Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur Comment vit-on avec un dollar/jour   ( Réponses 6 | Lectures 2080 )
Haut de page 29/06/2014 @ 13:46 Bas de page
Comment vit-on avec un dollar/jour Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005
Au admin du site Voudriez-vous déplacer ceci dans le '' comment vit-on avec un dollars/jour '' . Je sais que le sujet existe, mais je ne le trouve pas.




Vous souvenez, durant Pol Pot, nous avons chassé des rats aussi; mais les rats des champs; le champ de riz et le champ de maïs. P.c.q nous vivions tous dans les champs; oups, je veux veux dire dans les camps kékéké.... La différence entre maintenant et le temp de Pol Pot; c'est NOUS. Ce '' nous '' qui fait que cette pauvreté soit égalitaire....et ordonnée.


S.v.p, c'est une remarque. Ce n'est pas p.c.q j'aime Pol Pot.




Man hunts rats in Phnom Penh to support family


The Cambodia Herald, 29-Jun-14 03:53PM

PHNOM PENH (The Cambodia Herald) -- Holding a home-made crossbow, and carrying backpack, Bo Tha is looking carefully at pile of rubbish along the street in Phnom Penh to search for rats, the animal that can make him get daily income.

The 28-year-old hunter has been hunting for rats in Phnom Penh for about five year after moving to the city with family and rent a room in Stung Meanchey commune of Meanchey district.

"I have hunted for rate for about five years to support my family," he said.

"I left home around 9 o'clock at night to hunt for rats from Stung Meanchey to Psar Thmey market until about five o'clock early morning," he said.

He added that there are also nine or ten other people to hunt the rats like him.

The father of two children said he could catch about 10 kilograms of rats a night, and sell them at 3,500 Riel (about US$1) per kilogram to merchant.





Edité le 29/06/2014 @ 14:49 par BAC
#106996 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 07/07/2014 @ 17:54 Bas de page
Re : Comment vit-on avec un dollar/jour Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005

Une mère a enchaîné sa fille, puis partait travailler....



July 7, 2014




Working ‘mother’ kept child chained


A 4-year-old girl sits with her leg chained to a pillar in Koh Kong on Friday after reports she was chained up every day for two years. PHOTO SUPPLIED



Mon, 7 July 2014 ppp

Sen David


A day after Prime Minister Hun Sen pointed out the need for more effective child protection in Cambodia, police in Koh Kong arrested and released a woman who admitted to chaining her 4-year-old “adopted daughter” inside their house eight hours a day for the past two years.

Authorities and rights workers placed the girl in a Ministry of Social Affairs-approved shelter on Friday evening, after following up on a complaint lodged by a fellow resident of the house in Kemarak Pumin town’s Smach Meanchey commune, which shelters as many as 60 farmers.

Police and rights group Adhoc found the small girl sitting on the floor with a chain padlocked around her ankle, securing her to a building post. She told police that once, desperately thirsty, she drank her own urine.

“We think that the mother is so poor that she did not have any way of looking after the girl,” said Srey Touch, head of the Koh Kong police’s human rights and juvenile protection unit. “The [adoptive] mother said the girl used to get in rainwater and get messy; she feared her daughter may leave the house and drown or get lost.”


The girl moved in with the suspect as collateral for a loan the girl’s biological mother borrowed from the woman about two years ago, she told police.

The suspect, who worked as a farmer at a plantation a kilometre or so from the house, chained the toddler each workday from 7am to 11am and then from 1pm to 5pm, she told police.

“I felt so much pity for [the victim]; it is so bad. I think that all children have the right to be cared for, not chained up like a dog,” said Keo Chhon, 60, who recently moved into the house and filed a complaint about the girl’s situation to Adhoc. “I wonder why the other workers didn’t report it, but for me, I had to report it.”


Child abuse is common among Cambodia’s poor, and typically goes unreported, said Chhan Sokunthea, head of the women and children’s rights section at Adhoc.

Adults caring for children are typically unaware of laws protecting their wards, as are neighbours and family members who witness the abuse, Sokunthea said. As a result, children of poor parents are more often the subject of beatings and other abuse, and there can be even fewer repercussions for abusive adults compared with their middle- or upper-class counterparts.

“I myself think it’s unfair, because in Cambodia 75 to 80 per cent are uneducated and they don’t know how to care for their kids,” Sokunthea said. “Rarely is there a case where the neighbour or relative make a complaint.”


The case comes after multiple high-profile instances of child abuse to which police have recently responded.


A Phnom Penh municipal investigating judge last week accused a Meanchey district couple of human trafficking and intentional violence for allegedly severely beating two sisters – ages 7 and 14 – who were living and working in the couple’s home as maids. Their father worked for the family’s construction company.

When Hun Sen called for greater juvenile protection efforts on Thursday, he referenced the case of a 9-year-old pagoda boy allegedly brutalised for months by a monk in the capital.

“Children have special rights,” Sokunthea said. “It’s not fair for parents or a step-parent or relatives to be violent with them.”

Police removed the 4-year-old from the house on Friday and questioned the suspect at the provincial police station. They let the woman go after she signed a contract promising not to repeat her crime, Touch of the Koh Kong police said.

Bon Pel, a deputy in Koh Kong’s Social Affairs department, said the suspect showed no signs of mental illness, and said she loved the girl but had no one to look after her when she went to work.


When informed of the woman’s arrest, her years of chaining the girl to a post and the 4-year-old’s move to a children’s shelter, the girl’s biological mother, who lives in Preah Vihear province, said she could not take back and care for her daughter, Pel said. But the girl will not be sent back to live with the suspect, he added.


“I told the adoptive mother that it is illegal to chain a child up alone in a house. She could have brought the daughter with her to work at the plantation or sent her to a neighbour’s to look after her for a while, but [chaining the girl inside the house] is damaging to children’s mental health,” Pel said.


#107033 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 07/07/2014 @ 19:48 Bas de page
Re : Comment vit-on avec un dollar/jour Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes


Monsieur BAC

Je ne doute absolument pas de votre "trilinguisme intégral", voire beaucoup plus

Je constate, avec une certaine patience, que vous êtes désormais l'un des intervenants les plus prolixes et prolifiques de ce forum ... dans la langue Thatchérienne et /ou Caméronienne

désormais je zappe, car nous sommes bien sur un forum francophone inclus dans l'Union Européenne.
L'ASEAN , c'est en anglais : OK

si nous en revenions à la belle langue du Québec ! Qu'en dites-vous ?




Edité le 07/07/2014 @ 20:49 par robin des bois
#107034 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 07/07/2014 @ 20:57 Bas de page
Re : Comment vit-on avec un dollar/jour Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
C'est vrai Mr BAC , faites un peu d'effort , en publiant en Fr.
Vos textes en Anglais , je n'y comprend rien !
SVP : " franzose !!! "

#107035 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 08/07/2014 @ 04:55 Bas de page
Re : Comment vit-on avec un dollar/jour Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005
Traduit par mon ami Google. Kékéké....


Une «mère» travailleuse a gardé son enfant enchaîné


La jeune fille de 4 ans s'assied avec sa jambe enchaîné à un pilier, à Koh Kong vendredi, rapporté qu'elle a été enchaînée tous les jours pendant deux ans. PHOTO FOURNIE



Lun 7 Juillet 2014 ppp

Sen David


Un jour après que le Premier ministre Hun Sen a souligné la nécessité pour la protection des enfants plus efficace au Cambodge, la police de Koh Kong a arrêté et a libéré une femme qui avait admis avoir enchaîné sa fille adoptive 4 ans à l'intérieur de leur maison huit heures par jour pour les deux dernières années.

Les autorités et les droits des travailleurs ont transferé la jeune fille au '' Ministry of Social Affairs-approved shelter'' vendredi soir, suite à une plainte déposée par un autre résident de la maison de Smach Meanchey la commune de Kemarak ville Pumin qui n'abrite pas moins de 60 agriculteurs.

La police et les droits de groupe ad hoc ont trouvé la petite fille assise sur le sol avec une chaîne cadenassée autour de sa cheville, et attachée à poteau de bâtiment. Elle a dit à la police que, une fois, désespérément soif, elle avait bu sa propre urine.

"Nous pensons que la mère est si pauvre qu'elle ne dispose d'aucun moyen de s'occuper de la jeune fille," dit Srey Touch, chef de la police de Koh Kong et de l'unité de protection de la jeunesse. "La mère a dit que la jeune fille a l'habitude aller sous la pluie et se salir; elle craignait que sa fille puisse quitter la maison et se noyer ou se perdre ".


La jeune fille a emménagé avec le suspect comme garantie pour un prêt; mère biologique de la jeune fille avait emprunté à la femme il ya environ deux ans, elle a dit à la police.

Le suspect, qui a travaillé comme agricultrice dans une plantation un kilomètre de la maison, a enchaîné le bambin chaque journée de travail 7 heures-11 heures et 13 heures-17 heures, elle a dit à la police.

«Je me sentais tellement pitié pour [la victime]. Je pense que tous les enfants ont le droit d'être soignés, pas enchaîné comme un chien ", a déclaré Keo Chhon, 60 ans, qui a récemment emménagé dans la maison et a déposé une plainte au sujet de la situation de la jeune fille à Adhoc. "Je me demande pourquoi les autres travailleurs n'ont pas signalé, mais pour moi, je devais signaler."


La maltraitance des enfants est fréquente chez les pauvres au Cambodge, et généralement non rapportée, a déclaré Chhan Sokunthea, chef des femmes et de la section des droits de l'enfant à Adhoc.

Adultes qui s'occupent d'enfants sont généralement pas au courant des lois protégeant leurs quartiers, comme le sont les voisins et les membres de la famille qui sont témoins de la violence, Sokunthea dit. En conséquence, les enfants de parents pauvres sont plus souvent l'objet de coups et d'autres mauvais traitements, et il peut y avoir encore moins de répercussions sur la violence des adultes par rapport à leurs homologues moyen ou haut de gamme.

«Je pense que c'est injuste, car au Cambodge 75 à 80 pour cent ne sont pas éduqués et ils ne savent pas comment prendre soin de leurs enfants", a déclaré Sokunthea. "Il est rare que le voisin ou un parent déposer une plainte."


L'affaire intervient après plusieurs cas très médiatisés de la maltraitance des enfants à qui la police a récemment répondu.


Un juge d'instruction municipal de Phnom Penh a accusé la semaine dernière un couple de district Meanchey de traite des êtres humains et la violence intentionnelle; deux sœurs - 7 et 14 ans aurait été sévèrement battues- qui y résidaient et travaillaient dans la maison du couple comme domestiques. Leur père a travaillé pour l'entreprise de construction de la famille.

Lorsque Hun Sen a appelé à davantage d'efforts en matière de protection des mineurs, le jeudi, il a fait référence le cas d'un 9-ans pagode garçon aurait brutalisé pendant des mois par un moine dans la capitale.


Gentil dictateur avec beaucoup d'empathie. Mais si vous demandez 160$/mois je vous tire dessus! ( de BAC kékék.. )


«Les enfants ont des droits spéciaux", a déclaré Sokunthea. "Ce n'est pas juste pour les parents ou un beau-parent ou des parents à être violent contre eux."

Police enlevés le 4-ans de la maison le vendredi et interrogé le suspect à la station de la police provinciale. Ils ont laissé la femme aller après elle a signé un contrat promettant de ne pas répéter son crime, Touch de la police Koh Kong dit.

Bon Pel, un adjoint au département des affaires sociales de Koh Kong, a déclaré que le suspect ne présentait aucun signe de maladie mentale, et a dit qu'elle aimait la jeune fille mais n'a pas eu personne pour s'occuper d'elle quand elle est allée travailler.


Lorsqu'elle a été informé de l'arrestation de la femme, de ses années de chaînage de sa jeune fille à un poteau et de placement de sa fille dans un refuge pour enfants, la mère biologique de la jeune fille, qui vit dans la province de Preah Vihear, a déclaré qu'elle ne pouvait pas reprendre et de soins pour sa fille, Pel dit. Mais la jeune fille ne sera pas renvoyé à vivre avec le suspect, at-il ajouté.


"J'ai dit à la mère adoptive qui il est illégal de enchaîner un enfant et le laisser seul dans une maison. Elle aurait pu emmener la jeune fille avec elle pour travailler à la plantation ou l'a envoyée à un voisin pour s'occuper d'elle pendant un certain temps, mais [enchaînerla fille à l'intérieur de la maison] est préjudiciable à la santé mentale des enfants », a déclaré Pel.















#107037 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 08/07/2014 @ 04:58 Bas de page
Re : Comment vit-on avec un dollar/jour Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005

'' Bon Pel, un adjoint au département des affaires sociales de Koh Kong, a déclaré que le suspect ne présentait aucun signe de maladie mentale, et a dit qu'elle aimait la jeune fille mais n'a pas eu personne pour s'occuper d'elle quand elle est allée travailler. ''


'' J'ai dit à la mère adoptive qui il est illégal de enchaîner un enfant et le laisser seul dans une maison. Elle aurait pu emmener la jeune fille avec elle pour travailler à la plantation ou l'a envoyée à un voisin pour s'occuper d'elle pendant un certain temps, mais [enchaînerla fille à l'intérieur de la maison] est préjudiciable à la santé mentale des enfants », a déclaré Pel. ''

Ce n'est pas un adjoint de chose sociale, mais un psychologue




Edité le 08/07/2014 @ 06:00 par BAC
#107038 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
Haut de page 24/07/2014 @ 17:02 Bas de page
Re : Comment vit-on avec un dollar/jour Reply With Quote
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005


Plus de 2,2 milliards de pauvres


le 24 juillet 2014

Harumi OZAWA
Agence France-Presse
TOKYO


Plus de 2,2 milliards d'êtres humains sont pauvres ou proches de la pauvreté dans le monde, un nombre qui risque d'augmenter au gré des crises financières et catastrophes naturelles, a averti l'ONU jeudi.


Dans son rapport 2014 rendu public à Tokyo, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) cite le prix des denrées alimentaires et les conflits violents comme autres facteurs aggravants de la pauvreté.

«Si vous êtes pauvre, vous êtes moins capable d'encaisser et gérer tous ces chocs. Beaucoup de barrières se dressent devant vous», a expliqué à des journalistes Khalid Malik, l'auteur principal du rapport.

Même si globalement la pauvreté recule dans le monde, le PNUD met en garde contre les inégalités croissantes ainsi que des «vulnérabilités structurelles» qui, selon l'agence, constituent des «menaces sérieuses» dans la lutte contre ce fléau.


«Éliminer l'extrême pauvreté n'est pas seulement arriver à zéro, encore faut-il rester à ce niveau», écrit l'organisation spécialisée de l'ONU dans ce document intitulé Progrès humain durable: réduire les vulnérabilités et construire la résilience.

«C'est la première fois que ces concepts ont été accouplés dans l'optique du développement», a déclaré Helen Clark, la directrice du PNUD lors de la présentation du rapport.

«Il faut spécifiquement protéger celles et ceux qui sont menacés par des catastrophes naturelles, des changements climatiques ou des chocs financiers. Mettre au coeur de notre agenda de développement la réduction de ces vulnérabilités constitue le seul moyen de s'assurer que le progrès est résilient et durable», peut-on y lire.

«Assurer une protection sociale de base aux pauvres du monde entier coûterait moins de 2 % du PIB mondial (...) Une protection sociale de base est abordable tant que les pays à faible revenu redistribuent des fonds et accroissent leurs ressources internes, et ce avec l'appui de la communauté des donateurs internationaux», poursuit le rapport selon lequel environ 1,2 milliard de personnes vivent avec l'équivalent de 1,25 $ voire moins par jour.

Le PNUD estime que près de 1,5 milliard de personnes vivent dans la pauvreté, réparties dans 91 pays en voie de développement, et que 800 millions sont juste à la frontière de la pauvreté.

Développement plus équitable

Le rapport insiste également sur le fait que le chômage est souvent accompagné d'un accroissement de la criminalité, de la violence, de la consommation de drogue et de suicides.

«En s'attaquant à ces vulnérabilités, tout le monde pourra partager le progrès, et le développement deviendra bien plus équitable et durable», écrit Helen Clarken en préambule du rapport.

Pour sa part, le premier ministre japonais Shinzo Abe a rappelé que l'échéance pour les «Objectifs du Millénaire pour le développement» (OMD) approchait rapidement. Ces objectifs définis en 2000 visent à réduire de moitié l'extrême pauvreté et la faim dans le monde d'ici à la fin 2015.

Les OMD mesurent aussi les progrès réalisés contre le sida et la mortalité maternelle et infantile et en matière d'accès à l'eau, d'égalité des sexes et d'éducation.


#107233 View BAC's ProfileView All Posts by BACU2U Member
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page