Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux .   ( Réponses 18 | Lectures 2300 )
Haut de page 25/11/2013 @ 11:10 Bas de page
Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
http://www.rtl.fr/actualites/info/international/...de-manifestants-occupent-un-ministere-7767262374

Thaïlande : des centaines de manifestants occupent un ministère

Des centaines de manifestants occupent le ministère des Finances thaïlandais pour réclamer le départ de la Première ministre.

Les partisans de l'opposition thaïlandaise réclamant le départ de la Première ministre ont accru leur pression de façon spectaculaire ce lundi 25 novembre. Plusieurs centaines de manifestants d'opposition ont pénétré ce lundi 25 novembre à l'intérieur du ministère des Finances à Bangkok, sans causer de dégât. Des manifestants agitaient des drapeaux nationaux aux fenêtre. Leur meneur a appelé à prendre "tous les ministères". "C'est la dernière étape de la désobéissance civile. Si les fonctionnaires ne cessent pas leur travail, nous prendrons tous les ministères demain", a déclaré devant la foule Suthep Thaugsuban, un des dirigeants du Parti démocrate, principal parti de l'opposition.

Il s'agit de "montrer que le système Thaksin n'a pas de légitimité à diriger le pays", a ajouté Suthep, avant d'entrer lui-même dans l'enceinte du ministère des Finances. Ils réclament le départ de la Première ministre Yingluck Shinawatra, sœur de l'ancien Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra qui reste au cœur de la politique du royaume.

Des dizaines de milliers de manifestants ont marché vers une douzaine de sites, dont les sièges de la police, de l'armée et des chaînes de télévision, nouveau développement du mouvement de rue le plus important depuis la crise de 2010. Les partisans de l'opposition -- 150.000 à 180.00 selon les autorités, bien plus selon les organisateurs -- s'étaient déjà rassemblés dimanche, après des semaines d'une mobilisation quasi quotidienne faisant craindre des débordements dans une capitale habituée aux violences politiques.

***********************************************************************

Entre chemises jaunes , chemises rouges , les thailandais ne font que ça , pour renverser un gouvernement . Dans cette manifestation qui s'occupait le ministère de finance et avec des promesses d'envahissement celui des autres , on ne voit pas l'intervention des forces de l'ordre . S'ils se passent la même chose à P.Penh , le sang coulait déjà . Probablement les hommes forts de Bangkok ,( y compris l'armée ou pro-rois) avaient donné le feu vert .
On verra la suite , car ces gens là ne sont pas d'accord avec le tribunal de La Haye , sur le problème de Preah Vihear . Si la première ministre , soeur de Thaksin sera destituée , les khmers à la frontière , peuvent creuser de nouveau les bunkers ...
SIEM MIN CHAUL KHBOURN , YOURN MIN CHAUL PUTH , KHMER SUT TRUT MIN CHAUL CHè CHEUV.

#101666 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 30/11/2013 @ 10:59 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/201...s-de-force-au-siege-de-l-armee_3522467_3216.html

Thaïlande : des manifestants sont entrés de force au siège de l'armée

La volonté des manifestants de faire tomber le gouvernement thaïlandais de Yingluck Shinawatra ne fléchit pas depuis une semaine. Ils sont entrés de force, vendredi 29 novembre, au siège de l'armée de terre à Bangkok.

« Les manifestants ont forcé le portail à 12 h 10 [heure locale, 6 h 10, heure de Paris] et sont maintenant dans le quartier général de l'armée de terre », a déclaré une porte-parole de l'armée, alors qu'une journaliste de l'AFP sur place a évalué à des milliers le nombre de personnes entrées dans le complexe pour demander aux militaires de les rejoindre. « Nous sommes venus voir de quel côté se range l'armée ! », hurlait un manifestant.


Toujours dans la capitale thaïlandaise, des centaines de contestataires ont entrepris de se rassembler aux abords du siège du parti au pouvoir Puea Thai, intensifiant leur campagne pour obtenir le départ de Yingluck Shinawatra, première ministre, après avoir rejeté son appel au dialogue.

Yingluck Shinawatra, sœur de l'ex-premier ministre Thaksin Shinawatra, a surmonté sans difficulté jeudi une motion de censure au Parlement. Elle n'a toutefois pas réussi à apaiser les manifestants, qui l'accusent d'abuser de la majorité dont dispose son parti pour faire adopter des lois renforçant les manœuvres en coulisse de Thaksin.

MARIONNETTE MANIPULÉE

Si le nombre de manifestants tend à diminuer depuis le début de la semaine, il en reste un noyau dur déterminé à s'en prendre aux symboles du « régime Thaksin », afin d'affaiblir la chef du gouvernement, qu'ils considèrent comme une marionnette manipulée par son frère.

Le chef des contestataires, Suthep Thaugsuban, qui était vice-premier ministre dans le précédent gouvernement, a rejeté l'appel au dialogue lancé à la télévision par Yingluck Shinawatra, laquelle exclut de démissionner comme de dissoudre le Parlement.

Les manifestants sont présents au moins en cinq endroits de Bangkok, dont trois dans son centre historique, un autre en lisière nord de la ville, ainsi qu'au siège du ministère des finances, qu'ils occupent depuis lundi.

Yingluck Shinawatra a gouverné pendant deux ans sans problème majeur, jusqu'au mois d'octobre, lorsque le parti au pouvoir a tenté de faire passer un projet de loi d'amnistie qui aurait blanchi Thaksin Shinawatra de sa condamnation pour corruption en 2008 et aurait facilité son retour en politique.

****************************************************************

Carrément au QG de l'armée . Vous n'allez pas me dire qu'il n'y a pas de feu vert de l'armée ?
Et , C'est bizarre , il n'y a pas de coup de feu tirés sur les manifestants ?
Le même cas passé au Cambodge et s'il y a des blessés par balles , LBK va dire que ce sont des extrèmistes du parti adverse ..., d'où normal ?


#101899 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 30/11/2013 @ 19:39 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Un mort...ça commence bien les pleu pleu...

http://lci.tf1.fr/monde/asie/thailande-des-manif...nts-antigouvernement-ont-attaque-un-8321792.html

Thaïlande: des manifestants antigouvernement ont attaqué un bus à Bangkok

#101931 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 30/11/2013 @ 20:10 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
* 30 novembre 2013:

[ La police thaïlandaise a demandé le renfort de l'armée, qui va envoyer près de trois mille hommes, a annoncé un porte-parole de la police, alors que l'opposition menace de prendre dimanche le siège du gouvernement.

L'armée enverra « des troupes pour des patrouilles communes avec la police, afin d'assurer la paix et la stabilité », a déclaré le porte-parole de la police, Piya Utayo, lors d'une conférence de presse retransmise à la télévision
.]

* ......mais avant !!!

- de BFM..

Un coup d'Etat est-il possible?

La Thaïlande a connu 18 coups d'Etat ou tentatives depuis 1932. L'hypothèse d'un nouveau coup d'Etat militaire, le dernier en date remontant à 2006, est donc tout à fait envisageable


- pour mémoire en 2006 dans le journal Libé, ce article de Arnaud DUBUS :

[ Coup d'Etat militaire en Thaïlande

Arnaud DUBUS 19 septembre 2006 à 07:00


L’impensable est arrivé à Bangkok. Quinze ans après le dernier coup d’Etat militaire, les blindés sont de nouveau dans les rues de Bangkok, encerclant le siège du gouvernement civil et contrôlant les principales intersections –et les chants martiaux sont de retour sur les écrans de télévision. Si la situation restait confuse tard dans la soirée, tous les signes indiquaient que l’armée avait renversé le gouvernement civil dirigé par le richissime Thaksin Shinawatra, un ancien homme d’affaires qui avait pris la tête du gouvernement en 2001 aux termes d’une victoire électorale triomphale. La loi martiale a été proclamée dans l’ensemble du pays. Une annonce télévisée dans la soirée indiquait qu’une Commission dirigée par les chefs de la police et de l’armée contrôlait le pays et serait chargée d’assurer une réforme des institutions politiques.Le Premier ministre, qui se trouve à New York pour l’Assemblée générale des Nations unies, a semble-t-il été pris de court. Il a tenté de réagir en décrétant l’état d’urgence, plaçant l’ensemble des pouvoirs sous son égide, et en destituant le chef de l’armée de terre, Sonthi Boonyaratklin. Réaction apparemment trop tardive. Thaksin n’exerce qu’un faible contrôle sur l’armée qui, dans sa grande majorité, est fidèle à Sonthi, un général des forces spéciale proche des conseillers du roi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej. Une source indiquait mardi soir que des ordres avaient été donnés pour que le Premier ministre soit arrêté dès son retour sur le sol thaïlandais. Va-t-il rentrer? Rien n’est moins sûr. Le Premier ministre, qui semble avoir senti le vent venir, est parti de Bangkok depuis plus d’une semaine. Son retour serait lourd de risques.

Ce coup d’Etat est le point culminant de la crise politique qui paralyse le pays depuis janvier dernier. Les classes moyennes de Bangkok, scandalisées par le népotisme et la corruption qui prévaut dans le gouvernement, composé des plus importants hommes d’affaires du pays, ont manifesté pendant plusieurs mois d’affilée pour réclamer son départ. Sur ces tensions se greffe un bras de fer entre l’entourage du roi Bhumibol Adulyadej – la « vieille élite » thaïlandaise – et le clan du Premier ministre, composé d’affairistes peu scrupuleux. Le souverain, immensément révéré en Thaïlande, a déclaré publiquement que le gouvernement risquait de mener le pays « au désastre », une allusion voilée aux multiples scandales de corruption qui ont fait surface, notamment en ce qui concerne le nouvel aéroport de Bangkok qui doit ouvrir à la fin septembre.
Arnaud DUBUS ]


ps de rdb : La Thaïlande me semble donc assise sur un volcan ou une faille sismique ..

seules la royauté et l'armée semblent immuables




Edité le 30/11/2013 @ 19:17 par robin des bois
#101933 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 30/11/2013 @ 21:44 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Tous ces évènements ont une conséquence sur les problèmes des Khmers . Si ce gouvernement est renversé , l'affaire du temple va refaire surface . On pourra y avoir des affrontement militaires de nouveau . Mais ce sont toujours des peuples innocents qui trinquent .
A l'époque de NSH , les thais ne nous sentaient pas de bon voisinage . L'ère de Lon Nol ,La République khmère 1970-75 , ils étaient bien copains . L'ère de Hun Sèn , il fallait de l'élection de la soeur de Thak tsin , pour qu'on soit plus tranquille .
Mais leur politique intérieure est en train de tanguer comme un bateau sur l'eau et il risque à tout moment d'exploser comme un volcan , ce que RDB avait prédit .
On suit de près cet évènement .

#101934 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 01/12/2013 @ 07:31 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Thaïlande : deux morts dans les manifestations des « jaunes » et des « chemises rouges »

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/201...-jaunes-et-des-chemises-rouges_3523368_3216.html

#101937 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 01/12/2013 @ 16:34 Bas de page
Re : Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
kaunklau a écrit

Thaïlande : deux morts dans les manifestations des « jaunes » et des « chemises rouges »

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/201...-jaunes-et-des-chemises-rouges_3523368_3216.html




Important : à signaler la "prise de position" récente de l'ARMEE, selon les quotidiens Le monde et Libé (donc info à recouper et confirmer et à suivre de près)

[ L'ARMÉE COMME RECOURS

Dans un pays qui a connu 18 coups d'Etat ou tentatives de putsch depuis l'établissement de la monarchie constitutionnelle, en 1932, l'armée, appelée en renfort par la police dimanche à Bangkok, a appelé les manifestants à ne pas lui demander de prendre parti.
Ce qui ne l'a pas empêchée de laisser apparaître des dissensions.
« J'ai contacté le chef de la police nationale pour lui dire d'arrêter d'utiliser des gaz lacrymogènes », a dit le puissant chef de l'armée de terre, le général Prayut Chan-O-Cha. « Les deux parties doivent cesser maintenant. J'attends une réponse du gouvernement », a-t-il ajouté.]


#101945 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 02/12/2013 @ 13:02 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville


Thaïlande: la Première ministre refuse de démissionner


http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20131202....-echauffourees-entre-manifestants-et-police.html

Bangkok (AFP) - La Première ministre thaïlandaise, Yingluck Shinawatra, a refusé lundi de démissionner, rejetant comme inconstitutionnelle l'exigence des manifestants de remplacer son gouvernement par un "conseil du peuple", lors de sa première allocution télévisée depuis les manifestations violentes du week-end.

"Je suis prête à tout faire pour que le peuple soit heureux. Mais en tant que Premier ministre, ce que je fais doit être en adéquation avec la Constitution", a-t-elle déclaré, rejetant l'idée du "conseil du peuple" non issu d'élections réclamé par l'opposition.

Elle n'a certes pas annoncé sa démission lundi, mais a laissé la porte ouverte d'une éventuelle dissolution du Parlement voire de son départ.

"Je ne m'accroche pas à ma position, une démission ou une dissolution du Parlement peuvent être envisagés si cela pouvait calmer les manifestants et restaurer le calme", a-t-elle dit, appelant pour la énième fois l'opposition à négocier.

"Une dissolution du Parlement ou une démission sont deux moyens qui respectent la loi constitutionnelle", a-t-elle insisté.

Elle s'est par ailleurs dite confiance dans le soutien de l'armée, très puissante en Thaïlande, marquée par 18 coups d'Etat ou tentatives de coup d'Etat depuis 1932, date à laquelle la Thaïlande est devenue une monarchie constitutionnelle.

"Les forces armées resteront neutres. Je sais qu'elles veulent voir le pays en paix", a-t-elle dit.

Des milliers de manifestants ont affronté lundi les forces de l'ordre protégeant le siège du gouvernement à Bangkok, où la tension est montée d'un cran, le meneur de l'opposition ayant donné un "ultimatum" de deux jours au gouvernement pour partir.

Au coeur de la colère des manifestants, alliance de bourgeois conservateurs proches du Parti démocrate et de groupuscules ultra-royalistes: une haine profonde du frère de la Première ministre Yingluck Shinawatra, le milliardaire Thaksin Shinawatra.

Les manifestants accusent l'ex-Premier ministre Thaksin, renversé par un coup d'État en 2006, d'être toujours celui qui décide en coulisses de la politique du gouvernement.

#101957 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 03/12/2013 @ 07:25 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes


Le drone utilisé comme " preuve par l'image" : çà donne cette photo en Thaîlande !

wYsatCe.jpg

.....et après on fait quoi ?

#101977 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 03/12/2013 @ 08:26 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) Vicheya
Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

cambodiw.gif
 
Messages 7972
Inscrit(e) le 04/01/2006


Super ta photo. On dirait que le terre a rétrécit. :rire1:

Impressionnant le monde ! C'est delà que vient l'expression "les rues sont noires de monde"







#101980 View Vicheya's ProfileView All Posts by VicheyaU2U Member
Haut de page 03/12/2013 @ 09:24 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
http://www.lepoint.fr/monde/thailande-le-pouvoir...-t-il-aux-manifestants-03-12-2013-1764248_24.php

Des milliers de manifestants ont pénétré en masse le siège du gouvernement à Bangkok, déserté par les policiers qui le protégeaient jusque-là.



Des milliers de manifestants thaïlandais ont été autorisés mardi à entrer au siège du gouvernement et au quartier général de la police de Bangkok, les policiers quittant leurs postes, possible tournant dans une crise politique ayant dégénéré en de violents affrontements. La raison de ce soudain changement de position, qui a eu pour premier effet des embrassades entre manifestants et policiers, n'était pas encore très claire mardi après-midi. "Afin de réduire la tension entre les manifestants et la police, les barrières ont été ouvertes pour laisser les manifestants entrer dans l'enceinte", a justifié le centre de crise du gouvernement. La Premier ministre, Yingluck Shinawatra, a de son côté quitté la capitale pour se rendre dans la station balnéaire de Hua Hin, où le roi Bhumibol réside, en préparation des célébrations du 86e anniversaire du révéré monarque jeudi, qui devrait marquer une pause dans la crise.

Réunissant jusqu'à 180 000 personnes dans la rue, l'opposition conteste l'autorité de Yingluck depuis plusieurs semaines, l'accusant d'être la marionnette de son frère, Thaksin Shinawatra, chassé des mêmes fonctions par un coup d'État en 2006. Même si la Premier ministre reste à son poste, l'opposition a crié victoire. "La victoire est dans les mains de l'armée du peuple. Nous sommes en mesure de prendre tous les bâtiments clés du gouvernement", a assuré Issara Somchai, un des meneurs de la contestation, devant une foule en liesse massée au Monument de la démocratie, lieu symbolique des manifestations.
Colère

La police défendait depuis des jours avec force le siège du gouvernement, lieu le plus symbolique du pouvoir, à coups de gaz lacrymogènes, de balles en caoutchouc et de canons à eau. Mais mardi, les blocs de béton et rouleaux de barbelés ont été poussés pour faire place aux manifestants, qui sont entrés en masse et sans résistance dans le complexe. Peu avant, des policiers couraient, bagages à la main, vers des véhicules destinés à les évacuer, selon un photographe de l'AFP. Les mêmes scènes ont été vues par des journalistes de l'AFP au quartier général de la police métropolitaine de Bangkok, où des milliers de manifestants ont pénétré mardi. Le chef de la police métropolitaine, le lieutenant général Kamronwit Thoopkrajang, conspué par la foule jusqu'ici en raison de sa proximité avec Thaksin, avait affirmé dans la matinée que ses troupes n'empêcheraient pas les manifestants d'entrer, car le quartier général "appartient au peuple".

Au coeur de la colère des manifestants, alliance de bourgeois conservateurs proches du Parti démocrate et de groupuscules ultra-royalistes : une haine profonde de Thaksin qui rejaillit sur sa soeur, à la tête du gouvernement depuis 2011, après une large victoire dans les urnes du parti pro-Thaksin Puea Thai. Derrière les manifestants se trouve le Parti démocrate, principale formation d'opposition, qui n'a pas gagné d'élections au niveau national depuis 20 ans. Mais il est majoritaire à Bangkok et dans le sud du pays et est traditionnellement soutenu par les élites de la capitale - hauts fonctionnaires, magistrats, militaires et proches du Palais royal -, qui voient Thaksin et le mouvement des "chemises rouges" qui le soutient comme une menace pour la monarchie.
"Insurrection"

Le passage au pouvoir des démocrates, de 2008 à 2011, avait été rendu possible après l'organisation de larges manifestations. Fin août 2008, des dizaines de milliers de partisans du mouvement royaliste des "chemises jaunes" avaient pris le siège du gouvernement, l'occupant plus de trois mois. Ils n'en étaient partis que le 2 décembre, quand la Cour constitutionnelle avait dissous le parti au pouvoir et forcé à la démission le Premier ministre Somchai Wongsawat, beau-frère de Thaksin, permettant l'arrivée au pouvoir du chef du Parti démocrate, Abhisit Vejjajiva. Ce dernier a laissé monter au front pendant ce mouvement Suthep Thaugsuban, vétéran du parti, qui veut l'avènement d'un "conseil du peuple", non élu, une idée rejetée par la Premier ministre car contraire à la Constitution.

Suthep, ancien vice-Premier ministre d'Abhisit, est sous le coup de deux mandats d'arrêt, pour l'occupation d'un ministère et pour "insurrection". Il devait s'adresser à ses partisans à 14 heures (9 heures en France) depuis un complexe gouvernemental occupé depuis plusieurs jours dans un faubourg de Bangkok. La grande incertitude reste la réaction de l'armée, institution très importante en Thaïlande, qui a assuré jusqu'ici qu'elle ne prendrait pas parti. Une crise prolongée pourrait changer la donne, dans un pays qui a connu 18 coups d'État ou tentatives de coups depuis l'établissement de la monarchie constitutionnelle en 1932.

**********************************************************************************

Les forces de l'ordre thai ont laissé faire , c-à-d , l'occupation des sièges importants de l'état .
Des milliers de rouge sont là également pour défendre ce gouvernement .
Si les forces de l'ordre ont replié , il reste les jaunes contre les rouge .
On appelle ça " l'ANARCHIE " à la Thai .
C'est un drôle de pays tout de même .

#101982 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 04/12/2013 @ 07:34 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Plusieurs passages très intéressants- "je pense"- dans cette analyse .... qui peuvent même faire penser à ce qui s'est passé ou se passe dans d'autres "pays du coin"..


- sur ce lien :
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/201...res-de-la-societe-thailandaise_3524414_3216.html

- cet article

La crise à Bangkok, symptôme des fractures de la société thaïlandaise

LE MONDE | 03.12.2013 à 11h21 • Mis à jour le 03.12.2013 à 11h26
Par Bruno Philip (Bangkok, correspondant)


La situation surréaliste qui prévaut à Bangkok depuis une semaine – paralysie gouvernementale à la suite de l'occupation de plusieurs ministères par des manifestants, qui ont même pénétré, mardi 3 décembre, dans le complexe abritant les bureaux de la première ministre, Yingluck Shinawatra – est le reflet politique d'une crise profonde qui met aux prises deux Thaïlande et illustre la « fracture sociale » polarisant les forces antagonistes d'un royaume de plus en plus divisé.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Ce que veulent les manifestants, emmenés par Suthep Thaugsuban, vice-premier ministre dans le précédent gouvernement, est aussi simple que radical : la démission de Yingluck Shinawatra. Celle-ci est accusée de présider à un gouvernement corrompu dont les décisions sont téléguidées par la bête noire des opposants, Thaksin Shinawatra, son frère aîné qui fut lui-même chef du gouvernement entre 2001 et 2006 avant d'être renversé par un coup d'Etat militaire. Depuis son exil de Dubaï, où il s'est réfugié pour échapper à des accusations de corruption, l'ancien homme fort du pays dirigerait en sous-main les affaires, au point d'être qualifié par ses adversaires d'être un premier ministre de fait.

« JAUNES » CONTRE « ROUGES »

La crise actuelle se cristallise autour de l'antagonisme entre, d'un côté, les « jaunes », partisans farouches de la monarchie, élites conservatrices et classes moyennes urbaines et, de l'autre, les « rouges », représentant la voix des plus pauvres et des paysans qui soutiennent le gouvernement, et surtout Thaksin.

Quand il était au pouvoir, ce capitaliste flamboyant, à la tête d'une fortune colossale, avait appliqué des politiques sociales destinées à l'élévation du niveau de vie des paysans les plus démunis, notamment dans les provinces du nord-est, les plus pauvres du pays. Pour ces derniers, auxquels Thaksin avait notamment accordé des subventions à des fins de développement des villages ou la quasi-gratuité des frais de santé, il reste un héros.
Les chiffres de la Banque mondiale montrent que le revenu moyen des ménages du nord-est du pays a augmenté de 46 % durant l'ère Thaksin.

Mais c'est une véritable crise à répétition qui perdure depuis le coup d'Etat de 2006 : peu après le putsch, la nomination de deux gouvernements pro-Thaksin successifs, parvenus au pouvoir à la suite d'alliances parlementaires, avaient provoqué l'émergence de leurs adversaires « jaunes » qui allèrent, en 2008, jusqu'à occuper un temps les deux aéroports de Bangkok. Pour, déjà, contraindre les premiers ministres de l'époque à la démission, l'un après l'autre.

En 2010, alors qu'un gouvernement anti-Thaksin avait fini par être nommé, ce fut au tour des « chemises rouges », dont la force de frappe venait toujours des campagnes, d'occuper pendant deux mois le centre d'affaires de Bangkok pour exiger le retour de Thaksin et la démission du premier ministre d'alors. Ces « rouges » incarnent un mouvement « parapluie » aux factions diverses abritant d'anciens communistes, des paysans et des sociaux-démocrates libéraux. Le mouvement fut noyé dans le sang, après que l'armée eut reçu l'ordre de disperser les manifestants à coups de fusil. Plus de 90 personnes furent tuées.

Depuis, un nouveau gouvernement dirigé par la soeur de Thaksin, Yingluck Shinawatra, a été élu haut la main à l'été 2011. C'est à elle, désormais, de faire face à la fronde des opposants. Il y a ainsi comme un sentiment de déjà-vu dans la politique thaïlandaise, qui semble confirmer l'adage selon lequel on prend les mêmes et on recommence.


Manifestants rassemblés le 1er décembre à Bangkok.

Si l'impasse politique est totale, c'est parce qu'elle s'enracine dans l'animosité entre les élites urbaines et les masses paysannes, les couches inférieures urbanisées et la classe moyenne des villes.
Cette dernière, montée en puissance au cours de la période du miracle économique thaïlandais, dans les années 1980 et 1990, penche plutôt pour un statu quo politique dont le roi serait la figure tutélaire.

Elle s'inquiète de voir les paysans vouloir, au travers de l'émergence du mouvement « rouge », faire entendre bruyamment leur voix après avoir longtemps courbé l'échine, ployés par le respect dû à l'ordre monarchique et à l'autorité traditionnelle. Même si Yingluck Shinawatra a multiplié, depuis son élection, les compromis et concessions à l'égard de l'alliance entre le Palais royal et l'armée, qui régente depuis des lustres les affaires du royaume, la première ministre incarne ce mouvement qui est aujourd'hui du côté du manche.

CERTAINS HABITANTS SONT PASSÉS À CÔTÉ DU DÉVELOPPEMENT

Les déséquilibres sociaux et économiques expliquent la rancoeur de ces habitants des provinces qui ont le sentiment d'être passés à côté du développement : le gouvernement alloue 70 % de son budget à Bangkok et ses environs. Le Nord-Est, dont la population représente un tiers des 70 millions de Thaïlandais, n'en reçoit que 6 %.

« La Thaïlande est encore sous la domination d'un nationalisme monarchique. Beaucoup pensent que la vertu du roi est de guider la démocratie. La montée en puissance des gens des campagnes, devenus une force politique, est ainsi perçue comme une menace à l'autorité morale des “gens honnêtes” », observait l'historien Thongchai Winichakul, cité dans Thaïlande, aux origines d'une crise, publié en 2010 par l'Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec).

Et c'est bien ce qui ressort des discours de la mouvance « jaune » ou même de l'opposition plus modérée : selon eux, la Thaïlande est « différente », et le système démocratique à l'occidentale « mal adapté » au pays. L'élection au suffrage universel ne peut que confier les rênes du pouvoir à des « opportunistes » et à des « corrompus ».
D'où l'idée, vague et étrange, des chefs de file du mouvement antigouvernemental de ces dernières semaines, de faire élire un « Conseil du peuple » par les représentants des corporations, dans le but de pallier les déficiences de gouvernements élus par le suffrage populaire…
Une vision paternaliste et conservatrice d'un mode de gouvernement qui a fort peu de chances de voir le jour.

D'autant que des failles commencent à lézarder l'unité de l'opposition. Certaines élites politiques et des milieux d'affaires s'inquiètent de voir se prolonger la poursuite de cette mobilisation et de cette instabilité menaçant les performances économiques de la Thaïlande.





Edité le 04/12/2013 @ 06:37 par robin des bois
#101988 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 06/12/2013 @ 10:13 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Pour la lecture !... si vous n'avez pas le temps d'aller chercher . La crise politique thailandaise risque d'avoir un impact sur la paix avec son voisin Le Cambodge , en cas de renversement par coup d'état de la partie d'opposition .
L'intervention du roi " QUI N'A PAS CRITIQUé LES CHEMISES JAUNES SEMBLENT DOUTEUX "...

http://www.lepetitjournal.com/bangkok/accueil/ac...n-et-la-stabilite-les-manifs-reprennent-vendredi

CRISE POLITIQUE - Le roi appelle à l’union et la stabilité, les manifs reprennent vendredi

Le roi Bhumibol Adulyadej a appelé jeudi les Thaïlandais à travailler ensemble pour la "stabilité" du pays, à l'occasion de son 86e anniversaire qui marque une trêve précaire dans les manifestations violentes visant à faire tomber le gouvernement.

La Thaïlande a été "en paix pendant longtemps parce que tout le monde travaillait ensemble pour le bénéfice du pays. Chaque Thaïlandais devrait être conscient de ça et assumer son rôle pour le bénéfice du pays, c'est-à-dire la stabilité et la sécurité du pays", a déclaré le monarque révéré lors d'un discours retransmis à la télévision, sans mentionner spécifiquement les troubles actuels.
Des milliers de Thaïlandais vêtus de jaune - couleur du roi -, certains pleurant, sont descendus dans les rues de Hua Hin pour s'agenouiller devant le cortège royal à l'occasion de cette cérémonie officielle dans la station balnéaire au sud de Bangkok où le monarque réside depuis l'été.
Le roi est considéré comme un demi-dieu par nombre de Thaïlandais et des violences le jour de son anniversaire seraient vues comme un affront. Et l'approche de l'événement a permis une pause dans les manifestations réclament le départ de la Première ministre, Yingluck Shinawatra.

Retour des manifestants vendredi
Mais la situation restait tendue. Le meneur des manifestants Suthep Thaugsuban, qui veut remplacer le gouvernement par un "conseil du peuple" non élu, a promis de reprendre le combat dès vendredi.
Ces derniers jours, des affrontements ont eu lieu entre la police et ces manifestants s'opposant à Yingluck mais aussi et surtout à son frère Thaksin, ancien Premier ministre renversé par un coup d'Etat en 2006 et qui reste au coeur de la politique du royaume malgré son exil.
Les violences avaient éclaté samedi entre manifestants pro et antigouvernement, faisant plusieurs morts dans des circonstances troubles. Des manifestants antigouvernement ont ensuite tenté de prendre le siège du gouvernement, jetant des pierres sur la police qui a riposté à coups de gaz lacrymogènes, canons à eau et balles en caoutchouc.
Les autorités ont finalement changé de tactique mardi, laissant ces militants entrer brièvement aux sièges du gouvernement et de la police, sans résistance.

[Tout de jaune vêtus pour l'anniversaire de leur roi (Photo Pierre QUEFFELEC)] Le mouvement s’essouffle
Les manifestants, qui étaient environ 180.000 au pic de leur mobilisation, n'étaient plus que quelques milliers mercredi dans divers lieu de la capitale, mais les quelques centaines toujours rassemblés jeudi au Monument de la démocratie, lieu symbole de la mobilisation où ils campent depuis un mois, se préparaient déjà à reprendre la lutte.
"Demain (vendredi) nous manifesterons. Nous reviendrons jusqu'à ce que nous obtenions la victoire pour le peuple thaïlandais", a promis Khieu, en regardant la cérémonie officielle d'anniversaire sur écran géant.
Yingluck participait, elle aussi, à ces célébrations à Hua Hin et d'autres manifestants l'ont huée lorsqu'elle est apparue sur l'écran.
La colère des manifestants, alliance de bourgeois conservateurs proches du Parti démocrate, principal parti d'opposition, et de groupuscules ultra-royalistes, a été provoquée par un projet de loi d'amnistie qui, selon ses détracteurs, aurait permis le retour de Thaksin, en exil pour échapper à la prison pour malversations financières.
Malgré son rejet par le Sénat, les manifestants, accusant Yingluck d'être la marionnette de son frère, n'ont pas désarmé. Le milliardaire divise le pays entre masses rurales et urbaines défavorisées du Nord et du Nord-Est, qui l'adorent, et les élites de Bangkok qui le haïssent et le voient comme une menace pour la monarchie.
Le roi Bhumibol, plus ancien monarque en exercice dans le monde avec plus de soixante années de règne, est considéré comme une force morale bienveillante dans un pays marqué par une histoire d'instabilité politique. Par le passé, il était intervenu de façon spectaculaire au milieu de crises politiques. Mais admis en 2009 à l'hôpital qu'il a quitté en août dernier pour rejoindre son palais de Hua Hin, le roi n'a fait que de rares apparitions publiques ces dernières années.
En 2010, il était resté silencieux lorsque quelque 100.000 "chemises rouges" fidèles à Thaksin avaient occupé le centre de Bangkok pour réclamer la démission du gouvernement, avant un assaut de l'armée. La crise, la plus grave qu'ait connue la Thaïlande moderne, avait fait quelque 90 morts et 1.900 blessés.
Avec AFP (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) jeudi 5 décembre 2013

#102049 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 11/12/2013 @ 17:15 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
http://www.thailande-fr.com/actu/edito/27377-ingouvernable-thailande

Ingouvernable Thaïlande

La Thaïlande serait-elle devenue un pays ingouvernable ? A voir la chronologie politique du royaume des dix dernières années , on pourrait le croire. Au mois de février prochain, la Thaïlande organisera un nouveau scrutin législatif, le troisième en cinq ans, signe d’une instabilité qui ne peut que nuire à la bonne gestion d’un pays.

Aujourd’hui la démocratie thaïlandaise est en crise parce qu’elle produit des résultats et des pratiques antidémocratiques. Beaucoup de gens semblent penser, y compris dans les nombreux commentaires laissés sur ce site, que la démocratie se limite à tenir des élections au suffrage universel. Le suffrage universel n’est en fait qu’un moyen pour atteindre la démocratie, dont l’essence réside d’abord dans l’exercice démocratique du pouvoir.

Le suffrage universel ne doit pas être, et n’a jamais été, un chèque en blanc remis au gouvernement pour exercer son autorité au service d’une partie de la population, ou pire encore au service d’un clan ou d’une famille. Dans ce cas de figure, la démocratie devient un décor de pacotille au service d’un état mafieux qui pratique le népotisme et l’achat de vote à grande échelle.

Le programme de subvention des cours du riz en est la parfaite illustration : il n’a pas d’autre justification que le clientélisme et l’achat légal de votes qui permettra sans doute à l’actuelle majorité d’être à nouveau élue en février 2014. D’ailleurs dans plus de 26 provinces, les riziculteurs manifestent déjà contre les retards de paiements : les coffres sont vides, et les hangars plein de riz qui pourrissent faute de trouver preneur à un prix 30 à 40% supérieur au cours du marché.

Avec une démocratie de ce type, on comprend pourquoi les manifestants qui occupent en ce moment Bangkok demandent autre chose : à quoi bon organiser de nouvelles élections si les résultats sont connus d’avance, et les urnes bourrées de votes achetés au prix fort au risque de mettre tout le pays en faillite ?

L’essence de la démocratie réside précisément dans le fait qu’elle intègre des mécanismes qui protègent la minorité contre les excès de la majorité au pouvoir : indépendance de la justice, contre-pouvoirs et protection de la liberté d’expression en font partie.

Le Thai Rak Thai et ses successeurs, y compris le Pheu Thai, ont saisi la forme mais pas le contenu d’une véritable démocratie. Leur vision des élections est une sorte de concours où les gagnants se voient attribuer des lots, et où les perdants n’ont plus aucun droits. Alors que le principe même de la démocratie est que le gouvernement représente l’ensemble de la population et l’intérêt général de la Nation, avant les intérêts de ses partisans.

Dirait-on que la France est toujours une démocratie si elle était dirigée par la soeur d’un milliardaire en exil et repris de justice, agissant ouvertement comme son mandataire, et dont la seule et unique ligne de conduite consiste à rechercher l’amnistie de son frère et à récompenser son électorat avec des subventions douteuses ?

Si c’est cela la démocratie, il y aura toujours des Suthep pour descendre dans la rue et afficher leur colère. Les qualifier d’anti-démocratique n’a pas plus de sens que de qualifier de démocratique un gouvernement élu qui a vendu son intégrité au plus offrant.

Mais après tout vous êtes libre de continuer à gober la compote avariée que vous servent les média français, « les gentils pauvres rouges démocrates des campagnes » contre « les méchants bourgeois royalistes de Bangkok ». Avec ce neo marxisme mal digéré on est en terrain connu : une pensée toute faite, avec le confort intellectuel du prêt à penser qui a déjà servi pour idolâtrer Staline, Mao, Castro et Chavez.

***********************************************************************************

La Thailande revotera le mois de Février 2013 , suite à la manifestation des " chemises jaunes" . Malgré cette promesse de recourir à la nouvelle élection , les partis d'opposition ne sont pas contents et ne sont pas d'accord . Ca , c'est la démocratie à la Thai !

Quant au pays khmer , 1l manquait 55 députés à l'assemblée , le gouvernement ne se casse pas la tête . Il pilote le pays , comme il n'y a rien qui se passe .
Que peut-on comparer , ces 2 évènements , dans ces deux pays limitrophes dont les cultures sont presque identiques !

On a jamais entendu P.Penh proposer de revoter , suite à des vols massifs de bulletins de vote . La différence des deux leaders , c'est ça .
Mais lequel des deux leaders mérite d'être respecté ?




#102228 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 12/12/2013 @ 12:44 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Thaïlande: l’ex-Premier ministre inculpé de meurtre pour répression de manifestations

http://www.liberation.fr/monde/2013/12/12/thaila...nculpe-de-meurtre-pour-des-manifestations_965918

*****************************************************************************
En 2010 , 100.000 chemises rouges avaient occupé la Capitale Bangkok : 90 morts et 1900 blessés .
Son ex-PM , Abhisit Vejj...devait être inculpé d'homicides .
Cet événement peut servir l'exemple pour le Cambodge , quand les forces de l'ordre , ordonné par Le PM , avaient tiré avec des balles réelles sur les manifestants .
Mais le tribunal cambodgien semble inefficace ...

#102236 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 12/12/2013 @ 13:17 Bas de page
Re : Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
kaunklau a écrit

http://www.thailande-fr.com/actu/edito/27377-ingouvernable-thailande

Ingouvernable Thaïlande

Le suffrage universel ne doit pas être, et n’a jamais été, un chèque en blanc remis au gouvernement pour exercer son autorité au service d’une partie de la population, ou pire encore au service d’un clan ou d’une famille. Dans ce cas de figure, la démocratie devient un décor de pacotille au service d’un état mafieux qui pratique le népotisme et l’achat de vote à grande échelle.

Le programme de subvention des cours du riz en est la parfaite illustration : il n’a pas d’autre justification que le clientélisme et l’achat légal de votes qui permettra sans doute à l’actuelle majorité d’être à nouveau élue en février 2014. D’ailleurs dans plus de 26 provinces, les riziculteurs manifestent déjà contre les retards de paiements : les coffres sont vides, et les hangars plein de riz qui pourrissent faute de trouver preneur à un prix 30 à 40% supérieur au cours du marché.

Avec une démocratie de ce type, on comprend pourquoi les manifestants qui occupent en ce moment Bangkok demandent autre chose : à quoi bon organiser de nouvelles élections si les résultats sont connus d’avance, et les urnes bourrées de votes achetés au prix fort au risque de mettre tout le pays en faillite ?






Intéressant .. et original comme ton, je trouve


Mais qui est derrière ce site "Thaïlande.fr" que je ne connaissais pas SVP ?
Ce n'est pas précisé .. (pas trouvé en tout cas)


#102239 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 12/12/2013 @ 13:31 Bas de page
Re : Re : Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg
 
Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement
robin des bois a écrit

Intéressant .. et original comme ton, je trouve


Mais qui est derrière ce site "Thaïlande.fr" que je ne connaissais pas SVP ?
Ce n'est pas précisé .. (pas trouvé en tout cas)





http://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_Languepin
sur l'auteur

Ministre d'état-amiral en chef de la marine royale
#102240 View virgule's ProfileView All Posts by virguleU2U Member
Haut de page 12/12/2013 @ 13:45 Bas de page
Re : Re : Re : Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
virgule a écrit

robin des bois a écrit

Intéressant .. et original comme ton, je trouve


Mais qui est derrière ce site "Thaïlande.fr" que je ne connaissais pas SVP ?
Ce n'est pas précisé .. (pas trouvé en tout cas)





http://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_Languepin
sur l'auteur




Merci beaucoup, jeune homme. Ca aide en effet à y voir plus clair sur "la ligne éditoriale" de ce site. (je le mettais aux mains d'une équipe d'expats francophones).

Tu te fais rare sur K-N ; il est vrai que ton emploi de "vice-amiral fantôme" semble désormais menacé !!



#102241 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 12/12/2013 @ 15:04 Bas de page
Re : Thailande , occupation un ministère par les anti-gouvernementaux . Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
On a pu voir la Thaïlande, hier dans investigation (Frnace 0).

Beaucoup de choses qu'on ne sait pas sur ce peuple.

Rien n'existe qui n'ait au préalable été rêvé. © Ismaël Mérindol (1466)
#102243 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page