Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
« 1  2 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur LES LOIS DE HUN XEN   ( Réponses 35 | Lectures 5330 )
Haut de page 05/04/2014 @ 17:00 Bas de page
LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3698
Inscrit(e) le 10/01/2005
Nous allons mettre tous les lois du PPC ici, ok? Et les lois du peuple khmers? Boff...Nicolae Ceausescu et sa femme avaient été attachés sans bandeau aux yeux pour qu'ils puissent voir la colère du peuple romain; puis ont été lychés à chaud dans une cour, et à froid à la morgue. Kadafi, lui, avait prise une douche de son sang.....Nirmotasak....nirmotasak...Voilà, les lois des peuples....kékéké







Gov’t Denies Selling Ship Registry

By Khuon Narim and Denise Hruby | April 5, 2014

A government spokesman on Friday threatened legal action over a Cambodia Daily report written in November that told how the rights to register foreign ships under the Cambodian flag were sold to a South Korean company.

A story by Radio Free Asia in which a reporter said that Prime Minister Hun Sen “confessed” that the divide between the rich and the poor could not be reduced, was also reprimanded.

If “unprofessional” reporting continued, the government would sue reporters, Council of Ministers spokesman Phay Siphan said at a press conference.

“Every case [article], we keep a record; if they don’t change [the reporting], we will take legal action,” Mr. Siphan said.

About 10 local journalists who attended the press conference at the Council of Ministers were provided copies of two articles of the penal code.

Under article 502, insult, the court can sentence perpetrators to a maximum prison term of six days, while article 494, existence of incitement, is punishable with up to two years in prison.

“Foreigners have their embassy…but local people, if we do something wrong, will be jailed,” Mr. Siphan said.

He said the November Cambodia Daily headline “Government Sold National Ship Registry Rights” was factually wrong.

“This headline is a complete exaggeration and lacks professional journalism,” he said.

In November, the European Commission released a report that the Cambodian government had no means to monitor the activities of foreign-owned ships flying the Cambodian flag as a South Korean-based company was handling the registration of ships for the government.

“Cambodia has failed to discharge the duties incumbent upon it under international law” which stupulates that countries had to assume jurisdiction over each ship flying its flag as well as the crew, the Commission wrote in November.

Ship owners choose flags of convenience to avoid complying with national laws and regulations and to avoid taxes.

“This fleet represents a significant fishing capacity not submitted to an effective monitoring system, which cannot permit Cambodia to fully ensure its flag State responsibilities,” the report concludes.

As unmonitored, Cambodian-flagged vessels were found to be plundering the oceans, the European Union imposed a ban on all fish and seafood imports last month.

The International Ship Registry of Cambodia (ISROC), the Busan-based company who bought the rights to register ships under Cambodian flag for $6 million in 2003, was working in partnership with the Cambodian government, said Seng Lim Neou, who heads a committee in charge of cooperating with ISROC.

The headline, Mr. Lim Neou said, was wrong, as the government had not sold the rights to register ships, but chosen a company to handle registration in exchange for $6 million over 10 years.

“The government has chosen a company as a representative for the registration instead of the government, but under review of an inter-ministerial committee,” Mr. Lim Neou said.

He insisted that the word “sold” was inappropriate.

“It’s not selling the rights, It’s a choosing [of a company], because the company has experience,” Mr. Lim Neou said.

ISROC was set up to handle Cambodia’s flags of convenience in 2003, after a different private company lost its rights in 2002.

Mr. Siphan on Friday told local reporters the authors of the article should take responsibility for their mistakes.

“[Ms.] Denise Hruby wrote with Khmer assistance…these persons should come to sit and listen,” he said.

Asked by phone why the authors were not invited to the press conference, Mr. Siphan hung up.

narim@cambodiadaily.com, hruby@cambodiadaily.com

© 2014, The Cambodia Daily. All rights reserved. No part of this article may be reproduced in print, electronically, broadcast, rewritten or redistributed without written permission



http://www.cambodiadaily.com/news/govt-denies-selling-ship-registry-55820/




Edité le 09/04/2014 @ 03:57 par BAC
#106076 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 05/04/2014 @ 17:01 Bas de page
Re : LES LOIS DU PPC Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3698
Inscrit(e) le 10/01/2005
English.news.cn 2014-04-05

PHNOM PENH, April 5 (Xinhua) -- The Cambodian government said Saturday that it is going to take a firm measure against the country's main opposition leader Sam Rainsy over his offensive remarks on the nation's King Norodom Sihamoni.

"The government will consider a firm measure against Sam Rainsy, president of the Cambodia National Rescue Party (CNRP), in order to maintain and protect the motto: 'Nation, Religion, King' and national dignity," the government said in a statement.

The statement came after King Sihamoni wrote a congratulatory message to the National Assembly on Tuesday during the opening of the second plenary session after a three-month break.

In the royal message, the King said he hopes the parliament, which represents the entire Cambodian people, will take on the challenges it faces by strictly adhering to a democratic and multiparty basis.

A day later, Sam Rainsy appeared to disagree with the King's assessment.

In a letter to the King, Sam Rainsy said the National Assembly, formed on Sept. 23, 2013, has only the lawmakers from the Prime Minister Hun Sen's Cambodian People's Party (CPP), and it does not represent the entire Cambodian people because the Constitution requires the swearing-in of 120 lawmakers to constitute a new mandate.

The government's statement on Saturday said Sam Rainsy's words have severely affected the King's reputation and violated the Constitution's Article 7 that stated that the King shall be inviolable.

"Sam Rainsy's remarks is an improper violation on the King and is the trampling on the 'rule of law' principle in Cambodia," the statement said, accusing Sam Rainsy of inciting the King to act against the Constitution.

"Such incitement has the same cost as a constitutional coup," it said. "Sam Rainsy's offensive act could face legal punishment. "

The government said according to the law, the National Assembly needs the quorum of a 50 percent plus one majority only.

Dispute between the Prime Minister Hun Sen's CPP and the Sam Rainsy's CNRP has simmered since the July election results showed that the CPP won 68 parliamentary seats against 55 seats for the CNRP.

Having boycotted parliament since September, the CNRP is demanding either a probe into election irregularities or a reelection, along with deep electoral reform.

However, Hun Sen has said that he will not call a reelection because it is unconstitutional.

Editor: Fu Peng


http://kimedia.blogspot.ca/2014/04/cambodian-govt-mulls-strict-measure.html#more




Edité le 05/04/2014 @ 17:02 par BAC
#106077 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 06/04/2014 @ 00:50 Bas de page
Re : LES LOIS DU PPC Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3698
Inscrit(e) le 10/01/2005
Mu Sochua condamnée pour avoir diffamé Hun Sen

Écrit par N.S. Mardi, 04 Août 2009 11:03


La députée du Parti Sam Rainsy (PSR) a été condamnée par la Cour municipale à payer 16,5 millions de riels, soit un peu plus de 4 000 dollars au Premier ministre Hun Sen. La somme se divise en 8 millions de riels d’amende et 8,5 de dommages et intérêts.

Mu Sochua lors de sa conférecne de presse au siège du PSR, © Pring Samrang
Présente mardi matin au Palais de justice pour entendre la proclamation du verdict par la juge Sem Sakola, la parlementaire de Kampot a estimé le jugement « injuste et inacceptable ».

« Ce verdict ne reflète ni justice, ni bonne réflexion de la part des magistrats », a t-elle lancé aux journalistes à la sortie du Tribunal, avant de préciser qu’elle disposait d’un mois pour décider de payer ou non la somme.

En signe de protestation, Mu Sochua, une grande bougie à la main et accompagnée des élus du PSR et d’une cinquantaine de militants, a marché du Tribunal jusqu’au siège de son parti en passant par le boulevard Preah Sihanouk.

Les autorités ont tenté à plusieurs reprises de disperser le cortège, provoquant heurts et violences dans la rue.

« Ce verdict prouve encore une fois que le système judiciaire au Cambodge n’est pas indépendant ; les magistrats ont à prendre leurs décisions sous la pression des politiques », a déclaré Mu Sochua lors d’une conférence de presse à son arrivée au siège du PSR. Condamnant à la fois les violences contre ses supporters et le jugement, la parlementaire de l’opposition a appelé les opposants à mettre fin à « l’habitude de présenter ses excuses aux hommes du pouvoir ». Sam Rainsy, en retrait, s’est contenté d’affirmer que son parti faisait bloc derrière Mu Sochua.



#106082 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 06/04/2014 @ 00:53 Bas de page
Re : LES LOIS DU PPC Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3698
Inscrit(e) le 10/01/2005
Deux nouvelles plaintes contre Sam Rainsy


Écrit par Pen Bona Vendredi, 26 Février 2010 16:25



Le chef de file de l’opposition, déjà condamné à deux ans de prison, est poursuivi pour diffusion de fausses informations et falsification de documents publics.
Sam Rainsy. ©Archives CSH
Le gouvernement a déposé deux nouvelles plaintes à l’encontre de Sam Rainsy, vendredi 26 février, auprès de la cour municipale de Phnom Penh, au sujet du débat sur le tracé de la frontière avec le Viêtnam.

Le chef de file de l’opposition, déjà sous le coup d’une condamnation à deux ans de prison pour « destruction de biens publics » et « incitation à la haine raciale » pour avoir arraché des pieux marquant la frontière avec le Viêtnam, est à présent poursuivi pour « diffusion de fausses informations » et « falsification de documents publics ».

Sam Rainsy est notamment soupçonné par le gouvernement d’avoir sciemment omis de convertir des données géodésiques en établissant des cartes censées prouver l’existence d’un empiètement du Viêtnam au Cambodge.

« Sam Rainsy a utilisé le datum de 1984 pour pointer des coordonnées sur une carte de 1960 », a affirmé le président du Comité des frontières Var Kimhong, lors d’une conférence de presse tenue lundi 22 février.

Mercredi 24 février, Sam Rainsy a répliqué depuis Paris par vidéoconférence, affirmant que la carte avait été réalisée en collaboration avec « les plus grands experts » cambodgiens et étrangers, mais n’a pas répondu précisément sur la question des coordonnées géodésiques.

La « diffusion de fausses informations » est passible d’une peine comprise entre six mois et trois ans de prison, tandis que la « falsification de documents publics » pourrait coûter jusqu’à quinze ans de prison au député, élu dans la province de Kampong Cham.











#106083 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 06/04/2014 @ 00:54 Bas de page
Re : LES LOIS DU PPC Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3698
Inscrit(e) le 10/01/2005
Court opens probe of new Sam Rainsy case


FRIDAY, 12 MARCH 2010 15:05 VONG SOKHENG


Photo by: Sovan Philong
Opposition leader Sam Rainsy speaks at a press conference last year.

PHNOM Penh Municipal Court has opened investigations into criminal complaints filed against opposition leader Sam Rainsy by government lawyers last month over an ongoing dispute over the demarcation of the Cambodia-Vietnam border, court officials said Thursday.

Sok Roeun, the court’s deputy prosecutor, said that following the rejection on Tuesday of the Sam Rainsy Party (SRP) president’s bid to postpone his initial court hearing, the court began looking into the accusations.

“Since the cases are under investigation, the court needs both sides’ lawyers to submit more evidence for consideration, and then we can make a judgement,” he said.

He could not confirm that the two charges – falsifying public documents and spreading disinformation – would be upheld.

The complaints were filed after Sam Rainsy released maps that he said offered “unprecedented evidence” of Vietnamese incursions into Svay Rieng’s Chantrea district.

The SRP leader, who is currently overseas, has already been sentenced to two years in prison for uprooting temporary border markers in the area, which villagers said were planted in their rice fields by Vietnamese authorities. If convicted on the two new charges, Sam Rainsy could face an additional 18 years in prison.

Choung Chou Ngy, Sam Rainsy’s defence lawyer, said on Thursday that he would continue to keep a close watch over the court’s investigations of the complaints.

“I have no idea whether Sam Rainsy will face charges or not, but the most important thing is that so far there is still not enough evidence to charge my client,” he said.

Government lawyer Ky Tech, who filed the complaints against Sam Rainsy on February 26, said he has prepared more documents to back the claims against the Kingdom’s main opposition leader.

“I have already prepared more evidence and will submit it to the court on Thursday afternoon,” he said.





#106084 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 06/04/2014 @ 00:56 Bas de page
Re : LES LOIS DU PPC Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3698
Inscrit(e) le 10/01/2005
appareil judiciaire devient une arme politique


L’état de la justice au Cambodge: Quand l’appareil judiciaire devient une arme politique


Par Éloïse Ouellet-Décoste


J`ai débuté ma journée en feuilletant le Code Criminel du Cambodge. Bon matin! Au premier coup d`œil, ce Code Criminel n`a rien d`exceptionnel, il contient des crimes, des défenses, des circonstances aggravantes et atténuantes, et la plupart des crimes et des sentences semblent raisonnables, comparable a ce que nous avons au Canada. Bien sur, certaines nouveautés me sautent aux yeux, tel “Article 433: Régicide”…je n`ai jamais entendu parler de Régicide…et lorsque je tourne les pages, je comprends pourquoi, il s`agit de l`assassinat d`un Roi…Cela dit, une fois que je regarde un peu plus en profondeur son contenu, un nombres d`articles me font sourciller.
Le but de cette lecture matinale est de répertorier les articles les plus souvent utilisés contre les défenseurs des droits de la personne. Au Cambodge, malgré le fait que l’indépendance et l’impartialité du système judiciaire sont garanties par la Constitution, les tribunaux demeurent une arme de choix contre ceux qui dérangent le gouvernement. Activistes et militants se portant à la défense des droits de la personne se retrouvent donc fréquemment devant la justice et, un certains nombres d’articles du Code Criminel à teneur assez vague sont déployés contre eux afin de les dissuader de continuer leurs travails. Les accusations les plus communes : incitation à commettre un acte criminel, diffamation, insulte, attaque aux travail des autorités, destruction de propriété. Et ces provisions du Code Criminel, qui sont à prime abord questionnable compte tenu leur définition vague, sont appliqué de façon très libérale par la Cour qui se permet de redéfinir les provisions pénales à sa guise afin de mettre des bâtons judiciaires dans les roues de ceux qui dérangent les intérêts personnels et commerciales du Gouvernement et des Compagnies privés proche du régime.

Pourtant, alors que l’appareille judiciaire est très efficace contre les défenseurs des droits de la personne, celui-ci est complètement inadéquat lorsque ce sont les victimes qui demandent justice. Compte tenu du manque d’Indépendance des tribunaux, ce n’est pas surprenant, mais ça reste excessivement dérangeant, surtout vue la violence perpétuée par la police et l’armée ces derniers temps. Depuis le début de l’année 2012, la police et l’armée ont ouvert le feu à plusieurs reprises contre des manifestants pacifiques, sans qu’aucune investigation indépendant s’en suive. En Mai dernier, une adolescente de 14 ans a été tué par balle alors que l’armée a ouvert le feu contre des villageois durant une opération d’éviction. Plutôt que de chercher à éclairer la situation et amener en justice les responsables de cette tragédie, le gouvernement a plutôt cherché à justifier l’incident en expliquant que cette force létale était nécessaire pour freiner le plan sécessionniste des villageois…pourtant rien ne prouve qu’en tel plan existe, et même s’il existait, je doute que les coups de feu amélioreraient la situation.
L’impunité ne protège pas uniquement les forces armées, les personnes influentes aussi n’ont pas trop à craindre la justice. En Janvier dernier, alors que plus de 1,000 employés des manufactures du Manhattan Special Economic Zone manifestaient pour de meilleures conditions de travail, un homme a ouvert le feu sur la foule avant de s’enfuir en moto. L’homme, qui est en fait l’ancien gouverneur du district, a été accusé d’avoir causé des blessures non-intentionnelles, sans pourtant être arrêté. Trois jeunes ouvrières ont été grièvement blessé au haut du corps…L’impunité s’est ça aussi, être accusé d’un crime moindre que celui réellement perpétué.

Donc, voilà l’état de la justice au Cambodge. Les victimes n’y ont pas droit et les innocents en sont victimes. Bien que le Cambodge soit une démocratie en théorie, ou du moins, considérer comme un pays en transition vers la démocratie, mon expérience jusqu’à date me révèle tout à fait le contraire. Et il semblerait que la situation s’empire depuis quelques temps. En fait, les élections approchent et le Premier Ministre travaille très fort pour consolider son pouvoir. La répression des libertés fondamentales d’expression et d’association est une de ses stratégies préférées. Et tout ceux qui de proche ou de loin semble s’opposer au gouvernement écope.
Par exemple, la fin de semaine dernière, le propriétaire de la seule radio indépendante du Cambodge, Beehive Radio, a été arrêté deux jours après son retour au pays. Il est accusé, entre autres, de complot sécessionniste et risque jusqu’à 30 ans de prison. Étrangement, cette arrestation survient un mois après que Radio Beehive ait diffusé sur ses ondes un reportage sur la poursuite pour crime contre l’humanité menée au Tribunal Pénale Internationale par le Khmer People Power Movement contre le gouvernement Cambodgien. Bien que le Cambodge possède une Loi sur la Presse qui contient des provisions pénales spécifiques pour les journalistes ayant enfreint à leur devoir, le gouvernement préfère ignorer la liberté de presse et promouvoir l’autocensure en envoyant un message très puissant à tous ceux qui croient encore en le devoir des journalistes dans une société démocratique.

En fait, en plus de la répression violente et de l’utilisation des tribunaux, le gouvernement utilise aussi la législature comme arme contre les critiques. Au courant des dernières années, le gouvernement a développé plusieurs nouvelles lois qui enfreignent les libertés fondamentales des Cambodgiens. En plus du nouveau Code Pénal, le gouvernement a mis sur pied une loi sur les Démonstrations Pacifiques qui entrave à la tenue de manifestation et rend très vulnérable leurs organisateurs. La nouvelle loi anti-corruption met les dénonciateurs dans une position très précaire si leurs accusations s’avèrent fausse, mais compte tenu de la partialité des tribunaux, on peut prévoir que les accusations incommodes seront soudainement déclarées fausses…De plus, trois lois sont actuellement en route, une loi sur les ONGs, une loi sur les syndicats et une « cyberlaw ». Bien qu’encore au stage préliminaire, les derniers brouillons de ces lois laissent présager le pire.

Tous ces développements récents sont assez curieux, compte tenu de l’approche des élections l’an prochain. Plusieurs spéculent sur la santé du Premier Ministre Hun Sen et y voient une dernière tentative de consolider son pouvoir avant de mourir…Le Cambodge n’est pas un pays très connu, et figure rarement à la une des journaux. Pourtant, un niveau politique, le Cambodge est d’une certaine façon comparable au monde arabe. Hun Sen est reconnu pour son langage incendiaire. À titre d’exemple, voici quelques charmants mots qu’il a prononcé récemment “I not only weaken the opposition, I’m going to make them dead … and if anyone is strong enough to try to hold a demonstration, I will beat all those dogs and put them in a cage.” Démocratique dit-on…Hun Sen fait aussi partie du club des dirigeants qui sont au pouvoir depuis plus de 10,000 jours. Faites le calcul…10,000 divisé par 365, ça fait beaucoup d’année ! Suite au printemps arable, de nombreux dictateurs ont été déchus, réduisant la liste des membres du club des 10,000 jours à moins de 10 et Hun Sen en fait partie. Démocratique dit-on…Hun Sen possède aussi une fortune personnelle estimé à plus de $500 millions. Je doute qu’un simple salaire de Premier Ministre soit suffisant pour amasser une simple fortune, même pour les plus économes, et à voir les propriétés de Hun Sen, je doute que celui-ci soit très économe. Démocratique dit-on…

Bref, on oublie trop souvent le Cambodge, on ignore trop souvent ce qui se passe au Cambodge et pourtant, la situation se détériore et le gouvernement se raffermie, au détriment de la population, au détriment des droits de la personne. Malgré une des Constitutions les plus progressistes en Asie du Sud Est, le Cambodge est loin d’être un exemple d’un pays où règne la primauté du droit. Bien au contraire, au Cambodge l’État de droit se résume ainsi, tel que décrit par Phil Robertson, Directeur du Bureau d’Asie de Human Rights Watch, « The laws in Cambodia are what Hun Sen says they are, not what’s written down ».


Published by eloisedecoste on July 22, 2012 at 7:41 am under Uncategorized.
http://blogs.mcgill.ca/humanrightsinterns/2012/0...ppareil-judiciaire-devient-a-une-arme-politique/

http://www.khmer-network.com/forum/viewthread.php?tid=9489&highlight=&page=1#pid89789
#106085 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 06/04/2014 @ 18:59 Bas de page
Re : LES LOIS DU PPC Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3698
Inscrit(e) le 10/01/2005

Petit résumé; le roi a écrit une lettre pour féliciter l'assemblée nationale pour sa deuxième session plénière; boff c'est plutôt une session PPC, p.c.q seulement des membres du PPC étaient présents; les membres du parti CNRP boycottent toujours l'Assemblé....

M. Sam Rainsy n'était pas d'accord, il a écrit une lettre au roi. Sam Rainsy n'a pas traité le roi de danseur de ballet ou de pédé...kékéké


Les PPC n'ont pas pris ça, ils promulguent donc une loi pour punir M. Sam Rainsy.


Souvenz-vous, en 2005, quand le bandit en chef nous a fait peur '' Bouuuu '' en menaçant d'abolir la monarchie. Nous avons tous eu la frousse. Même BAC a eu peur kékéké....en se disant que ce psychopathe allait détruire le pays...En ce moment-là, personne n'a promulgué des lois pour enfermer ce fou.


Menacer n'est pas insulter, donc.



April 6, 2014




Cambodian gov't mulls strict measure against opposition chief over King insult [In 2005, Hun Sen threatened to abolish the monarchy when the king refused to sign the 2005 Supplemental Treaty. This is a lèse-majesté or an insult to the king]



PHNOM PENH, April 5 (Xinhua) -- The Cambodian government said Saturday that it is going to take a firm measure against the country's main opposition leader Sam Rainsy over his offensive remarks on the nation's King Norodom Sihamoni.





"The government will consider a firm measure against Sam Rainsy, president of the Cambodia National Rescue Party (CNRP), in order to maintain and protect the motto: 'Nation, Religion, King' and national dignity," the government said in a statement.

The statement came after King Sihamoni wrote a congratulatory message to the National Assembly on Tuesday during the opening of the second plenary session after a three-month break.


In the royal message, the King said he hopes the parliament, which represents the entire Cambodian people, will take on the challenges it faces by strictly adhering to a democratic and multiparty basis.


A day later, Sam Rainsy appeared to disagree with the King's assessment.


In a letter to the King, Sam Rainsy said the National Assembly, formed on Sept. 23, 2013, has only the lawmakers from the Prime Minister Hun Sen's Cambodian People's Party (CPP), and it does not represent the entire Cambodian people because the Constitution requires the swearing-in of 120 lawmakers to constitute a new mandate.

The government's statement on Saturday said Sam Rainsy's words have severely affected the King's reputation and violated the Constitution's Article 7 that stated that the King shall be inviolable.


"Sam Rainsy's remarks is an improper violation on the King and is the trampling on the 'rule of law' principle in Cambodia," thestatement said, accusing Sam Rainsy of inciting the King to act against the Constitution. [Khmerization: In 2005, Hun Sen threatened to abolish the monarchy when the king refused to sign the 2005 Supplemental Treaty. The king changed his mind and signed under duress. This is a lèse-majesté or an insult to the king. It in fact is a constitutional coup. So should Hun Sen be punished for insulting the king and for violating the the Constitution which stipulates that the king is inviolable?]


"Such incitement has the same cost as a constitutional coup," it said. "Sam Rainsy's offensive act could face legal punishment. "


The government said according to the law, the National Assembly needs the quorum of a 50 percent plus one majority only.


Dispute between the Prime Minister Hun Sen's CPP and the Sam Rainsy's CNRP has simmered since the July election result showed that the CPP won 68 parliamentary seats against 55 seats for the CNRP.


Having boycotted parliament since September, the CNRP is demanding either a probe into election irregularities or a reelection, along with deep electoral reform.





However, Hun Sen has said that he will not call a reelection because it is unconstitutional




Enjoy!!


http://www.youtube.com/watch?v=UtrnkDOgirU







Edité le 06/04/2014 @ 19:42 par f6exb
#106087 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 06/04/2014 @ 20:07 Bas de page
Re : LES LOIS DU PPC Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
BAC a écrit


Petit résumé; le roi a écrit une lettre pour féliciter l'assemblée nationale pour sa deuxième session plénière; boff c'est plutôt une session PPC, p.c.q seulement des membres du PPC étaient présents; les membres du parti CNRP boycottent toujours l'Assemblé....

M. Sam Rainsy n'était pas d'accord, il a écrit une lettre au roi. Sam Rainsy n'a pas traité le roi de danseur de ballet ou de pédé...kékéké

Les PPC n'ont pas pris ça, ils promulguent donc une loi pour punir M. Sam Rainsy.

Souvenz-vous, en 2005, quand le bandit en chef nous a fait peur '' Bouuuu '' en menaçant d'abolir la monarchie. Nous avons tous eu la frousse. Même BAC a eu peur kékéké....en se disant que ce psychopathe allait détruire le pays...En ce moment-là, personne n'a promulgué des lois pour enfermer ce fou.




Du coup, je vous cite un article du "Journal Officiel bis" du Cambodge qui vient "au secours du roi offensé du Cambodge" ....
je trouve " ce truc de papier" de plus en plus culotté et complètement à côté de ses pompes !!!
Y aurait-il par hasard un "roi sacré" (ou un sacré roi)au fin fonds du royaume communiste du Vietnam ???


- sur ce lien :
http://fr.vietnamplus.vn/Home/Cambodge--lAssemblee-nationale-critique-Sam-Rainsy/20144/40480.vnplus

- cet article de "Vietnam +"

Cambodge : l’Assemblée nationale critique Sam Rainsy
05/04/2014 | 17:55:00

L'Assemblée nationale du Cambodge a fustigé le chef du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), Sam Rainsy, estimant que sa récente déclaration a gravement porté préjudice au rôle sacré du roi Norodom Sihamoni.

Dans sa lettre envoyée le 2 avril au roi Norodom Sihamoni, le chef de l'opposition a indiqué que l'Assemblée nationale du Cambodge de la 5e législature est illégale et ne représente pas la volonté de la population parce qu'elle ne regroupe que des représentants du Parti du Peuple cambodgien (PPC).

L'Assemblée nationale du Cambodge de la 5e législature a souligné vendredi dans un communiqué qu’elle est le résultat des vœux exprimés par les électeurs et le peuple cambodgiens à travers une élection démocratique et libre, que ses activités sont conformes à la Constitution et à la loi du Cambodge
.

Cependant, 55 députés du CNRP ont refusé d’assumer leur rôle et leur responsabilité confiée par les électeurs. Ce boycott et l'organisation de manifestations ont perturbé la stabilité et la sécurité sociales, provoquent des dommages matériels et spirituels à la population et nuisant à l'image du royaume dans le monde.

Lors des législatives de 2013, le CPP avait remporté 68 des 123 sièges et le CNRP, 55. Ce dernier a rejeté les résultats, boycotté l'Assemblée nationale et organisé des manifestations afin de demander l'organisation de nouvelles élections. Le CPP a déclaré qu'il n'y en aurait pas de nouvelles. -VNA


cet organe de presse ferait beaucoup mieux en s'occupant de " ses propres ognons et de la cuisine interne vietnamienne"





Edité le 06/04/2014 @ 20:11 par robin des bois
#106088 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 08/04/2014 @ 11:41 Bas de page
Re : LES LOIS DU PPC Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
L'opposition semble ignoré que le temps joue contre eux.

Rien n'existe qui n'ait au préalable été rêvé. © Ismaël Mérindol (1466)
#106092 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 08/04/2014 @ 12:10 Bas de page
Re : Re : LES LOIS DU PPC Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Seun nmott a écrit

L'opposition semble ignoré que le temps joue contre eux.


Bonjour Sn-n

Je vais vous offrir un abonnement au "Journal officiel bis du Cambodge" : on y trouve de tout ..

- primo ceci :

*sur ce lien de "Vietnam +"
http://fr.vietnamplus.vn/Home/Cambodge--CPP-et-CNRP-reglent-leurs-desaccords/20144/40538.vnplus

* cet article qui laisserait à penser que "tout baigne" désormais :

Cambodge : CPP et CNRP règlent leurs désaccords
08/04/2014 | 09:52:43

Le Parti du Peuple cambodgien (CPP) et le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) ont réglé la plupart de leurs désaccords lors des réunions à huis clos, selon le Premier ministre Hun Sen.

Le chef du gouvernement cambodgien a indiqué lundi que les deux partis pourraient parvenir prochainement à un accord. A l'heure actuelle, le parti au pouvoir et le parti de l'opposition ont encore des idées différentes sur un seul point. Cependant, Hun Sen n'a pas précisé lequel.

Selon le Premier ministre, les deux partis pourraient trouver une issue avant le 14 avril. S'ils étaient d'accord sur tous les points, ils inviteraient le Roi Norodom Sihamoni à assister à la cérémonie marquant la signature de leur accord.

Lors des législatives de juillet 2013, le CPP a remporté 68 des 123 sièges de l'Assemblée nationale et le CNRP, 55. Ce dernier a rejeté ces résultats, boycotté l'Assemblée nationale et organisé des manifestations afin de réclamer la démission du Premier ministre Hun Sen et l'organisation de nouvelles élections. Les deux partis ont organisé plusieurs rencontres sans aucun résultat. -VNA

- oui mais, y a un "secundo" où l'on voit ce "Canard boiteux" aller encore fourrer son nez là où çà ne le regarde pas !!!

* CF sur ce lien :
http://fr.vietnamplus.vn/Home/Cambodge--possible...-judiciaire-contre-Sam-Rainsy/20144/40566.vnplus

* cet autre article de "Vietnam +"

Cambodge : possible action judiciaire contre Sam Rainsy

08/04/2014 | 16:42:00


Le gouvernement royal du Cambodge examine la possibilité d'engager une action contre le président du CNRP pour avoir adressé une lettre au Roi dans laquelle il lui reprocherait la reconnaissance de l'Assemblée nationale.

Le Premier ministre Hun Sen a déclaré lundi que le président du parti d'opposition, Sam Rainsy, avait offensé le roi Norodom Sihamoni dans une lettre adressée la semaine dernière. Cette lettre reprocherait au Roi d'avoir félicité l'Assemblée nationale pour l'ouverture de sa 2e session, malgré les manifestations pour rejeter les résultats des élections. Selon Hun Sen, les avocats examinent le dépôt d'une plainte contre le président du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) avant le Nouvel An khmer qui aura lieu la mi-avril prochaine.

Le 2 avril dernier, le leader de l'opposition Sam Rainsy a adressé une lettre au Roi Norodom Sihamoni dans laquelle il déclarait que l'actuelle Assemblée nationale, constituée sur la base des résultats des élections de juillet 2013, ne représentait pas l'ensemble du peuple cambodgien car elle ne comprenait que des députés du Parti du Peuple cambodgien (CPP).

Cette lettre a été envoyée un jour après la publication du message du Roi transmis à l'occasion de l'ouverture de la 2e session de l'Assemblée nationale, et dans lequel Norodom Sihamoni espérait que l'Assemblée nationale poursuivrait ses missions et ferait face aux défis pour assurer la paix, la stabilité, la sécurité, l'ordre social, ainsi que le développement durable du Royaume.

Le gouvernement royal du Cambodge a souligné que la lettre du président du CNRP avait offensé le Roi, alors que l'Assemblée nationale l'a considérait comme une grave atteinte à l'honneur du Roi.

Lors des législatives de juillet 2013, le CPP a remporté 68 des 123 sièges de l'Assemblée nationale et le CNRP, 55. Ce dernier a rejeté ces résultats, boycotté l'Assemblée nationale et organisé des manifestations afin de réclamer la démission du Premier ministre Hun Sen et l'organisation de nouvelles élections. Les deux partis ont organisé plusieurs rencontres sans aucun résultat à ce jour. -VNA




...c'est très curieux :
- l'attitude de cet organe de presse vietnamien ...
- et la façon dont le gouvernement de HUN Sen utilise la " fonction royale", remarquable par son silence .. même sur les propos qu'on lui fait dire !!
Il est "aux abonnés absents"?










Edité le 08/04/2014 @ 12:11 par robin des bois

Les utilisateurs s'engagent à ne pas poster:
- des messages injurieux, diffamatoires et menaçants envers quiconque
- des messages obscènes et vulgaires

#106094 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 08/04/2014 @ 12:27 Bas de page
Re : LES LOIS DU PPC Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
Je vous remercie,

cela me fait rire, cas il me semble que le roi a fait savoir que "cette lettre" n'a rien à lui offenser, ...:reflechi1:
A suivre..

#106096 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 09/04/2014 @ 03:56 Bas de page
Re : LES LOIS DU PPC Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3698
Inscrit(e) le 10/01/2005


Monsieur Sam Rainsy va rater le nouvel an khmer. Boff il va pouvoir fêter le nouvel an khmer à Prey Sar (prison). Si la loi du PPC est rétroactive, alors, on peut enfermer ce fou aussi, pour ce qu'il a dit en 2005 sur la monarchie; ou quand il a dit '' Ah Nah Ké orye dey Kampucheakrom tov Virkname '' . Il a fait référence à Sihanouk.






BY KHY SOVUTHY AND MECH DARA | APRIL 8, 2014

Prime Minister Hun Sen said Monday that an end to the country’s political deadlock could come before Khmer New Year, which begins Monday, while also warning that opposition leader Sam Rainsy could be imprisoned within the week over a letter he wrote to King Norodom Sihamoni.




AFP News – April 07, 2014

Cambodian strongman Prime Minister Hun Sen on Monday threatened opposition leader Sam Rainsy with legal action over a letter to the nation's king that appeared to rebuke the monarch for endorsing parliament.

Experts say the threat could be an attempt to press Rainsy into ending the opposition's boycott of parliament called after last year's election.

The poll returned Hun Sen to power but is hotly disputed due to allegations of massive vote-rigging.

Hun Sen said Rainsy insulted King Norodom Sihamoni in the letter last week -- appearing to take issue with the monarch for congratulating parliament on convening despite months of protests against the poll result.



#106099 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 09/04/2014 @ 14:00 Bas de page
Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) NEO
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_157.jpg
 
Messages 1883
Inscrit(e) le 20/01/2004
Lieu de résidence France
SR et HS se parlent au téléphone pendent 45mn.
Le négociation secret se déroule de façon conviviale, seul un point reste bloquer.
Les problèmes entre les deux parties seront résolu avant le nouvel an.
http://kohsantepheapdaily.com.kh/article/93943.html
#106103 View NEO's ProfileView All Posts by NEOU2U Member
Haut de page 09/04/2014 @ 20:12 Bas de page
Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) NeakReach
Super Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_2690.jpg
 
Messages 1656
Inscrit(e) le 20/05/2012
Lieu de résidence France
:reflechi2::reflechi2::reflechi2:
Si tout le monde le sait, ce n’est plus un secret...
:sygus::sygus::sygus:

"Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements." (Charles Darwin / 1809-1882)
#106107 View NeakReach's ProfileView All Posts by NeakReachU2U Member
Haut de page 09/04/2014 @ 20:14 Bas de page
Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) NeakReach
Super Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_2690.jpg
 
Messages 1656
Inscrit(e) le 20/05/2012
Lieu de résidence France
:reflechi2::reflechi2::reflechi2:
Les lois du PPC ?
Ce n'est pas par hasard : "la loi, c'est moi"...

"Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements." (Charles Darwin / 1809-1882)
#106108 View NeakReach's ProfileView All Posts by NeakReachU2U Member
Haut de page 09/04/2014 @ 21:02 Bas de page
Re : Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) NEO
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_157.jpg
 
Messages 1883
Inscrit(e) le 20/01/2004
Lieu de résidence France
NeakReach a écrit

:reflechi2::reflechi2::reflechi2:
Si tout le monde le sait, ce n’est plus un secret...
:sygus::sygus::sygus:



C'est un secret parce qu'on ne sait pas ce qu'ils se disent.
#106109 View NEO's ProfileView All Posts by NEOU2U Member
Haut de page 11/04/2014 @ 02:01 Bas de page
Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3698
Inscrit(e) le 10/01/2005
NEO a écrit

SR et HS se parlent au téléphone pendent 45mn.
Le négociation secret se déroule de façon conviviale, seul un point reste bloquer.
Les problèmes entre les deux parties seront résolu avant le nouvel an.
http://kohsantepheapdaily.com.kh/article/93943.html




Monsieur,


Une fois, une ministre du Québec était en visite en Afrique, pour la francophonie, je pense. Lors de la séance de photo protocolaire, elle se plaçait entre deux sanguinaires dictateurs. L'amosphère était convivial. Revenue au Québec, elle disait qu'elle avait eu un frisson être si près des sanguinaires. Elle disait ensuite; comme nous sommes polis, je devais les serrer les mains.


Voilà, ce qui est de la convivialité. Et voici, ce que monsiuer Sam Rainsy est entrain de faire pour nous, peuple polis, serrer la main du sanguinaire.


Triste n'est ce pas?




#106112 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 11/04/2014 @ 06:39 Bas de page
Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Il faut bien trouver une solution pour le pays . On ne pourra pas , continuer à faire le ' bay lok bay lor " , jusqu'à Perpaet !
D'où trouver une sortie , ce sera bien intelligent de la part des leaders !

http://www.lepetitjournal.com/cambodge/accueil/a...un-accord-imminent-mais-apres-le-nouvel-an-khmer

Cambodge
SORTIE DE CRISE - Un accord imminent, mais après le Nouvel An khmer


Ils y sont presque. Presque, mais il n’y aura pas pour autant de sommet entre le CNRP et le CPP aujourd’hui vendredi, à la veille du Nouvel An khmer. Pour quelles raisons ? Premièrement, les deux partis n’ont pas encore trouvé un accord sur la date des prochaines élections législatives. C’est une question de jours ou tout au plus de semaines selon Sam Rainsy. Deuxièmement, Kem Sokha est actuellement aux Etats-Unis.

C.C. Emmanuel Scheffer

Hier, jeudi à 15H30, le CNRP tenait donc une conférence de presse ou plutôt Sam Rainsy tenait une conférence de presse. Kem Sokha, le vice-président du parti de l’opposition est aux Etats-Unis depuis plus d’une semaine. Non pas en vacances, mais tout de même, son absence avive les rumeurs d’une tension entre les deux leaders et leurs mouvements respectifs qui se sont alliés il y a tout juste un an. Lundi 7 avril, le CNRP a soufflé sa première bougie. Sans Kem Sokha qui était déjà parti.
Interrogé à ce sujet, Sam Rainsy répond en bottant en touche « qu’ils ont bien créé le parti sans moi ». « Le sommet entre le CNRP et le CCP n’aura pas lieu sans Kem Sokha. Chaque décision du CNRP nécessite un consensus entre Sam Rainsy et Kem Sokha, insiste le président du parti. Et Sam Rainsy et Kem Sokha sont virtuellement la même personne. Nous ne faisons rien sans l’autre ».

Quoi qu’il en soit, un accord est imminent, soyons optimistes. Les deux partis affirment la même chose. Il ne manque plus qu’à fixer la date des élections législatives anticipées. Sur ce point, il paraît difficile à Sam Rainsy de lâcher tant il a promis de nouvelles élections à ses supporteurs. Mais comme il nous l’expliquait dans l’interview accordée dimanche dernier, « la politique est faite de compromis ».

Et des compromis, les deux partis en font tant est si bien que la crise semblerait se dénouer. Le ton a changé, même si quelques piques, ci et là, nous rappellent à la réalité politique qui agite le pays depuis juillet dernier.

Le royaume attend donc le retour de Kem Sokha et cet accord sur la date des élections anticipées. Quant aux futurs rôles des ténors de l’opposition, Sam Rainsy a simplement affirmé qu’il ne pouvait rien confirmé, en répondant à son éventuelle présidence de l’Assemblée nationale, tout en soulignant que cette question là ne sera pas un problème.

En résumé, les députés du CNRP devraient prochainement honorer leur mandat législatif, avec à la clé la présidence de certaines commissions, un rôle prépondérant pour Sam Rainsy et Kem Sokha, en ayant en ligne de mire des élections anticipées sous la tutelle d’une commission électorale indépendante. C’est ce que l’on appelle un dénouement de crise.

Face à eux, le CPP et le gouvernement dont certains ministres ont lancé le train de réformes intéressantes touchant l’éducation, la fonction publique ou encore le commerce. Et si le Premier ministre Hun Sen ou son parti souhaite remporter les nouvelles élections, et personne n’en doute, ce train-là ne risque pas de s’arrêter à la prochaine gare.

Que de bonnes nouvelles – possibles – pour la nouvelle année khmère et pour le Cambodge.

Emmanuel SCHEFFER - www.lepetitjournal.com/cambodge - Vendredi 11 avril 2014



#106113 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 11/04/2014 @ 10:28 Bas de page
Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
SR a tout à fait raison de dire que « la politique est faite de compromis ».
Pour sortir de tout conflit, un compromis s'impose, si non , c'est l'impasse. On en a déjà vu.
Après il doit y avoir du courage et de l’honnêteté.

Quant aux rumeurs..
Oui et non, si on a vu Eng Chay ieng revient sur le devant de la scène, en absence de Y Sovann. Je trouve que c'est normal.
Soyons vigilent ...

En fin je suis de l'avis d'ES : bonne nouvelle!

Donnons nous un avril de joie!

Rien n'existe qui n'ait au préalable été rêvé. © Ismaël Mérindol (1466)
#106114 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 12/04/2014 @ 05:08 Bas de page
Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3698
Inscrit(e) le 10/01/2005
Seun nmott a écrit

SR a tout à fait raison de dire que « la politique est faite de compromis ».
Pour sortir de tout conflit, un compromis s'impose, si non , c'est l'impasse. On en a déjà vu.
Après il doit y avoir du courage et de l’honnêteté.

Quant aux rumeurs..
Oui et non, si on a vu Eng Chay ieng revient sur le devant de la scène, en absence de Y Sovann. Je trouve que c'est normal.
Soyons vigilent ...

En fin je suis de l'avis d'ES : bonne nouvelle!

Donnons nous un avril de joie!





Compromis de la part du dictateur? Héhéhé......







Dictatorship for Dummies,

Tunisia edition
William J. Dobson William J. Dobson explains what dictators around the world might learn from Tunisia.
Sunday, January 23, 2011
explains what the


world's bad guys can learn from Ben Ali

The world cheered as it watched Tunisians, who had long suffered under the stultifying weight of dictatorship, rid themselves of their tormentor. When protestors amassed in the Tunisian capital, something incredible happened: The autocracy that President Zine el-Abidine Ben Ali had carefully cultivated for 23 years was no longer safe for its autocrat. Like any criminal, Ben Ali fled the scene of the crime, flying to Saudi Arabia for what he hopes will be a new life in exile. (It was better than the alternative.) ¶ But there is a different audience also glued to its television sets, watching events in Tunisia unfold: the world's other dictators. When a despot falls, the rest of the club takes notice. On Christmas Day in 1989, the Romanian people quickly dispatched President Nicolae Ceausescu and his wife hours after the brutal communist regime crumbled. Zaire's strongman, President Mobutu Sese Seko, is said to have been horrified when he saw the image of his Romanian friend's corpse on CNN. And the Chinese leadership beefed up security, lest anyone in Beijing draw inspiration from Bucharest. ¶ In 2005, after the democratic movements in Georgia, Ukraine and Kyrgyzstan, Vladimir Putin and Hu Jintao huddled on the sidelines of a summit to discuss the danger of "color revolutions." And each year, without a hitch, Arab interior ministers - experts in the dark arts of "domestic security"- meet to compare notes. Ben Ali, a former interior minister himself, regularly played host for the conference. Indeed, the last meeting was in Tunis. ¶ So, what has Tunisia taught the dictators' club?

Be repressive, but don't overdo it.

One of the student leaders who helped topple Serbia's Slobodan Milosevic in 2000 recently told me, "The best dictators actually compromise all the time." It's true. When Russian pensioners blockade the roads in protest, the Kremlin accommodates. The Egyptian regime tolerates rallies against President Hosni Mubarak. Strikers in China get paid more often then they get prosecuted. In contrast, Ben Ali filled his prisons and had an informant on every corner. The costs outweighed the benefits, as he antagonized the population over issues he could have conceded. Smart dictators don't give up power that might curtail their ability to survive - but everything else is negotiable.

Don't try to be Singapore.


Yes, it would be nice if you could wake up as an Asian Tiger economy. But it's not likely. Ben Ali delivered 5 percent economic growth, great infrastructure, a college education for many and a 74-year life expectancy. Yet how did Tunisians repay him? If the regime's only legitimacy comes from its economic performance, then the moment prosperity slips, the entire system is vulnerable. Tunisia may have posted good numbers for the region, but Asian authoritarians never let their economies become dependent on European vacationers, as Tunisia did. It is far safer to have islands of bureaucratic dysfunction and keep expectations low. Because if you aim to be Singapore and come up short, the costs are high, especially if your only other talent is repression.

Give young people passports.


If you can't get everyone a job, encourage emigration. It is the best way to get rid of educated young people who will only cause you headaches when they realize they can't find work or must live with their parents. Hugo Chavez and Mubarak grasp this point: Venezuelans and Egyptians are leaving their native lands in droves. And the bonus? When your best and brightest make it in the United States, Europe or the Persian Gulf, they'll send hefty remittances to family back home.


Let the opposition exist - just don't let it win.

Ben Ali obliterated the political opposition. In hindsight, that was a mistake. A well-run political opposition is a dictator's best friend. You can create fake parties, you can harass legitimate parties, you can bribe them into fighting each other. The key is that they exist and that the system is sufficiently rigged so they can never stand in your way. Critics will say this is window dressing; they're wrong. Opposition parties, if properly managed, will siphon off some of the public's resentment. In Tunisia, people had no choice but to go to the streets.
Give them newspapers.

In Tunisia, there were two things you could count on: Every day the sun rose, and every day Ben Ali was front-page news. Media censorship is to be expected in such regimes, but there is no value in blanket coverage. Control television news and most radio, but let your critics and a few investigative reporters have some independent newspapers with small circulations. These will be outlets where people can blow off steam, and the regime will have a couple sources of information that it can trust, too.
Never negotiate with an angry mob.

When Ben Ali appeared on television and tried to save his skin by offering last-minute reforms and promising to step down at the end of his term, he inadvertently sealed his fate. Any Tunisian who had been on the fence now knew that the president was finished. In its waning hours, a regime faces a choice - retreat or lash out. Unfortunately, for those hardened regimes bent on survival, the lesson of Ben Ali's final hours is probably to bet on more tanks and less talk.
The people actually matter.

This is a terrifying concept for a dictatorship, but the ouster of Ben Ali cannot be pinned on anyone other than Tunisians themselves. No one is alleging that the United States, France or some other foreign power was behind it. In fact, autocratic Tunisia was a reliable Western ally, and the United States didn't criticize Ben Ali until he was packing his bags. Arab regimes can't blame Islamists; Ben Ali had long since rounded them up or chased them overseas. No political opposition mobilized the people, because it was practically nonexistent. The regime failed on bread-and-butter issues - unemployment, the economy, corruption - and this, paired with the indignities of the regime's repression, was enough to start a revolution.
Tunisia offers lessons for the rest of us, too. Chief among them should be this: We left Tunisians to rid themselves of their dictator. Now that they have, let's not ignore them again. Tunisians must do most of the work, but they shouldn't have to work alone.
wjdobson2012@gmail.com
William J. Dobson, a former managing editor of Foreign Policy magazine and senior editor for Asia at Newsweek International, is writing a book about the challenges to democracy.





#106119 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 12/04/2014 @ 05:18 Bas de page
Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3698
Inscrit(e) le 10/01/2005


Qui veut parier maintenant? Kékéké.....



On ne fait pas de compromis avec le dictateur, et on n'aurait pas dû fait de comprimis avec les khmers rouges. Souvenez-vous des camions remplis de soldats et de fonctionnaires que les khmers rouges avaient emmenés pour acceuillir Sihanouk. Et souvenez-vous de Ranariddh, il avait fait un compromis lui aussi; et qq temps après il y eu un coup d'États qui a souillé Srok de sang.

#106120 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 12/04/2014 @ 08:12 Bas de page
Re : Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
BAC a écrit



Qui veut parier maintenant? Kékéké.....



On ne fait pas de compromis avec le dictateur, et on n'aurait pas dû fait de comprimis avec les khmers rouges. Souvenez-vous des camions remplis de soldats et de fonctionnaires que les khmers rouges avaient emmenés pour acceuillir Sihanouk. Et souvenez-vous de Ranariddh, il avait fait un compromis lui aussi; et qq temps après il y eu un coup d'États qui a souillé Srok de sang.



C'est un pays non démocratique . Tout le monde sait . En attendant que les nouvelles générations prennent la relève . MAIS DANS COMBIEN DE TEMPS ?
La famille du "seigneur" , s'enrichit et prend des profondes racines dans le temps .
Selon moi , il faut encore au minima 50 ans pour voir quelque chose qui bougent
:nono: :nono: :nono: !

#106121 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 12/04/2014 @ 08:37 Bas de page
Re : Re : Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
kaunklau a écrit

BAC a écrit



Qui veut parier maintenant? Kékéké.....




C'est un pays non démocratique . Tout le monde sait .
En attendant que les nouvelles générations prennent la relève .
MAIS DANS COMBIEN DE TEMPS ?




Pour l'ONU, le Cambodge est un pays démocratique de type monarchie parlementaire , né grâce à elle.
"Tout le monde le sait !!!!"
Et par le passé, elle a souvent cité le Cambodge comme un exemple de "ses missions réussies" !!!


ps : mais pour le "Suivi" et le "SAV" de cette jeune démocratie (1993), elle reste désormais "aux abonnés absents" !





Edité le 12/04/2014 @ 08:42 par robin des bois
#106122 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 12/04/2014 @ 10:38 Bas de page
Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) NEO
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_157.jpg
 
Messages 1883
Inscrit(e) le 20/01/2004
Lieu de résidence France
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/201...le-mecontentement-grandit_4400276_3216.html#xtor=AL-32280308
#106125 View NEO's ProfileView All Posts by NEOU2U Member
Haut de page 12/04/2014 @ 10:52 Bas de page
Re : LES LOIS DE HUN XEN Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
BAC a écrit

Seun nmott a écrit

SR a tout à fait raison de dire que « la politique est faite de compromis ».
Pour sortir de tout conflit, un compromis s'impose, si non , c'est l'impasse. On en a déjà vu.
Après il doit y avoir du courage et de l’honnêteté.

Quant aux rumeurs..
Oui et non, si on a vu Eng Chay ieng revient sur le devant de la scène, en absence de Y Sovann. Je trouve que c'est normal.
Soyons vigilent ...

En fin je suis de l'avis d'ES : bonne nouvelle!

Donnons nous un avril de joie!





Compromis de la part du dictateur? Héhéhé......





C'est justement cela, si non, faut il reprendre le maquis?

Un compromis c'est un arrangement dans lequel deux (ou plusieurs) parties font des concessions mutuelles dans le but d'arriver à une collaboration...

....un arrangement à la amiable en cas d'accident ou d'accrochage de deux véhicules..
....Une porte de sortie pour les une et les autres sans recourir aux armes.

Est on à la hauteur, là c'est une autre question.

#106126 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
« 1  2 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page