Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Version imprimable | Envoyer à un ami | S'abonner | Ajouter aux Favoris Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
« 1  2  3  4  5  6  7  8  9 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Auteur 17 avril jour pour jour   ( Réponses 218 | Lectures 15402 )
Haut de page 12/05/2013 @ 15:50 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) NeakReach
Super Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_2690.jpg
 
Messages 1656
Inscrit(e) le 20/05/2012
Lieu de résidence France
Bonjour Seun nmott,

Merci pour la réponse.

Je commence à comprendre leur démarche sur l’évacuation des villes provinciales. En gros, pour éviter la dispersion comme les Phnom-Penhois, et comme ils n’avaient pas encore défini des lieux pour le peuple nouveau (les 17 avril), ils vous envoyaient dans des lieux d’attente. Comme ils avaient une haine féroce contre le peuple nouveau, ils avaient choisi le lieu le plus hanté de la région de Battambang.

Le peuple nouveau n’avait pas de quoi manger pendant le temps d’attente ! Visiblement ce n’était pas leur problème, ni leur souci. Ils les laissaient mourir de faim.




"Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements." (Charles Darwin / 1809-1882)
#93525 View NeakReach's ProfileView All Posts by NeakReachU2U Member
Haut de page 12/05/2013 @ 18:33 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
NeakReach a écrit

Bonjour Seun nmott,

Merci pour la réponse.

Je commence à comprendre leur démarche sur l’évacuation des villes provinciales. En gros, pour éviter la dispersion comme les Phnom-Penhois, et comme ils n’avaient pas encore défini des lieux pour le peuple nouveau (les 17 avril), ils vous envoyaient dans des lieux d’attente. Comme ils avaient une haine féroce contre le peuple nouveau, ils avaient choisi le lieu le plus hanté de la région de Battambang.

Le peuple nouveau n’avait pas de quoi manger pendant le temps d’attente ! Visiblement ce n’était pas leur problème, ni leur souci. Ils les laissaient mourir de faim.






C'est presque ça, car je ne possède pas de preuves concluants.
Puk Neurm, c'est un gars qui, quelques année au paravent n'était qu'un pauvre gars faisant de petits boulots pour vivre au marché de Anlong vil, n'ayant pas pu rembourser ses dettes, il a pris la fuite vers "Roneam"(la mangrove), un endroit où personne n'osait y met les pieds au début des années 70. Récupéré par les KR, et a pris des galons, le voilà en mission pour nous contenir pendant un temps. Le temps nécessaire pour , je ne sais pas exactement quoi. Lorsqu'on est évacué à Khsaoy, on le voit plus.
Je le verrai un jour plus tard, dans mon autre récit.

Car à Khsaoy, ce sont d'autre groupe de KR qui nous gouverne.

Alors je suppose que ce ne sont pas improvisés, mais bien préparés.

Les déportés ont été tués à petit feu.
Eux, ils ont tout ce qu'il faut, ils nous regardent mourir. Notez le bien.
Je ne sais pas si vous avez déjà vu ou entendu cette phrase, mais c'est la mienne depuis toujours et elle est toujours dans ma tête. Ils nous regardent mourir.


Edité le 12/05/2013 @ 18:34 par Seun nmott
#93529 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 12/05/2013 @ 18:54 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
robin des bois a écrit

Seun nmott a écrit

robin des bois a écrit



"L'évacuation de villes entières" reste un phénomène unique dans l'Histoire .

Je suis persuadé qu'il convient donc d'aborder ses causes et explications avec la plus extrême prudence.. Notamment :

- par recoupement :

. des récits des témoignages de ceux qui ont vécu directement cet "évènement hors norme",
. des écrits des responsables concernés(mais je pense qu'il y en a très peu, ou même pas du tout du tout !!!)
. probablement la méthode la plus fiable, en observant les destinées des compagnons de route de POL Pot.... avant le 17 avril 1975.






Pour l'instant ce n'est que des récits et témoignages, des vécus pendant.
Je pense que l'analyse se fera par la suite.
Puisque la déportation ou "l'évacuation des villes entières" dans le récit n'est pas encore terminé.



ok d'accord

Des éléments recueillis, il semble apparaitre que cette décision semble bien être le fait du seul POL Pot, probablement décision prise au tout début 1975, voire même en 1974.( en même temps que la décision de la suppression de la monnaie .

Elle semble avoir été contestée au sein même de l'Angkar, mais la prise assez rapide de PP ayant donné raison à POL Pot lu-même, les contestataires internes ont été éliminés aussi sec ;

Voici

- sur ce lien :

http://proceskhmersrouges.net/?p=380

- l'avis de F.PONCHAUD qui reprend les trois hypothèses les plus vraisemblables (analyse d'après coup!!!):

Pourquoi vider les villes ?

Toutes les villes du pays ont subi le même scénario. En route vers la Thaïlande il constate que les villes traversées sont toutes vidées de leurs habitants. « Ce n’était pas de l’improvisation », affirme François Ponchaud qui imagine quelques raisons : la première, inspirée des propos de Duch et Ieng Sary, c’est que Phnom Penh était difficile à gérer du point de vue de la sécurité ; la deuxième, c’est qu’il n’y avait pas à manger pour tout le monde ; la troisième, et pour lui la plus importante, est l’idéologie : « les anciens Khmers rouges disaient que la ville était mauvaise, malfaisante parce que la ville c’était l’argent. ‘Plantez du riz et vous saurez la vraie valeur de tout’, pensaient-ils. » Cette mesure radicale aurait attiré les louanges de Mao Zedong.



- "improvisation ou pas" ??? faux problème selon moi ..

la décision avait été prise et bien prise par le Chef ; les modalités d'exécution ne semblent pas avoir intéressé particulièrement dans le détail l'état- major KR ...
Si on regarde bien le fonctionnement des zones KR après le 17 avril 75, il apparait très clairement que les responsables de zone bénéficiaient d'une très grande latitude intra- zone si évidemment ils commençaient par respecter la ligne de l'ANGKAR!!!
D'autre part, cette façon de faire correspondait très bien aven l'absence de "paperasse intermédiaire" et le goût de la discrétion absolue ( l'exception restant Duch et son perfectionnisme de S-21, qui démontre- a contrario et par l'absurde- que "l'ANGKAR avait raison" de cultiver le secret ....







Bonjour RDB
Au début des années 80, quand tout le monde a pu s'échapper des leurs bourreaux et ont pu retourner en ville , les nouvelles s'échangent. C'est là que j'ai appris que ceux qui étaient contre les évacuations des citadins sont écartés et éliminés.
Conclusion cela a été bien préparé par avance.

L’existence d'un groupe dit centre a pour mission d'administrer Phnom Penh, a bien été supprimé un peu avant le 17 avril..

PS : Les KR avaient leurs billet de banques...

Rien n'existe qui n'ait au préalable été rêvé. © Ismaël Mérindol (1466)
#93530 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 12/05/2013 @ 19:25 Bas de page
Re : Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Seun nmott a écrit


PS : Les KR avaient leurs billet de banques...



Hein... alors là, vous m'en bouchez un coin !!!!

SVP :
en 75 seulement au moment de l'entrée dans PP ?
ou tout le temps du Kampuchéa démocratique ( SVP les nouveaux riels à l'effigie de POL pot, les anciens riels, ou les dollars )?


Je sais que des billets KR/KD avaient du être imprimés avant avril 75, mais je croyais qu'ils n'avaient jamais été mis en circulation.

"D'ailleurs cette monnaie KR fait actuellement l'objet d'une "chasse au trésor ", car très peu d'exemplaires en circulation ... et "tout ce qui est rare est cher" !!!







Edité le 12/05/2013 @ 19:49 par robin des bois
#93533 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 12/05/2013 @ 22:21 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
robin des bois a écrit

Seun nmott a écrit


PS : Les KR avaient leurs billet de banques...



Hein... alors là, vous m'en bouchez un coin !!!!

SVP :
en 75 seulement au moment de l'entrée dans PP ?
ou tout le temps du Kampuchéa démocratique ( SVP les nouveaux riels à l'effigie de POL pot, les anciens riels, ou les dollars )?


Je sais que des billets KR/KD avaient du être imprimés avant avril 75, mais je croyais qu'ils n'avaient jamais été mis en circulation.

"D'ailleurs cette monnaie KR fait actuellement l'objet d'une "chasse au trésor ", car très peu d'exemplaires en circulation ... et "tout ce qui est rare est cher" !!!




Si j'ai dit ça

"Les KR avaient leurs billet de banques..".

c'est par rapport à

- l'avis de F.PONCHAUD qui reprend les trois hypothèses les plus vraisemblables (analyse d'après coup!!!):

Pourquoi vider les villes ?

la troisième, et pour lui la plus importante, est l’idéologie : « les anciens Khmers rouges disaient que la ville était mauvaise, malfaisante parce que la ville c’était l’argent. ‘Plantez du riz et vous saurez la vraie valeur de tout’, pensaient-ils. » Cette mesure radicale aurait attiré les louanges de Mao Zedong.


Je n'ai pas vu son récit, j'aime bien savoir quand(quelle date) quand il a passé par battambang pour arriver en Thaïlande, et si c'est par là? Si vous avez lu, SVP.

Toutes les villes du pays ont subi le même scénario. En route vers la Thaïlande il constate que les villes traversées sont toutes vidées de leurs habitants. « Ce n’était pas de l’improvisation »


Une dernière chose, j'ai fait des recherches sur le mot que je vous ai vu utiliser à plusieurs reprises. Et que j'avais déjà un doute que ce mot a bien plus de sens que ce qu'on a connu. Ce mot est "Manger le trône"(Saoy reach) ou "manger le royaume"(votre expression).
J'ai trouvé ce mot "manger la mort" (Saoy ti vong kut)vocabulaire royal.
Je continue à fouiller..
#93541 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 06:37 Bas de page
Re : Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Seun nmott a écrit

[

Je n'ai pas vu son récit, j'aime bien savoir quand(quelle date) quand il a passé par battambang pour arriver en Thaïlande, et si c'est par là? Si vous avez lu, SVP.

Toutes les villes du pays ont subi le même scénario. En route vers la Thaïlande il constate que les villes traversées sont toutes vidées de leurs habitants. « Ce n’était pas de l’improvisation »

..


Bonjour S-n

Votre témoignage est passionnant ..

- J'ai bien retenu que si PP a été vidé dès le 17 avril, Battambang l'a été au mieux le 22..

Et cette date du 22, je l'avais en effet déjà lu dans plusieurs bouquins, car ROS Nhim s'était volontairement abstenu d'aller à Phnom Penh et de répercuter les ordres du BPBC sur l'évacuation des villes (à noter HOU Youn et Hu Nim avaient sussi montré leur oppositon à cette décision et à celle sur la monnaie):

.- F.PONCHAUD a fait partie du dernier convoi à quitter l'ambassade de France :
. un premier convoi était parti le 30 avril et est arrivé à la frontière 3 jours et demi après
. celui de PONCHAUD (le 2eme et dernier) est parti le 6 mai au matin
. trajet : nationale 4, Thnal Totung, Amléang, Roméas, Kompong Chhnang(1ere nuit), Pursat, Maung, Battambang le 7 mai au soir, et le lendemain à 09h à la frontière.


ps : SVP et seulement si vous le souhaitez,

- PONCHAUD consacre plus de 10 pages au vidage de Battambang et Païlin ; il parle bien des "cobras noirs" et cite, en page 60 de son bouquin, le témoignage assez précis d'un capitaine- PHAL Somnang- sur le planning d'exécution des militaires de Battambang.
- Claire LY, de son côté, écrit avoir eu une réunion de famille avec son père le 23 avril au matin, celui-ci et son mari s'étant ensuite rendu à 17h ce même jour au "comité d'accueil " de Battambang pour disparaitre à jamais.


et encore merci infiniment



Edité le 13/05/2013 @ 06:57 par robin des bois
#93545 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 10:53 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
Bonjour RDB


Et cette date du 22, je l'avais en effet déjà lu dans plusieurs bouquins,
Il y a une différence entre les autres bouquins et mes notes.

... Quand j'ai décidé de détruire les pages compromettantes, en ne laissant que celles qui ne portent pas atteinte à ANGkar, j'ai relevé les dates sur une page "notes".
Les pages que j'ai détruites ont des phrases assez poignants. Si jamais ils(KR) les découvrent, alors c'est cuit, tout est cuit.
Voici le "notes" en deuxième ligne, est écrit 24-4-75
8gUXg3V.jpg
Cette page a jauni, elle a 38 ans. J'ai écrit en rouge c'est par ce que les rouges ont gagné.

Si la déportation a eu lieu le 22, Claire LY ne pouvait pas avoir une réunion de famille le 23.
.. Y a t il une première déportation de l'autre côté de la ville, côté ouest le 22?...?
J'étais du côté est de la ville.
Mais le 22 ils nous invitent encore à aller à la réunion d'information, j'ai quelques mots dans mes notes....

PONCHAUD a passé à Battambang le 7 mai au soir, il n'y pas un chat dans la ville sauf les soldats KR.
A partir de Kompong Chhnang(1ere nuit), Pursat, Maung jusqu'à Battambang c'est la RN5.

Comme j'ai déjà dit au début que avant tout j'ai écrit pour mes enfants, je me suis aperçu après que il faut les faire partager. Donc voilà, pour pour jour.
Seulement comme mon journal s'arrête au 31 décembre 1975, je n'ai plus rien pour noter. Alors j'ai noté, quand j'ai pu, sur un livre(roman)que j'ai récupéré plus tard pour servir de ces pages comme feuille de cigarette, que les KR n'ont pas soupçonné.

Je vous remercie d'avoir apprécié mon récit, seulement dommage ; car ce n'est pas une histoire d'un prince charmant.
#93546 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 11:29 Bas de page
Re : Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
NeakReach a écrit

Bonjour Seun nmott,

Merci pour la réponse.

Je commence à comprendre leur démarche sur l’évacuation des villes provinciales. En gros, pour éviter la dispersion comme les Phnom-Penhois, et comme ils n’avaient pas encore défini des lieux pour le peuple nouveau (les 17 avril), ils vous envoyaient dans des lieux d’attente. Comme ils avaient une haine féroce contre le peuple nouveau, ils avaient choisi le lieu le plus hanté de la région de Battambang.

Le peuple nouveau n’avait pas de quoi manger pendant le temps d’attente ! Visiblement ce n’était pas leur problème, ni leur souci. Ils les laissaient mourir de faim.





Bonjour , les amis .
L'évacuation de P.Penh ou les autres grandes villes présentaient à peu près la même ressemblance .
Le 17/04/1975 , quand , j'étais partis de P.Penh , le coin de L'ambassade de France ( stade Chas) , on avançait vers le sorite de la capitale , mais pas de demi-tour possible . Les rafales des AK 47 des yorthea ( soldats KR) nous obligeaient à avancer comme des bétails , des troupeaux , dans le western américain .

Lors de la marche de la sortie , les gens mangeaient ce qu'ils avaient porté .Les riels , étaient encore utilisé le 1 er jours , car les commerçants chinois qui emportaient les sacs de billets sont plus habiles que nous . Ils liquidaient les liasses , car , ils savaient que ça va être " papier de toilette " et d'ailleurs beaucoup d'innocents se faisaient avoir .
L'argent des khmers rouges , je ne les avais jamais vu . D'ailleurs ,si leurs billets étaient prévus , ils ne pouvaient pas faire circuler , car comment , ils pouvaient acheter les médicaments , les armes de P.Penh ?

Les 2 premiers mois " la cantine collective " n'étaient pas encore mis en place . Les échanges de l'or , médicaments ou vêtements venant de la capitale sont échangés contre grains de riz des " moul than " ( les avant 17 avril). Nos rations de riz " 1 bol " ( 1 kampong , 1 boîte de lait concentré ) par personne par jour , avec du sel de cuisine .Ces rations sont données par meh krom , moul than . Ils possédaient encore des bêtes , des sacs de riz , des prahoks , du sucre . Les feuilles , pour consommer avec le riz , c'est à la population de chercher , là , où ,il y en a .
Dak rourm ( mettre en commun) , ni la cantine collective , n'étaient pas réalisés tout de suite , les 2 premiers mois .

D'ailleurs , c'était le motif que le chef de village " meh phoum " , m'avait envoyé vers Pursat .
Quand , j'ai quitté la capitale , au cours de la marche , on pourrait fouiller la maisons abandonnées des gens , prendre , ce qu'on avait besoin . Or , j'ai trouvé des médicaments , quelques boites de pénicillines , quelques comprimés d'Aspirines , quelques bouteilles d'huiles , le plus léger possible , à porter .
Une nuit , sans autorisation , j'ai quitté Ang sérei ( 3 km de Phom oudong ) pour aller échanger les marchandises à Prèk khdam , rive ouest. Je voulais également rejoindre ma ville natale Kompong cham . Mais , comme , il n'y avait rien pour traverser ,le fleuve , alors , je suis obligé de faire demi-tour vers le village . Le meh phoum était très en colère , car il pensait que je suis en fugue . Un ancien soldat khmer rouge était venu me chercher en vélo , avec une ficelle , vous connaissez très bien , son but !

Avec environ 50 kg de riz et 1 kg de sucre de palmier , provenant des échanges , j'ai marché dans les rizières , demi-tour , vers Ang sérei , en prenant le chemin le plus court , d'où , l'ex-soldat khmer rouge ne m'avait pas croisé et heureusement pour moi .

La colère bleue du chef de village , suite à cet évènement , alors , sans poser des questions , il m'avait dit de préparer les affaires et les embarquements vers Pursat , Dambân 7 , le soir même .
Ce meh phoum , avait pensé que j'étais en fugue , mais en me voyant retourner au village , il m'avait demandé , où étais-tu ? et j'avais répondu que j'étais allé échanger les affaires à Prèk Khdam .

Je lui avait fait un sale tour , car , il avait toujours confiance en moi , en me chargeant sa charrette à boeufs et ses 2 boeufs à faire du travail dans le village . Sans dire le pourquoi , il m'avait envoyé à Pursat que RDB appelait la 2 ème déportation . Les 1 ères contingents , les déportés de P.penh , sont sélectionnés selon les appréciations de CHEF DE VILLAGE , selon la tête de client et selon le fameux " prâ vot taroub " .

Prâ vot taroub = description de l'origine , métier à P.Penh , militaires de Lon Nol , prof. ou autres .

Comme , il m'avait toujours apprécié , il m'avait vivement conseillé en cachette , de daim deum kor ( c-a-d faire l'idiot , ne parlez pas beaucoup ) , écrire dans ce papier , kaun kassé kâr , kaim kâr ( enfants de paysans ou ouvriers ). Je n'avais pas réagi au début .

C'est l'enchainement des évènements ou ma destinée qui me dirigeaient vers la frontière thailandaise .

Edité le 13/05/2013 @ 11:34 par kaunklau

#93548 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 12:22 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
Salut Kaunklau
Merci d'avoir parlé des trocs.
Quand les billets de banques ne valent plus, c'est l'or et les bijoux qui les remplacent.
Même les saron saots, haol, pahmoung ont les cotes chez le peuple ancien.
A Krâbao Chrom, avant le mois de juillet les gens ne sont pas encore osé troquer.
Puisque nous sommes très bien cadrés, surveillés. Le moins faux pas est vote aperçu et c'est la peur de mourir. Puis il n'y avait pas encore de peuple ancien parmi nous.

Les trocs viendront plus tard...


Quant aux billets de banque des KR, elles n'ont pas le temps de voir le jour.
IENG Sary, a reçu des millions de dollars de la chine. Les KR n'achètent pas les armes avec des riels.

Rien n'existe qui n'ait au préalable été rêvé. © Ismaël Mérindol (1466)
#93550 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 12:27 Bas de page
Re : Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Seun nmott a écrit

Bonjour RDB

Il y a une différence entre les autres bouquins et mes notes.
Mais le 22 ils nous invitent encore à aller à la réunion d'information, j'ai quelques mots dans .




J'ai plutôt noté " à partir du 22 pour Battambang ".. car je ne connais pas avoir lu la date exacte ni les modalités d'ailleurs de l'évacuation de Battambang:
j'avais surtout noté qu'entre les évacuations de Phnom Penh et de Battambang, il y a eu un laps de temps assez conséquent, expliqué selon "les spécialistes" par le différent latent entre ROS Nim et POL Pot dès 75 et que POL pot n'a jamais oublié !!...
J'avais bien relevé que Claire LY et sa famille y étaient encore le 23, sans qu'à première vue ni elle, ni sa famille aient eu à cette date précise connaissance de l'évacuation de Battambang ....
CQFD au mieux après le 23 avril 75.






Edité le 13/05/2013 @ 12:43 par robin des bois
#93551 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 12:36 Bas de page
Re : Re : Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
kaunklau a écrit

[Bonjour , les amis .
.
Le 17/04/1975 , quand , j'étais partis de P.Penh , le coin de L'ambassade de France ( stade Chas) , on avançait vers le sorite de la capitale , mais pas de demi-tour possible . Les rafales des AK 47 des yorthea ( soldats KR) nous obligeaient à avancer comme des bétails , des troupeaux , dans le western américain .

Lors de la marche de la sortie , les gens mangeaient ce qu'ils avaient porté .Les riels , étaient encore utilisé le 1 er jours , car les commerçants chinois qui emportaient les sacs de billets sont plus habiles que nous . Ils liquidaient les liasses , car , ils savaient que ça va être " papier de toilette " et d'ailleurs beaucoup d'innocents se faisaient avoir .
L'argent des khmers rouges , je ne les avais jamais vu . D'ailleurs ,si leurs billets étaient prévus , ils ne pouvaient pas faire circuler , car comment , ils pouvaient acheter les médicaments , les armes de P.Penh ?

Les 2 premiers mois " la cantine collective " n'étaient pas encore mis en place
.

Nos rations de riz " 1 bol " ( 1 kampong , 1 boîte de lait concentré ) par personne par jour , avec du sel de cuisine .Ces rations sont données par meh krom , moul than . Ils possédaient encore des bêtes , des sacs de riz , des prahoks , du sucre .
.
Dak rourm ( mettre en commun) , ni la cantine collective , n'étaient pas réalisés tout de suite , les 2 premiers mois .
.


passionnant : merci

Le point concernant "la cantine collective "m'intéresse beaucoup :
avec votre permission, çà m'intéresserait de savoir la date de leur mise en service

- auprès du "peuple nouveau "
- et surtout "auprès du peuple ancien "

je doute que ce soit fait en même temps .. mais je n'en sais strictement rien

#93552 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 15:02 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Bonjour RDB ,
Je recommence à mémoriser les dates !
-le 17/04/75 , j'étais à la capitale .
-il fallait au moins 10 jours pour venir s'installer à Ang Sérei ( Oudong)
-on avait passé des mois , sous la bienveillance de Méh phoum , donc les rations de riz ,sont distribuées par les Moul Than ( pop. avt. 17 avril )
-avant la 2 ème déportation , j'étais encore sous l'autorité des Meh Phoum , donc pas de cantine collective .

Coopérative = plusieurs phoum
1 phoum = plusieurs krom .(village)
1 krom = 10 familles environ ( groupe)

La 2 eme déportation , courant fin 1975 , pas encore de récolte de riz , donc , c'est certainement octobre ...Novembre , je ne me souviens plus , la date exacte .

Quand , je suis à Pursat , la cantine collective , n'est pas tout de suite en place . Quelques semaines plus tard , j'avais vu construire la cantine collective .
Donc en gros , c'est la fin 1975 ,ou début 1976 , la date de cantine collective avait mis en place , à Pursat , Dâm bân 7 , Sahkâr Cham rés , Srok Kân dieng .

Vous savez comment , fonctionnait la cuisine collective ?
C'est qu'il comptait le nombre des personnes à nourrir et il distribuait le nombre des personnes en bols de riz .
Exemple , période très critique , saison des pluies , début 1976 , 1 bol = 30 personnes .
1 bol = la contenance d'une boite de lait concentré .
1 kg de riz = 3 bols .
Les " moul than" , eux , ils bouffaient chez-eux en cachette pour compléter , car ils n'étaient pas con de tout mettre " dak rourm "( mettre en communauté) .
Les morts par milliers , par maladie de mal nutrition , c'était à ce moment là .


#93553 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 15:38 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
kaunklau a écrit

Bonjour RDB ,
Je recommence à mémoriser les dates !


Quand , je suis à Pursat , la cantine collective , n'est pas tout de suite en place . Quelques semaines plus tard , j'avais vu construire la cantine collective .
Donc en gros , c'est la fin 1975 ,ou début 1976 , la date de cantine collective avait mis en place , à Pursat , Dâm bân 7 , Sahkâr Cham rés , Srok Kân dieng .



dans mes "notes"
La cantine collective: 19 décembre 1975.
Et premier mariage collectif de Khsaoy 01 janvier 1976 : cinq couples(mith Pol, san, Mol, Chhânn, et prom, je ne connais pas les de leurs femmes.
#93554 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 16:00 Bas de page
Re : Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
kaunklau a écrit

Bonjour RDB ,
Je recommence à mémoriser les dates !
-le 17/04/75 , j'étais à la capitale .
-il fallait au moins 10 jours pour venir s'installer à Ang Sérei ( Oudong)
-on avait passé des mois , sous la bienveillance de Méh phoum , donc les rations de riz ,sont distribuées par les Moul Than ( pop. avt. 17 avril )
-avant la 2 ème déportation , j'étais encore sous l'autorité des Meh Phoum , donc pas de cantine collective .

Coopérative = plusieurs phoum
1 phoum = plusieurs krom .(village)
1 krom = 10 familles environ ( groupe)

La 2 eme déportation , courant fin 1975 , pas encore de récolte de riz , donc , c'est certainement octobre ...Novembre , je ne me souviens plus , la date exacte .

Quand , je suis à Pursat , la cantine collective , n'est pas tout de suite en place . Quelques semaines plus tard , j'avais vu construire la cantine collective .
Donc en gros , c'est la fin 1975 ,ou début 1976 , la date de cantine collective avait mis en place , à Pursat , Dâm bân 7 , Sahkâr Cham rés , Srok Kân dieng .

Vous savez comment , fonctionnait la cuisine collective ?
C'est qu'il comptait le nombre des personnes à nourrir et il distribuait le nombre des personnes en bols de riz .
Exemple , période très critique , saison des pluies , début 1976 , 1 bol = 30 personnes .
1 bol = la contenance d'une boite de lait concentré .
1 kg de riz = 3 bols .
Les " moul than" , eux , ils bouffaient chez-eux en cachette pour compléter , car ils n'étaient pas con de tout mettre " dak rourm "( mettre en communauté) .
Les morts par milliers , par maladie de mal nutrition , c'était à ce moment là .





Oh oui merci ...mais plein de questions ou souhaits de précisions complémentaires si vous acceptez

SVP

- est-ce qu'il n'y avait qu'une "cuisine collective" par coopérative, ou bien une cuisine centrale et des distributions séparées au niveau de chaque phoum , voire de chaque krom ?

- au début "le peuple nouveau" mangeait donc séparément du "peuple ancien" ?


.... commentaires issus de mes lectures :

- autant que je me souvienne, la 2eme déportation a débuté à la période où SNS est revenu sur le sol du Cambodge (avec le gros chèque chinois pour l'Angkar), soit courant Septembre 1975.

- c'est vers la fin 1975 que POL Pot a pris la décision de faire passer les coopératives au 2me degré de collectivisation .
Mais si j'avais bien compris, la mise en place effective ne se serait faite que vers la mi-1976 au plus tôt

Parmi les conséquences, les paysans du peuple ancien :
- n'avaient plus les bénéfices directs des récoltes de riz
- n'avaient plus droit non plus aux "cuisine individuelles"; cqfd eux aussi auraient eu des "cuisines collectives" [/b]

Est-ce que çà correspond à ce dont vous vous souvenez, SVP ?
(ou est-ce inexact )

Et c'est à partir de ces instructions là que toute une partie du Peuple ancien aurait lâché POL Pot et que- devant l'échec de POL Pot- les exécutions auraient augmenté, y compris dans le Peuple ancien .

#93555 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 17:43 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Rebonjour ,Robin ,
elle doit être collée , la date Septembre 1975 , la 2 ème déportation .
Je me souvenais , dans le phoum Ang Sérei , où j'étais ,avant la 2 eme déportation , on avait ramassé les thnôt tum ( fruits de palmier mûr) dans les rizières , plein d'eau .

S.nM avait noté la date de cantine collective , dans son bulletin , c'est à peu près équivalent , dans d'autres régions . S'il varie d'une dâmbân à l'autre , c'est de l'ordre des semaines .
Car lui était au Dâmbân 4 et moi celui de 7 , la variation de date ne devait pas faire beaucoup d'écarts .

Or , le cas particulier , c'est que l'étais jeune célibataire à ce moment là ( 25 ans) , j'étais dans le rang des jeunes travailleurs ( kâng chalath ) , donc , c'était rare que , j'étais au coopérative .

30 jours à Kân dieng , 2 semaines à Pursat ville , 3 semaines pour creuser les canaux ,des semaines à la rizerie de Maung pour porter des sacs ...les déplacements étaient presque régulières .

Au début , chaque phoum devait envoyer quelques jeunes , à la demande du chef coopérative et la ration de riz est meh krom qui nous fournissait .
Après ,lors de période de cantine collective , c'est la charge de srok , de Dambân , ou de chef de mission selon les endroits où on devait aller travailler .
Ex :
- quand les khmers rouges avaient emporté les sels de cuisine de la Thailande par chemin de fer , c'était Phirk ( plusieurs dâmbân) qui nous donnaient à manger .
- à la rizerie de Maung , c'était le chef de l'usine qui nous donnait à manger .
...

Il me semble que les moul than , mangeaient dans la cantine avec les nouveaux . Mais quand ils n'avaient pas assez , ils faisaient, le complément chez eux .
Lors de récolte fin 1976 , les riz de mon coopérative étaient ramassés dans des sacs de jutes , destination ...? je ne sais pas et personne ne sait où se trouve le stock . Après les récoltes , les chefs de coopérative avaient reçu selon le nombre des habitants la quantité nécessaire prédéfinie .

Les moul than n'étaient pas contents de l'Angkar , c'est vrai . Les raisons que j'ai découvert avant mon départ , Février 1977 , c'étaient :
-1) les vieux n'avaient pas entendu N.SIHANOUK , comme promis lors de la guerre avec Lon Nol
2) les enfants à eux , yothea ( soldats KR) , n'étaient pas revenu voir leurs familles , alors que la guerre est terminée ,en missions où ? ( frontière thailande , vietnam ?)
3) les riz étaient ramassés lors de la récolte et puis étaient redistribués à la quantité limitée .

J'admire S.nM qui osait écrire les évènements ,pour garder sa mémoire , lors de cette période d'enfer !
Il suffisait qu'il contrôlait , on était cuit .
Combien de fois , il me fouillait , mon sac de jute lors de kâng chalath , mais il ne trouvait rien . Pourquoi , je risquai ma vie pour peu de chose , mais la tournure de l'histoire , est faite autrement .
Je n'avais jamais pensé qu'ils se bouffaient entre-eux , les factions de l'Ouest avaient liquidé les autres et puis l'entrée de l'armée régulière du Vietnam .

PS :
Quand , j'avais visité Tourl slèng ( S 21) ,la photo de camarade Hou yorn et/ou Hou Nim étaient exposées . Ils étaient torturés par ses pots ,leurs frères d'armes .
Ils me semble que ces 2 durs étaient contre la suppression de l'argent au Kampuchea démocratique et les évacuations des villes . Mais bon , entre les diables , il n'y a rien à regretter .


#93557 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 17:49 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
Là où j’étais, Khsaoy c’est un ancien village abandonné par leurs habitants durant la guerre.
Il y a même une pagode. Quand on devait quitter la terre des diables, à cause des morts inexpliqués vu par les déportés. Mais du côté des KR on n’en sait rien.

KHSAOY, s’est composé de trois grandes phoums(commune) : khsaoy, Samteam et le troisième je ne me rappelle plus.. Ma commune est Khsaoy comme le nom de ce village.
Une terre riche de culture qui se trouve entre les villages de battambang et la mangrove.

Chaque commune a son chef de village, son chef de coopérative et ses sections.
A Khsaoy , il y a section menuisier (Kaang Chieng), section forgeron(Kaang Chieng Dék), Section sucre du palmier-(Kaang Skâr), section potager( Kaang banlaè), sections mobiles mariés (4 section homme et 4 section femmes)( Kaang chalat), sections mobiles jeunes(plusieurs) sections d’aide(Kaang chumnuoy), section engrais(Kaang Chi, section tabac(kaang thnam)), section pêche(kaang nésat), section senior(kaang chah). On a trois en tous quatre cuisines ou cantines collectives dont une est pour les hauts gradés, ceux- là ils mangent ensemble, ce sont les gens comme puk neurn ou le chef de coopérative de phoum.

Il y a dix familles par section en perinciple. Certaines sections comme sections mobiles mariés ou jeunes ne sont pas toujours au village.
A KHSAOY le peuple ancien est cadre ou chef de section. Les chef de sections mangent avec nous, mais ils ont de quoi manger chez eux quand ils veulent, pas nous. Ils obéissent aux ordres gens comme Puk Neurn. Entre eux et nous les citadins il y les enfants du village de Omuni, qui étaient leurs favoris, leurs mains droites, Ceux-là ne subissent pas vraiment la disette.
La récolte de 1974-75 est maigre dans tous les deux camps. Tous ce qu’on a récolté avant avril est quasi ment utilisé.

Avant le 19 décembre 1975, chacun mange chez soi jusqu’à l’épuisement total de nourriture. La majorité des gens n’arrivent même plus à bouger. Les responsables mobilisent les encore valides pour aller chercher de l’aide du côté la coopérative du Srok Kampong Preah(vers la RN5). Les nourritures obtenues seront distribuées aux gens selon le nombre de personnes de chaque famille. A consommer jusqu’à nouveau ravitaillement. Et c’est là que commencent les trocs entre le peuple nouveau affamés avec le peuple ancien qui possèdent encore des vives. Car eux, ils viennent à KHASAOY avec leurs charrettes bien remplies. Ou avec les autres peuples anciens du village voisins.

PS :J'ai ajouté quelques oublis( kaang thnam: section qui s'occupe de planter des tabacs, et la quatrième cuisine(oubliée)

Edité le 14/05/2013 @ 11:49 par Seun nmott
#93558 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 18:03 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif
 
Messages 10182
Inscrit(e) le 27/12/2005
Super Kaunklau, t'as encore de bonnes mémoires. Moi, il m'a fallu consulter mes notes pour remémorer mes souvenirs.
J'ai noté pas mal de choses en cachette. Mais j'ai du, comme j'ai déjà dit, détruire des pages et des pages. Mon pauvre si non soit c'est cuit(roti) soit aujourd'hui le monde a tous les secrets de l'époque.
Vois tu pour un agenda de 1975, il ne me reste que six pages :-P

Mais j'ai pu me rappeler de beaucoup d'autre anecdotes, griffer dans un carnet, que j'allais raconter le moment venu dans jour pour jour. Si on est ou vous êtes toujours là. :sourire:
#93559 View Seun+nmott's ProfileView All Posts by Seun+nmottU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 20:00 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes

Tous vos témoignages sont très denses...

et pour un "gars qui n'est pas du coin", je ne saisis pas forcement toutes les "subtilités du pays khmer.... en zone rurale "

Je vais donc relire attentivement l'ensemble du topic, à tête reposée .....


Ceci dit, je suis assez frappé par la phrase de Sn-n et les exemples donnés tant par lui que par Kanklau :

"Ils nous regardaient mourir"

Question iconoclaste que j'ose poser pour aider à mieux comprendre ce qui s'est réellement passé :
" SVP, la majorité du Peuple Ancien était-elle franchement et ouvertement hostile au Peuple Nouveau, dès la début de la 2eme déportation ? "




Edité le 13/05/2013 @ 20:27 par robin des bois
#93560 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 20:46 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) NeakReach
Super Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_2690.jpg
 
Messages 1656
Inscrit(e) le 20/05/2012
Lieu de résidence France
Bonsoir à tous, bonsoir Seun nmott et kaunklau,

J’ai le sentiment que je n’avais pas vécu la même chose que vous 2. Peut-être que, là où j’étais atterri, il n’y avait jamais eu de confrontation directe entre le peuple nouveau et le peuple ancien et que cette zone était occupée par KR depuis bien longtemps… voici la suite.


La vie sur la berge et la séparation

La vie sur la berge était rythmée par la crue et la décrue du Tonlé Sap. Entre les premières pluies (mai) et avant la grande crue (août), les activités principales étaient la pêche et la culture de maïs et de haricot. Avec la pêche, on fabriquait particulièrement de prahok et de trey chha-ê (poissons fumés). Entre la grande crue et la décrue, la vie s’arrêta, il n’y avait pas d’activité particulière. Les activités reprenaient à la baisse des eaux : culture de tabac, de coton, de haricot, d’arachide et de soja. Contrairement aux idées reçues, la pêche n’était pas réservée aux vietnamiens, elle était bien une activité à part entière.

En ce mois de mai, nous étions en pleine période de culture de maïs et de la pêche. Notre nouvelle vie était de participer aux activités locales et collectives déjà bien entamées. Mon père était intégré aux équipes de pêcheurs ; son rôle était de plonger environ 10 mètres de profondeur pour veiller sur le barrage toute la journée. Ma mère était dans une équipe de fabrication de Prahok et puis dans celle de culture de maïs. Ma petite sœur de 8 ans devait aider les cuisinières avec les autres enfants de son âge. Quant à mon frère (11 ans) et moi (10 ans), nous étions intégrés à un groupe de koma dont la mission consistait à couper des bois et à les transporter au village pour faire du trey chha-ê. Le soir, tout le monde rentrait à la maison. En contrepartie de ces travaux, nous pouvions manger à la cantine collective midi et soir. Pour mes 3 grands-parents et mon autre petite sœur de 6 ans, les rations midi et soir ont été fournies.

Mis à part le travail de mon père qui était relativement pénible, toute la famille s’adaptait assez rapidement à cette nouvelle vie. Quant à moi, je ne rêvais qu’une chose : avoir une paire de chaussure à la base de "pneu" comme les KR, car les épines me faisaient hyper mal.

3 ou 4 semaines plus tard (*), une nouvelle tomba comme un couperet : le phum de Kampong Ba Srov ne pouvait recevoir les nouveaux arrivants. Seul le peuple ancien pouvait rester. Pourtant, nous n’étions que 3 familles nouvelles. Pour ne pas se sentir trahi sa promesse et surtout ayant eu probablement connaissance de ce qu’il allait se passer pour le peuple nouveau, le Méphum avait alors pris une décision courageuse et unilatérale : ne laisser partir que des adultes et des enfants de moins de 8 ans. Tous les enfants à partir de 8 ans devaient rester au Phum. Mais mon père avait réussi à négocier avec le Méphum pour amener avec lui ma petite sœur de 8 ans.

Larmes aux yeux, mon frère et moi voyions partir notre famille vers un autre lieu… en direction la route nationale 5 accompagnée par quelques soldats KR.

(*) Ça coïncide avec la date de 7 juillet de Seun nmott ?




Edité le 14/05/2013 @ 22:24 par NeakReach

"Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements." (Charles Darwin / 1809-1882)
#93561 View NeakReach's ProfileView All Posts by NeakReachU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 21:49 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) NeakReach
Super Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_2690.jpg
 
Messages 1656
Inscrit(e) le 20/05/2012
Lieu de résidence France
Seun nmott a écrit


PONCHAUD a passé à Battambang le 7 mai au soir, il n'y pas un chat dans la ville sauf les soldats KR.
A partir de Kompong Chhnang(1ere nuit), Pursat, Maung jusqu'à Battambang c'est la RN5.



Le 17 avril 1975 vécu par François Ponchaud :

http://www.youtube.com/watch?v=o2OpKfKQbfI&feature=player_embedded#!



"Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements." (Charles Darwin / 1809-1882)
#93564 View NeakReach's ProfileView All Posts by NeakReachU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 22:22 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
On disait , ce qui ressemble s'assemble . Chez les tocs ( khmers rouges ) ,il faut faire comme eux , si vous voulez garder la vie . S'ils voyaient que vous essayez de faire le malin , ils vous liquidaient tôt ou tard . Par exemple , si vous êtes toujours malades , ils pensaient que vous jouez la comédie . Il avait même dit " chheu chak , chheu dot , chheu chrâ logn kout , chheu bampong kâr , chheu slak chheung trey khsok...." et ça c'est la mort assurée .( mal par tout , mal à la gorge , l'arête de poisson dans la gorge ...). En conclusion , nos surveillants disaient " Tuk min chrâ negn , york chegn min khat " ( laisser vivant , il rapporte rien à la communauté , éliminer , on a rien perdu également ).

Les avant 17 Avril préféraient voir les après 17 Avril "dak khlourn " ( se rabaisser ), ne disaient rien , ne critiquaient rien ,se comporter comme un idiot et flatter l'Angkar , alors là , c'était le top .
Ils avaient même dit " Nous , on n'a pas besoin de les tuer avec les vraies balles , mais on les tue avec les grains de riz " .

Quand j'étais à Ang sérei , Oudon , si je n'étais pas parti à Prèk khdam , pour faire des échanges pour avoir du riz , le meh phoum , ne m'avait pas envoyé à Pursat .
Dans mon coopérative à Pursat , ils m'avaient toujours apprécié , car je savais adapter ma vie à eux .( chaul steung tam boat ). L'avantage , c'est que , j'étais né dans la famille paysanne également .

Le dernier jour , le chefs de groupe (ex-soldat khmer rouge ) , ne pensait jamais que j'étais partis en fugue , avec mes 3 amis , vers La Thailande . Au lieu de me faire travailler comme les autres (couper les tronc d'arbres) , j'étais dans la cuisine . Je n'ai jamais touché une casserole de ma vie !

A la période , où il y avait beaucoup de morts , la ration de riz étant restreinte ( 1 bol pour 30 personnes ) , le chef de phoum m'avait envoyé travailler à la rizerie ( machine de concassage les riz) à Maung et j'avais la chance de garder ma vie , car les rations ne sont pas les mêmes .

Pour la famille à Neakreach , vos parents sont dirigés ailleurs , parce que certainement , vous étiez soupçonné . Car pour 3 familles , il n'y avait pas de places ???
Les endroits privilégiés restent toujours privilégiés , côté repas . Eux , ils ne se privaient pas .
Je me rappelle , un jour ,nous étions partis couper les bambous à Leach , dâmban 2 , lors de retour , le soir , c'était un grand repas "riz avec poisson tête de serpents sucré , trey ros khâr " , à Pursat ville . On dirait qu'on était dans un restaurant de 5 étoiles , vis à vis de ceux qui étaient dans la coopérative , un bol pour 30 personnes .

Personnellement , je dirai qu'ils n'ont aucun pitié envers les après 17 Avril .

#93565 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 22:30 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
On est en train de se rappeler de notre vécu , je viens de voir un texte écrit par un journaliste français .C'est révoltant non ? qu'en pensez-vous ?

http://www.lapresse.ca/international/asie-oceani...5/12/01-4650019-cambodge-au-pays-des-impunis.php

Cambodge: au pays des impunis

C'est comme si, dans l'Allemagne de l'après-guerre, d'anciens nazis contrôlaient une province habitée par des victimes de l'holocauste... Cette région, c'est l'enclave cambodgienne de Pailin, à la frontière avec la Thaïlande, là où se sont repliés les anciens Khmers rouges du régime de terreur de Pol Pot. Olivier Weber a sillonné la région pendant 20 ans avant de publier Les Impunis chez Robert Laffont. Nous l'avons rencontré lors de son passage cette semaine à Montréal.

En 1975, dans leur délire communiste radical, les Khmers rouges ont redessiné le Cambodge à leur façon. Plus de monnaie nationale. Pas de relations sexuelles avant le mariage. Pas de religion. Plus de propriété privée. Les citadins de la capitale, Phnom Penh, ont été envoyés travailler aux champs. Les intellectuels ont été massacrés. L'horreur a duré près de quatre ans, avant que le régime ne soit renversé, en 1979.

Trente-quatre ans plus tard, les Khmers rouges existent toujours, et sont toujours aussi excessifs. Seulement, leurs idéaux égalitaires ont été depuis longtemps balayés. La province de Pailin, où ils se sont repliés dans le nord-ouest du pays, est aujourd'hui le paradis de la contrebande, des casinos, des armes, du trafic de rubis et des bordels animés par des femmes venues de toute l'Asie du Sud-Est. Les Khmers rouges se cachent à peine: ils dirigent l'enclave tout en prétendant n'être aujourd'hui que des Cambodgiens comme les autres.

«Ce qui m'a surtout frappé, dit l'écrivain français Olivier Weber, c'est l'hypocrisie dans cette enclave.»

L'homme est fasciné par le thème: un peu partout, que ce soit chez les talibans d'Afghanistan ou chez les Forces armées révolutionnaires de Colombie («qui n'ont plus de révolutionnaires que le nom», dit-il), il constate que les guérillas se sont gangrénées, pourries par l'argent, les trafics de drogue et de personnes.

À Pailin, au Cambodge, les responsables de l'un des pires génocides du siècle coulent des jours riches et paisibles en toute impunité, a constaté le reporter, qui fréquente cette région trouble depuis 20 ans.

Il y a bien un tribunal spécial, mis en place avec l'aide de la communauté internationale, qui a accusé jusqu'ici cinq anciens dirigeants. «Ç'a le mérite d'exister, dit Olivier Weber. Mais on ne parle que de cinq personnes. Comme si à Nuremberg, en 1945, on n'avait jugé que Himmler et Goebbels.»

«Il y a cinq personnes qui ont été accusées. Mais si on passe à une sixième, une septième, une huitième, ce sera la guerre. Les Khmers rouges au pouvoir dans cette province sont très malins: ils ont vendu leurs chefs, les ont jetés en pâture à Phnom Penh. Ils ont beaucoup d'argent, ils ont littéralement acheté la paix. Ils ont dit: «Vous nous foutez la paix, sinon, on a des chars, des hommes, des mines antipersonnel.» Le message a été plus que compris par le premier ministre.»

«La communauté internationale ferme les yeux - il y a un procès, ça suffit, c'est très bien... Mais je ne prétends pas rendre justice, je livre plutôt un témoignage d'un auteur de récits de voyage qui essaie de comprendre.»

Son récit s'attarde donc longuement à décrire le «Mal», incrusté dans la société cambodgienne, et les stigmates qui se perpétuent, de génération en génération. La majorité des Cambodgiens d'aujourd'hui n'a pas connu le génocide, rappelle-t-il.

«On a l'impression qu'ils veulent tourner la page. Mais en même temps, ils disent que cette violence, ils la ressentent. Une violence, entre autres, conjugale, familiale. Les jeunes en souffrent. Ils disent: «Nous avons peu d'initiatives, il y a peu de syndicats, nous sommes surexploités, nous n'avons pas le sens de l'entrepreneuriat.» Quand on en parle avec des psychiatres, des humanitaires, ils disent que c'est parce qu'il n'y a pas eu de vraie catharsis. La peur existe encore.»

#93566 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 13/05/2013 @ 22:54 Bas de page
Re : Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
NeakReach a écrit

Seun nmott a écrit


PONCHAUD a passé à Battambang le 7 mai au soir, il n'y pas un chat dans la ville sauf les soldats KR.
A partir de Kompong Chhnang(1ere nuit), Pursat, Maung jusqu'à Battambang c'est la RN5.



Le 17 avril 1975 vécu par François Ponchaud :

http://www.youtube.com/watch?v=o2OpKfKQbfI&feature=player_embedded#!





Ce que le père Ponchaud avait dit " prenez votre responsabilité " , en khmer , les KR disaient " to tourl khos treuv doy khlourn ègn " .
Ces mots me résonnaient encore dans les oreilles . Ils voulaient dire que vous pourrez mourir d'un instant à l'autre . C'était très frappant , car les paroles sont très polies .
Il avait dit l'évacuation commençait à 15 h , c'est ce que j'avais pensé de chroy chanvar , le cortège de bienvenue des khmers rouges ...

#93567 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
Haut de page 14/05/2013 @ 07:25 Bas de page
Re : Re : Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg
 
Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
kaunklau a écrit

NeakReach a écrit

Seun nmott a écrit


PONCHAUD a passé à Battambang le 7 mai au soir, il n'y pas un chat dans la ville sauf les soldats KR.
A partir de Kompong Chhnang(1ere nuit), Pursat, Maung jusqu'à Battambang c'est la RN5.



Le 17 avril 1975 vécu par François Ponchaud :

http://www.youtube.com/watch?v=o2OpKfKQbfI&feature=player_embedded#!





Ce que le père Ponchaud avait dit " prenez votre responsabilité " , en khmer , les KR disaient " to tourl khos treuv doy khlourn ègn " .
Ces mots me résonnaient encore dans les oreilles . Ils voulaient dire que vous pourrez mourir d'un instant à l'autre . C'était très frappant , car les paroles sont très polies .
Il avait dit l'évacuation commençait à 15 h , c'est ce que j'avais pensé de chroy chanvar , le cortège de bienvenue des khmers rouges ...




J'observe un décalage de 24 heures entre :

- ce qu'a écrit PONCHAUD, page 53 de "Cambodge : année Zéro " (sorti dès 1977)

"Le deuxième convoi partit le 6 mai au matin ...
...Vers 6 heures, le vice-consul remit les clés de l'ambassade à Mêt Nhem et lui donna la liste des quelque vingt ressortissants français dont il était sans nouvelle."


- et ses propos à la fin de son interview sur le lien cité :

" .. je suis allé à l'ambassade de France où je suis resté jusqu'au 7 mai.
Je suis le dernier à avoir quitté l'ambassade de France."


Si la deuxième version est la bonne, c'est donc le 8 Mai au soir, et non le 7, qu'il était à Battambang, sachant que le convoi a passé la 1ère nuit du trajet retour à Kampong Chhnang.








Edité le 14/05/2013 @ 07:36 par robin des bois
#93570 View robin+des+bois's ProfileView All Posts by robin+des+boisU2U Member
Haut de page 14/05/2013 @ 09:25 Bas de page
Re : 17 avril jour pour jour Reply With Quote
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


 
Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
http://www.lepetitjournal.com/cambodge/societe/1...anciens-khmers-rouges-le-tribunal-ne-sert-a-rien


Il est considéré par ses plus ardents défenseurs comme l'outil nécessaire d'une profonde réconciliation des Cambodgiens après l'un des régimes les plus brutaux du XXe siècle. Mais pour les anciens Khmers rouges, le tribunal parrainé par l'ONU ne sert tout simplement à rien.

Le procès des plus hauts responsables politiques encore en vie du régime de Pol Pot (1975-79), qui s'est ouvert fin 2011, est décrit par certains experts comme l'un des plus complexes des dernières décennies, ne serait-ce que par le volume des documents archivés.
Mais dans le bastion khmer rouge de Malai, près de la frontière avec la Thaïlande, les vieux soldats plaident pour qu'un voile pudique soit jeté à jamais sur cette période de l'Histoire. "Les blessures sont presque guéries mais ce procès est un bâton pointu enfoncé dans de vieilles plaies", estime Nhem Preuong, qui a rejoint le mouvement comme simple soldat en 1973. "Tout le monde a souffert sous le régime, mais nous devrions oublier les haines", estime ce père de trois enfants, âgé de 58 ans. "Nous devrions enterrer le passé".

Jusqu'à deux millions de personnes sont mortes d'épuisement, de maladie, sous la torture ou au gré des exécutions sous le régime marxiste totalitaire, qui a tenté de mettre en place une utopie agraire en abolissant les villes, la médecine, la monnaie, l'éducation. Plus de trente ans plus tard, anciens khmers rouges, survivants et familles de victimes cohabitent. Des régions du nord-ouest du pays, comme à Malai, abritent une forte proportion d'ex-militants. Certains sont fonctionnaires, d'autres travaillent sur les marchés. La petite ville était le bastion de Ieng Sary, ex-ministre des Affaires étrangères, décédé le 14 mars alors qu'il comparaissait pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Un millier de personnes ont assisté à ses funérailles.

Beaucoup d'anciens combattants redoutent désormais d'être arrêtés, sans trop comprendre le fonctionnement de la juridiction dont le mandat se limite, par essence, aux plus hauts responsables du régime. "S'ils arrêtent d'autres Khmers rouges, cela va briser la Nation tout entière. Certains Khmers rouges ne veulent pas de ce tribunal", explique ainsi Phy Phuon, 66, un ancien garde du corps de Pol Pot. De fait, les membres du mouvement ont réintégré une société qui, il y a encore quelques années, n'évoquait pas ouvertement les années noires. "Sans éducation, ils continueront à nier les crimes commis par les Khmers rouges. La réconciliation resterait alors incertaine et le Cambodge une société brisée", estime Youk Chhang, du Centre de documentation du Cambodge.

La Cour, fondée en 2006 après des années de dissensions entre communauté internationale et gouvernement cambodgien, n'a jugé qu'un seul prévenu, l'ancien chef de la prison de Phnom Penh. Et sur les quatre plus hauts responsables politiques encore en vie, deux ont échappé à la justice depuis la mort de Ieng Sary et le plongeon dans la folie de son épouse, l'ex-ministre des Affaires sociales Ieng Thirith. Restent l'idéologue Nuon Chea, 86 ans, et l'ex-chef de l'Etat Khieu Samphan, 81 ans.

"Ils gaspillent de l'argent pour rien", grommelle Lon Roan, ancien soldat de 78 ans. "Ils ont créé la cour il y a de nombreuses années mais je ne vois aucun résultat. Pourquoi juger ces vieux messieurs qui attendent la mort ?". Mais Youk Chhang est convaincu que la cour fait son oeuvre. Elle a déjà permis d'inclure les années 70 dans les programmes d'histoire des écoliers du pays. Et jouera son rôle, aussi, avec les anciens militants. "La cour les force à se confronter au passé, à leur passé", dit-il. "C'est difficile mais c'est un processus pour un avenir meilleur pour tous, y compris eux mêmes".

AFP (http://www.lepetitjournal.com/cambodge) Mercredi 1er mai 2013

..............................................................................

Pour ces idiots ( ex-khmer rouge de Anlong vègn) qui ne comprennent rien de l'erreur et la manipulation d'un groupe de personnes " ANGKAR " , sont trop faciles .
Ces imbéciles ne comprennent pas , ce que c'est " l'histoire " d'un pays ,ce que c'est la responsabilité des gouvernants . On ne détruit pas un peuple par une fascination ou une imagination d'une personne ou d'un groupe de personnes .
J'ai toujours dit , ils étaient bêtes et idiots , jusqu'à leur derniers jours ces gens soit disant , ex-khmers rouge , qui à mes yeux , ne savent même pas ça veut dire le mot " Communiste ".
Ils restent encore bornés comme des moutons , c'est ça ,il fallait qu'ils commencent d'abord à apprendre , à lire et à écrire correctement le khmer !!!


#93572 View kaunklau's ProfileVisit kaunklau's HomepageView All Posts by kaunklauU2U Member
« 1  2  3  4  5  6  7  8  9 »   « Sujet précédent | Sujet suivant »  
Nouveau SujetNouveau sondageRépondre
Haut de page