Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
« 1  2 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes   ( Réponses 26 | Lectures 4153 )
Haut de page 30/05/2006 @ 11:54 Bas de page
La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes : 5/30/2006 Source Cambodge Soir

Après une semaine de suspension, les déboursements pour le programme Gestion et administration foncière, financé par la Banque mondiale, vont reprendre, a indiqué hier le ministre de l'Economie et des finances Keat Chhon.

http://www.cambodiapolitics.org/news_06/cambodge_soir_06/cs_06_05/30_cs1.pdf

Edité le 30/05/2006 @ 11:54 par Swann

#23663 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 05/06/2006 @ 11:35 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Le ministère ordonne le dégel de projets visés par les critiques de la Banque mondiale : 6/5/2006 Source Cambodge Soir

Dans un communiqué de presse publié samedi, le minitère de l'Economie et des Finances fait savoir qu'il a ordonné la reprise de trois projets gelés suite à un rapport de leur principal bailleur, la Banque mondiale (BM), faisant état d'"irrégularités" dans la manière

http://www.cambodiapolitics.org/news_06/cambodge_soir_06/cs_06_06/5_cs3.pdf


#23950 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 06/06/2006 @ 06:47 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Reprise des projets gelés par les critiques de la Banque mondiale



AKP Phnom Penh, 05 juin 2006 --



Le ministère de l’Economie et des Finances fait savoir, dans un communiqué de presse, qu’il a ordonné la reprise de trois projets gelés suite à un rapport de leur principal bailleur, la Banque mondiale, faisant état d’"irrégularités" dans la manière dont ils étaient menés.



Si l’institution financière internationale s’est engagée, est-il écrit dans le communiqué, à donner plus de détails sur ces mises en cause d’ici deux semaines et les mesures à prendre pour résoudre les problèmes, il n’en demeure pas moins que "la Banque mondiale n’a à ce jour pas détaillé les raisons qui ont motivé ses critiques", constate en introduction le ministère.



Le ministère de l’Economie et des Finances juge que la suspension de ces projets touche "à la politique des réformes engagées par le gouvernement », et que ces accusations ont été formulées "sans raison ni preuve". Par conséquent, estime le ministère, « elles affectent l’image du gouvernement, ce qui n’est pas acceptable". Il a donc été décidé que les projets suspendus reprennent "normalement".



Les trois projets concernés, qui totalisent un budget de 64 millions de dollars, sont liés aux infrastructures provinciales et rurales, à l’adduction d’eau et la mise en place de systèmes sanitaires, et enfin à l’aménagement du territoire, plus particulièrement au volet de l’enregistrement des titres de propriété.--AKP

-------------------


#23970 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 07/06/2006 @ 13:13 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
La Banque mondiale maintient ses accusations : 6/7/2006 Source Cambodge Soir

La Banque mondiale a maintenu hier la suspension de ses financements pour trois programmes cambodgiens dans lesquels, fin mai, elle avait déjà mentionné des irrégularités.

http://www.cambodiapolitics.org/news_06/cambodge_soir_06/cs_06_06/7_cs1.pdf

#24029 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 08/06/2006 @ 09:16 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
La Banque mondiale dénonce des fraudes: les ministres demandent des preuves : 6/8/2006 Source Cambodge Soir
Le communiqué que le siège de la Banque mondiale (BM) a posté sur son site mardi en fin de journée, dans lequel l'institution financière affirme, en longueur et en douceur, maintenir ses accusations de "fraude et corruption"


http://www.cambodiapolitics.org/news_06/cambodge_soir_06/cs_06_06/8_cs1.pdf

#24052 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 14/06/2006 @ 07:55 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
MALVERSATIONS. Interrogé hier sur la demande de remboursement ... : 6/14/2006 Source Cambodge Soir

MALVERSATIONS. Interrogé hier sur la demande de remboursement de 7,6 millions de dollars formulée par la Banque mondiale (BM) en raison de malversations ou d'irrégularités dans trois projets qu'elle finance, le ministre des Finances Keat Chhon s'est contenté

http://www.cambodiapolitics.org/news_06/cambodge_soir_06/cs_06_06/14_cs3.pdf

#24276 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 15/06/2006 @ 09:13 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Un "scandale" pour l'Allemagne : 6/15/2006 Source Cambodge Soir


A l'occasion d'un forum réunissant les pays donateurs et le gouvernement entre deux CG meeting, hier, l'ambassadeur d'Allemagne a qualifié de "scandale" le détournement de 7,6 millions de dollars dans le cadre de trois projets financés par la Banque mondiale (BM).

http://www.cambodiapolitics.org/news_06/cambodge_soir_06/cs_06_06/15_cs4.pdf

#24310 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 16/06/2006 @ 11:56 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Le Premier ministre réagit contre l’accusation de la Banque mondiale



AKP Phnom Penh, 16 juin 2006 --



Samdech Hun Sèn, Premier ministre cambodgien, a vivement réagi hier contre l’accusation de la Banque mondiale selon laquelle il avait une certaine corruption et des anomalies dans l’application de trois projets financés par la Banque mondiale.



Lors de la cérémonie de pose la première pierre pour la construction de l’hôpital de référence du district Mongkul Borei, province de Banteay Meanchey, le chef du gouvernement cambodgien a demandé à la Banque mondiale de présenter les preuves précises sur cette affaire. « Il ne faut pas accuser sans fondement, car un pays a son prestige et le Parti d’opposition cherche à l’heure actuelle à se servir de ce problème comme prétexte pour attaquer contre le gouvernement », a-t-il précisé.



Le Premier ministre a souligné que si la corruption était trouvée, les responsables de la corruption ne seraient pas seulement les fonctionnaires du gouvernement, mais aussi les consultants de la Banque mondiale.



Nous prenons toutes les mesures pour condamner les fonctionnaires du gouvernement de cette corruption, mais nous appelons la Banque mondiale à condamner aussi ses personnels qui ont dépensé une somme d’argent colossale pour l’application de ce projet, a souligné Samdech Hun Sèn qui souhaite que ce problème soit réglé ensemble dans le cadre du partenariat, mais non pas du colonialisme. Il souhaite aussi que la Banque mondiale suive le modèle du Japon dans la mise en application de son projet de développement au Cambodge. -- AKP

Edité le 16/06/2006 @ 11:56 par Swann

#24362 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 22/06/2006 @ 12:16 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Samdech Hun Sèn réclame les preuves de la Banque mondiale



AKP Phnom Penh, 22 juin 2006 --



Le Premier ministre Hun Sèn a présidé hier le 10e Forum du gouvernement et du secteur privé où réunissait les principaux acteurs économiques du pays, les ministres, les gouverneurs et les ambassadeurs accrédités au Cambodge.



Profitant de cette occasion, Samdech Hun Sèn a à nouveau demandé à la Banque mondiale de donner ses preuves montrant le détournement de fonds du gouvernement royal.



"Ils [la BM] nous jugent sans preuve ni témoin. Même Saddam Hussein et Milosevic ont eu droit à des témoins et à des preuves pour leurs procès. Je vais demander à Sok An [ministre du Conseil des ministres] d'étudier les documents fournis par la BM […]. S'il y a des preuves, nous condamnerons les fautifs. Mais même s'il n'y a pas de preuve, je sais que nous resterons coupables. Nous devons nous attendre à être toujours coupables à l'avenir […]. Ils disent que les preuves que nous réclamons sont des documents secrets. Mais pourquoi nous accuser alors? Ce n'est pas juste. Nous sommes méprisés parce que nous sommes pauvres. Nous demandons simplement que justice soit faite!", a-t-il déclaré.



Le chef du gouvernement cambodgien a entre-temps affirmé que son gouvernement rendrait public des documents liés à l'affaire de la mobilisation à l'issue de laquelle le gouvernement avait dû rembourser il y a quelques années 2,8 millions de dollars à la Banque mondiale.



Selon le Premier ministre, la Banque mondiale a réalisé un audit sur l'affaire de la démobilisation dont ne serait sortie aucune preuve de malversation, et il a donc demandé à Sok An de rendre public cet audit ainsi que la correspondance entre le gouvernement et la Banque mondiale pour montrer à l'opinion qu'il n'y avait eu aucune irrégularité. "Nous mettons tout sur la table. Pourquoi pas la BM? Suy Sem [ministre de l'Industrie]. Lu Lay Sreng [Développement rural], Sun Chanthol [Transports] et Im Chhim Lim [Urbanisme], vous êtes tous des voleurs. Et bientôt, ils m'appelleront voleur moi aussi. Je demande la justice!".



Depuis début juin, la Banque mondiale a accusé le quatre ministères cambodgiens des irrégularités dans la mise en place de sept projets qu'elle finance et a demandé au gouvernement royal de lui rembourser 7,6 millions de dollars.--AKP

#24524 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 22/06/2006 @ 19:03 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Hun Sen: "Bientôt, ils m'appeleront voleur moi aussi!" : 6/23/2006 Source Cambodge Soir

Hun Sen a une nouvelle fois reproché à la Banque mondiale (BM) d'accuser sans preuve son gouvernement de détournements de fonds, hier, à l'occasion du Forum des investisseurs qui réunissait les principaux acteurs économiques du pays, les ministres

http://www.cambodiapolitics.org/news_06/cambodge_soir_06/cs_06_06/22_cs2.pdf

#24532 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 23/06/2006 @ 04:21 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) PAGNACHON
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

ava_175.jpg
 
Messages 674
Inscrit(e) le 19/02/2004
Cambodge Soir a écrit

Hun Sen: "Bientôt, ils m'appeleront voleur moi aussi!"


On ne se permettrait pas d’appeler Samdech HUN Sen « voleur ». Mais, on se pose des questions, comment Samdech HUN Sen est-il devenu l’homme le plus fortuné du Royaume ou peut-être le plus riche de l’ASEAN en 25 ans de pouvoir ? Quand on sait que Samdech HUN Sen était un ancien officier khmer rouge….


La Liberté, la Paix, et la Justice
#24536 View PAGNACHON's ProfileView All Posts by PAGNACHONU2U Member
Haut de page 23/06/2006 @ 11:37 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) vanthon
Membre Senior
MembreMembreMembreMembre


 
Messages 341
Inscrit(e) le 10/11/2005
Lieu de résidence paris
Qui se sent morveux, se mouche, dit une sagesse populaire. Hun Sen ne peut plus feindre de ne pas comprendre que ce ne sont pas seuls ses ministres qui sont accusés de corrompus. Il s’est considéré jusqu’ici, à l’instar de la ministre socialiste française, comme responsable mais non coupable. C’est bien lui qui a rendu possible, directement ou indirectement, le détournement des fonds de la BM. Il est jusqu’au cou compromis dans la magouille autant financière que politique. Sa stratégie à la Sam Kok ne peut durer toute l’éternité. Il a des comptes à rendre à la BM et au peuple khmer.


#24542 View vanthon's ProfileView All Posts by vanthonU2U Member
Haut de page 28/06/2006 @ 19:28 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) han solo
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Certains se sont étonnés ou offusqués de la virulence des propos du PM Hun Sen en réaction à l’accusation non moins provocatrice de détournement des fonds commis par son administration de la part de la Banque Mondiale. Accusation qui vise manifestement, il faut en convenir, plus à obtenir des effets politico-médiatiques qu’ à dire, dans un rapport de collaboration normale, ce qui ne va pas.
D’autres, cependant, ont pu déceler dans les propos et le regard, de l’ancien chef militaire,
l’émouvante conviction, l’écho d’une passion que rien n’a encore émoussé :
la fierté nationale qui se dresse face à toutes formes d’asservissements qu’on tentait d’imposer à son pays.

Et lorsque qu’on cherche à comprendre la réaction du PM Hun Sen, on est entrainé au cœur d’un autre débat tout aussi passionnant : les méfaits des mesures que la banque mondiale impose aux pays qu’elle octroie des aides financières.

La Banque Mondiale (BM), présidée de droit par un américain, créée au lendemain de la 2è guerre mondiale pour aider l’Europe à se reconstruire, s’est donnée aujourd’hui avec l’effondrement du bloc de l’Est et du communisme dans le monde comme objectif principal de son action, le financement du développement des pays pauvres en contrepartie des mesures de natures économiques et politiques qu’elle impose aux pays bénéficiaires de ses aides, est l’objet, aujourd’hui, des critiques quasi unanimes venant non seulement de la part de ceux qui ont subi dans leur vie quotidienne la sévérité et l’injustice de ces mesures, mais aussi de la part de certains de ses anciens membres dont Joseph Stiglitz, son ancien vice président, prix Nobel d’économie.
Si la lutte contre la pauvreté et le sous développement fait partie du discours officiel de la BM, cependant, force est de relever que, sur le terrain, la politique et les actions menées par la BM ne traduisent pas toujours son discours.


A suivre……


#24629 View han+solo's ProfileView All Posts by han+soloU2U Member
Haut de page 29/06/2006 @ 07:41 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Lancement d'un nouveau projet de 14 millions de dollars : 6/29/2006 Source Cambodge Soir

Coupant court aux spéculations alimentées ces dernières semaines par l'affaire de détournement de fonds dans sept projets financés par la Banque mondiale (BM), l'institution financière a réaffirmé hier par ...

http://www.cambodiapolitics.org/news_06/cambodge_soir_06/cs_06_06/29_cs.pdf

#24634 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 29/06/2006 @ 10:11 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg
 
Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement
han solo a écrit

D’autres, cependant, ont pu déceler dans les propos et le regard, de l’ancien chef militaire,
l’émouvante conviction, l’écho d’une passion que rien n’a encore émoussé :
la fierté nationale qui se dresse face à toutes formes d’asservissements qu’on tentait d’imposer à son pays.

:sygus:

han solo a écrit

Et lorsque qu’on cherche à comprendre la réaction du PM Hun Sen, on est entrainé au cœur d’un autre débat tout aussi passionnant : les méfaits des mesures que la banque mondiale impose aux pays qu’elle octroie des aides financières.

Je crois pas nan.... Hun Sen a surtout pointé du doigt la responsabilité de consultant de la BM en cas de malversations; je ne vois pas ou il a remis en cause le "consensus de washington"...
#24638 View virgule's ProfileView All Posts by virguleU2U Member
Haut de page 29/06/2006 @ 11:03 Bas de page
Re : Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Swann a écrit

Lancement d'un nouveau projet de 14 millions de dollars : 6/29/2006 Source Cambodge Soir
Coupant court aux spéculations alimentées ces dernières semaines par l'affaire de détournement de fonds dans sept projets financés par la Banque mondiale (BM), l'institution financière a réaffirmé hier par ...

http://www.cambodiapolitics.org/news_06/cambodge_soir_06/cs_06_06/29_cs.pdf



Les 3 dernières lignes de l'article sont quand mê^me importantes..pour celui qui a la patience de lire jusqu'au bout; enfin je trouve!!!
#24639 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 29/06/2006 @ 16:26 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) han solo
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
virgule a écrit

han solo a écrit

D’autres, cependant, ont pu déceler dans les propos et le regard, de l’ancien chef militaire,
l’émouvante conviction, l’écho d’une passion que rien n’a encore émoussé :
la fierté nationale qui se dresse face à toutes formes d’asservissements qu’on tentait d’imposer à son pays.

:sygus:

han solo a écrit

Et lorsque qu’on cherche à comprendre la réaction du PM Hun Sen, on est entrainé au cœur d’un autre débat tout aussi passionnant : les méfaits des mesures que la banque mondiale impose aux pays qu’elle octroie des aides financières.

Je crois pas nan.... Hun Sen a surtout pointé du doigt la responsabilité de consultant de la BM en cas de malversations; je ne vois pas ou il a remis en cause le "consensus de washington"...



--------------------

Avant d’aborder le « consensus de Washington » qui inspire l’action de la BM, et qui est à l’origine des crises financières et économiques à répétition ( souvenons nous des crises asiatiques des années 1990 ) ayant réduit à néant les efforts de certains pays pauvres qui se sont endettés auprès de la BM pour sortir de leurs sous développements , sans parler qu’ il faut travailler pour payer les intérêts et rembourser les dettes - et qu’il est à craindre que le Cambodge connaîtrait le même sort , s’il n’y prend pas garde-, Rappelons la réalité suivante pour ne plus y revenir dans la suite que les pays pauvres d’un bout à l’autre de la planète, hier comme aujourd’hui , pour réaliser leurs politiques de développements économiques et sociaux ont reçu et reçoivent des aides financières et financements de la part de la BM qui conditionne l’attribution de ces aides, on le sait, par la réalisation par des pays bénéficiaires des aides sur le plan politique d’un ensemble des mesures anti-corruptions, et visant à favoriser la démocratie, les Droits de l’Homme, et des libertés dont la liberté d’entreprises.

Des pays tels que la Turquie, les Philippines de F. Marcos, l’Indonésie de Suharto, la Thaïlande pour des gouvernements militaires successifs de 1973 -1983, le Viêtnam pour ne citer que ces pays… ont bénéficié à des divers titres des financements de la BM sans que
ces pays n’ont montré par le passé comme ils ne l’ont montré pour certains d’entre eux, encore aujourd’hui, des exemples à suivre en matière de Démocratie, des Libertés, de Droits de l’Homme et de l’anti-corruption !

Et ce n’est pas par les rapports, ni par les accusations publiques de la BM qu’on a appris que F.Marcos et M.Suharto , après leur chute, avaient détourné des centaines des milliards de dollars au détriment du Trésor Public de leur pays , et que la corruption a eu raison des ambitions politiques du Thailandais Thaksin Shinawatra et du Vietnamien Phan Van Khai.

Notons que le Cambodge reçoit, ici, un traitement différent de la part de la BM.
C’est ce que Joseph Stiglitz, ancien vice président de la BM, qualifie « de mélange curieux d’idéologie et que la mentalité colonialiste est restée .. » dans le processus de prise de décision de certains dirigeants de la BM.

Le cambodgien de la rue, à Phnom-Penh, dit simplement, et sans anti-américanisme primaire, avec ses mots de tous les jours que dans cette affaire la BM ne se contente pas de jouer son rôle de banquier, mais fait de la politique et est au service des intérêts impérialistes américains à travers le monde. S’il est curieux, on lui conseillerait volontiers la lecture du livre de Joseph Stiglitz « la Grande Désillusion » pour mieux comprendre les gens de la Banque Mondiale et ceux du Fonds Monétaire International .



A suivre…






#24643 View han+solo's ProfileView All Posts by han+soloU2U Member
Haut de page 29/06/2006 @ 16:50 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
han solo[i] a écrit

[...Le cambodgien de la rue, à Phnom-Penh, dit simplement, et sans anti-américanisme primaire, avec ses mots de tous les jours que dans cette affaire la BM ne se contente pas de jouer son rôle de banquier, mais fait de la politique et est au service des intérêts impérialistes américains à travers le monde. S’il est curieux, on lui conseillerait volontiers la lecture du livre de Joseph Stiglitz « la Grande Désillusion » pour mieux comprendre les gens de la Banque Mondiale et ceux du Fonds Monétaire International .
A suivre…[/i]


Les "Cambodgiens de la rue" m'épatent vraiment... .. alors là vraiment.
Et où vont-ils aller chercher les 15 à 20 dollars nécessaires pour s'acheter "La grande désillusion" de Joseph Stiglitz (j'avoue honteusement: je ne connais pas;désolé, mais je sais que je ne suis pas une référence pour le Cambodgien de la rue!!!)

Encore heureux que nous ne soyons pas dans le cadre d'un "anti-améraicanisme primaire"..
#24644 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 29/06/2006 @ 19:30 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) han solo
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Le Consensus de Washington, vous dites ?

Voici la synthèse remarquable par 2 auteurs boliviens Vincetmanu de ce dogme économique dont la scientificité est contestée dès le départ par nombreux économistes dont Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, ancien vice président de la banque mondiale.

« Historique du Consensus de Washington .

Le Consensus de Washington est un ensemble de directives de politique économique mises au point lors d'une obscure réunion tenue en 1979 et appliqué aveuglément pendant toutes les années 80, menant l'Argentine à la banqueroute et bien d'autres pays à la misère.
Ce fameux " Consensus " a été rédigé par un groupe d'économistes américains, des fonctionnaires du Gouvernement des Etats-Unis, de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International. Un consensus très limité qui n'a jamais fait l'objet d'aucun débat général et n'a été soumis à aucun vote, ni même été ratifié formellement par les pays auxquels il a été imposé.

Le "Consensus" augurait qu'avec son application la croissance économique augmenterait, la pauvreté diminuerait et que l'emploi croîtrait.

C'est tout le contraire qui s'est passé. Qui plus est, l'usage intensif des ressources naturelles a provoqué une détérioration peut-être irréparable de l'environnement.
Se pencher sur les principaux défenseurs de cette politique économique, suffit à voir où se situent leurs intérêts.
Le secrétaire du Trésor américain, Robert Rubin, est issu de Wall Street, de même que ses prédécesseurs, Roger C. Altman et Nicholas Brady. Tous travaillent pour des sociétés de placement. Ernest Stern, ancien président de la Banque Mondiale, est directeur de la banque J.P. Morgan, et l'actuel président, James Wolfensohn, était également directeur d'une banque de placement. Et la liste est encore longue...

Principes du Consensus de Washington :

Le " Consensus " a ordonné une discipline budgétaire dirigé par une passion pour l'élimination du déficit et une application rigoureuse des doctrines néolibérales. Il repose sur 7 pilliers:

1-Discipline fiscale ,
Equilibre budgétaire ,
Baisse des prélèvements fiscaux sur les revenus pour privilégier la TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée), ce qui a pour conséquence d'augmenter les inégalités, les plus pauvres payant la même quote part que les riches sur les produits achetés ,
Démantèlement des droits de douane des pays moins développés sans contrepartie de la part des pays riches,

2.Libéralisation financière ,Taux fixés par le seul marché des capitaux , Fin de l'autonomie finan cière des gouvernements ,Pas de normes, ni de contrôles des gouvernements sur ce que font les multinationales

3.Libéralisation commerciale ,Suppression des protections douanièresCe qui a pour résultat l'éradication de l'industrie nationale naissante, ou peu adaptée au marché, au profit de l'investissement étranger (transnationales). A partir de là, dépendance aux produits importés (fin de l'auto-suffisance) et aux devises internationales ($ principalement) puisque les importations se payent en devises...

4.Ouverture totale des économies à l'investissement direct , Ce qui permet aux Multinationales d'investir un marché où les entreprises nationales ne sont pas encore en mesure de concurrencer les produits étrangers...

5.Privatisation de l'ensemble des entreprises ,Suppression massive d'emplois ,Perte du contrôle de l'Etat sur les prix des services de bases comme l'eau, l'électricité, la téléphonie,...

6.Dérégulation ,Elimination de tous les obstacles à la concurrence ,Fin de la protection des industries émergeantes du pays o Diminution ou suppression des garanties et droits sociaux, de salaire minimum,

7.Protection totale des droits de propriété intellectuelle des multinationales ,
Pression des multinationales sur les gouvernements,

Résultats du Consensus de Washington :

L'Amérique Latine, principale victime de ce " Consensus ", est un clair exemple du désastre qu'il a entraîné. En 1980, il y avait 120 millions de pauvres; en 1999, 220 millions. 45 % de la population ; et les 20 % les plus riches sont près de 19 fois plus riches que les 20 % les plus pauvres, alors que, à l'échelle mondiale, les riches sont, en moyenne, 7 fois plus riches,

Après une décennie d'application théologique aveugle des directives du Consensus de Washington, l'Amérique Latine est au bord du précipice. La dette est passée de 492 milliards de dollars en 1991 à 787 milliards en 2001.
Chemins de fer, télécommunications, lignes aériennes, services d'eau potable et d'énergie ont été pratiquement liquidés et livrés à des macro-entreprises américaines et européennes. Les dépenses publiques en éducation, santé, logement et aides sociales ont été réduites; les mesures de contrôle des prix ont été abolies, les salaires gelés et des millions de travailleurs ont été licenciés par les nouveaux propriétaires des entreprises publiques privatisées. Des importations massives (avec baisse des tarifs douaniers, évidemment) afin d'alimenter la surconsommation des classes élevées et moyennes ont provoqué la disparition de presque toutes les entreprises nationales (exemple frappant en Argentine). Et le chômage a augmenté. Selon l'OIT (Organisation Internationale du Travail), 84 % des emplois qui avaient été créés à l'âge d'or de l'application du " Consensus " étaient des emplois précaires assortis de bas salaires.

Fin du Consensus de Washington

Dans le Forum Social Mondial, qui s'est tenu à Porto Alegre, Jorge Werthein, représentant de l'Unesco au Brésil, a dénoncé à voix haute ce que tout le monde savait : le " Consensus " a eu pour effet une dramatique augmentation des inégalités et une aggravation incroyable de la pauvreté dans le monde.

Le " Consensus de Washington " a été un échec retentissant, et James Wolfensohn, président de la BM, avait proclamé en novembre 2002, dans une réunion en Amérique Latine, préparatoire du Forum Économique Mondial de Davos :
" Le Consensus de Washington est mort ". »

Par VINCETMANU.



#24648 View han+solo's ProfileView All Posts by han+soloU2U Member
Haut de page 30/06/2006 @ 11:03 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg
 
Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement
Je connais les ouvrages de Stiglitz, je les ais lu. Je connais le consensus de washington.... et je trouve que ca a rien a faire ici.

Seulement, je pense que tu place le pb du gvt et de la BM, qui est un epiphenomene, sur un niveau trop haut.

En particulier, la BM suspend qs prgs pour soupsons de détournement. Y a-t-il un pb a cela? Ou pendses tu qu'il soit preferale de laisserfaire? Gros dileme pour la BM: denoncer la corruption et se faire taxer d'inperialiste, ou ne rien dire et se faire taxer de soutient aux dictatures...

Ensuite, cela n'empeche pas la BM de lancer d'autres prgs au cambodge, preuve que si ca saoule la BM de voir ses fond détournés, ca ne l'empeche pas de continuer a financer le cambodge.

Il n'y a rien, aucunes declaration, dans cette afaire, qui je le repete est un epiphénomene (les aides de la BM ne se sont nullement interompus, ni celle des autres instances), qui ne laisse penser des arieres pensée politique d'un coté ou de l'autre. Tenter d'en faire une analyse par les afrontements idéologiques entre les néolibéraux/neocon et alters de tout genre est vouée a l'echec, car il n'y a aucune matiere pour ce genre d'exercice.

acte 1 : la BM suspend qqs programes
acte 2 : Hun Sen ne nie pas la possibilité de détournement, mais accuse les experts de la BM d'etre aussi responsable de ces deriers.
acte 3 : hun sen joue les victimes

Ca reste une farce burlesque, ce n'est rien d'autre que cela.

je pense que le cambodgien moyen, a PP, dit que son gvt, depuis longtemps, "mange le pays" et est un gros poukreloy.

PS: T. Shinawatra, il est pas encore 1er minsitre??
#24662 View virgule's ProfileView All Posts by virguleU2U Member
Haut de page 30/06/2006 @ 17:13 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) han solo
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Paul Wolfowitz, l’actuel président de la BM, un pur politicien de l’administration Bush , placé à la tête de la banque mondiale par ce dernier , n’a aucune connaissance sérieuse tant soit peu en économie. Et lorsqu’il donne ses conseils en matière de politique économique aux dirigeants des pays que la BM accorde des financements comme le Cambodge par exemple, on a l’impression que c’est le plombier et non le médecin qui donne des conseils au malade sur comment il doit se soigner ! Moi, à sa place, je préfèrerais me taire, tellement j’ai honte de dire des âneries.

Nous avons dit plus haut que si la lutte contre la pauvreté et le sous développement fait partie du discours officiel de la BM, et du FMI, cependant, force est de relever que, sur le terrain, la politique et les actions menées par ces 2 institutions internationales ne traduisent pas toujours leur discours.

Il faut, sans tarder, le dire pourquoi.

Ici, écoutons Joseph Stiglitz, professeur de science économique, considéré par la communauté des économistes comme un des pères fondateurs de la science économique contemporaine ( le nouveau Keynésianisme) , prix Nobel d’économie, Expert international en matière de développements économiques, ancien vice président de la banque mondiale, nous explique l’orthodoxie économique et financière qui guide l’action de ces 2 institutions financières internationales que sont la banque mondiale et le fonds monétaire international et les conséquences concrètes sur la vie de tous les jours des populations des pays dans lesquels les mesures préconisées par ces 2 institutions ont été appliquées :

« 1. L' orthodoxie financière des institutions financières internationales (IFI) :

Lorsque le Fonds monétaire international (FMI) a été créé, la mission assignée était claire : engager des actions collectives au niveau mondial pour garantir la stabilité économique de pays en difficulté. Cela signifiait qu'il devait stimuler la demande globale et financer temporairement les déficits publics pour maintenir le plein-emploi. Le marché fonctionnant mal, les Etats en cause devaient adopter des politiques expansionnistes : augmentation des dépenses publiques, baisse des impôts et des taux d'intérêt. Aujourd'hui, le FMI se veut le gardien du temple du marché et ne verse ses fonds qu'aux Etats menant une politique d'austérité : baisse des déficits et augmentation des taux d'intérêt. Le FMI, en favorisant la spéculation ou en intervenant massivement uniquement sur le marché des changes a cessé de servir les intérêts de l'économie mondiale pour servir ceux de la finance internationale.

Les pays récalcitrants aux recettes ultra-libérales du FMI et de la BM se voient opposer l'arme de la conditionnalité pour l'obtention de prêts. La nature et les moyens d'élaboration et d'imposition des prêts par ces deux institutions font l'objet de vives critiques. Le FMI, par exemple, peut recourir au chantage, en fractionnant le versement du prêt qu'il octroie à chaque degré supplémentaire de libéralisation, et même parfois violer de façon caractérisée la souveraineté du pays lorsqu'il fait figurer, dans certains accords, l'obligation de voter telle loi pour atteindre les objectifs fixés.
Les effets des conditionnalités sur la gestion politico-économique sont contestables car ils ne sont pas porteurs de changements d'orientation durables. Dans de nombreux cas, cette méthode est contre-productive, suicidaire (imposer à la Banque centrale du pays emprunteur de se consacrer exclusivement à l'inflation en oubliant la croissance et l'emploi) et ne réduit en rien la pauvreté (le pays s'endette encore plus et les élites continuent de s'enrichir).
Le pays qui refuse les orientations du FMI et de la BM - considérés comme "off track", c'est-à-dire s'écartant du droit chemin et refusant l'orthodoxie des IFI - peut voir celui-ci retirer ses financements, entraînant par là même le découragement des investissements privés et la tentation des autres bailleurs de fonds de conditionner leur aide à l'approbation de la politique du pays par le FMI et la BM.

La mondialisation et les politiques qui la nourrissent obligent souvent les pays en voie de développement à payer le prix fort : corruption, conséquences dramatiques pour l'environnement, valeurs culturelles menacées et bien entendu populations sacrifiées. En effet, chômage de masse et précarisation sont des fléaux qui entraînent une dissolution sociale aux conséquences dramatiques : violences urbaines (Argentine), conflits ethniques (Indonésie), etc.

Un pays peut avoir une inflation faible, mais une croissance nulle et un chômage élevé. Mais le FMI, semble-t-il, confond souvent fins et moyens et perd de vue la préoccupation fondamentale : il donnera la meilleure note et accorde ses aides à un pays comme l'Argentine parce que son budget paraîtra en équilibre et son inflation sous contrôle, alors même que le chômage y est à deux chiffres depuis des années !

L'Occident a organisé la mise en place de la mondialisation de façon à recevoir une part disproportionnée de ses bénéfices, aux dépens du monde en développemen.. Depuis peu, en raison de l'opposition mondiale de plus en plus grande (Seattle, Porto Alegre, etc.) qui se dresse face à elle, la « grande roue » infernale de déstructuration du lien social et collectif mise en place par les technocrates de la BM et du FMI n'essaie plus d'écraser tout sur son passage.

2. Les politiques d'ajustement structurel à travers l'exemple de L'Ethiopie :

Si un pays ne répond pas à certains critères, le FMI ou la BM suspend son aide. Ce faisant, il est d'usage que d'autres donateurs l'imitent. Ce fut le cas pour l'Ethiopie. Pour ce pays, dirigé par un homme intègre, Meles Zenawi, soucieux d'améliorer le sort des pauvres de son pays, fut soumis aux contraintes injustes du FMI qui chercha à lui imposer une absurde politique de libéralisation du marché financier et un équilibre budgétaire indépendant de l'aide internationale. Avec "des bases économiques saines" et un "gouvernement compétent et engagé en faveur des pauvres" le FMI refusa pourtant d'accorder des aides.

Non seulement les bases économiques de l'Ethiopie étaient saines, mais la Banque mondiale avait des témoignages directs de la compétence du gouvernement et de son engagement en faveur des pauvres. L'Ethiopie avait élaboré une stratégie de développement rural attentive aux pauvres, en particulier aux 85% de la population qui vivaient dans les campagnes. Le gouvernement éthiopien avait deux sources de revenus : les impôts et l'aide étrangère - l'Ethiopie, comme beaucoup de pays en développement, tire une bonne part de ses revenus de l'aide étrangère. Le budget d'un Etat étant en équilibre tant que ses revenus couvrent ses dépenses, le FMI s'inquiétait du fait que, si cette aide venait à se tarir, le pays aurait des problèmes. Par conséquent, soutenait-il, l'équilibre budgétaire de l'Ethiopie devait être jugé solide que si ses dépenses ne dépassaient pas ses rentrées fiscales.

Cette logique soulève par ailleurs un problème : quand un pays pauvre obtient de l'aide pour une réalisation quelconque, la construction d'écoles par exemple, il ne pourra jamais dépenser cet argent pour ce projet puisque le FMI lui impose de conserver ces fonds dans ses réserves !

Or, les donateurs internationaux, qui n'ont aucune obligation envers le FMI, accordent leur aide pour voir le projet effectivement réalisé – la construction d'écoles. Les réticences du FMI pourrait s'expliquer en raison de doutes sur le devenir à long terme du projet - des pays utilisent les dollars de l'aide pour construire des écoles ou des hôpitaux, mais une fois l'argent de l'aide épuisé, n'ont plus les moyens de les faire fonctionner. Mais les donateurs ont pris conscience du problème et en tiennent compte dans leurs projets. En ce qui concerne le cas éthiopien, les allégations du FMI allaient au-delà : il estimait que l'aide internationale était trop instable pour que l'on puisse compter sur elle !

Il y avait un autre point de friction dans les relations Ethiopie-FMI :

la libéralisation des marchés financiers éthiopiens - le dynamisme des marchés financiers est le signe distinctif du capitalisme, mais en nul autre domaine l'écart entre pays développés et moins développés n'est plus grand. Le FMI voulait non seulement que l'Ethiopie ouvre ses marchés financiers à la concurrence occidentale, mais aussi qu'il scinde ses principales banques en plusieurs morceaux. L'Ethiopie avait d'excellentes raisons de résister au FMI devant cette exigence « d'ouverture » de son système bancaire : les conséquences de ce qui s'était passé chez l'un de ses voisins d'Afrique orientale, le Kenya, qui, ayant cédé avait subi quatorze banqueroutes pour les seules années 1993 et 1994.

3. La gestion par le FMI de la crise asiatique :

Les échecs du FMI sont aussi spectaculaires que ses politiques. Les crises sont aujourd'hui plus graves et plus fréquentes, l'action du FMI contribue à l'instabilité mondiale et les pays où il intervient voient leur situation se dégrader. Dans les pays en voie de développement ou en transition, qui sont généralement des "petits bateaux" sans capitaine, ni gilets de sauvetage et dont la structure est fragile, le naufrage devient réalité si une grosse vague se présente.

Le FMI a joué le rôle du déclencheur de raz de marée avec ses politiques, imposées au nom du fanatisme du marché reposant sur trois piliers : privatisation, libéralisation et austérité budgétaire à un rythme effréné. L'absurdité des choix du FMI peut avoir des conséquences très néfastes pour l'économie mondiale comme en témoigne l'ampleur de la crise asiatique dont il est un des éléments déclencheurs.

Pour les pays du Sud-est asiatique, le FMI a souhaité, dans un contexte de début de récession, imposer une libéralisation des marchés financiers ouvrant la porte à l'arrivée de capitaux spéculatifs. Les plans du FMI (maintien du taux de change, austérité, hausse des taux d'intérêt, etc.) ont échoué lamentablement provocant fuite des capitaux et des investisseurs, augmentation du chômage, baisse du PIB et catastrophes sociales.

Plutôt que de stimuler la demande globale dans ses pays par une politique budgétaire expansionniste (baisse des impôts et augmentation des dépenses) et une politique monétaire détendue, le FMI a conseillé aux gouvernements de faire l'inverse. Obligation leur était faite, par exemple, de porter les taux d'intérêts à des niveaux élevés (plus de 25 points) pour favoriser soi-disant l'attractivité pour les capitaux étrangers, ceci permettant de stabiliser les taux de change.

Au lieu d'un prétendu retour de confiance dans les marchés, la récession s'est installée avec le surendettement des entreprises, une contraction simultanée de la demande et de l'offre globale, la fuite de capitaux, la faillite d’entreprises en cascade, la montée en flèche du chômage, les émeutes populaires déclenchées par la famine, les gouvernements renversés.

La restructuration entreprise par le FMI en Asie a conduit à protéger les investisseurs et oublier les habitants du pays. La libéralisation accrue des marchés financiers a semé le chaos.

L'a mise en place forcenée d'une telle politique surprend d'autant plus qu'elle ne réussit pas davantage aux pays riches : aux Etats-Unis par exemple, la déréglementation du système financier voulue par Reagan a provoqué une débâcle des caisses d'épargne. Mais si les pays riches peuvent réparer les "pots cassés" (intervention de l'Etat), il n'en est pas de même pour les pays en voie de développement. Et les pays qui ont pu échapper aux ravages de la crise asiatique sont ceux qui menaient une politique indépendante de celle du FMI - l'Inde, la Chine et la Malaisie -, et contrôlaient ainsi les opérations en capitaux.

Le FMI et la BM ont donc réussi l'exploit de dégrader l'efficacité globale des marchés, notamment au niveau de l'allocation de ressources, mettant en branle en partie le "miracle asiatique" qui paraissait durablement installé. Cet "exploit" s'ajoute aux échecs répétés dans les pays où ils sont censé gérer les crises en cours.

4. La crise russe et la transition dans les pays de l'Est :

On constate qu'au moment de la crise russe, alors que l'exemple désastreux des privatisations confisquées par les oligarques ex-communistes auraient dû faire réfléchir la communauté internationale, le FMI n'a pas hésité, à fonds perdus, à fournir des aides d'urgence au gouvernement russe, aides qui se sont retrouvées en deux jours sur les comptes suisses des amis du pouvoir. Le gaspillage d'aide qu'aura été le soutien à la Russie, les malversations que ce soutien a entraîné, sont une véritable erreur dans l'action des organisations internationales.

"Processus démocratique", "démocratie", étaient des mots qui devaient signifier des lendemains chantants pour des centaines de millions d'habitants de l'ex-URSS et des pays de l'Est. Malheureusement les "thérapeutes de choc", les "fanatiques de l'économie de manuel" du FMI et de la BM ont favorisé l'apparition de tout autre lendemain : oligarchie, capitalisme de mafieux, pauvreté massive, classes moyennes décimées, etc.

En Russie, avec la collaboration des "bolcheviks du marché", légiférant par décrets et court-circuitant la Douma (le Parlement ) les experts de Washington ont mis en œuvre leurs politiques : libéralisation des prix et des marchés, puis durcissement de la politique monétaire et lancement des privatisations réalisées dans de mauvaises conditions (monopole public devenant privé, réglementations insuffisantes) ou pour des activités d'Etat que le marché ne pouvait assurer (protection sociale, système de retraite, etc.), l'intérêt de l'actionnaire passant avant l'intérêt collectif.

Ces politiques ont entraîné le pillage des actifs, le détournement de l'argent des emprunts et la fuite de capitaux. Sans système fiscal solide en place, surendetté, l'Etat russe, malgré des ressources naturelles surabondantes, se retrouve appauvri .

Le FMI décide alors de prêter massivement des fonds à la Russie faisant fi des risques importants de détournement encourageant de fait la corruption. Bien évidemment, le gouvernement russe annonce la suspension unilatérale des paiements et l'on apprend que l'argent du FMI a quitté le pays.

Les transitions manquées, à l'exception de quatre pays (Pologne, Hongrie, Slovénie et Slovaquie) réticents à appliquer la totalité des recettes du FMI, sont la preuve que la communauté financière internationale n'a en aucun cas tenu compte du contexte politique, économique et social de cette région dans laquelle le système communiste était parvenu , il faut le souligner, à éviter l'extrême pauvreté avec une relative égalité des niveaux de vie et des services de base de qualité (éducation, santé, logement, protection sociale).

5. Les enjeux d'une réforme urgente de l'architecture financière mondiale :

Face à l'échec patent de la BM et du FMI, il est nécessaire, d'une part, de redéfinir les politiques et, d'autre part de mettre en place de véritables institutions publiques internationales en réformant le FMI, la Banque mondiale et l'OMC.

D'autres priorités et stratégies doivent être avancées. L'idéologie doit disparaître du FMI et de la BM. Cesser de berner les gens, et l'ultra libéralisme doit cesser d'être présenté comme la solution miracle aux problèmes pour lesquels la science économique n'a pas de réponses. »


Joseph Stiglitz, Extraits de « La grande désillusion » édition Fayard.
#24669 View han+solo's ProfileView All Posts by han+soloU2U Member
Haut de page 01/07/2006 @ 18:32 Bas de page
Re : Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg
 
Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement
han solo a écrit

Paul Wolfowitz, l’actuel président de la BM, un pur politicien de l’administration Bush , placé à la tête de la banque mondiale par ce dernier , n’a aucune connaissance sérieuse tant soit peu en économie. Et lorsqu’il donne ses conseils en matière de politique économique aux dirigeants des pays que la BM accorde des financements comme le Cambodge par exemple, on a l’impression que c’est le plombier et non le médecin qui donne des conseils au malade sur comment il doit se soigner ! Moi, à sa place, je préfèrerais me taire, tellement j’ai honte de dire des âneries.

Nous avons dit plus haut que si la lutte contre la pauvreté et le sous développement fait partie du discours officiel de la BM, et du FMI, cependant, force est de relever que, sur le terrain, la politique et les actions menées par ces 2 institutions internationales ne traduisent pas toujours leur discours.


Si tu veut montrer que BM et FMI sont dogmatiques, pas la peine, on est, je le crois, tout d'accord.

Au deumeurant, ce n'est pas parce que l'on dirige une institution que l'on est forcément un spécialiste. Au contraire, on est souvent un politique.

Ca nous eloigne pas mal de la BM et du cambodge tout ca...
#24687 View virgule's ProfileView All Posts by virguleU2U Member
Haut de page 04/07/2006 @ 15:50 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) steeven
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
AVEC CE GOUVERNEMENT ? IL N'EST QUE MALVERSATION ET CORRUPTION AU CAMBODGE
ET LES PAUVRES PLUS PAUVRES, ET LES QUELQUES RICHES PLUS RICHES
#24772 View steeven's ProfileView All Posts by steevenU2U Member
Haut de page 13/07/2006 @ 07:55 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Un responsable tempère les accusations de fraude : 7/13/2006 Source Cambodge Soir
Hier, le directeur exécutif de la Banque mondiale (BM) Joong Kyung a pris quelques distances avec le rapport rédigé par le Département de l'intégrité institutionelle de la BM qui a dénoncé des fraudes dans sept projets, selon le compte-rendu du porte-parole officiel

http://www.cambodiapolitics.org/news_06/cambodge_soir_06/cs_06_07/13_cs1.pdf

#24956 View Swann's ProfileView All Posts by SwannU2U Member
Haut de page 15/07/2006 @ 12:26 Bas de page
Re : La Banque mondiale découvre des irrégularités dans trois programmes Reply With Quote
Déconnecté(e) han solo
Le membre n'existe pas.



 
Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Dans cette affaire plus sérieusement politico-médiatique que de corruption de certaines administrations cambodgiennes, le directeur exécutif de la Banque Mondiale, ne peut pas avoir une autre attitude possible.

Car sur le plan strictement juridique les consultants, conseillers ou autres experts étrangers intervenant régulièrement au Cambodge et pour lesquels ils sont toujours très chèrement payés pour leurs honoraires par le Trésor Public cambodgien, ils sont tenus au moins à l’obligation de conseils, de moyens si ce n’est à l’obligation de résultat tout court.
Leur responsabilité est absolument engagé.

Ces consultants, conseillers et autres experts étrangers en tous genres, il faut désormais les avoir au doigt et à l’œil. Leurs conseils ne doivent pas être pris sans discernement, mais après contre-expertises, si nécessaire.

Comme la thérapeutique proposée par certains médecins, si l’on la prend sans discernement des effets secondaires, pour certains médicaments prescrits, pourraient mettre en jeu la vie même de certains malades.



#25003 View han+solo's ProfileView All Posts by han+soloU2U Member
« 1  2 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page