Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur Le premier ministre du Cambodge poursuit son ennemi juré en France pour «diffamation»   ( Réponses 0 | Lectures 115 )
Haut de page 21/08/2019 @ 13:15 Bas de page
Le premier ministre du Cambodge poursuit son ennemi juré en France pour «diffamation» Reply With Quote
Déconnecté(e) Vicheya
Administrator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

cambodiw.gif
 
Messages 8000
Inscrit(e) le 04/01/2006
Le premier ministre du Cambodge poursuit son ennemi juré en France pour «diffamation»


Le premier ministre du Cambodge Hun Sen a déposé une plainte pour diffamation devant la justice française à l'encontre de Sam Rainsy, l'un de ses principaux opposants en exil en France, a annoncé mercredi à l'AFP l'avocat du chef du gouvernement cambodgien.


Selon la plainte déposée à Paris, Sam Rainsy a accusé Hun Sen d'être derrière la mort en 2008 du commissaire Hok Lundy tué dans un crash d'hélicoptère, ce qui constitue une diffamation, d'après Luc Brossolet, avocat d'Hun Sen. «Sur sa page Facebook, Sam Rainsy a écrit des choses inacceptables sur le Premier ministre» a-t-il déclaré à l'AFP. «Nous demandons à la justice française de le condamner».

Sam Rainsy, qui possède aussi la nationalité française, fait déjà l'objet de nombreux procès au Cambodge, où il se dit poursuivi pour des raisons politiques. Les associations de défense des droits de l'Homme affirment que les tribunaux cambodgiens sont contrôlés par le parti de Hun Sen, au pouvoir depuis 34 ans. Co-fondateur du Parti du salut national du Cambodge (PSNC) désormais dissout, Rainsy a longtemps combattu Hun Sen avant de s'exiler en France. Son parti avait réalisé une percée aux élections générales de 2013, remportant 55 sièges sur 123. Mais il a été dissout quelques années plus tard par la Cour suprême du pays.

Plusieurs figures de l'opposition avaient été emprisonnées, dont l'autre co-fondateur du PSNC Kem Sokha, toujours en résidence surveillée. Et, en 2018, le parti de Hun Sen, le Parti du peuple cambodgien (PPC), avait raflé l'intégralité des sièges au Parlement.

Joint par téléphone par l'AFP, Sam Rainsy a confirmé le dépôt de cette plainte et s'en est félicité. «Cela va me donner l'opportunité de me confronter à lui (Hun Sen, ndlr) devant une cour indépendante», a-t-il déclaré. Il a également de nouveau fait part de sa volonté de retourner au Cambodge en novembre prochain «pour être avec le peuple».

Sources : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-premier-min...-ennemi-jure-en-france-pour-diffamation-20190821






#112110 View Vicheya's ProfileView All Posts by VicheyaU2U Member
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page