Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
« 1  2 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur Hun Xen, le psychopathe...   ( Réponses 30 | Lectures 4817 )
Haut de page 14/11/2014 @ 07:50 Bas de page
Hun Xen, le psychopathe... Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005
La police de Hun Xen a arrêté 15 militants de CNRP. Parmi eux; Meach Sovannara, San Seyhak, An Paktham.

La cour de Hun Xen a envoyé Mme Tep Vanny et ses amies militantes en prison.



Edité le 13/03/2015 @ 06:06 par BAC
#108303 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 17/11/2014 @ 06:08 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005

J'ai lu un article dans PPP sur Chi Xim; le semblant rival du psychopathe; je veux dire le mailleur ami du psychopathe. Dans cet article on dit que l'on peut entrer dans le clan CPP, mais que l'on ne peut pas y sortir. Si qqn quitte le clan, Anti-Corruption Unit va envoyer son dossier à la cour du psychopathe; et il va passer le reste de sa vie en prison. Remarquez,c'est très humanitaire cette pratique; c'est mieux que être la bouffe des crocodile du psychopathe. kékéké....







#108323 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 20/11/2014 @ 18:41 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005



Dans VOA, Hun Xen a dit qu'il n'a pas de pouvoir sur ses tribunaux.


#108342 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 21/11/2014 @ 09:37 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7800
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
BAC a écrit


Dans VOA, Hun Xen a dit qu'il n'a pas de pouvoir sur ses tribunaux.



Il y a un bouquin qui vient de sortir sur lui

malheureusement tout en anglais .

L'accueil semble excellent ...CF SVP ces 2 liens

- le billet de John VINK bien sûr, intitulé "Hun Sen’s Cambodia" Launched
http://johnvink.com/news/

dont cette photo n°4
DpRUZx7.jpg
CAMBODIA, Phnom Penh.19/11/2014: Sebastian Strangio's 'Hun Sen's Cambodia' book launch at Meta House

- et surtout cet article du Phnom Penh Post (en anglais)
http://www.phnompenhpost.com/post-weekend/review-%E2%80%98mirage%E2%80%99-cambodia


In review: the ‘mirage’ of Cambodia

Sat, 18 October 2014

Kevin Ponniah

I1AIssx.png
Sebastian Strangio with his new book, Hun Sen’s Cambodia. PScott Howes

On January 11, 1979, four days after Vietnamese troops and Cambodian rebels swept into Phnom Penh and toppled the Khmer Rouge regime, the leadership of the freshly proclaimed People’s Republic of Kampuchea touched down at Pochentong airport.

An arduous task of state-building lay ahead of the four men that emerged onto the dusty and cratered tarmac that day. Pen Sovann, Heng Samrin, Chea Sim and a slight, 26-year-old Hun Sen would take the reigns – in tandem with their Vietnamese supervisors – of an almost post-apocalyptic nation.

One of them would emerge as the undisputed leader of modern Cambodia. Through sheer grit, an ability to bend with the wind, the capacity for violence and a carefully managed narrative of salvation, Hun Sen would rise to the top.

But the story of how the “strongman” consolidated his power, which is also the story of contemporary Cambodia, is rarely told with a dispassionate long-term view. When it comes to non-fiction about the Kingdom, the shelves are stacked with books about the Khmer Rouge period. A few look at the 1980s in-depth, while even fewer take comprehensive stock of post-UNTAC developments, and modern-day Cambodia, in much detail.

Journalist Sebastian Strangio’s new book, Hun Sen’s Cambodia, the product of two years of writing and research, and many more years spent reporting in Cambodia, fills a welcome gap.

But it is the incisive and rigorous analysis underpinning its highly readable narrative that makes the book – a combination of journalistic reportage and academic argument – worthwhile.

Strangio, a former reporter and editor at the Post, spends the first half of the book charting the ebbs and flows of power and politics in modern Cambodia. Starting with the Khmer Rouge years, Strangio moves through the Cold War realpolitik of the 1980s, onto the supposed UN-sponsored democratic dawn of the 1990s, and finishes with the brute consolidation of Hun Sen and the CPP’s power that followed.

The second half of the book dissects and vividly illustrates the system that has underpinned and perpetuated the CPP’s hold on power, which is only now threatening to unravel: a network of patronage strings and their entwined “primitive currency” of corruption, land grabs and resource exploitation. It all converges at the throne of “the peasant king”, Hun Sen.

The central thesis of Hun Sen’s Cambodia is that, in trying to force-feed Cambodia liberal democracy, the post-Cold War international order created a “mirage on the Mekong”. A play on US Congressman Stephen Solarz’s declaration that the post-coup 1998 elections were a “miracle on the Mekong”, the phrase is deployed heavily throughout the book.

Hun Sen is described as having developed over the years into a “skilled illusionist, conjuring up mirages of democracy behind which he ruled in the traditional way, through an iron fist and a canny manipulation of his country’s history and culture.”

Strangio pinpoints the importance of the isolated 1980s – the formative years of Hun Sen’s political career and when the seeds of CPP dominance were laid.

When the world re-engaged with Cambodia in 1992, as Hun Sen’s Cambodia shows, the country was hardly “a blank slate” onto which democracy could be planted.

“The CPP had spent the previous decade rebuilding a shattered nation and sinking its political roots, and it resented the arrival of the UN with its long tail of foreign consultants and Panglossian ‘action plans’,” Strangio writes.

Hun Sen’s Cambodia is all smoke and mirrors, Strangio argues, and despite the profileration of NGOs and the government’s adoption of development-speak, the country has never truly accepted reforms that will touch the patronage and power networks that sustain it.

In a memorable passage, Strangio describes how the government agreed in 2012 to allow a small statue of slain union leader Chea Vichea to be erected near Wat Lanka in exchange for a halt to yearly marches that called for his killers to be brought to justice.

“Instead of responding to rising popular discontent with concrete reforms, the government offered another empty concession. Instead of human rights, Cambodia had ‘International Human Rights Day’. Instead of freedom of expression there was ‘Freedom Park.’”

Strangio’s application of this mirage theory to almost every sector, might lead some readers to accuse him of being overly cynical.

Even the country’s startling economic growth over the last decade, centred on boom-town Phnom Penh, is described as “mirage money”, credited to a murky shadow state rife with corruption and patronage, which remains off the books.

Whether this invisible and unregulated economy really outweighs the clout of foreign investors and a growing middle class who earn their money via legitimate means is up for debate.

Last year’s elections, dealt with only briefly in the book, which brought unprecedented gains for the opposition, show that the rules have changed. There is widespread dissatisfaction with the status quo.

Strangio’s timely illumination of Hun Sen’s chess moves over the last few decades provides a framework to understand what could happen next.

As to whether the strings of patronage will leave Hun Sen straitjacketed, Strangio does not offer a definitive answer.

But he makes it clear that if political changes will come to Cambodia, it will not come “from a shape-shifting ‘international community’ – but from below, from the Cambodian people themselves”.

Hun Sen’s Cambodia, published by Silkworm Books, will be available at all Monument Books stores in Phnom Penh and Siem Reap from October 27. To reserve a copy, contact



Edité le 21/11/2014 @ 09:39 par robin des bois
#108346 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 21/11/2014 @ 17:08 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005

Dans PPP, Hun Xen défend ses tribunaux.


Et bien, il y a quand même une personne au Srok qui a encore la confiance en tribunaux. C'est bon, si un jour, on devait juger Hun Xen pour qqch, ce système de justice serait bon pour lui...kékéké Je dis ça, p.c.q toute chose a une fin.


Dans CD, David Fletcher, le '' pédophile '' ( remarquez les guillemets ) se proteste avec une pancarte en sortant de la cour d'appel de Hun Xen; la cour lui a refusé sa demande. Sur la pancarte, c'est écrit KHMER440 NGO CORRUPTION.

KHMERS440 est un blog créé par les étrangers au Srok. Très enflammé. Ce blog a décidé la vie de David Fletcher.


Pourquoi David Fletcher demande la seule voie de secours qui lui reste pour reviser la cause; p.c.q il a en sa possession une vidéo qui montre Yang Dany, la jeune '' victime '' dire qu'elle n'a pas été violéee par David Fletcher.


La cour de Hun Xen est rapido presto; des fois, en une heure, on peut juger 100 personnes. ( 10 militants jugées en une journéé, les 10 se retrouvent mainant en prison)




Edité le 21/11/2014 @ 17:11 par BAC
#108350 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 27/11/2014 @ 20:59 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7800
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Et un bel article sur Sébastian Strangio et son bouquin HUN Sen'S Cambodia (CF plus haut dans ce topic)

- et pas n'importe où ....sur ce lien de "lemonde.fr" , SVP

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/201...hun-sen-est-batie-sur-du-sable_4530437_3216.html

- cet interview: « La stabilité du Cambodge de Hun Sen est bâtie sur du sable »

Le Monde.fr | 27.11.2014 à 12h54 |
Propos recueillis par Adrien Le Gal

28PVWKf.jpg
Hun Sen, le 13 novembre à Naypyidaw, en Birmanie.

Près d’un an et demi après les élections législatives de juillet 2013, marquées par une forte progression de l’opposition et par un déclin du parti du premier ministre Hun Sen, le Cambodge n’est pas sorti de la crise politique.
Le Parti du peuple cambodgien (PPC, au pouvoir) et le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC, opposition) ne parviennent pas à se mettre d’accord sur la réforme de la commission électorale, une promesse du gouvernement en échange de laquelle l’opposition a accepté de siéger à l’Assemblée nationale.

Entretien avec Sebastian Strangio, journaliste australien basé à Phnom Penh et auteur du livre Hun Sen’s Cambodia (Yale University Press, 2014), qui analyse les mutations du pays, notamment depuis l’arrivée de Hun Sen au pouvoir, en 1985.

Quatre mois après la fin du boycottage de l’Assemblée nationale par l’opposition, les travaux de réforme de la commission électorale semblent dans l’impasse.
Le 10 novembre, les autorités ont arrêté plusieurs militants des droits de l’homme, ainsi qu’un représentant du PSNC, Meach Sovannara, accusé d’avoir « conduit une insurrection »…

Il semble bien que l’accord conclu en juillet, prévoyant l’entrée de l’opposition à l’Assemblée nationale était, pour le PPC, une manière de gagner du temps et de la légitimité pour les quatre prochaines années. L’attitude générale du PPC consiste à dire :
« C’est comme ça et pas autrement ».
Alors il brandit le bâton pour pousser l’opposition à accepter une réforme électorale selon ses propres termes.
C’est comme cela qu’il faut comprendre l’arrestation de Meach Sovannara et de plusieurs militants des droits de l’homme.


Le PPC refuse que le comité de réforme de la commission électorale soit présidé par la présidente de la Ligue cambodgienne des droits de l’homme, Pung Chhiv Kek, car celle-ci jouit de la triple nationalité, cambodgienne, française et canadienne.
Est-ce un prétexte pour écarter cette figure de la société civile ?

Pung Chhiv Kek était l’une des rares personnalités sur laquelle les deux camps pouvaient se mettre d’accord, et ils avaient convenu de sa nomination en juillet.
Mais il semble que le PPC ait reconsidéré sa position depuis, ou qu’il n’ait jamais eu réellement l’intention de lui confier un rôle.
Utiliser le thème des nationalités multiples est une vieille tactique du PPC.
Dans les années 1990, Hun Sen a même tenté de faire adopter une loi interdisant aux personnes ayant plusieurs nationalités de faire de la politique.
Il faut savoir qu’après les accords de Paris de 1991 [qui ont mis un terme à la guerre civile cambodgienne], tous les opposants du PPC qui revenaient au Cambodge, depuis la frontière thaïlandaise, depuis la France, l’Australie ou les Etats-Unis, avaient une double nationalité.

Pour le PPC, « double nationalité », c’est un nom de code pour « opposition ».


DhqxEMn.jpg
Une manifestation dans le cadre d'un conflit foncier, le 3 mars à Phnom Penh.

Le PPC semble donc penser qu’il ne peut pas gagner les élections de 2018 s’il ne contrôle pas entièrement le processus ?

Dans la politique cambodgienne, aucun protagoniste ne veut céder le moindre pouce de terrain, c’est une question de principes.
Le PPC pense que s’il ne contrôle pas la commission électorale, celle-ci va agir en faveur de l’opposition.
Au Cambodge, les institutions servent toujours leurs maîtres, et l’idée de neutralité n’existe pas.
Pour le parti au pouvoir, « non gouvernemental » signifie « antigouvernemental ».
C’est d’ailleurs la même attitude qui prévaut dans les rangs de l’opposition.


Dans votre livre, vous décrivez la période 2008-2013 comme celle d’un enrichissement sans précédent pour les membres du clan Hun Sen…

Les élections de 2008 ont eu lieu dans la foulée de l’inscription du temple de Preah Vihear [dont la souveraineté a longtemps été revendiquée par la Thaïlande] au Patrimoine mondial de l’Unesco.
Le PPC a ainsi pu jouer la carte du nationalisme, tandis que l’opposition était divisée.
Sa victoire massive [90 députés sur 123] lui a donné une fausse impression de sécurité.
Les concessions de terrains [au profit d’entreprises privées] et les cas de déforestation ont alors explosé.
Les officiels du PPC et les hommes d’affaires proches du gouvernement se sont tellement enrichis que la population cambodgienne est sortie de sa passivité.
Le résultat des élections de 2013 a été un choc pour Hun Sen qui, jusque-là, avait toujours été très bon pour prendre la température du pays.


cWpcmyk.jpg
Manifestation devant l'Assemblée nationale, à Phnom Penh, le 14 novembre.

Ces élections, qui ont vu le PPC passer de 90 à 67 députés sur 123, l’ont-elles contraint à changer d’attitude ?

Aujourd’hui, le PPC ne peut plus ignorer les besoins du peuple.
Mais pour lui, il est clair que tout nouveau programme devra exclure l’opposition, les ONG indépendantes et la société civile.
Un exemple : après le coup d’Etat militaire en Thaïlande [le 22 mai], des dizaines de milliers de travailleurs clandestins migrants ont traversé la frontière pour rentrer au Cambodge.
Le PPC a fait un bon travail à leur égard, en leur fournissant de la nourriture et des abris temporaires.
Mais surtout, il a interdit à l’opposition d’en faire autant.

Depuis 2013, le PPC a certes pris des initiatives, en lançant par exemple une réforme du système éducatif.
Mais dans le même temps, dans les provinces, la déforestation se poursuit et de nouvelles concessions foncières sont accordées.
Ceux qui ont payé pour les élections de 2013 sont ainsi récompensés. Le pouvoir politique est utilisé par le PPC pour obtenir des ressources, qui sont elles-mêmes utilisées pour obtenir davantage de pouvoir politique.
Hun Sen n’est en fait pas si puissant, malgré son image d’« homme fort ».
Il est le principal bénéficiaire d’un système sur lequel il a un contrôle limité.
La stabilité du pays est bâtie sur du sable, car ce système, très personnalisé, n’a pas d’objet autre que sa perpétuation.


Dans Hun Sen’s Cambodia, l’image du « mirage » est récurrente : le pays a adopté en surface un système démocratique, mais dans les faits, il est gouverné de manière autocratique.
Tout, depuis l’institution bouddhique jusqu’aux médias, en passant par le palais royal, semble sous le contrôle du PPC…
N’y a-t-il rien de vrai dans le Cambodge contemporain ?

Les demandes que le peuple a exprimées en 2013 sont réelles, et elles ne vont pas disparaître.
Sous Hun Sen, le pays s’est transformé, à commencer par l’économie rurale.
Aujourd’hui, les gens ne peuvent plus subvenir à leurs besoins en cultivant une petite parcelle de terrain.
Les jeunes migrent vers les villes pour trouver du travail, et ce faisant, ils échappent au système de contrôle mis en place dans les campagnes par le PPC à travers les chefs de village.
Dans le même temps, l’accès à Internet leur permet de contourner les médias gouvernementaux.
L’argument du PPC selon lequel c’est lui qui a libéré le pays des Khmers rouges [au pouvoir entre 1975 et 1979] ne fait plus effet auprès des nouveaux électeurs, qui sont nés dans les années 199


kAD7tIk.jpg
Le chef de file de l'opposition, Sam Rainsy, le 29 octobre à Phnom Penh.


Une transition politique pacifique est-elle possible au Cambodge, si l’opposition remportait les élections de 2018 ?

Il n’y a jamais eu de transition pacifique au Cambodge.
Hun Sen montrerait qu’il est un grand homme d’Etat s’il cédait le pouvoir à son opposition en cas de défaite, mais c’est peu probable à l’heure actuelle.
Par ailleurs, rien ne dit que l’opposition sera en mesure de remporter le scrutin de 2018.
En 2013, son chef de file, Sam Rainsy [qui vivait en exil en raison de plusieurs condamnations à des peines de prison ferme par la justice cambodgienne] a été autorisé à revenir juste avant le scrutin.
Lors de son retour, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues pour l’accueillir. Le timing était parfait.

Mais d’ici quatre ans, l’opposition a le temps de se diviser, et Hun Sen a le temps de brandir le bâton et d’agiter la carotte pour l’affaiblir.
Enfin, les opposants agitent aussi des revendications nationalistes dirigées contre le Vietnam.
Ainsi, rien ne dit qu’un changement serait démocratique, ni pacifique, notamment pour la minorité vietnamienne du Cambodge.


Adrien LEGAL
Editeur au service international




Edité le 27/11/2014 @ 21:22 par robin des bois
#108402 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 05/12/2014 @ 15:06 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005



'' Les pleu-pleu disent que Srok a deux premiers misnistre, je leur dit hey Pourk Ah Pleu-Pleu, ici c'est ma maison, et le premier ministre s'appelle Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Xen ''. Hun Xen fait allusion à monsieur Sam Rainsy qui a maintenant un titre '' PM ''.


On savait, on sait, et on saura.
#108469 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 05/12/2014 @ 19:27 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
je vais quand même dire un petit mot, que ça me dépasse carrément.
Peut être que je n'ai pas une grande connaissance générale.
Je n'ai jamais vu un député qui n'a pas été élu.
SR est reconnu comme député et représentant du groupe minoritaire de l'AN actuelle.
A ma connaissance SR ne figurait dans aucune liste électorale. N'est pas?

Il est donc nommé par un ?? :languetourne:
Est ce que c'est conforme à la constitution? :sygus:


Quant à soi disant deux PM, laissez moi rire.
Regardez cette image

Dans le royaume des merveilles , c'est merveilleux.. :aboire:
2014-11-27_143233.jpg 2014-11-27_143233.jpg 48.59Ko
Le fichier a été téléchargé 547 fois
2014-11-27_143233.jpg
#108470 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 07/12/2014 @ 19:37 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005
C'est dans KI. Une citation du jour: '' Every country has a government; only democraties have an opposition. '' rapporté par madame Mu Sochua.


'' Ça sert à rien un opposition dans une dictature '' Ça, c'est BAC qui le dit...kékéké



Seun nmott : '' A ma connaissance SR ne figurait dans aucune liste électorale. N'est pas? Il est donc nommé par un ??
Est ce que c'est conforme à la constitution? ''


Monsieur Sam Rainsy a un titre PM entre guillemets (''); '' PM ''. kékéké...

En ce qui concerne le système électoral; je ne suis pas un grand connaisseur; mais je crois; boff je pense que c'est ça un des défauts du mode de scrutin khmer ( comme le Canada, mon pays kékéké); on vote pour un parti. Contraiement à vous; en France; vous votez pour une personne; le candidat à la présidence. Un autre défaut du système khmer; le chef du parti est nommé; et il peut prend le siège d'un autre député de son parti p.c.q il est le chef....comme c'est le cas de monsieur Sam Rainsy....kékéké

Alors est ce que monsieur Sam Rainsy viole la constitution électorale en devenant député PM sans être élu? Pas certain.




Edité le 07/12/2014 @ 21:36 par BAC
#108502 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 08/12/2014 @ 10:47 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005


... le chef du parti est nommé; et il peut prend le siège d'un autre député de son parti p.c.q il est le chef....comme c'est le cas de monsieur Sam Rainsy....kékéké



C'est exactement çà qui fait marrer ces deux personnes.



#108505 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 14/12/2014 @ 18:18 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005

Docteur Master PhD Éminent Professeur Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Manette compare les travailleurs khmers en Corée du Sud à des Yirknamiens illégals au Srok.


C'est le même fils qui disait '' philosophiquement '', en répondant à une question d'un journaliste sur sa future carrière en politique, '' la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre ''

Je me demande s'il a déjà été à la cueillette de pomme. Ben les pommes, c'est vrai, ne tombent pas loins de l'arbre p.c.q ils sont pourries.


Enjoy! Quel festin!


https://www.youtube.com/watch?v=hqO9qkebaqQ


Edité le 14/12/2014 @ 18:20 par BAC
#108529 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 15/12/2014 @ 10:54 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
La politique, c'est comme l'andouillette. Ca doit sentir un peu la merde, mais pas trop. Edouard Herriot


Une fois seulement dans ma vie que j'ai mangé 1/2 andouillette.. bah!!!

Heureusement j'ai bon verre à côté si non, :reflechi2:
#108533 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 15/12/2014 @ 11:22 Bas de page
Re : Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7800
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Seun nmott a écrit

La politique, c'est comme l'andouillette. Ca doit sentir un peu la merde, mais pas trop. Edouard Herriot

Une fois seulement dans ma vie que j'ai mangé 1/2 andouillette.. bah!!!
Heureusement j'ai bon verre à côté si non, :reflechi2:



"andouillette au muscadet ou au Champigny", "andouillette au riesling" : grillée et accompagnée de salade et de "mogettes vendéennes" : un plat royal !!

y a pas que la cuisine khmère qui tienne la route !!!



Edité le 15/12/2014 @ 11:59 par robin des bois
#108534 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 15/12/2014 @ 12:08 Bas de page
Re : Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
En ligne f6exb
Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_1077.gif
 
Messages 1059
Inscrit(e) le 11/04/2007
Seun nmott a écrit

La politique, c'est comme l'andouillette. Ca doit sentir un peu la merde, mais pas trop. Edouard Herriot


Une fois seulement dans ma vie que j'ai mangé 1/2 andouillette.. bah!!!

Heureusement j'ai bon verre à côté si non, :reflechi2:

Tu sais pas ce qui est bon. Ça vaut le prahok, les araignées ou autres insectes.

Seuls les faucons volent.
Les vrais restent au sol.
#108535 View f6exb's ProfileView All Posts by f6exbU2U Member
Haut de page 15/12/2014 @ 17:35 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
f6exb a écrit

Seun nmott a écrit

La politique, c'est comme l'andouillette. Ca doit sentir un peu la merde, mais pas trop. Edouard Herriot


Une fois seulement dans ma vie que j'ai mangé 1/2 andouillette.. bah!!!

Heureusement j'ai bon verre à côté si non, :reflechi2:

Tu sais pas ce qui est bon. Ça vaut le prahok, les araignées ou autres insectes.


:clindoeil: Je reconnais que c'est bon pour beaucoup,
Je sais aussi que j'ai raté mon premier essai, :-P

#108537 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 19/12/2014 @ 06:58 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005

C'est dans Cambodiadaily. Monsieur Tir Baing, le ministre de la défense s'adresse à sa garde; le Brigade 70: '' "Nous devons être très prudents et faire attention; à continuer notre travail de matraquer les manifestants ( c'est de BAC ça la matraque kékéké). "Ne laissez pas les ennemi ( le peuple..kékéké)renverser le gouvernement. Même si Docteur PhD Master Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Xen est le premier ministre légitime et bon PM, ils utilisent des stratagème pour lui faire une mauvaise image ".


Kékékéké....Sa-thouk-Sa-touhk...kékéké comme disent les Français dans le pays des aveugles le borgne est roi.

Enjoy!! C'est en anglais. Désolé...kékéké


https://www.cambodiadaily.com/news/defense-minister-banh-calls-for-vigilance-mocks-rainsy-74503/





Edité le 19/12/2014 @ 07:02 par BAC
#108565 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 01/01/2015 @ 22:42 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005


Hun Xen souhaite Bonne Année 2015 à Sam Rainsy et à Kem Sokha en les traitant AH CHKÈRE...



Enjoy!


https://www.youtube.com/watch?v=_mSfJi1mox0




Edité le 01/01/2015 @ 22:43 par BAC
#108644 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 02/01/2015 @ 00:38 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
En ligne f6exb
Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_1077.gif
 
Messages 1059
Inscrit(e) le 11/04/2007
Dans les années 90 il avait fait condamner des journalistes qui avaient osé écrire qu'HunSen aboyait.

Seuls les faucons volent.
Les vrais restent au sol.
#108645 View f6exb's ProfileView All Posts by f6exbU2U Member
Haut de page 15/01/2015 @ 06:10 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005
Hun Xen à l'inauguration du pont Neak Loeung:


“If I was a bad leader, would the Japanese government have given the money to build the bridge today?” he asked the crowd. ''


Traduction: '' Si je suis méchant, pourquoi mon papa et ma maman m'ont donné des bonbons? ''


kékéké.....




Voyez comment les khmers sont stupides ( incluant moi kékéké ); ils ne regardent que ce que les Yirnamiens ou les Jap, ou les Chintoc leur donnent; ils ne regardent pas pourquoi ils leur donnent ça. Quand ils regardent ce que les autres pensent d'eux; ils pensent qu'ils leur trouvent bons, sages et beaux avec des yeux bleux....kékéké

Le Yirname lui a donné le pouvoir; Hun Xen croit qu'il a ce cadeau p.c.q il a été gentil. Ben non, on te donne ce cadeau p.c.q t'es stupide; t'es facile à diriger; t'es comme un boeuf, t'es comme un bandit qui est prêt à tuer son propre frère ( peuple ) pour l'argent et le pouvoir......kékéké....Youn jaul pègn Srok, Youn yok deil orss....














Edité le 15/01/2015 @ 14:30 par BAC
#108737 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 15/01/2015 @ 14:52 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Elle est bonne , celle là .Hun Sén remercie les américains de laisser vivre en démocratie et en liberté , les khmers aux Etats-Unis ,...C'est un article qui doit plaire à Mister BAC .

http://kohsantepheapdaily.com.kh/article/112981.html





Edité le 15/01/2015 @ 14:55 par kaunklau

#108746 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 15/01/2015 @ 15:07 Bas de page
Re : Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005
kaunklau a écrit

Elle est bonne , celle là .Hun Sén remercie les américains de laisser vivre en démocratie et en liberté , les khmers aux Etats-Unis ,...C'est un article qui doit plaire à Mister BAC .

http://kohsantepheapdaily.com.kh/article/112981.html







Pareillement, au nom du peuple Yirknamien, je remercie Hun Xen d'avoir bien s'occuper mes compatriotes au Srok...kékéké



Edité le 15/01/2015 @ 15:07 par BAC
#108747 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 20/01/2015 @ 08:05 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7800
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes

Pour faire plaisir à BAC :

- sur ce lien ;
http://www.lopinion.fr/14-janvier-2015/hun-sen-pouvoir-conserve-cambodge-20302

- ce "cadeau d'anniversaire" :

Hun Sen, le pouvoir conserve au Cambodge

Arrivé au pouvoir le 14 janvier 1985, le Premier ministre cambodgien célèbre ce mercredi ses 30 années à la tête du pays malgré une gestion calamiteuse des droits de l'homme

q6WGrEX.jpg

Mis à jour le lundi 19 janvier à 12h15
Par Claude Leblanc, Journaliste

Hun Sen, Premier ministre du Cambodge, a le sourire.
Non seulement son pays a rejoint « les champions olympiques de la croissance » avec un croissance moyenne de 7,7% par an au cours des deux dernières décennies, et il est parvenu à asseoir son autorité en 30 ans de pouvoir.
Hun Sen souffle aujourd’hui ses trente bougies à la tête du gouvernement cambodgien.
Une longévité qui le place au même niveau que Robert Mugabe au Zimbabwe ou Paul Biya au Cameroun. Celui qui fut longtemps considéré comme « le seul rempart à un retour des Khmers rouges au pouvoir » a été nommé Premier ministre le 14 janvier 1985.
Il avait pourtant combattu à leurs côtés dans les années 1970, perdant un œil lors de la prise de Phnom Penh en avril 1975.

Mais le radicalisme des leaders du Kampuchea démocratique et les exactions commises par le nouveau régime l’ont conduit à faire défection et à se réfugier au Vietnam.
Devenu un allié des Vietnamiens, il sera forcément un atout pour eux lorsqu’ils finissent par renverser les Khmers rouges.
Il n’est pas étonnant d’ailleurs que pour marquer le 30e anniversaire de son accession au pouvoir il se soit rendu, ce matin, sur le chantier du pont de la Route n°1, le plus long du pays, qui enjambe le Mékong pour rejoindre le Vietnam.
Nommé dans un premier temps ministre des Affaires étrangères, Hun Sen s’imposera naturellement à la tête du gouvernement quand le Premier ministre Chan Si décèdera à Moscou en 1984.

Avec le soutien du Vietnam et de l’Union soviétique, il va combattre contre les groupes prochinois.
Le Cambodge est alors le champ de bataille de la rivalité sino-soviétique jusqu’à la fin de la guerre froide qui se traduit par les Accords de Paris en 1991.
A partir de cette date, Hun Sen a habilement su conserver le rênes du pouvoir, faisant le service minimum en termes de démocratie, mais suffisamment pour obtenir une aide économique étrangère.

Jouant plus du bâton que de la carotte, il s’est durablement installé.
Brad Adam, responsable de l’Asie au sein de l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, rappelle d’ailleurs que « Hun Sen a couramment fait usage de la violence politique, de la répression et de la corruption pour rester au pouvoir ».
Le Cambodge se classe à la 156e place sur 175 du classement sur la corruption de Transparency International.

Les élections de juillet 2014 ont donné lieu à un bras de fer avec l’opposition dirigée par le Parti du sauvetage national du Cambodge.
Mais une fois encore, le Premier ministre a réussi à faire plier ceux qui rejetaient son autoritarisme.
Reste que « Hun Sen est un homme politique très intelligent. Ses références en termes de droits de l’homme sont mauvaises, mais elles ne sont pas pire que celles de la Chine ou du Vietnam », note pour sa part David Chandler, professeur à l’université Monash de Melbourne, en Australie.
A 62 ans, il est l’un des éléments incontournables du pays où les moins de 30 ans qui représentent 65,3% de la population cambodgienne n’ont connu que lui à sa tête ]


..... et si David CHANDLER le dit ....!!!!



Edité le 20/01/2015 @ 08:11 par robin des bois
#108795 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 20/01/2015 @ 14:53 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005

'' Hun Sen est un homme politique très intelligent '';


En khmer on dit '' Chlatte doss kan toy ''. Bofff en français; on dit qu'il a l'intelligence des psychopathes, des fraudeurs, des tueurs en série, des dictateurs,...


David CHANDLER, lui, pour qq dollars, il est pret à lécher.... c'est son gagne-pain.

Edité le 20/01/2015 @ 14:58 par BAC
#108796 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 21/01/2015 @ 11:38 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
BAC a écrit


'' Hun Sen est un homme politique très intelligent '';


En khmer on dit '' Chlatte doss kan toy ''. Bofff en français; on dit qu'il a l'intelligence des psychopathes, des fraudeurs, des tueurs en série, des dictateurs,...


David CHANDLER, lui, pour qq dollars, il est pret à lécher.... c'est son gagne-pain.


En regardant bien Chandler n'a pas si tort que ça, les gouvernants khmers précédents utilisaient presque les mêmes méthodes, seulement ils n'ont pas tenus longtemps!!!

Rien n'existe qui n'ait au préalable été rêvé. © Ismaël Mérindol (1466)
#108800 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 05/02/2015 @ 15:31 Bas de page
Re : Hun Xen, le psychopathe, ne va plus voir son psychiatre Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005
HRW ( Human Rights Watch ) slams CPP expansion



Traduction:



HRW dénonce l'expansion du PCC. De 36 membres à 116, partout dans le pays. Parmi eux, ne sont pas des enfants de choeur.

Un, qui est déjà membre du parti, j'ai l'honneur de vous le nommer; Mok Chito. Vous le connaissez bien, il est le khmaorch chaw du Cambodge....il boit le sang....kékéké Écoutez bien ce qu'il a dit;


''

But Mok Chito, a deputy national police commissioner and one of those recently elected to the Central Committee, said that members of the security forces have the right to be given positions in a political party.

“We, public functionaries, are well aware of our profession, work and legal matters. I don’t think that [being members of the CPP central committee] has any bearing on decisions we make,” he said.

“We only implement the law, and anyone doing wrong will face the law.”

Chito added that the CPP did not support civil servants or members of the armed forces undertaking party duties during their working hours.

“But if they do it outside working time, it is their right,” he said.

Chito added that, nonetheless, HRW’s reports were worthless because they just “pick up bad reports from the streets and jungle to talk about”.

“I have no belief in the reports of Human Rights Watch because their reports come from a group of people that don’t want Khmer people to have happiness.” ''


Traduction de Google:



Mok Chito, le commissaire de police national adjoint et un de ceux récemment élu au Comité central, a déclaré que les membres des forces de sécurité ont le droit d'avoir des positions dans un parti politique.

"Nous, les fonctionnaires de Hun Xen, sommes bien conscients de notre profession; le travail et les questions juridiques. Je ne pense pas que [étant membres du comité central du RPC] a une incidence sur les décisions que nous faisons ", at-il dit.

"Nous mettons en place seulement la loi, et tous ceux qui font mal ferons face à la loi de Hun Xen."

Chito a ajouté que le CPP supporte les fonctionnaires ou membres des forces armées exerçant des fonctions du parti pendant leurs heures de travail pour les gains personnels.

"S'ils le font en dehors du temps de travail, c'est aussi leur droit," at-il dit.

Chito a ajouté que les rapports de HRW sont sans valeur car ils ont juste "ramassé des rapports dans des poubelles de toillette pour parler".

"Je n'ai aucune confiance dans les rapports de Human Rights Watch parce que leurs rapports proviennent d'un groupe de personnes qui ne veulent pas que les gens khmers d'avoir le bonheur."

http://www.phnompenhpost.com/national/hrw-slams-cpp-expansion



Edité le 06/02/2015 @ 17:06 par BAC
#108944 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
« 1  2 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page