Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur [Ouest France] Projet de loi 2014 sur la famille : "l'adoption simple "   ( Réponses 0 | Lectures 2275 )
Haut de page 19/01/2014 @ 07:47 Bas de page
[Ouest France] Projet de loi 2014 sur la famille : "l'adoption simple " Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7800
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
- sur ce lien de Ouest-France :

http://www.ouest-france.fr/projet-de-loi-famille...ernement-veut-favoriser-ladoption-simple-1842986

- cet article :

Projet de loi famille. Le gouvernement veut favoriser l'adoption simple


Contrairement à l'adoption plénière, dans le cas d'une adoption simple, les liens de l'enfant avec sa famille d'origine ne sont pas rompus.

Le gouvernement étudie les moyens de favoriser les adoptions simples afin de donner "une seconde chance familiale" à davantage d'enfants recueillis par l'Aide sociale à l'enfance (ASE), dans le cadre du projet de loi famille attendu "au printemps 2014", a indiqué Dominique Bertinotti, la ministre déléguée à la Famille.

"Nous sommes en train de réfléchir sur ce que nous appelons une seconde chance familiale" pour les enfants qui ne peuvent pas retourner dans leur famille biologique, a déclaré la ministre déléguée à la Famille, lors de l'émission "Complément d'enquête" consacrée à l'adoption, jeudi soir sur France 2.

Il s'agit pour ces enfants de "ne pas forcément rester dans le système de la protection de l'enfance, et vivre avec l'étiquette ASE pour certains de l'âge de 2-3 mois jusqu'à l'âge de 18 ans, mais leur assurer un véritable avenir", a-t-elle ajouté.

Alors qu'on lui demandait si cela signifiait favoriser les adoptions simples, la ministre a répondu : "Oui, ça fait partie des solutions".

Contrairement à l'adoption plénière, les liens de l'enfant avec sa famille d'origine ne sont pas rompus dans le cas d'une adoption simple. Mme Bertinotti a souligné que "l'adoption internationale se raréfie" et qu'il "faut faire évoluer" les choses en France concernant la protection de l'enfance.
"Il faut aller vers un système qui certes protège contre une famille défaillante, mais (offre) une protection pour l'avenir de l'enfant qui est sorti de son milieu familial".

Des enfants attendent trop longtemps

Des familles adoptives "peuvent apporter beaucoup d'amour et de sécurisation" à ces enfants, a fait valoir la ministre. Aujourd'hui, "nous avons un système, où pour un certain nombre d'enfants dont on sait pertinemment qu'ils ne vont pas retourner dans leur milieu familial (...), on attend peut-être trop longtemps de prendre une véritable décision", a-t-elle souligné.

Dans un communiqué vendredi, la députée UMP Michèle Tabarot a rappelé avoir "déposé avec plusieurs députés une proposition de loi en ce sens", votée en mars 2012 par l'Assemblée nationale et qui n'a "jamais été inscrite par la majorité actuelle à l'ordre du jour du Sénat".

Quelque 150 000 enfants sont placés dans les services de l'ASE, la plupart temporairement en attendant de retrouver leurs familles.
Quelque 2 345 de ces enfants sont pupilles de l'Etat, et donc adoptables.

Quelque 800 enfants sont adoptés en France chaque année.
En outre, 1 569 enfants étrangers ont été adoptés par des familles françaises en 2012, contre 2 000 l'année précédente et 4 000 en 2006, selon les chiffres du ministère des Affaires étrangères.

Les quatre groupes d'experts chargés de plancher sur la future loi famille doivent rendre leurs conclusions d'ici à la fin janvier.

Outre l'adoption, ils doivent faire des recommandations concernant la médiation familiale, les droits des tiers (beaux-parents, grands-parents...) impliqués dans l'éducation des enfants, ou encore de nouveaux droits pour les enfants.

ps par réediton


« J'ai finalement adopté mes parents adoptifs »

Nantes - 17 Janvier
Vincent Mevel, de l'association La Voix des adoptés.

[Nous sommes des survivants de l'abandon.
Un enfant adopté a un véritable travail d'archéologie à mener.
Moi, j'ai retrouvé toute ma famille biologique et j'ai pu ainsi corriger des erreurs sur ma propre histoire.

Pour solder ce passif, des démarches sont nécessaires. Sans connaître l'histoire, la greffe ne prend pas. Il faut officialiser le passé.

L'idéal est de pouvoir être accompagné par nos parents d'adoption.
Car bien souvent, nous nous demandons si nous ne faisons pas preuve de déloyauté envers eux en recherchant ainsi nos origines... Et cette crainte de les blesser peut nous freiner.

C'est grâce à la bienveillance des miens que je me suis autorisé à aller jusqu'au bout.
Et que j'ai, finalement, adopté mes parents adoptifs en quelque sorte.
»
]



Edité le 19/01/2014 @ 08:28 par robin des bois
#103946 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
    « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page