été déployée pour éviter les pillages.

Pour les pays importateurs, la situation est critique. Certains limitent les taxes à l'importation comme le Burkina Faso, le Bénin, la Bolivie ou les Philippines. Dans ce pays, premier importateur mondial, l'armée surveille des distributions de riz dans les quartiers pauvres de Manille. "Quinconque sera arrêté en train de voler du riz doit être envoyé en prison", a indiqué mardi la présidente Gloria Arroyo.

D'après les prévisions de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), la production mondiale de riz devrait en 2008 augmenter de 1,8 % car les cours élevés incitent à produire plus. "Mais la volatilité des prix devrait se poursuivre à court terme du fait des quantités très limitées des disponibilités puisées sur les stocks",a indiqué début avril Concepcion Calpé, économiste à la FAO. Depuis dix ans, selon le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, la production mondiale de riz n'a progressé que de 0,5 % par an. La consommation a augmenté de 1 % et les stocks ont chuté de 50 %.


Laetitia Clavreul

Article paru dans l'édition du 17.04.08
#55695 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 28/04/2008 @ 13:40 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) domrey
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Bon ,je suppose que tout le monde a lu ka-set... des brisures pour le Senegal...devenir premier exportateur monial...

C'est bien d'avoir des objectifs!..(.KeKeKe clin d'oeil pour bac)

#55766 View domrey's ProfileView All Posts by domreyU2U Member
Haut de page 30/04/2008 @ 23:21 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
logo-standard.gif



La Thaïlande pour un cartel des exportateurs de riz sur le modèle de l'OPEP


(30/04/08)

La Thaïlande, premier exportateur mondial de riz, a annoncé mercredi son intention de créer, avec d'autres pays riverains du Mékong (Birmanie, Cambodge, Laos, Vietnam), un cartel qui fixerait les prix du riz, sur le modèle de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole).


Ce regroupement s'appellerait l'Organisation des pays exportateurs de riz (OPER). Le Premier ministre thaïlandais a affirmé que « la Thaïlande aidera les Birmans en matière de soutien technique pour qu'ils améliorent leur production pour l'exportation », et a précisé que le Vietnam, le Laos et le Cambodge avaient également accepté de se joindre à ce cartel du Sud-Est asiatique.

Le ministre thaïlandais des Affaires étrangères a indiqué que l'OPER se réunirait « bientôt » mais il n'a fourni aucune date.

La Thaïlande a exporté l'an dernier 9,5 millions de tonnes de riz mais, contrairement à des pays comme l'Inde ou le Vietnam, elle n'a pas imposé de restrictions à ses exportations, alors que les prix du riz flambent, affectant les plus défavorisés. Mardi, le gouvernement thaïlandais a annoncé qu'il allait vendre à prix réduit au public la totalité de ses réserves de riz (2,1 millions de tonnes) pour alléger la pénurie et tenter d'endiguer l'augmentation des prix.

DD (d'après AFP)




Source : http://www.pleinchamp.com/article/detail.aspx?id...enu_id=2&page=1&local=false&pub_id=2


#55837 View Sundgauvien38's ProfileView All Posts by Sundgauvien38U2U Member
Haut de page 02/05/2008 @ 07:52 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
hp_logo01.gif



Une OPEP du riz se prépare en Asie



Repère.

Ram Etwareea
Vendredi 2 mai 2008


La flambée des prix du riz est une malédiction pour des millions de consommateurs. Mais une aubaine pour les exportateurs. Ces derniers viennent même de réaliser qu'ils peuvent tirer profit de la crise actuelle, contrôler l'offre et influencer les cours. La Thaïlande, premier exportateur mondial, prend l'idée au sérieux. Son premier ministre vient d'inviter la Birmanie, le Cambodge, le Laos et le Vietnam à se joindre à un cartel sur le modèle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). La Thaïlande et le Vietnam voisin, à eux seuls, totalisent 50% des ventes mondiales.

Hidden Content




Source : http://www.letemps.ch/template/economie.asp?page=9&article=231071


#55854 View Sundgauvien38's ProfileView All Posts by Sundgauvien38U2U Member
Haut de page 02/05/2008 @ 16:34 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) NEO
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_157.jpg
 
Messages 1883
Inscrit(e) le 20/01/2004
Lieu de résidence France
Question bête. Est-ce qu’on peut se passer du Riz ?
#55863 View NEO's ProfileView All Posts by NEOU2U Member
Haut de page 02/05/2008 @ 17:39 Bas de page
Re : Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
NEO a écrit

Question bête. Est-ce qu’on peut se passer du Riz ?


Bien sûr.. par exemple avec " du blé", "beaucoup de blé"", vous pouvez tout acheter( y compris du riz d'ailleurs.. ou même du caviar) !




Edité le 02/05/2008 @ 17:41 par robin des bois
#55864 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 02/05/2008 @ 18:41 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) peclong
Membre Senior
MembreMembreMembreMembre

ava_678.jpg
 
Messages 405
Inscrit(e) le 21/05/2006
Lieu de résidence Belgique

Je ne sais pas pourquoi exporter le riz et recevoir l'aide en même temps (le riz).
Je ne sais pas ce lien date dépuis quand.

_44531208_rice_aid_gr226.gif


http://newsimg.bbc.co.uk/media/images/44531000/gif/_44531208_rice_aid_gr226.gif

002.jpg
inscription_03.gif
#55866 View peclong's ProfileView All Posts by peclongU2U Member
Haut de page 02/05/2008 @ 19:01 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) NEO
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_157.jpg
 
Messages 1883
Inscrit(e) le 20/01/2004
Lieu de résidence France
L’équation est simple.

Ceux qui possèdent du riz ce ne sont pas des gens qui ont faim.
Inversement ceux qui ont faim, ne possèdent pas du riz. :reflechi2: :reflechi2:

Pour dire simplement, ces pays possèdent suffisamment de riz pour nourrir sa population.
Mais sa population ne peut pas la payer.
#55868 View NEO's ProfileView All Posts by NEOU2U Member
Haut de page 02/05/2008 @ 20:43 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) peclong
Membre Senior
MembreMembreMembreMembre

ava_678.jpg
 
Messages 405
Inscrit(e) le 21/05/2006
Lieu de résidence Belgique
pageTopBanner.gif
As world grasps for rice, Cambodia's success story

The rice-exporting country has seen a dramatic rebound thanks to years of agricultural research.

De David MONTERO

Edition du 1er Mai 2008

PHNOM PENH - Pendant 30 ans, les champs de riz d'une commune de la banlieue de la capitale sont restés pour la plupart en friche, un héritage des khmers rouges, le régime communiste qui a conduit 2 millions de Cambodgiens aux privations et à la mort.

Mais aujourd'hui le Cambodge produit des excédents de riz. Et ces champs bénéficient de la technologie rizicole la plus avancée de tout le Cambodge, sous la tutelle du CARDI (Cambodian Agricultural Research Institute - Institut Cambodgien de Recherche Agronomes) qui est au centre de la révolution "verte" cambodgienne encore largement méconnue.

Alors que la crise alimentaire mondiale continue de provoquer des émeutes et des rationnements, la volte face cambodgienne met en lumière le pouvoir - et les limites - de la recherche rizicole. Peu de pays, dans l'histoire contemporaine ont mis en oeuvre un rebond agricole aussi phénoménal que le Cambodge.

En 10 ans, à partir de 1987, en appliquant les méthodes de la révolution verte - de nouvelles variétés de riz, une meilleure irrigation et des engrais plus efficaces - le pays a augmenté de manière prodigieuse sa production jusqu'à devenir auto suffisant pour la première fois depuis 25 ans.

"Cela a été une grande réalisation pour [le Cambodge]," prétend MEN SAROM, directeur du CARDI. "Et je pense que la recherche y a beaucoup contribué."

Les prémices de cette recherche apparurent dans les années 1960, quand des chercheurs de l'Institut de Recherches Rizicoles International (IRRI) un organisme basé aux Philippines, mis au point une variété de grains à haut rendement et présenta de nouveau système d'irrigation et de fertilisation. Il s'agissait de la naissance de la révolution rizicole.

Un des principaux éléments fut l'IR8, une variété de riz dont le rendement était double de la normale, moins sensible aux maladies et répondait mieux aux engrais. Surnommé le "riz miracle" on mit à son crédit d'avoir éviter des famines massives en Inde, Afrique et à travers le monde développé dans les années 1970.

Le Cambodge est le foyer d'un des plus grands succès de la révolution verte. En 1969, la production de riz au Cambodge se montait à 4 millions de tonnes par an, chiffre suffisant pour assurer l'auto subsistance. Mais en 1980, les 6 millions de rescapés de l'ère khmère rouge entre 1975 et 1978, étaient au bord de la famine. En 1997, toutefois, le Cambodge revivait virtuellement; ses rizières produisaient environ la même quantité qu'en 1969, mais sur une surface deux fois moindre, rendant le pays à nouveau auto suffisant.

Cette renaissance était le résultat d'une collaboration entre le gouvernement cambodgien, l'IRRI et l'Australie qui ensemble investirent à partir de 1987, des millions de dollars dans l'irrigation, l'infrastructure et des engrais. Ils ont aussi formé 1 300 chercheurs et conseillers pour remettre en route l'agriculture du pays. Les nouvelles variétés de riz à haut rendement ont permis aux cultivateurs de produire plus sur un terrain moindre.

Aujourd'hui les experts annoncent que les rendements cambodgiens à l'hectare ont augmenté de 1,35 à 2,5 tonnes. Le pays produit suffisamment pour exporter - plus d'un million de tonnes cette année - mais à imposer des limitations pour conforter sa demande intérieure.

Toutefois, comme le montre l'exemple cambodgien, les avancées techniques ne peuvent à elle seule tirer la production vers le haut. Même si les rendements ont doublés au Cambodge ces trente dernières années, ils restent environ la moitié de ceux de la Thaïlande ou du Laos (où les conditions sont meilleures concernant les sols, les semences, le climat et la gestion). Pendant ce temps, les mauvaises herbes causent des pertes de rendement de plus de 30% et la faible qualité des semences dans certaines régions implique que 160 000 tonnes de riz pourrissent chaque année, d'après une étude de l'IRRI.

"Il y a encore beaucoup de problèmes à régler- les changements climatiques et ceux du marché," avoue M. SAROM.

Les scientifiques s'inquiètent que la surface des terres cultivées - notamment dans le monde développé - n'a pas beaucoup augmenté ces deux dernières décennies. L'expansion urbaine et le développement industriel continue de concurrencer les cultures.

"Même ici en Thaïlande [le premier exportateur mondial de riz], s'ils le voulaient, ils ne pourraient pas produire plus de riz. Il n'y a plus beaucoup de terrains cultivables encore disponibles et le niveau de production est déjà haut," décrit PAUL RISLEY, le porte parole du Programme Alimentaire Mondial en Thaïlande.

La récente crise mondiale a bien mis en lumière que, malgré les bénéfices de la révolution verte, beaucoup de pays ne peuvent tout simplement plus produire assez de nourriture pour leur population en pleine explosion démographique.

Mais même si de grandes avancées en termes de productivité ont eu lieu, cela ne veut pas dire que les recherches ont cessées.

Le CARDI continue de développer de nouvelles variétés qui peuvent produire un riz de meilleure qualité et qui supporterait mieux des temps moins cléments. SAROM indique que les recherches vont vers des riz de meilleurs rendements. "Aux Etats Unis, et en Australie, vous avez des rendements de six à huit tonnes à l'hectare. Pourquoi pas ici ? Nous avons encore le potentiel pour accroitre la productivité."

Cet enthousiasme est partagé par CHAN SARUN, le ministre de l'agriculture quand, mardi il affirmait espérer que le Cambodge puisse produire suffisamment de riz pour pouvoir en exporter près de 8 millions de tonnes à l'horizon 2015. Cela en ferait un des tout premiers exportateurs mondiaux.

De par le monde, les recherches continuent de promettre de meilleurs rendements. Par exemple, un riz hybride, un mélange de trois variétés, pousse plus vite, est plus résistant aux maladies et a un rendement plus élevé de 20%. Ces hybrides commencent à peine à être utilisés : 800 000 hectares ont été plantés en Asie hors de la Chine en 2001-2002, mais juste 1 000 en Indonésie par exemple, et seulement 20 000 au Bangladesh, d'après l'Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO pour "Food and Agriculture Organisation") L'utilisation intensive de ces hybrides est riche de promesses en terme de sécurité alimentaire a rajouté la FAO.

La crise alimentaire actuelle devrait créer un contexte favorable à une seconde révolution verte d'après certains analystes. En empêchant des famines massives, la première révolution verte a donné à penser aux dirigeants mondiaux que les investissements dans l'agriculture n'étaient plus vitaux. Beaucoup de pays ont stoppé leur développement agricole. Cela pourrait bientôt changer, avec par exemple la Malaisie, les Philippines et la Chine qui ont récemment annoncé des plans pour redynamiser leurs investissements dans l'agriculture

Source http://www.csmonitor.com/2008/0501/p01s02-woap.html?page=1

Edité le 03/05/2008 @ 12:32 par Sundgauvien38 : :rire1:

002.jpg
inscription_03.gif
#55873 View peclong's ProfileView All Posts by peclongU2U Member
Haut de page 02/05/2008 @ 22:30 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) domrey
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
traducio "natuellement" illisible! desole...

#55882 View domrey's ProfileView All Posts by domreyU2U Member
Haut de page 02/05/2008 @ 23:33 Bas de page
Re : Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) peclong
Membre Senior
MembreMembreMembreMembre

ava_678.jpg
 
Messages 405
Inscrit(e) le 21/05/2006
Lieu de résidence Belgique
domrey a écrit

traducio "natuellement" illisible! desole...


:sygus::sygus: Heureusement j'ai prévenu NEO.

002.jpg
inscription_03.gif
#55886 View peclong's ProfileView All Posts by peclongU2U Member
Haut de page 03/05/2008 @ 12:06 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) domrey
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
peclong a écrit

domrey a écrit

traducio "natuellement" illisible! desole...


:sygus::sygus: Heureusement j'ai prévenu NEO.


Ouaip et il a :ordi:: :-P mais la version originale ,elle est là :53: :rire1::rire1:

#55908 View domrey's ProfileView All Posts by domreyU2U Member
Haut de page 03/05/2008 @ 12:22 Bas de page
Re : Exportations de riz: avantages & inconvénients Reply With Quote
Déconnecté(e) Traducteurs KN
Membre
MembreMembreMembre

french_english_flag_1.jpg
 
Messages 163
Inscrit(e) le 27/09/2007
AFP


Mekong nations to form OPEC-style rice cartel - Thai PM



BANGKOK (THOMSON FINANCIAL) - La Thaïlande a accepté le principe de former un cartel pour fixer le prix du riz avec la Myanmar, le Laos, le Vietnam et la Cambodge a affirmé mercredi le premier ministre SAMAK SUNDARAVEJ.

Le groupe des nations du Mékong sera similaire à l'OPEC, et s'appellera OREC (Organisation of Rice Exporting Countries - Organisation des pays exportateurs de riz)

"J'ai discuté avec le Myanmar et les ai invités à se joindre au cartel des pays exportateurs de riz, qui comprend aussi le Vietnam, le Laos et le Cambodge, pour fixer les prix" a annoncé SAMAK aux journalistes.

Le général THEIN SEIN, premier ministre du Myanmar, en visite officielle en Thaïlande a accepté de se joindre au groupe, même si son pays n'est pas un gros exportateur de riz.

"La Thaïlande les aidera en terme d'assistance technique, à améliorer leur production pour exporter," a indiqué SAMAK.

Le Vietnam, le Laos et le Cambodge ont eux aussi accepté de se joindre, et NOPPADON PATTAMA, le ministre thaïlandais des affaires étrangères, pense que l'OREC pourrait démarrer ses réunions rapidement.

La Thaïlande est le premier exportateur mondial de riz et, d'après les estimations, aurait expédiés 9,5 millions de tonnes l'année dernière.

Les cours mondiaux ont monté en flèche, à cause d’une augmentation des coûts énergétiques et des engrais, une plus forte demande globale, des sécheresses, la reconversion de rizières en plantations de bio fuel et la spéculation sur le prix des matières premières.

La demande internationale de riz thaï a grimpé après que le Vietnam et l'Inde, d'autres importants producteurs aient contingenté leurs exportations pour assurer leurs demandes intérieures.

La Thaïlande avait plusieurs fois soutenu qu'elle ne limiterait pas ses ventes à l'étranger, mais mardi le gouvernement a annoncé qu'il libérerait un stock de 2,1 millions de tonnes sur le marché domestique afin de stabiliser les prix.

Le prix de référence du riz Thaï PATHUMTHANI était, mercredi dernier de 998$ la tonne, 512$ de plus qu'en Janvier de cette année a annoncé dans une enquête l'association thaïlandaise des exportateurs de riz.

AFP




Source : http://www.forbes.com/markets/feeds/afx/2008/04/30/afx4951026.html




--
Traduction non-officielle de l'article d'origine en anglais.
#55911 View Traducteurs+KN's ProfileView All Posts by Traducteurs+KNU2U Member
« 1  2 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page