Board logo

Le Forum Khmer-Network » Actualités du Cambodge » Politiques » Freedom park

Freedom park

BAC - 16/07/2014 à 05:15
Ne dites rien, fuck. C'est comme ça à la guerre, c'est toi ou c'est moi.

http://www.youtube.com/watch?v=cDlWePP9eCQ#t=77

Security thugs cornered - 'We no longer fear death': protestors

http://www.youtube.com/watch?v=CwKqfDmFh28#t=12

Instruments used by security forces to crack down on civilians 15 July 2014

http://www.youtube.com/watch?v=bF5Yl7cqEFI

Edité le 16/07/2014 @ 09:22 par f6exb

BAC - 16/07/2014 à 05:34
Ce ne sera pas leur première revanche. Ils ont déjà fait plusieurs revanches gratuitement auparavent. Devrait-on leur expliquer la re-revanches des khmers rouges à cause des injustices.


«Je viens d'être blessés un peu sur mes mains et les épaules."

Sorm Sochhoeun, 34, un gardien de Phsar Chas la commune du district de la sécurité, juré de se venger.

«Je n'avais aucune baguette ou un bâton en bois dans ma main pour me défendre quand ils me frappaient. J'ai été frappé sur les épaules et été brutalement viré au front », dit-il, allongé sur un lit d'hôpital avec des bandages autour de la tête.

"Je vous promets que je vais les battre en revanche si jamais ils reviennent pour protester là encore," at-il dit.

Edité le 16/07/2014 @ 09:22 par f6exb

BAC - 16/07/2014 à 05:43

http://www.youtube.com/watch?v=fob1BnqIfx8#t=103



kaunklau - 16/07/2014 à 13:42
http://www.courrierinternational.com/article/201...ents-entre-l-opposition-et-les-forces-de-l-ordre

Incidents entre l'opposition et les forces de l'ordre
Trois députés de l'opposition ont été été arrêtés à la suite de violents affrontements qui ont opposé manifestants et forces de l'ordre à Phnom Penh.

Au moins huit employés municipaux ont été violemment pris à partie le 15 juillet dans la capitale Phnom Penh lors d'un rassemblement de l'opposition devant le parc de la Liberté. Les huit personnes étaient chargées de garder le site situé au centre de la capitale. Depuis janvier, le gouvernement a interdit tout rassemblement sur cet espace habituellement réservé aux manifestations. Après les élections de juillet 2013, notamment, il a été occupé par l'opposition qui conteste le résultat du scrutin.

Mardi à 8 heures les manifestants arboraient une bannière disant "Libérez le parc de la Liberté", indique le Phnom Penh Post. Les gardes du site qui tentaient de déloger les manifestants ont été battus par la foule avant d'être évacués vers l'hôpital, précise le quotidien.

Trois députés, membres du parti du sauvetage national du Cambodge, dans l'opposition, ont été arrêtés par les forces de l'ordre. Les gardes de sécurité sont connus pour leurs brutalités passées contre les manifestants, précise le Cambodia Daily, qui voit dans cet évènement "un retournement de la situation après des mois de combats entre gardiens du site et manifestants."

BAC - 16/07/2014 à 18:41
Quand c'est l'opposition (ou les mafinestants ou le peuple), c'est odieux, c'est criminel, on les fout tous en prison. Quand c'est les bandits, c'est légitime, (on peut même réclamer une revanche), c'est pour protéger la nation, la sécurité du peuple. Eh bien, les khmers rouges aussi, ce qu'ils ont fait c'est pour la nation, la protection du pays, c'est ce qu'ils ont dit...Hé les bandits, voulez-vous qu'on réinvente l'histoire des khmers rouge?


Nine opposition members were charged by the Phnom Penh Municipal Court today for their role in a demonstration that descended into brutal violence on Tuesday, party officials and rights groups said.

Of the nine, six were in court and have been sent to pre-trial detention in Prey Sar prison.

Elected lawmakers Mu Sochua, Keo Phirom, Men Sothavarin, Ho Vann and Real Camerin have been charged with insurrection as well as incitement and instigation of violent acts, CNRP defence lawyer Ket Khy told the Post.

“All of them have been sent to Prey Sar prison,” he added.

CNRP chief whip Son Chhay told the Post that two other lawmakers-elect, Long Ry and Nuth Romduol, as well as CNRP member Khin Roeun have also been charged with the same crimes but have not yet been arrested.

Oeun Narith, an official in the CNRP’s public affairs department, faces the same charges, rights group Licadho said.

The charge of leading an insurrection could result in a prison sentence of up to 30 years, according to Cambodia’s penal code.

In a post to her Facebook page yesterday, Sochua said she had been “charged for inciting violence and criminal acts”.

“I will be detained with the rest of my colleagues and youths. This is all unconstitutional, as our parliamentary [immunity] has not yet been lifted. We call on all to stay united and continue our fight for freedom, human rights and liberties,” she said.

Sochua, Phirom and Sothavarin were all initially detained inside the razor-wire barricades surrounding Freedom Park during a morning demonstration on Naga Bridge on Tuesday that saw protesters savagely attack the security guards – well known for acts of violence during government-approved crackdowns – who attempted to forcefully disperse them.

Edité le 17/07/2014 @ 06:02 par BAC

BAC - 17/07/2014 à 06:01

Bun Rany, président de CROIX-ROUGE CAMBODGE, a donné 35 000$ aux policiers blessés.



LPJ : « Quand on fait le bien, on reçoit des mérites, mais quand on fait le mal, on gagne de l’argent »

Cambodia daily ; '' Les gardes de sécurité sont connus pour leurs brutalités passées contre les manifestants, précise le Cambodia Daily ''





Red Cross Donates $35K to Injured Security Guards

By Hul Reaksmey | July 17, 2014

The Cambodia Red Cross donated a total of 140 million riel, or about $35,000, to 37 security guards that were injured after being beaten on Tuesday by opposition protesters demanding the opening of Freedom Park, officials said Wednesday.

Kim Vutha, chief of the Daun Penh district security force, said that three critically injured guards each received 10 million riel, about $2,500, while 19 seriously injured guards each received 5 million riel, or about $1,250. Fifteen slightly injured guards received 1 million riel, about $250, apiece.

“They are fine now,” he said of the injured guards.

Tuesday’s clash saw opposition protesters turn the table on the notoriously violent guards, who have repeatedly beaten CNRP protesters over the past six months.

But unlike previous clashes, the role reversal piqued the sympathy of the Cambodian Red Cross (CRC).

The donations were the first time the CRC, a relief organization headed by Prime Minister Hun Sen’s wife Bun Rany, has sent funds to those injured during clashes following last year’s disputed election.

Uy Sam Ath, director of the CRC’s disaster management unit, declined to comment on the donations or their political implications.

CNRP Vice President Kem Sokha said at a press conference Wednesday that the donations were evidence of the organization’s bias.

“The worst thing is the CRC—they went to help one side only,” he said. “CRC is meant to help whoever faces accidents.”

Am Sam Ath, technical supervisor at rights group Licadho, said he dare not give his opinion about the donations from the CRC. “But its role and objective is to rescue people from difficulties without political bias.”

The guards also received donations from district and municipal officials. City Hall spokesman Long Dimanche said that Governor Pa Socheatevong donated about $125 to each of the 22 more seriously injured guards.

Daun Penh district governor Kuoch Chamroeun said donations had poured in today.

“I don’t know about the exact number because there are a lot of generous people.”

reaksmey@cambodiadaily.com

© 2014, The Cambodia Daily. All rights reserved. No part of this article may be reproduced in print, electronically, broadcast, rewritten or redistributed without written permission.





Edité le 17/07/2014 @ 06:10 par BAC

BAC - 17/07/2014 à 18:42

Ils ont arrêté deux autres députés du CNRP. Ils ont ausi agrandi les prisons pour arrêter d'autres. Ils ont même fait construire un S21, version du 21ieme siècle.






Police Arrest Two More CNRP Officials

By Kuch Naren | July 17, 2014

Police arrested Long Ry, head of security for the opposition CNRP, and Nuth Rumduol, a CNRP lawmaker-elect, Thursday afternoon, according to Mr. Ry’s wife, bringing to eight the number of CNRP officials who have been charged and detained since an opposition protest turned violent on Tuesday.

Chea Sokuntheany, Mr. Ry’s wife, said that police, in civilian clothes and on motorcycles, surrounded her family’s house at about 3:40 p.m. Minutes later, Mr. Ry received a call from Phnom Penh municipal police chief Chuon Sovann informing him that a deputy police chief would be arriving at the house imminently to take him in for questioning, Ms. Sokuntheany said.

Minutes later, three police cars arrived at the house, and a deputy municipal police chief walked to the door with a warrant for the arrest of Mr. Ry, also a lawmaker-elect, and Mr. Rumduol, who was with Mr. Ry in the house.

“My husband and His Excellency Nuth Rumduol were in my house and they did not resist police,” Ms. Sokuntheany said. “Police told me they are taking him to police headquarters.”

Four CNRP lawmakers-elect, including the party’s public affairs chief Mu Sochua, were arrested on Tuesday after opposition supporters viciously retaliated against Daun Penh district security guards who had attempted to break up a protest to “free the Freedom Park.”

Another lawmaker-elect, Real Camerin, was arrested in Battambang province early Wednesday morning. An assistant to Ms. Sochua was pulled out of a car and arrested near the Phnom Penh Municipal Court later that morning.

On Wednesday evening, the Phnom Penh Municipal Court announced that the group, including Mr. Ry and Mr. Rumduol, were charged with insurrection and incitement to commit a felony, both under aggravated circumstances, according to lawyers on the CNRP’s defense team.

If found guilty, the group, which includes dual citizens of the U.S., Australia, New Zealand and France, faces up to 30 years in prison.

© 2014, The Cambodia Daily. All rights reserved. No part of this article may be reproduced in print, electronically, broadcast, rewritten or redistributed without written permission
[size=4]

BAC - 17/07/2014 à 18:46



Opposition Officials Charged After Tuesday's Violence


The charges, including incitement of rioting, carry up to 30 years in prison.


http://www.voacambodia.com/content/opposition-officials-charged-after-tuesday-violence/1958923.html



BAC - 17/07/2014 à 18:50

Ça s'appele goûter à sa propre médecine




Cambodia Police, Opposition Party Clash, at Least 40 Injured



Rights groups said when the protesters tried to attach a banner to a barricade surrounding the park, civilian security officers moved in and began beating several demonstrators.

The demonstrators then turned on the security guards, in some cases beating them with their own batons, leaving several bloodied.




http://www.voacambodia.com/content/cambodia-poli...ion-party-clash-at-least-40-injured/1957758.html


robin des bois - 18/07/2014 à 07:01
- sur ce lien officiel de l'AKP
http://www.akp.gov.kh/fr/?p=12453

- ce communiqué :

Les autorités cambodgiennes condamnent la manifestation illégale et violente du CNRP

AKP Phnom Penh, 16 juillet 2014 –

[Les autorités cambodgiennes ont condamné hier la manifestation illégale et violente menée par des membres du Parti de sauvetage national du Cambodge (CNRP), parti d’opposition.

“L’Unité de presse et de réaction rapide (UPR) du Conseil des ministres est regrettable des actes de provocation de la manifestation illégale et violente menée par des membres du Parti de l’opposition, qui ont eu lieu au Parc de la Liberté le 15 juillet 2014 à Phnom Penh”, a dit une déclaration de l’UPR rendue publique mardi.

A part l’UPR, le ministère de l’Intérieur et la Municipalité de Phnom Penh ont également rendu public chacun un communiqué de presse condamnant cette manifestation violente qui a affecté l’ordre social et la vie quotidienne du peuple et qui a gravement violé les officiels publics en service.

La violence d’hier a blessé au moins 38 agents locaux de sécurité, dont 22 étaient dans un état critique et 3 autres étaient hospitalisés en unité de soins intensifs.

Selon la déclaration de l’UPR, un enquête préliminaire a montré que les dirigeants du CNRP avaient commencé leur action hostile envers les autorités en incitant ses partisans à commettre des crimes contre les forces locales de sécurité, poussant le gouvernement à prendre des mesures immédiates pour défendre cette zone publique.

A noter qu’après cet événement violent, quatre députés élus du CNRP y compris Mme Mu Sochua, M. Ho Vann, M. Mèn Sothavrin et M. Keo Phearum ont été arrêtés. ]

Par C. Nika



robin des bois - 18/07/2014 à 07:10

et pour recouper toutes ces informations, un petit coup du JO bis du Cambodge
(en excellent français !)

- sur ce lien :
http://fr.vietnamplus.vn/Home/Cambodge-cinq-memb...sition-inculpes-dinsurrection/20147/43685.vnplus

- cet article :

Cambodge: cinq membres de l'opposition inculpés d'insurrection
17/07/2014 | 14:13:39

grxNYHk.jpg
Une manifestation mardi à Phnom Penh avait dégénéré en affrontements, forçant la police à utiliser des gaz lacrymogènes. (Source : VNA)

Cinq membres du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) ont été inculpés le 16 juillet d'organisation d'une manifestation violente.

Ces cinq hommes politiques ont été inculpés par le tribunal de Phnom Penh pour avoir dirigé une manifestation le 15 juillet, organisé des violences volontaires et incité à des actes criminels, une accusation passible de 20 ans de prison au minimum. Ils avaient été arrêtés après une manifestation mardi à Phnom Penh qui avait dégénéré en affrontements, forçant la police à utiliser des gaz lacrymogènes.

Les incidents avaient éclaté alors que quelque 300 militants de l'opposition étaient rassemblés pour réclamer la réouverture de "Freedom Park", lieu privilégié de manifestations dans le centre de la capitale, fermé depuis des mois par les autorités. Les gardes de sécurité du parc et les manifestants s'étaient alors affrontés à coups de bâtons et de pierres. Selon le gouvernement, une quarantaine de gardes ont été blessés, dont trois ont été admis en soins intensifs. Des manifestants ont également été blessés, selon des militants.

Lors d'une conférence de presse le 16 juillet, le président p.i du CNRP Kem Sokha a averti que son parti organiserait des manifestations si ses cinq membres arrêtés ne sont pas libérés sans condition.

Le même jour, plusieurs officiels du gouvernement royal du Cambodge ont eu une réunion avec environ 20 ambassadeurs, chargés d'affaires p.i des pays à Phnom Penh, dont l'Union européenne (UE), l'ASEAN, les Etats-Unis, la Chine... pour informer de la répression des manifestations illégales organisées par certains membres du CNRP, en affirmant que la décision d'arrêter et d'accuser ses cinq membres visait à appliquer la loi et à stabiliser la sécurité et l'ordre public. -VNA ]

kaunklau - 20/07/2014 à 09:51
Qui a tort , qui a raison , dans ce drôle de pays dont la politique des gens qui sont au pouvoir se base sur la brutalité .
:mauvais:
Le mot "intérêt national " est employé par tous les leaders lors de leur règne.
Que ce soit l'époque de N.Sihanouk , Lon Nol , Pol Pot et puis maintenant Hun Sèn.
Tant que peuple n'a pas compris , ce que c'est " LA DEMOCRATIE " , le chemin est encore très long .
H.Sèn se croit tout permis , même les députés , il les envoyait en prison .
C'est la loi du plus fort ...:trescolere: