Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) sothy
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

94240582-0134-4DF5-BED1-AFAD8AFB5CB.jpg

Messages 3434
Inscrit(e) le 18/12/2005
Lieu de résidence Partout et nulle part et 3 patries à présent
Publié le 24/03/2009 @ 12:42
Re : Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

virsna_fr a écrit


merci Pov Seun Nmott pour les explication pour la racine des mots






+1 :merci:
Déconnecté(e) virsna_fr
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre


Messages 510
Inscrit(e) le 09/06/2003
Publié le 24/03/2009 @ 10:42
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

merci Pov Seun Nmott pour les explication pour la racine des mots
Déconnecté(e) bang bruno
Membre Senior
MembreMembreMembreMembre

avatar1.jpg

Messages 230
Inscrit(e) le 14/06/2003
Lieu de résidence Siem Reap
Publié le 22/03/2009 @ 12:30
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

:angkorbeer:
merci bang soen nmott...
la ca commence a etre du vrai boulot sur
"pourquoi ca s appelle angkor Vat"
:reflechi1: :reflechi2: :conduit: :quoi: :clindoeil:
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif

Messages 10190
Inscrit(e) le 27/12/2005
Publié le 21/03/2009 @ 00:07
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

petiteheidi a écrit

C’est exacte, je suis d’accord avec vos dires…

Savez-vous ce que veut dire Angkor Vat ?

Merci


Pour répondre à petiteheidi

Angkor Vat: Temple d'état de Suryavaram II(1113-1145), construit durant la première moitié du XIIe siècle comme un temple-montagne, en référence au mont Méru, centre cosmique de l'univers dans la religion hindoue, il s'oppose, par son orientation à l'Ouest, à tous les autres temples du site d'Angkor qui sont tournés à l'Est.
C'est à Visnu que ce roi consacre son temple. Bien que au départ ce temple est dédié au sivaïste ,le sommet de ce sanctuaire culmine en bouton de lotus à 65m au dessus d'Angkor.
Ce n'est qu'avec le roi Jayavarman VII (1181) que le Bouddhisme est la doctrine officielle de la nation khmère, ce grand sanctuaire brahmanique changea de destination.

Ce temple est donc devenu Vat pour les bouddhistes.
Donc Vat à Angkor, connu couramment jusqu'à aujourd'hui Angkor Vat .

Ang avec ro ang03.jpg dit ANGKOR



Je reviens à ce que B.Bruno:

angkor = (khmerisation du sanskrit) angk nokor = cite du roi = capitale


Nokor = cité ou ville, le mot khmer nerk Nokor = nerk tikrong(les citadins).
Or pour être juste selon le sanscrite il faut dire Neakor

Nearkorea= citadin, nearkori=citadine.
nokor.jpg

cet extrait du chapitre "Le Passé"


[ "Dérivé du sanscrit nagara qui signifie "capitale", le terme d'Angkor est lui-même un vestige culturel, produit d'une longue évolution à la fois phonétique et sémantique. Le processus par lequel ce mot en est venu à désigner une civilsation entière, caractérisée par son étonnant développement urbain, correspond en fait à une association métonymique banale... ... ....


Quant à ANG, sans ro. ang02.jpg dit ANG

1-Ang: la première partie du mot Angcheat= appareil génital
----> le linga de Eiso et le yoni de Ouma de Angkor vat
D'où la fameuse phrase qu'on entend à chaque bénédiction aux nouveaux mariés " Dauch(comme)teuk ang bampong kchei"

2- Ang : section, membre, corps
.... Ang pheap = unité ou section, Ang rerk= aide de camp ou grade du corps, Ang tout = corps diplomatique

3- Ang : titre ou rang pour les princes
... Ang Eng, Ang Duong, Ang Mei.....
Preah Ang machaas = Son Altesse Royale

4- Ang : adj numéral pour les grandes personnes.
Preah Sank muoy Ang = un moine
Preah puth Ang = le bouddha.



nokor02.jpg :quoi::quoi:

Avec un changement de son grave" No" en léger "or"!!:quoi:

Une dernière remarque :
angh.jpg

---> Srok Ang Tasomm ou srok Angkor Tasomm?
---> Angkor Vat ou Ang Vat?
----> D'où l'utilité de Ro dans la langue khmère que certains voulaient le suprimer



Déconnecté(e) petiteheidi
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

yingyang.gif

Messages 987
Inscrit(e) le 02/11/2007
Publié le 20/03/2009 @ 18:57
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

.

Edité le 28/10/2015 @ 19:51 par petiteheidi
Déconnecté(e) bang bruno
Membre Senior
MembreMembreMembreMembre

avatar1.jpg

Messages 230
Inscrit(e) le 14/06/2003
Lieu de résidence Siem Reap
Publié le 20/03/2009 @ 06:51
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

bonjour soen nmott et aekreach...
oui en effet soen nmnott cette discussion n est pas nouvelle...
l histoire de angk nokor, je la tiens d un "savant khmer" que je citerai si il me le permet = si je le croise bientot

et puis logiquement, nokor existe en khmer via le sanscrit donc angkor, c est de toute facon aitre chose?

et aussi, pour repondre a aekreach, angk est utilise dans les inscription pour designer une pierre bien particuliere qui est le linga,
c est a dire dans le culte civaiste khmer amgkorien quelquechose de a peu pres pareil que le roi...

sous toutes reserves...
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg

Messages 3793
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 19/03/2009 @ 15:32
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

"Ang" dans le passé signifie aussi pierre (thmor). Donc j'en déduis qu'Angkor serait bien la contraction de Ang et Nokor qui pourrait signifier "Cité de pierres" par opposition aux constructions des habitations du peuple qui n'étaient qu'en bois ou bambous avec des toits en chaume.
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif

Messages 10190
Inscrit(e) le 27/12/2005
Publié le 19/03/2009 @ 11:24
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

Bonjour
Pour ma part je ne suis pas très bien d'accord à ces définitions, mais je me voir obliger de me plier au "les gens et même le DICO KHmer de Chuon Nat"
AngKor est dérivé de NOKOR(nagara), une mauvaise pratique des Khmers.
Donc ANGKOR Vat vient de Norkor vat.

1-Cependant y a bien des mots khmers qui commencent par Ang et ils n'ont rein avec Nokor.
Par exp: Angkear = mardi, ne vient par de Nokear.
2-Angkor(deuxième définition du DICO)= une butte près d'un lac où poussent de grands arbres.

ps: j'ai déjà répondu, une fois, à Bruno...



Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 19/03/2009 @ 08:16
Re : Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

bang bruno a écrit

Aekreach a écrit

Angkor = cité ou ville.
Vat = temple ou pagode.


moi je dirais plutot :
angkor = (khmerisation du sanskrit) angk nokor = cite du roi = capitale





Du bouquin publié conjointement par "APSARA, Gouvernement royal du Cambodge, mai 1997 " et l'UNESCO (avec un "Message du Roi SNS" en préface)

cet extrait du chapitre "Le Passé"

[ "Dérivé du sanscrit nagara qui signifie "capitale", le terme d'Angkor est lui-même un vestige culturel, produit d'une longue évolution à la fois phonétique et sémantique. Le processus par lequel ce mot en est venu à désigner une civilsation entière, caractérisée par son étonnant développement urbain, correspond en fait à une association métonymique banale... ... ....
Contrairement aux civilsations voisines du Campa et de Dvâravati aujourd'hui éteintes, la civilisation angkoriene a perduré, soit à l'état de vestige, soit sous une forme radicalement transformée. C'est ainsi qu'"Angkor" est resté le nom de la région même.
...)







Edité le 19/03/2009 @ 07:22 par robin des bois
Déconnecté(e) bang bruno
Membre Senior
MembreMembreMembreMembre

avatar1.jpg

Messages 230
Inscrit(e) le 14/06/2003
Lieu de résidence Siem Reap
Publié le 19/03/2009 @ 07:28
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

Aekreach a écrit

Angkor = cité ou ville.
Vat = temple ou pagode.


moi je dirais plutot :
angkor = (khmerisation du sanskrit) angk nokor = cite du roi = capitale
vat = monastere... une pagode etant d apres le dico plus un "batiment" dedie au culte bouddique, cad un chedi ou un vihear... ce terme pourtant d origine "indienne" via le portuguais est surtout utilise pour designer les temples ou d extreme orient chine japon coree

quant a angkor vat, ce serait donc la capitale au monastere, ou plutot aux monasteres...car il y en a deux a cet endroit la
ce terme designait en fait la surface entiere incluse dans les douves... il etait avant l epoque francaise en concurrence avec le terme angkor touch (petite capitale) par opposition a angkor thom (grande capitale)... dailleurs, les habitants de la region utilisent plus volontiers angkor touch que angkor vat... mais pas devant les touristes qui n y comprendraient rien...

on a eu donc il au moment de la soi disant redecouverte deux noms concurrents pour designer le temple
"prasat angkor touch" = le vieux temple en pierre de la petite capitale
et "prasat angkor wat" = le vieux temple en pierre de capitale aux (deux) monasteres
c est cette derniere terminologie, amputee du terme prasat qui a gagne le combat de la designation du monument a l echelon mondial...
le terme "(prasat) angkor touch" pour designer le plus grand et le plus beau prasat khmer etant quelque peu inadapte

quant a ce grand temple de suryavarman en lui meme, il s appellait en fait pitsanulauk soit paradis de vishnu...
avant de devenir ce qu il est depuis plusieurs siecles juska aujourd hui = un des plus fameux lieux de culte et de pelerinage du bouddhisme theravada.

voici ma version

Edité le 19/03/2009 @ 06:45 par bang bruno
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 19/03/2009 @ 07:25
Re : Re : Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

Aekreach a écrit


Angkor = cité ou ville.
.


Et le mot "Thom" alors, dans Angkor Thom ???
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg

Messages 3793
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 18/03/2009 @ 23:33
Re : Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

petiteheidi a écrit

C’est exacte, je suis d’accord avec vos dires…

Savez-vous ce que veut dire Angkor Vat ?

Merci



Angkor = cité ou ville.
Vat = temple ou pagode.
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 18/03/2009 @ 21:45
Re : Re : Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

virgule a écrit

petiteheidi a écrit

C’est exacte, je suis d’accord avec vos dires…

Savez-vous ce que veut dire Angkor Vat ?

Merci



je dirais... la coté-pagode?


Je pense que c'est une "question-piège", car la réponse exacte ne me parait pas aller de soi.

Ma contribution donc pour faire avancer le schmilblick:

-Angkor serait le nom d'un site géograpphique ou d'une région(une rivière peut-être. etc etc ) sur lequel sont venus s'implanter
* la ville d' Angkor Thom
* l'ensemble religieux du temple-montagne Angkor Vat (Vat est l'espace religieux comprenant une pagode et ses alentours, dont logements des bonzes)

Mais même à l'origine, Angkor Thom s'est appelé différement:
vers 890, Yasovarman a fondé Yasodharapura qui fut la première Angkor


Pourquoi le nom d'Angkor? Je ne sais pas

Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg

Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement
Publié le 18/03/2009 @ 20:42
Re : Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

petiteheidi a écrit

C’est exacte, je suis d’accord avec vos dires…

Savez-vous ce que veut dire Angkor Vat ?

Merci



je dirais... la coté-pagode?
Déconnecté(e) petiteheidi
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

yingyang.gif

Messages 987
Inscrit(e) le 02/11/2007
Publié le 18/03/2009 @ 10:52
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

.

Edité le 28/10/2015 @ 19:51 par petiteheidi
Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg

Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement
Publié le 14/03/2008 @ 20:29
Re : Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

robin des bois a écrit

Et encore une fois Angkor Vat n'était pas abandonné , puisqu'il y avait des bonzes, une ou plusieurs pagodes et des pélerinages ..(dont la fameuse salle des 1 000 bouddhas)..
y a même des photos très anciennes là-dessus..

Maintenant, il est très possible que les Autochtones étaient considérés comme des "Sauvages " et "inexistants " par les Occidentaux!!!



Je crois que c'est plus un truc lié a l'ethnocentrisme européen et aux moyens de diffusions de l'information...
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 14/03/2008 @ 19:55
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

Et encore une fois Angkor Vat n'était pas abandonné , puisqu'il y avait des bonzes, une ou plusieurs pagodes et des pélerinages ..(dont la fameuse salle des 1 000 bouddhas)..
y a même des photos très anciennes là-dessus..

Maintenant, il est très possible que les Autochtones étaient considérés comme des "Sauvages " et "inexistants " par les Occidentaux!!!
Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg

Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement
Publié le 14/03/2008 @ 18:09
Re : Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

Originally Posted by héritier du kambuja

« Henri Mouhot à qui l’on doit la découverte d’Angkor Vat » ?

C’est complètement faux !

Cette découverte est sans commune mesure avec la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb.

C’est très curieux de lui attribuer cette découverte car plusieurs européens ont visité Angkor avant lui.

Angkor est abandonné en tant que capitale, certes, mais on ne l’a jamais oublié. Les Cambodgiens connaissent les légendes fondatrices selon lesquelles Angkor est construit par Preah Pisnouka (le dieu Vishnou). Angkor reste toujours le lieu spirituel où des souverains et des gens de cette partie du monde viennent en pèlerinage.

Angkor est décrit par un voyageur chinois, Tcheou Ta -Kouan (actuellement on écrit Zhou Da Guan) au XIIIe siècle et cité par des missionnaires, des commerçants et des aventuriers européens à partir du XVIe siècles.


Henri Mouhot n’a jamais prétendu qu’il était le découvreur d’Angkor.
Au contraire, il mentionne le père Charles Bouillevaux des missions étrangères qui avait visité les temples avant lui et qui a publié un court récit en 1858. Le père Bouillevaux trouve que ces temples sont grandioses et souligne la différence entre un temple bouddhiste et une église. Il fait aussi remarquer qu’il y a des divinités indiennes à coté des statues de Bouddha…

De surcroît, on avait eu des témoignages des autres européens plus anciens que celui du père Bouillevaux :

Le Portugais Diogo do couto vers 1585-1588 décrit une « ville dont on avait perdu même le souvenir » ; où les gens du roi « battant la brousse, donnèrent sur des constructions importantes envahies à l’intérieur par une brousse exubérante ».

Le père Louis Chevreul, missionnaire français, écrit en 1668 que Angkor Vat « est renommé entre tous les gentils de cinq ou six royaumes, comme l’est Rome entre les chrétiens » ; les rois des contrées voisines y font pèlerinage même lorsqu’ils sont en guerre…

Vers 1783, un autre missionnaire français qui visite Angkor évoque dans une lettre en latin la « Babel des Indiens, centre de superstitions »…

Mgr Pallegoix n’a pas vu Angkor mais il écrit en 1854 que « c’est près des rivages de ce lac que sont situées les ruines merveilleuses d’Angkor Wat, d’un travail si surprenant, que les Cambodgiens n’en parlent jamais sans dire que c’est l’ouvrage des anges et non pas des hommes. ». Il combine un bref rappel des légendes cambodgiennes sur l’origine du temple et une description vague des monuments.


Par contre le récit de voyage de Mouhot, avec son talent des gens de plume, touche le public européen. Les descriptions admiratives des monuments d’Angkor fascinent les lecteurs européens lui assurant ainsi sa renommée et son attribution de découvreur d’Angkor Vat.




Je plussois : le mérite de Mouhot est d'avoir, à titre posutme même, rendus le fait de l'existance du site accéssible au plus gd nombre (en europe en tous les cas)
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Publié le 11/03/2008 @ 14:30
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

logo.gif

Découverte d'Angkor Vat

L'explorateur et naturaliste français Henri Mouhot, à qui l'on doit la découverte d'Angkor Vat, témoignera de cet événement à la fin du chapitre 17 de Voyages dans les royaumes du Siam du Cambodge et du Laos.


"... Enfin, après trois heures de marche dans un sentier couvert d'un lit profond de poussière et de sable fin qui traverse une forêt touffue, nous débouchâmes tout à coup sur une belle esplanade pavée d'immenses pierres bien jointes les unes aux autres, bordée de beaux escaliers qui en occupent toute la largeur et ayant à chacun de ses quatre angles deux lions sculptés dans le granit.

Hidden Content
Mais que sont ces dévotions comparées aux solennités d'autrefois, alors que les princes et rois de l'Extrême-Orient venaient en personne rendre hommage à la divinité tutélaire d'un puissant empire; que des milliers de prêtres couvraient de leurs processions les gradins et les terrasses de ce temple immense; que du haut de ses vingt- quatre coupoles le son des cloches répondait au carillon des innombrables pagodes de la capitale voisine; de cette Angkor la Grande, dont l'enceinte de quarante kilomètres de pourtour a pu, certes, contenir autant d'habitants que les plus peuplées métropoles de l'Occident ancien ou moderne !"


Source: http://www.insecula.com/article/F0010784.html
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Publié le 11/03/2008 @ 14:25
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

Trouvé une ch'tite biographie sur le site de sa ville de naissance :

home_logo_capm.jpg



Henri Mouhot, découvreur d’Orient



Terre d’inventeurs et de scientifiques, le Pays de Montbéliard compte également, parmi ses enfants célèbres, un explorateur. Ses descriptions du site d’Angkor firent rêver la France de Napoléon III.

hist1.jpg


Issu d’un milieu modeste mais cultivé, Henri Mouhot naquit à Montbéliard en 1826. Ses études au lycée de la ville mirent en évidence ses talents pour les langues, le dessin et les sciences naturelles. À 18 ans, déjà doté d’un solide bagage intellectuel, il gagnait la Russie, à l’instar d’autres Montbéliardais. Dix ans durant, il partagera son temps entre Saint-Pétersbourg, Voronej et Moscou, entre l’enseignement des langues et les voyages. Il parcourut en effet la Russie tsariste du nord au sud et d’est en ouest, tout en se passionnant pour les procédés photographiques de Louis Daguerre.

Mais la Guerre de Crimée éloigne Henri Mouhot de la Russie. Il rentre au Pays, pour repartir aussitôt en compagnie de son frère Charles. Ensemble, ils sillonnent l’Europe. Les deux hommes multiplient les reportages photo en Italie, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas, montent des expositions à la Haye puis à Londres. En même temps, Henri Mouhot développe sa connaissance des sciences naturelles.En Angleterre, il rencontre Ann Park, descendante de Mungo Park, célèbre explorateur écossais. Il épouse la jeune femme en 1856. Le couple s’établit sur l’île anglo-normande de Jersey.

Henri Mouhot se concevait-il alors davantage en naturaliste plutôt qu’en aventurier de l’archéologie ? Difficile à dire. Certes, les expéditions qu’il entreprend à partir de 1858 vers le Siam - l’actuelle Thaïlande -, le Cambodge et le Laos affichaient pour objectif la collecte d’insectes et de coquillages inconnus, et l’étude de la faune locale. Mission bien remplie, au passage. Pourtant, c’est la redécouverte de l’un des plus grands sites archéologiques au monde qui allait le rendre célèbre.

Naturaliste et explorateur


En 1857, influencé par la lecture d’un livre sur le Siam, Mouhot décide de monter une expédition botanique en Indochine. Il approche des sociétés savantes et des administrations hexagonales, sans même obtenir un embarquement gratuit sous pavillon français. À l’inverse, la Société géographique royale et la Société zoologique de Londres vont soutenir son projet. C’est ainsi qu’il peut gagner Bangkok, « la Venise de l’Orient », en 1858. Sur place, des missionnaires l’introduisent auprès des rois siamois et des mandarins locaux. Impressionné par l’érudition des élites locales, Mouhot comprend d’autant moins la pratique esclavagiste, « qui arrête tout développement, qui place l’homme au niveau de la brute ».

Fin 1859, Mouhot part à la découverte du Cambodge. Il y rencontre l’abbé Sylvestre, qui évoque des ruines enfouies dans la forêt. Intrigué par les descriptions du missionnaire, le naturaliste part en sa compagnie à leur recherche. Lorsqu’il atteint le site d’Angkor, en janvier 1860, il connaît le choc de sa vie. Devant ses yeux éblouis, se dressent l’ancienne capitale khmer, ses rues, ses palais, ses temples, ses bassins, ses douves et ses fortifications, envahis par la végétation. Bien qu’abandonnée, la cité est impressionnante. Les édifices, témoins d’une civilisation où convergèrent les influences de l’Inde et de la Chine, se succèdent à perte de vue. Les sculptures combinent croyances hindouistes et bouddhistes. On dénombre plusieurs centaines d’ensembles monumentaux, édifiés du 9e au 14e siècle.

Majestueuses statues

Mouhot est subjugué par le spectacle : « À la vue de ces temples, l’esprit se sent écrasé, l’imagination surpassée ; on regarde, on admire, et, saisi de respect, on reste silencieux ; car où trouver des paroles pour louer une oeuvre architecturale qui n’a […] peut-être jamais eu son équivalent sur le globe ». Trois semaines durant, il effectue des relevés, trace des croquis et prend des notes. Il capte la beauté des ruines gigantesques, désormais cernées par la végétation. Les statues lui semblent à juste titre majestueuses, les palais répondent à un ordonnancement digne de Versailles. Sans en comprendre la véritable chronologie - « …on peut évaluer à plus de deux mille ans l’âge des plus vieux édifices d’Angkor, et à peu près à deux mille celui des plus récents » -, l’explorateur perçoit instinctivement l’importance du site aux yeux de l’archéologie mondiale. Plusieurs dizaines d’années de recherche seront en effet nécessaires pour situer le rôle et l’importance d’Angkor dans l’histoire.

Les carnets de Mouhot feront l’objet d’une publication posthume, en feuilleton dans la revue Tour du monde, en 1863, et sous forme de livre en anglais, l’année suivante. Des carnets retournés par deux fidèles guides à l’épouse de l’explorateur. En effet, lors de sa quatrième et ultime expédition, au Laos, en 1861, Mouhot, qui tentait de remonter le Mékong en direction de la Chine, mourut de la malaria. Il avait alors 35 ans. Sa dépouille fut enterrée en bordure de la rivière Nam Kan. Quelques années plus tard, le capitaine de frégate Lagrée fit élever un monument en l’honneur de celui qui, « par la droiture de son caractère et sa bienveillance naturelle, s’était acquis l’estime et l’affliction des indigènes ».

Certes, Mouhot ne fut pas le premier à « découvrir » les ruines d’Angkor et jamais ne le prétendit. Dès le 16e siècle, des voyageurs portugais avaient relaté leur visite d’Angkor Vat, le plus célèbre des palais khmers. D’autres, Chinois, Anglais et Français, avaient également contemplé les ruines d’Angkor, sans que leurs écrits ne reçoivent un tel écho. Mais l’époque de Mouhot était propice au rêve et à l’exotisme : Jules Verne explorait alors le monde dans ses premiers ouvrages, les britanniques Stanley et Livingstone remontaient les grands fleuves d’Afrique, quant au commerçant allemand Heinrich Schliemann, il allait découvrir l’antique Troie dix ans plus tard. Les notes lyriques dans lesquelles Mouhot décrit l’ancienne cité et ses dessins feront rêver une France et une Europe curieuses de civilisations anciennes, de voyages et d’exotisme, servant involontairement les desseins colonialistes du Second Empire.

Régis Tullon


Source: http://www.agglo-montbeliard.fr/kiosque_puissance28.php?id_article=922
Déconnecté(e) pascal_zh
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

ava_1583.jpg

Messages 993
Inscrit(e) le 13/02/2008
Lieu de résidence Cambodge, Phnom Penh
Publié le 11/03/2008 @ 13:12
Re : Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

Sundgauvien38 a écrit



...
Je ne savais pas que le cinéaste Samdech Ov était encore actif en 1993 ! Ça me semble bizarre. Il n'y a pas d'erreur sur la date ???
...



:nono:

http://www.imdb.com/title/tt0195241



Eh bien ! On en apprend tous les jours !
Merci Sundgauvien38 !
Quelqu'un a vu le film ?
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Publié le 11/03/2008 @ 12:59
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR



...
Je ne savais pas que le cinéaste Samdech Ov était encore actif en 1993 ! Ça me semble bizarre. Il n'y a pas d'erreur sur la date ???
...



:nono:

http://www.imdb.com/title/tt0195241

Déconnecté(e) pascal_zh
Membre Honorable
MembreMembreMembreMembreMembre

ava_1583.jpg

Messages 993
Inscrit(e) le 13/02/2008
Lieu de résidence Cambodge, Phnom Penh
Publié le 11/03/2008 @ 12:20
Re : Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

Bonjour,
Je ne savais pas que le cinéaste Samdech Ov était encore actif en 1993 ! Ça me semble bizarre. Il n'y a pas d'erreur sur la date ???
Quelqu'un sait ?
Pascal
Déconnecté(e) Traducteurs KN
Membre
MembreMembreMembre

french_english_flag_1.jpg

Messages 163
Inscrit(e) le 27/09/2007
Publié le 10/03/2008 @ 13:26
Henri MOUHOT, le redécouvreur d'ANGKOR

logo_01.gif



Of the lost and the rediscovered




Henri MOUHOT devint célèbre pour avoir retrouvé la cité "perdue" d'ANGKOR au Cambodge, mais il a beaucoup voyagé, ce qui explique que sa dépouille soit au Laos.

Publié le 5 mars 2008

Henri MOUHOT, le Français qui au XIXème siècle retrouva le complexe de temples et déclencha à l'ouest la romantique marotte "Voir Angkor et mourir", vit Angkor et mourut - au Laos.

Sa tombe, juste à l'extérieur de LUANG PRABANG était oubliée jusqu'en 1990 quand des touristes trébuchèrent dessus. Aujourd'hui, tous les guides locaux peuvent organiser une visite.

La collections de délicieux croquis d'Alexandre Henri MOUHOT "Voyage dans les royaumes de Siam, de Cambodge, de Laos et autres parties centrales de l'Indo-Chine, 1858-1861" fut publié à Londres juste après sa mort en 1861, et sa description des "ruines exotiques abandonnées" d'ANGKOR causèrent une exaltation considérable.

Des missionnaires et des voyageurs avaient déjà écrit depuis le XVIème siècle sur les temples khmers médiévaux, mais les évocations de MOUHOT ont réellement marqué l'imagination du public.

Le leitmotiv "voir ANGKOR et mourir" - certainement heureux - qui a parcouru l'occident est devenu le titre d'un film romantique qu'a réalisé NORODOM SIHANOUK en 1993 alors qu'il était encore roi du Cambodge.

Né à Montbéliard en 1826, MOUHOT était doué pour les langues et les sciences naturelles. Son intérêt s'est très certainement nourri des livres des années 1850 tels que "The Kingdom and People of Siam" du Britannique Sir James BOWRING ou "Description du royaume Thaï ou Siam" de l'évêque français Jean Baptiste PALLEGOIX.

MOUHOT a monté une expédition dans le sud est asiatique financée par le "London's Royal Geographical and Zoological societies" et est arrivé à BANGKOK le 27 avril 1858.

Durant les trois années qui suivirent, il fit quatre excursions, deux d'entre elles à travers le Siam, la seconde l'emmena au Cambodge jusqu'à ANGKOR et la dernière à LUANG PRABANG au Laos.

Il en profita pour cartographier la région en chemin, malgré que, comme il l'a consigné dans son journal, son équipement soit détruit avant qu'il ait pu finir la carte du Siam. C'est en partie à cause de cela que la France et la Grande Bretagne conclurent que la Thaïlande ne s'étendait qu'au bassin de la rivière CHAO PHYA, ce qui lui donnait alors les parfaites dimensions d'un état tampon entre leurs deux colonies voisines.

En 1861 MOUHOT passa trois mois dans la forêt dense, de LOEI à LUANG PRABANG et prévoyait de suivre le Mékong jusqu'au Cambodge, mais le 19 octobre, après LUANG PRABANG, il fut soudain victime de la malaria. Les dernières notes de son journal datent du 29 octobre et il mourut le 10 novembre à 35 ans.

Les membres de l'expédition enterrèrent l'explorateur au bord de la rivière KHAN à l'endroit où il était décédé. Son journal et tous ces prélèvements furent envoyés à sa famille en Angleterre. C'est son frère qui se chargea de faire publier son journal.

Le commandant DOUDART DE LAGREE, chef de la commission gouvernementale française d'exploration du Mékong de 1866 à 1868, ordonnait d'ériger un petit monument en grès sur un talus avec l'inscription "H. MOUHOT, Mai 1867" pour commémorer le premier Français à avoir visité cette partie du Laos.

Le monument fut emporté par une crue de la rivière KHAN et une structure plus solide le remplaçât en 1887.

Des travaux de restauration de la tombe eurent lieu en 1951 par l'Ecole Française d'Extrême Orient, mais le site fut ensuite abandonné à la jungle.

Ce n'est qu'en 1990 que des touristes retrouvèrent accidentellement la tombe et Montbéliard, la ville de naissance de MOUHOT, entreprit des travaux de restauration.

L'histoire gardera une opinion mitigée d'Henri MOUHOT. Il fut un scientifique, un grand explorateur et un cartographe qui, dans un sens, rendit ANGKOR au monde.

D'un autre coté, ses cartes ont préparées la voie à la France pour étendre son empire colonial en Indochine, amenant une présence étrangère qui se maintint jusqu'en 1954.

Nithinand Yorsaengrat

The Nation




Source : http://nationmultimedia.com/2008/03/05/lifestyle/lifestyle_30067245.php

Haut de page