Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg

Messages 3771
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 09/01/2009 @ 00:15
Re : Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

petiteheidi a écrit


Cher Smor.Sors ,

(for laugh):
Je viens de dire que ce texte (qui va venir…) n’est pas de moi, il appartient à son auteur le Professeur K Vann Sak. C’est ça le problème des Khmers, je viens juste de le dire ci-dessus, tu lis two-two fast,et tu répètes encore que ‘’ c’est mon texte ‘’. Mais tu n’écoutes rien, toi !

Pour tes insultes en Khmer, s’il y en aurait, je crois que ton jolie petit canard va attraper froid, surtout par ce temps-ci ! ( pardon mon cher Smor.Sors, c’est pour rire ).

Sommes à peine 15/1850 personnes sachant lire Khmer, c’est vraiment peu n’est-ce pas !




Dans "ton texte", il faut comprendre le texte que tu as en ta possession. J'avais bien compris qu'il n'était pas de toi.
Tu ne sais pas comment scanner un texte pour le poster ?
Besoin d'aide ?
Nous sommes là !
Ou bien cherches-tu à nous faire languir ?

Edité le 09/01/2009 @ 00:16 par Aekreach
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif

Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
Publié le 08/01/2009 @ 23:24
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

alypoayou a écrit

Bon dépêche toi quand même jolie petiteheidi,ma femme s'impatiente...

you oy you...


+1:-P

Déconnecté(e) alypoayou
Le membre n'existe pas.



Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Publié le 08/01/2009 @ 23:06
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

Bon dépêche toi quand même jolie petiteheidi,ma femme s'impatiente...

you oy you...
Déconnecté(e) petiteheidi
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

yingyang.gif

Messages 987
Inscrit(e) le 02/11/2007
Publié le 07/01/2009 @ 16:53
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

.

Edité le 28/10/2015 @ 22:44 par petiteheidi
Déconnecté(e) smors.sor
Membre Senior
MembreMembreMembreMembre

xlmandhl3.jpg

Messages 408
Inscrit(e) le 15/05/2008
Publié le 07/01/2009 @ 00:36
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

Bonsoir petiteheidi,

Je suis impatient de découvrir ton texte.
Je sais lire le khmer mais je ne comprends pas tout. Par contre je sais très bien insulter en cambodgien :lol: Peut-être parce que je suis un barang koun kat khmer ?
Déconnecté(e) petiteheidi
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

yingyang.gif

Messages 987
Inscrit(e) le 02/11/2007
Publié le 06/01/2009 @ 23:42
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

..

Edité le 28/10/2015 @ 22:44 par petiteheidi
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif

Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
Publié le 06/01/2009 @ 14:20
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

alypoayou a écrit

Avec mon épouse, je débute à peine l’assemblage des ‘’ pieds et des cheveux ‘’elle le traduira pour a ly po a you !


Patient, dans deux mois vous pourrez dire a ly porte a you...:lol:

Dans six mois... pa po mac.... :lol:
Déconnecté(e) alypoayou
Le membre n'existe pas.



Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Publié le 06/01/2009 @ 14:05
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

Avec mon épouse, je débute à peine l’assemblage des ‘’ pieds et des cheveux ‘’elle le traduira pour a ly po a you !
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005
Publié le 06/01/2009 @ 02:34
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

Ous!


je viens de voir que je suis peut-être dans une place un peu trop intellectuelle pour moi. Parce que ici on parle de Dr Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque.


Alors, à petiteheidi, j'espère que ton texte ne sera pas trop intellect qui va consommer tous les neurones des lecteurs! kékéké




Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005
Publié le 06/01/2009 @ 02:22
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

petiteheidi a écrit


o-o ! c’est pas du déjà vu ce texte ?
J’ai un petit texte en Cambodgien, c’est à lire, peut-être quelques uns d’entre vous avaient déjà lu ; avant de les publier, j’aimerai savoir combien d’entre vous sachant lire le Khmer ? si vous êtes nombreux, alors j’aurais le plaisir de vous les publier…


-PetiteHeidi = lis très bien !
-Hdk = lit très bien !
-Seun Nmott = lit très bien !
-Smors Sor = lit très bien !
-Bac = lit très bien !
-Liberté = lit très bien !
-NEKO = bien ?
-Vichéya = lit très bien ?
-Robin = bien ?
-Preng Veasna = lit très bien !
-Virgule = bien ?
-Vanna = lit très bien !
-Sothy = un peu ?
-NEO = lit très bien !
-Hanaflora = lit très bien !
-Ly = un peu ?
-Domrey = un peu ?

…Pour les autres membres, je ne sais pas encore.




BAC ne lit très bien. Les gens pensent qu'il lit un peu parce qu'il a connu 4 régimes: monarchie, khmer-rouge, socialiste-vietnamien, capitalisme. Mais un peu c'est beaucoup quand même. Donc, je dis que BAC ne lit pas un peu mais un tout petit peu. En fait il lit one-one and slowly. Je pense que BAC préfère la version traduite en français. kékéké


Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif

Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
Publié le 05/01/2009 @ 20:02
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

petiteheidi a écrit



J’ai un petit texte en Cambodgien, c’est à lire, peut-être quelques uns d’entre vous avaient déjà lu ; avant de les publier, j’aimerai savoir combien d’entre vous sachant lire le Khmer ? si vous êtes nombreux, alors j’aurais le plaisir de vous les publier…

...........

-Seun Nmott = lit très bien !
-Smors Sor = lit très bien !

...........
…Pour les autres membres, je ne sais pas encore.




Oui je lis très bien. et j'aime lire...
Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg

Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement
Publié le 05/01/2009 @ 19:09
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

je ne lit pas le khmer :((

J'en profite pour souhaiter a tous une bonne année.
Déconnecté(e) petiteheidi
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

yingyang.gif

Messages 987
Inscrit(e) le 02/11/2007
Publié le 05/01/2009 @ 18:36
Re : Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque

.

Edité le 28/10/2015 @ 22:44 par petiteheidi
Déconnecté(e) Administrateur
Administrator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

cambodiw.gif

Messages 314
Inscrit(e) le 11/09/2007
Publié le 04/01/2009 @ 11:14
Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque


Disparition de Keng Vannsak : un intellectuel cambodgien qui a marqué son époque Par Stéphanie Gée

31-12-2008


Le professeur cambodgien Keng Vannsak s'est éteint jeudi 18 décembre à l'âge de 83 ans, à l'hôpital de Montmorency, dans la région parisienne (France), des suites d'une maladie. Il aura marqué des générations d'intellectuels cambodgiens et laisse derrière lui deux pièces de théâtre, des recueils de poèmes et des travaux de recherche. Amoureux de la civilisation khmère, il en a été toute sa vie l'un des porte-étendards. Anti-monarchiste convaincu, il reste aussi dans les mémoires pour avoir été le mentor du jeune Saloth Sar, avant que celui-ci ne devienne le sanguinaire Pol Pot.


Keng Vannsak est né en 1925 dans un village de Kompong Chhnang, au centre du Cambodge. Après un baccalauréat de philosophie obtenu en 1946 à Phnom Penh, il décroche une bourse afin de poursuivre ses études à Paris, et y travaille en parallèle comme assistant de cambodgien à l'Ecole nationale des langues orientales vivantes, avec une parenthèse de deux ans comme assistant à l'Ecole des études orientales et africaines de l'Université de Londres, toujours pour enseigner le khmer.

Il épouse alors une Française, Suzanne Colleville, qui partage sa passion pour les langues orientales : elle est diplômée de cambodgien, de laotien et de siamois, rapporte Khing Hoc Dy, ancien élève et ami de Keng Vannsak, aujourd’hui chercheur au CNRS (Centre national français de recherche scientifique). En 1952, licencié ès lettres, il retourne au Cambodge avec son épouse, et commence à enseigner au prestigieux lycée Sisowath de Phnom Penh où il restera six ans.

Mentor des étudiants cambodgiens de Paris
Keng Vannsak fut l'une des personnalités phares de la communauté estudiantine cambodgienne à Paris. Comme le rappelle Philip Short dans son livre "Pol Pot - Anatomie d'un cauchemar"(*), dès l'hiver 1950, en marge des Cercles d'études de l'Association des étudiants khmers, des réunions plus fermées d'étudiants se tinrent au rythme de deux à trois fois par mois dans l'appartement du XVe arrondissement de Keng Vannsak "pour discuter de problèmes politiques et plus précisément de l'avenir du Cambodge qui, pour la première fois, était directement affecté par la guerre au Vietnam". Des rencontres, explique l'historien, qui "marquèrent le début de l'apprentissage politique" de Saloth Sar, connu plus tard sous le nom de Pol Pot.

A cette époque, souligne Philip Short, le communisme était éloigné de leurs préoccupations. Il rapporte ainsi que "Keng Vannsak lui-même, pourtant plus au fait des réalités politiques que la plupart de ses compagnons, avait involontairement offusqué une jeune Française de la haute bourgeoisie un an auparavant en lui proposant d'aller passer l'après-midi avec lui à la Fête de l'Humanité, organisée par le Parti communiste français. 'Je n'avais pas idée qu'il s'agissait d'une fête communiste, protesta-t-il. Je pensais que c'était une fête de l'humanité, un point c'est tout'..." Le cercle d'études de Vannsak, résume l'historien quelques lignes plus loin, "fuyait les étiquettes politiques", ses membres se considérant davantage comme des "progressistes".

Mais très vite, les plus radicaux de ses camarades prennent leurs distances avec Keng Vannsak. Alors que l'Association des étudiants khmers, qu'il présidait par intérim, était invitée à "une fête mondiale des jeunes pour la paix" à Berlin, dans la RDA socialiste, il fut, à la dernière minute, écarté du voyage. "Un demi-siècle plus tard, Vannsak fulminait encore" en y songeant, rapporte Philip Short, et expliquait ainsi sa mise à l'écart : "Ils voyaient bien que je n'étais pas un pur et dur comme eux. Je réfléchissais trop... Je n'avais rien d'une tête de lard, je n'agissais pas avec fanatisme, en extrémiste. [...] Ieng Sary [un ancien camarade de lycée, devenu par la suite ministre des Affaires étrangères sous le régime khmer rouge] lui-même m'a dit plus tard : 'tu es trop sensible. Tu ne seras jamais un homme politique. Pour faire de la politique, il faut être dur... Tu n'y arriveras pas, frère. Tu es trop sentimental'".

Un amoureux de la culture khmère
Professeur à l'Institut national pédagogique en 1958, membre de la Commission du programme de langue et littérature khmères de l'enseignement secondaire, puis professeur de lettres, de culture et civilisation khmères à la Faculté de lettres et à l'Université bouddhique de Phnom Penh de 1959 à 1968, chargé des inscriptions khmères à l'Université des Beaux-arts de 1969 à 1970, Keng Vannsak dédie avant tout son travail à la défense de la langue et de la culture nationales. Il militera, dans les années 1960, pour une simplification de la langue khmère insufflant un vent de réforme décisif. La nécessité lui en était apparue dès 1952, alors qu'il mettait au point le premier clavier khmer pour machine à écrire.

En avril 1970, Keng Vannsak repart pour la France préparer une thèse de doctorat, intitulée "Recherche d'un fond culturel khmer", qu'il soutient l'année suivante à Paris. A l'instar de nombreux chercheurs, Khing Hoc Dy évoque "un grand universitaire [qui] faisait partie des rares intellectuels cambodgiens - sinon le seul - à avoir inscrit son action politique dans le cadre d'une réflexion globale sur la civilisation et la culture khmères".


Un antimonarchiste farouche
En 1952, depuis Paris, Keng Vannsak s'en était violemment pris à Norodom Sihanouk, qui venait de s'attribuer des pouvoirs extraordinaires et de lancer une "Croisade royale", en réponse aux troubles causés par Son Ngoc Than et ses partisans. Le recueil de poèmes que l'exilé compose alors, "Cœur vierge", publié en 1954, "emploie des métaphores bouddhistes pour lancer des attaques cryptées contre la monarchie", relève Philip Short, ajoutant que l'intellectuel deviendra "une des bêtes noires" de Norodom Sihanouk, dont le régime le jettera par deux fois en prison.

Fin 1954, Keng Vannsak adhère au Parti démocrate qu'il prétend réformer de l'intérieur. Devenu l'une des figures du parti avant les élections législatives de 1955, "il s'opposa ouvertement au Palais et en particulier au Prince Norodom Sihanouk, fondateur du Parti Sangkum Reastr Niyum", selon Khing Hoc Dy. Au lendemain du scrutin, perdu par le Parti démocrate, il est emprisonné par le gouvernement du Sangkum du 13 septembre au 10 octobre 1955. A sa sortie, il prend la plume et rédige des "recueils de poèmes réalistes qui exercèrent une influence sur une grande partie des poètes de son temps", poursuit le chercheur.

"Keng Vannsak n'a jamais adhéré aux idées communistes ; par contre, il a toujours combattu l'institution monarchique. Tous les courants politiques qui sont opposés au Trône ont puisé dans ses idées ; chacun par la suite les a reformulées à 'sa sauce idéologique'. Les Khmers rouges, mais aussi le courant républicain anti-monarchique", a écrit de lui le chercheur Nasir Abdoul-Carime dans un article publié dans le Bulletin de l'Aefek (Association d'échanges et de formation pour les études khmères) numéro 7.

Au cours de l'année 1968, après la révolte de Samlaut, suivie d'une sévère répression, il est accusé d'avoir poussé ses élèves à la sédition et placé en résidence surveillée avec interdiction d'enseigner. Lors de la perquisition effectuée alors à son domicile, rapporte Khing Hoc Dy, les policiers découvrent dans sa bibliothèque des ouvrages portant sur Marx, Mao Tsé Toung ou Lénine ainsi que des revues sur la Chine : une découverte qui motive une nouvelle arrestation.

La polémique autour de Jayavarman VII
Dans une interview donnée début février 2007 à Radio Free Asia, le professeur Vannsak revisita le portrait généralement élogieux fait de Jayavarman VII, en l'assombrissant quelque peu. Il déclara notamment au sujet du monarque bâtisseur du temple Bayon, plus que jamais vénéré au Cambodge, que du sang cham coulait dans ses veines, l'accusant d'avoir cédé une partie du territoire khmer aux Siamois... Des affirmations qui suscitèrent une véritable levée de boucliers.

Keng Vannsak, nationaliste enflammé, avait ensuite expliqué n'avoir cherché qu'à rétablir une certaine vérité historique et certainement pas voulu détruire l'unité nationale en s'attaquant à l'un de ses principaux symboles.

Une aura conservée dans son exil en France

Keng Vannsak aura dû attendre le coup d'Etat de Lon Nol, en mars 1970, pour être réhabilité par le gouvernement de la République khmère, et prendre alors la tête d'un Institut Khmer-Mon, fondé par Lon Nol, "dans le but de valoriser une culture môn-khmère et afin de donner au peuple khmer la fierté d'être à l'origine d'une grande culture et aussi de le mobiliser pour défendre cet héritage contre les impérialistes vietnamiens", rappelle Khing Hoc Dy.


Nommé en 1971 représentant de la République khmère auprès de l'Unesco à Paris, puis chargé d'affaires de la même République de Lon Nol en France, il ne quittera plus l'ancienne puissance coloniale. Dès la prise du pouvoir par les Khmers rouges, il pressent, avec une acuité aujourd’hui stupéfiante, l’ampleur du désastre qui se déroule dans son pays. Dans un long poème écrit en français, qu’il tente alors vainement de publier à Paris, il est même l’un des premiers à dénoncer les massacres et les purges, sans parvenir à percer le silence qui entoure alors le Cambodge.


Il vivra en banlieue parisienne, jusqu'à la fin de sa vie, sans jamais revenir dans sa patrie mais sans jamais l'oublier.

Dans un ultime éloge funéraire, son ami Khing Hoc Dy le décrit comme un "un homme profondément aimable et prêt à répondre à toutes les questions de ses anciens étudiants, collègues et chercheurs cambodgiens et étrangers concernant l'histoire et la civilisation cambodgiennes [...], d'un homme accueillant, à la voix rapide et agréable comme l'eau qui coule sur les rochers, polyglotte, qui pouvait parler pendant une journée entière sans s'arrêter".


* Philip Short, Pol Pot - Anatomie d'un cauchemar, éditions Denoël, 2007
(pour revenir au texte : cliquer ici)

Photo :
Paris (France), 2005. Keng Vannsak
© Khim Hoc Dy



Sources : http://ka-set.info/actualites/cultures-et-societ...ectuel-cambodgien-professeur-pol-pot-081231.html
Haut de page