Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 02/12/2007 @ 09:19
[Lemonde.fr] Une justice pour panser les blessures du monde



Ce grand entertien avec Claude JORDA, dans le Monde des 25 et 26 Novembrre 2007


http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi...&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1014231

[... ... Ce haut magistrat français a accompli la fin de sa carrière dans des fonctions importantes auprès de tribunaux internationaux. Dressant le bilan de son expérience, il insiste sur la nécessité de juger sans faiblesse les "grands leaders" responsables de crimes contre l'humanité.

-Comment avez-vous réagi à l'arrestation de l'ancien président cambodgien sous le régime khmer rouge, KHIEU Samphan?

- Je ne peux que me réjouir qu'un tribunal ad hoc ait comme accusés privilégiés les leaders dans l'organisation des crimes de masse. Néanmoins, on peut se demander si ces arrestations, indépendamment de leur caractère trop tardif, ne marquent pas la particularité d'une justice dans laquelle la politique a largement interféré. Ce qui tendrait alors à prouver que justice internationale et politique ne peuvent être totalement inséparables... ]... etc .. etc


Déconnecté(e) Traducteurs KN
Membre
MembreMembreMembre

french_english_flag_1.jpg

Messages 163
Inscrit(e) le 27/09/2007
Publié le 03/10/2007 @ 14:49
[AFP] Un audit pointe la corruption dans les recrutements liés au tribunal


Bangkok Post du 3 Octobre 2007-10-03
Pages international


Cambodge - Procès Khmer rouges

Un audit pointe la corruption dans les recrutements liés au tribunal

Phnom Penh – Un audit du tribunal cambodgien chargé de juger les anciens dirigeanst Khmer Rouges a mis en évidence de sérieux disfonctionnements liés à la procédure de recrutement et a sugéré au PNUD, qui finance le tribunal a hauteur de plusieurs millions, de retirer son soutient à cette derniere.Cet audit à été demandé par le PNUD l'année dernière à la suite d'allégations faisant état de certains personnels khmers qui auraient acheté leurs postes au sein de l'administration de soutient à la court, qui a été mise en place pour juger des anciens leaders du régime Khmer Rouge.
Mais cela à seulement été rendus public ce lundi après de multiple pressions pour sa parution. Cet audit décrit le coté cambodgien du tribunal mixte comme éyant un fonctionnement obscur, avec de nombreux personnels sous-qualifiés aux salaires sur-évalués, et la création de douzaines d'emplois inutiles coutants des centaines de milliers de dollards.
"Si la partie cambodgienne n'est pas d'accord avec les mesures essentielles, du point de vu onusien, pour rétablie l'intégrité et garantir le succès du projet, alors nous devrions serieusement étudier l'idée d'un retrait total de ce denier", precise l'audit. Ce denier recommande en outre l'annulation de tous les contrats passés avec le personnel cambodgien, et une nouvelle cession de recrutement sous controle de l'UNDP. L'UNDP explique que le rapport d'audit est un document ne souffrant pas de mise en doute, mais le personnel du tribunal maintiennent qu'ils n'ont rien à cacher.
Un officiel, sous couvert de l'anonymat, explique que le tribunal, qui a publié sur son site le rapport, a toujours souhaité rendre public ces découvertes. Mais il précise que les conclusions de l'audit ne seront pas suivies par l'UNDP. "Imaginez si l'UNDP quittait dès maintenant ce progamme, après 18 mois de participation. Ce serait un désastre.", explique-t-il.
Le tribunal est en train d'examiner les plaintes concernants 5 personnes, au sujet des crimes commis durant le régime Khmer Rouge (1975-1979), au cours duquel un peut moins de 2 millions de personnes ont périe. plus de 56 millons de dollards ont été débloqués pour financer ce long procès. AFP
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 31/07/2007 @ 16:51
[Le Monde]Au Cambodge, un haut dirigeant khmer rouge remis au tribunal sur le génocide

Cet article du Monde.fr
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3216,36-940550@51-931047,0.html (le lien ne passe pas comme de bien entendu!!)

Personnellement, la présentation me surprend ... et le " malaise" s'installe, je trouve...
Car si on commence par Duch, en le présentant de plus comme un haut dirigeant, principal responsable du génocide!!(Douch est un bourreau, tortionnaire de 17 000 Khmers: OK) que dire des autres alors pour atteindre les 1 700 000 victimes? et surtout quand les verra-t-on déposer devant le Tribunal ???


Au Cambodge, un haut dirigeant khmer rouge remis au tribunal sur le génocideLEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 31.07.07 | 09h24 •

Un des principaux responsables du génocide cambodgien, "Douch", de son vrai nom Kang Kek Ieu, a été remis, mardi 31 juillet, au tribunal chargé de juger le génocide cambodgien. Il est le premier dirigeant khmer rouge à être détenu par cette juridiction parrainée par les Nations unies.

"Douch" gérait la prison Tuol Sleng, dans le centre de Phnom Penh, dans laquelle 16 000 hommes, femmes et enfants ont été torturés avant d'être exécutés.

CINQ SUSPECTS DE GÉNOCIDE
Le tribunal spécial, qui réunit des magistrats cambodgiens et étrangers, avait indiqué, mi-juillet, qu'il examinerait les dossiers de cinq suspects en vue d'une comparution à un procès qui devrait avoir lieu l'année prochaine. "Douch" était le seul des cinq anciens dirigeants visés à être déjà détenu. Les quatre autres sont libres et pas encore inculpés.

La liste n'a pas été rendue publique mais Nuon Chea, plus ancien haut responsable du régime de Pol Pot, a confirmé qu'il faisait partie des personnes visées. Tout comme l'ancien chef de l'Etat, Khieu Samphan, il nie toute accusation de génocide. L'ancien chef de la diplomatie, Ieng Sary, et Meas Muth, gendre de l'ancien chef militaire Ta Mok, seraient également sur la liste.

Après huit ans de négociations, le tribunal du génocide cambodgien a finalement été mis en place en juillet 2006. Mais de nombreux litiges subsistent sur des questions de procédure. La lenteur du processus fait craindre que les anciens hiérarques, tous âgés, ne décèdent avant leur éventuelle comparution.




Edité le 31/07/2007 @ 19:36 par Sundgauvien38
Déconnecté(e) Eric
Membre
MembreMembreMembre

ava_64.gif

Messages 145
Inscrit(e) le 12/06/2003
Lieu de résidence NICE
Publié le 31/07/2007 @ 12:52
Re : Le Cambodge lance le tribunal du génocide Khmer rouge

Dutch aurait ete remis au tribunal des khmer rouge ce jour:

Source Yahoo actualités


Par Suy SE AFP - il y a 1 heure 6 minutesPHNOM PENH (AFP) - L'ancien directeur d'un centre de torture Khmer rouge a été remis mardi à un tribunal parrainé par l'ONU chargé de juger le génocide cambodgien des années 70, devenant le premier suspect à être détenu par cette juridiction.

(publicité)
Duch, dont le vrai nom est Kang Kek Ieu, gérait la prison Tuol Sleng, dans le centre de la capitale cambodgienne Phnom Penh. Ancien lycée, la prison était devenue un centre de torture où 16.000 hommes, femmes et enfants ont subi les pires atrocités avant d'être exécutés.

Duch était déjà détenu depuis 1999 dans une prison militaire. Mais son transfert, annoncé par l'armée et confirmé par le tribunal, marque l'étape la plus concrète dans la mise en place de la juridiction internationale qui doit juger les rares anciens hiérarques encore en vie.

Duch était le seul des cinq anciens dirigeants visés à être déjà détenus. Les quatre autres sont libres et pas encore inculpés.

Duch était interrogé mardi par les magistrats du tribunal. Ils devaient formellement émettre un mandat de dépôt contre l'ancien responsable, a précisé un porte-parole du tribunal, ajoutant que Duch n'avait cependant pas encore été inculpé.

Près de deux millions de personnes ont trouvé la mort sous le régime de Pol Pot, entre 1975 et 1979. Le dictateur avait fait régner la terreur au Cambodge, supprimant les écoles, transférant des millions de personnes à la campagne et éliminant tout opposant.

Pol Pot est décédé en 1998. Après des années d'atermoiements, le tribunal spécial, qui réunit des magistrats cambodgiens et étrangers sous le parrainage des Nations unies, a indiqué mi-juillet qu'il examinerait les dossiers de cinq suspects en vue d'une éventuelle comparution à un procès qui devrait avoir lieu l'année prochaine.

La liste n'a pas été rendue publique mais Nuon Chea, plus ancien haut responsable du régime de Pol Pot, a confirmé qu'il faisait partie des personnes visées. Il a nié les crimes de génocide.

Khieu Samphan, l'ancien chef d'Etat du régime Khmer, a assuré mardi à l'AFP que le placement en détention de Duch ne l'inquiétait pas. "J'irai au tribunal s'ils me le demandent... Je suis prêt", a-t-il déclaré.

Serait également visé l'ancien chef de la diplomatie Khmer, Ieng Sary.

L'avocat de Duch, Kar Savuth, a assuré de l'innocence de son client, qui aurait agi "sous des ordres oraux venus d'en haut". "Il n'avait pas l'autorité d'arrêter ou de tuer quiconque", a ajouté l'avocat à l'AFP.

Les juges qui examineront les dossiers - un Cambodgien et un étranger- décideront lesquels parmi les suspects peuvent être jugés.

Le tribunal du génocide cambodgien a finalement été mis en place en juillet 2006, avec la prestation de serment des juges, après huit ans de négociations entre Phnom Penh et les Nations unies.

La lenteur de la procédure fait craindre que les anciens hiérarques, tous âgés, décèdent avant leur éventuelle comparution.

Le centre de torture Tuol Sleng a été transformée en musée du génocide, où des instruments de torture et des photos d'identité sont exhibés pour rappeler les atrocités infligées à des centaines de prisonniers.
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif

Messages 10199
Inscrit(e) le 27/12/2005
Publié le 16/07/2007 @ 15:26
Re : [T.E.des K.R.]: rapprochement entre 2 infos récentes... et sans commentaire !!!

Vicheya a écrit

robin des bois a écrit

"Le 23 mai 2007, le tribunal annonce l'embauche de 30 nouveaux employés:

- 10 portiers





:mauvais: Ils ne savent plus ouvrir les portes seuls ! :mauvais: J'hallucine ! :whaou:


Si, ils savent bien ouvrir les portes.
Vicheya, tu sais, les enfants ne sont pas nés gâtés, n'est ce pas?
Qui sait qui les gâte? :chaipas:

Et puis il y en a qui ne regarder que là où il veut regarder.
Faut être très prudent sur ce gens de choses.








Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


Messages 3745
Inscrit(e) le 10/01/2005
Publié le 15/07/2007 @ 16:44
Re : [T.E.des K.R.]: rapprochement entre 2 infos récentes... et sans commentaire !!!

robin des bois a écrit

- Première info (simple copier/coller du petit journal):


" Khmer Rouge - Le Tribunal pourrait rapidement manquer de fonds.- Le Tribunal en charge de juger les anciens dirigeants Khmers Rouges, pourrait rapidement se retrouver à court de ressources financières. Le budget prévu initialement prends fin en avril prochain, le Tribunal ayant pris un certain retard, dû entre autres à des complications politiqes, tant vis à vis du Gouvernement Royal, que notamment du Conseil de l'Ordre des Avocats d Royaume. La création de nouveaux programmes, non prévus bugétairement, et notamment celui de protection des victimes, complique de plus la situation financière du Tribunal. Il était au départ prévu que le programme de 56,3 millions de dollars pour 3 ans serait pris en charge pour un tiers par le Gouvernement Royal, celui ci a depuis fait savoir qu'il ne pourrait tenir cet engagement."
(www.lepetitjournal.com Cambodge) jeudi 4 juillet 2007


-Deuxième info, extraite de ECI n°76:


"Le 23 mai 2007, le tribunal annonce l'embauche de 30 nouveaux employés:
- 10 chauffeurs
- 10 portiers
- 6 jardiniers
- 3 greffiers et 1 coordinateur.
A la fin 2007, le personnal du Tribunal comprendra plus de 258 Cambodgiens, 80 à 90 étrangers "






Holy Lola!!!!! kékéké

Pourquoi l'horloge fait tic-tac-tic-tac??? P.c.q. il y a une raison à ça? La raison c,est l'argent kékéké Plus ça fait du tic-tac plus ça fait de l'argent. La gang de HS sait pourquoi l'horloge fait du tic-tac.kékéké Alors il s,en crisse-tu des KR? Car ils sont tous des ex-kr. Gang d'innocente!!!
Déconnecté(e) Jean-Sien
Banni à sa propre demande



Messages 511
Inscrit(e) le 27/08/2006
Publié le 15/07/2007 @ 11:34
Re : [T.E.des K.R.]: rapprochement entre 2 infos récentes... et sans commentaire !!!

Malheureusement, je suis plutôt d'accord avec Robin, il vaut mieux tirer la sonnette d'alarme quand les choses se passent mal. Je ne suis pas non plus positif sur le procès, mais je pense que même raté, il est nécessaire.
Il faut que son échec soit visible aux yeux de tous. C'est précisément ce qui va se passer, tout comme la fermeture de Cambodge Soir est un scandale quant aux collusions qu'elles révèlent.
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 14/07/2007 @ 11:41
Re : Re : [T.E.des K.R.]: rapprochement entre 2 infos récentes... et sans commentaire !!!

sothy a écrit

Robin,

c'est plus facile d'être négatif avec ce procès ... que d'essayer de garder le moral ! et de faire garder le moral "aux amis forum" Khmers, directement concernés :love:

et si vous croyez que je ne suis pas au courant de tout ce qui concerne le procès - vous vous trompez !!! complètement !

bonne fet nat


J'apporte et échange une info qu e je trouve intéressante .. en prenant grand soin de bien indiquer mes sources" ...
C'est tout;il est évident, Sothy, que je n'ai pas de message spécial à vous faire passer.!!!

Quant à "être négatif sur ce procès"..je pense que le problème n'est plus là désormais....Khmers ou non khmers...
Déconnecté(e) sothy
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

bugsbunny.gif

Messages 3437
Inscrit(e) le 18/12/2005
Lieu de résidence Partout et nulle part et 3 patries à présent
Publié le 14/07/2007 @ 11:11
Re : [T.E.des K.R.]: rapprochement entre 2 infos récentes... et sans commentaire !!!

Robin,

c'est plus facile d'être négatif avec ce procès ... que d'essayer de garder le moral ! et de faire garder le moral "aux amis forum" Khmers, directement concernés :love:

et si vous croyez que je ne suis pas au courant de tout ce qui concerne le procès - vous vous trompez !!! complètement !

bonne fet nat
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 14/07/2007 @ 11:08
Re : Re : [T.E.des K.R.]: rapprochement entre 2 infos récentes... et sans commentaire !!!

sothy a écrit


il y a des gens qui se donnent beaucoup de mal pour garder le cap du procès - alors ... doucement avec les mauvaises nouvelles svp

merci



Sothy


Je compte sur vous pour "les bonnes nouvelles "que peut procurer un tel dossier: merci d'avance.

Personnellement, il n' y a que la "réalité du terrain "qui m'intéresse; par exemple ceci, toujours extrait de ECI n°76 :

" Si aucun autre incident de parcours n'intervient, les premiers procès pourraient commencer au début 2008.

Une liste de 15 à 20 noms de responsables khmers rouges circule, mais la rumeur court que HUN Sen en aurait limité le nombre à 5:
NOUM Chéa
KHIEU Samphan
IENG Sary et son épouse KHIEU Thirith
et DUCH.

Les juges internationaux souhaitent étendre le procès aux échelons inférieurs. ON avance parfois le nombre de 1 000 cadres subalternes responsables de massacres, dont une centaine serait encore vivants.. ..."
Déconnecté(e) Jean-Sien
Banni à sa propre demande



Messages 511
Inscrit(e) le 27/08/2006
Publié le 14/07/2007 @ 00:19
Re : [T.E.des K.R.]: rapprochement entre 2 infos récentes... et sans commentaire !!!

Je ne comprends pas que ça ne soit pas l'ONU qui coordonne le budget. Les cambodgiens, malheureusement, n'ont jamais su (ou n'ont jamais voulu) gérer un budget convenablement.
Le procès est censé durer 3 ans, ils sont déjà dans la merde au bout de 10 mois...
Déconnecté(e) Vicheya
Administrator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

cambodiw.gif

Messages 8021
Inscrit(e) le 04/01/2006
Publié le 13/07/2007 @ 23:47
Re : [T.E.des K.R.]: rapprochement entre 2 infos récentes... et sans commentaire !!!

robin des bois a écrit

"Le 23 mai 2007, le tribunal annonce l'embauche de 30 nouveaux employés:

- 10 portiers





:mauvais: Ils ne savent plus ouvrir les portes seuls ! :mauvais: J'hallucine ! :whaou:
Déconnecté(e) sothy
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

bugsbunny.gif

Messages 3437
Inscrit(e) le 18/12/2005
Lieu de résidence Partout et nulle part et 3 patries à présent
Publié le 13/07/2007 @ 19:05
Re : [T.E.des K.R.]: rapprochement entre 2 infos récentes... et sans commentaire !!!

confrenceJusticepourleCambodge.jpg

il y a des gens qui se donnent beaucoup de mal pour garder le cap du procès - alors ... doucement avec les mauvaises nouvelles svp

merci
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 13/07/2007 @ 15:32
[T.E.des K.R.]: rapprochement entre 2 infos récentes... et sans commentaire !!!

- Première info (simple copier/coller du petit journal):


" Khmer Rouge - Le Tribunal pourrait rapidement manquer de fonds.- Le Tribunal en charge de juger les anciens dirigeants Khmers Rouges, pourrait rapidement se retrouver à court de ressources financières. Le budget prévu initialement prends fin en avril prochain, le Tribunal ayant pris un certain retard, dû entre autres à des complications politiqes, tant vis à vis du Gouvernement Royal, que notamment du Conseil de l'Ordre des Avocats d Royaume. La création de nouveaux programmes, non prévus bugétairement, et notamment celui de protection des victimes, complique de plus la situation financière du Tribunal. Il était au départ prévu que le programme de 56,3 millions de dollars pour 3 ans serait pris en charge pour un tiers par le Gouvernement Royal, celui ci a depuis fait savoir qu'il ne pourrait tenir cet engagement."
(www.lepetitjournal.com Cambodge) jeudi 4 juillet 2007


-Deuxième info, extraite de ECI n°76:


"Le 23 mai 2007, le tribunal annonce l'embauche de 30 nouveaux employés:
- 10 chauffeurs
- 10 portiers
- 6 jardiniers
- 3 greffiers et 1 coordinateur.
A la fin 2007, le personnal du Tribunal comprendra plus de 258 Cambodgiens, 80 à 90 étrangers "


Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 14/06/2007 @ 12:23
[Nouvel Obs] Le tribunal pour juger les khmers rouges enfin prêt



Cet article du Nouvel Obs:

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/intern...unal_pour_jugerles_khmers_rouges_enfin_pret.html
Déconnecté(e) virgule
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

banni10.jpg

Messages 3646
Inscrit(e) le 24/06/2004
Lieu de résidence auto-banissement
Publié le 05/04/2007 @ 16:09
[Le Monde] Retard du processus judiciaire contre les Khmers rouges


lemondefr_pet.gif

Retard du processus judiciaire contre les Khmers rouges

LE MONDE | 05.04.07 | 13h29 • Mis à jour le 05.04.07 | 13h29
BANGKOK CORRESPONDANT

Le tribunal mis en place à Phnom Penh pour passer en jugement les dirigeants encore en vie du régime des Khmers rouges, qui a présidé à la disparition violente ou par famine de plus d'un quart de la population du Cambodge entre 1975 et 1979, n'a jamais été aussi près de la catastrophe. Les treize juges internationaux qui doivent y siéger, au terme d'un accord entre l'ONU et Phnom Penh, ont déclaré, mardi 3 avril, qu'ils refusaient les conditions proposées par la justice cambodgienne pour la poursuite en bonne et due forme du processus.

La cause du litige paraît mince : le barreau cambodgien exige que les avocats étrangers qui seraient amenés à présenter la défense des accusés - lesquels n'ont pas encore été désignés - ou à parler pour les victimes versent une cotisation de 4 900 dollars pour y prendre la parole. Ce serait "un coût d'entrée prohibitif et non conforme aux pratiques admises au niveau international, disent les juges. De tels frais excluraient de nombreux avocats qui se sont portés volontaires pour représenter gratuitement les victimes car ils en seraient de leur poche de manière significative".

En conséquence de quoi, ils se sont refusés à tenir une assemblée plénière du tribunal, qui comprend trente juges au total, laquelle aurait permis de faire aller de l'avant un processus judiciaire déjà en retard de plusieurs mois. Renvoi fin avril, disent-ils.

Derrière l'argument juridique, se trouve une épreuve de force politique tournant autour du fait que le gouvernement de Hun Sen, le premier ministre, n'a accepté l'idée d'un procès à participation de l'ONU qu'à la condition qu'il se tienne selon des termes ne bousculant pas les équilibres internes. M. Hun Sen, qui a servi sous le régime des Khmers rouges en qualité subalterne, n'est pas directement menacé par le procès. Mais son administration est composée de nombreux cadres impliqués de près ou de loin dans les violences dont les chefs khmers rouges seraient passibles. M. Hun Sen peut en outre se prévaloir d'une récente victoire électorale à des élections communales pour démontrer sa légitimité.

Le chef khmer rouge Pol Pot est mort en 1998, et ses lieutenants encore en vie, dont l'ex-chef de l'Etat nominal Khieu Samphan, sont âgés et en fragile santé. Tout délai semble donc jouer en leur faveur. Or, reconnaît le procureur international Robert Petit, "rien ne serait pire qu'une absence de procès". Une affaire pour laquelle la communauté internationale a déjà mis 56 millions de dollars sur la table.

Francis Deron
Déconnecté(e) Vicheya
Administrator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

cambodiw.gif

Messages 8021
Inscrit(e) le 04/01/2006
Publié le 18/03/2007 @ 16:27
Re : Cambodge: ultimes réunions pour tenter de faire juger les Khmers rouges

Accord sur le procès des ex-dirigeants Khmers rouges


Lire l'article ici !

http://www.lhebdomadaire.info/CAMBODGE-Accord-sur-le-proces-des,616
Déconnecté(e) sothy
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

bugsbunny.gif

Messages 3437
Inscrit(e) le 18/12/2005
Lieu de résidence Partout et nulle part et 3 patries à présent
Publié le 13/03/2007 @ 11:59
Re : Cambodge: ultimes réunions pour tenter de faire juger les Khmers rouges

http://fr.news.yahoo.com/13032007/202/cambodge-d...ere-chance-pour-le-proces-des-khmers-rouges.html
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 12/03/2007 @ 14:48
Re : Cambodge: ultimes réunions pour tenter de faire juger les Khmers rouges

Swann a écrit

Les juges cambodgiens réagissent contre la déclaration de l'ONG open Society Initiative



AKP Phnom Penh, 12 mars 2007 --



Les juges cambodgiens des Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens (CECT), ont envoyé le 8 mars une lettre à l'ONG américaine Open Society Justice Initiative pour lui demandé de revenir sur ses déclarations sur la corruption systématique au sein des employés du "Tribunal khmer rouge". ....... Kong Srim a enfin demandé à Open Society Justice Initiative de corriger son accusation sans fondement aux juges cambodgiens.




Fort bien ... mais le "petit problème"- s'il y a comme je le crois - viendrait sans doute de cette observation tirée d'une info parue dans le dernier n° de Cambodge Soir sur le même sujet.
Je cite texto:

"OSJI a contribué à la formation judiciaire du personnel des Chambres ... ...avant que les liens ne soient rompus suite aux accusations de corruption. Un rapprochement semblait s'opérer ces jours derniers, mais cette exigence des magistrats d'un complet communiqué de démenti risque d'empêcher de renouer la collaboration entre le tribunal et l'ONG."



CQFD: OSJI me semblerait donc particulièrement bien placé pour savoir ce dont il parle, NON ?
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Publié le 12/03/2007 @ 11:58
Re : Cambodge: ultimes réunions pour tenter de faire juger les Khmers rouges

Les juges cambodgiens réagissent contre la déclaration de l'ONG open Society Initiative



AKP Phnom Penh, 12 mars 2007 --



Les juges cambodgiens des Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens (CECT), ont envoyé le 8 mars une lettre à l'ONG américaine Open Society Justice Initiative pour lui demandé de revenir sur ses déclarations sur la corruption systématique au sein des employés du "Tribunal khmer rouge". Cette accusation n'est en rien vraie. Elle porte gravement atteinte à l'honneur et à l'honnêteté des juges nationaux", a déclaré Kong Srim, président de la Chambre de la Cour suprême au sein des CETC, au nom des juges cambodgiens.



A rappeler que l'ONG avait dénoncé dans un communiqué daté du 14 février le fait qu'employés et magistrats du tribunal reversaient un certain pourcentage de leur salaire à des membres du gouvernement, une contrepartie pour avoir décroché leur poste. "Les juges cambodgiens ne sont soumis à aucune pression que ce soit ni tenu à aucun engagement, contrairement à ce que prétend, cette déclaration", a insisté Kong Srim, qui réclame de la part de l'ONG américaine un démenti.



Kong Srim a enfin demandé à Open Society Justice Initiative de corriger son accusation sans fondement aux juges cambodgiens.
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Publié le 09/03/2007 @ 07:20
Re : Cambodge: ultimes réunions pour tenter de faire juger les Khmers rouges

logo-CIweb.gif

i71528CETC.gif
Le logotype des CETC

CAMBODGE • Procès des Khmers rouges : réunion de la dernière chance
Les magistrats internationaux et cambodgiens planchent une nouvelle fois sur le règlement intérieur des Chambres extraordinaires chargées de juger les Khmers rouges. L'avenir du tribunal est en jeu.


Le logotype des CETC


Après un week-end prolongé à Bangkok, où ils ont tenté de s'entendre sur une stratégie commune, les magistrats internationaux du Comité de révision du règlement intérieur ont retrouvé mercredi leurs homologues cambodgiens à Phnom Penh pour tenter de s'entendre sur les règles de fonctionnement des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC). Leurs travaux doivent se conclure le 16 mars, avant d'être poursuivis, et avalisés dans le meilleur des cas, par l'ensemble des magistrats réunis en assemblée plénière. C'est la troisième fois depuis novembre que le Comité chargé du règlement intérieur se réunit, jusqu'ici sans succès.

Selon une source proche des CETC, deux visions des choses s'opposaient jusqu'ici du côté international : les "puristes", qui jugent inacceptable toute tentative d'interférence du politique et refusent de faire la moindre concession sur le respect des standards internationaux, et les adeptes du compromis, plus enclins à accepter quelques entorses aux standards pour sauver le procès. "Ce séjour à Bangkok avait pour objectif de déterminer les points sur lesquels se battre et les compromis possibles", commente cette source. La question de fond qui traverse ces débats est de savoir si un tribunal respectant les standards internationaux peut s'accommoder de concessions aux intérêts du politique. Car si le gouvernement cambodgien veut d'un procès, il ne veut pas d'un procès qui lui échappe et se retourne un jour contre lui, rappelle Hisham Mousar, coordinateur des affaires relatives au procès des Khmers rouges à l'Association cambodgienne pour la défense des droits de l'homme et le développement (l'ADHOC) : l'adoption du règlement intérieur dépendra donc de la capacité des magistrats étrangers à s'accommoder de cette volonté de contrôle, voire à la contourner, cette seconde hypothèse supposant que Phnom Penh consente finalement à lâcher du lest, ce que les observateurs jugent peu probable.

Un des principaux points de blocage concerne le rôle de la Chambre préliminaire chargée de trancher les différends entre les deux coprocureurs (un Cambodgien et un étranger). Si les deux hommes ne s'entendent pas, par exemple, sur un nom figurant dans la liste des inculpés, c'est à la Chambre préliminaire de trancher, à l'issue d'un vote à la "supermajorité" qui suppose qu'au moins un magistrat international vote avec les magistrats cambodgiens, ou inversement. Les possibilités de blocage sont donc nombreuses. Toute la question est de savoir si dans un tel cas les poursuites s'arrêteront automatiquement - position défendue par la partie cambodgienne - ou se poursuivront. Autrement dit : accorde-t-on à la Chambre préliminaire le pouvoir d'interrompre des poursuites, alors que ses audiences sont secrètes et non contradictoires ? Certains magistrats internationaux s'y refusaient jusqu'ici et voulaient limiter les pouvoirs de cette Chambre préliminaire, perçue comme une "planque" idéale pour étouffer certaines affaires. Une autre possibilité consisterait à rendre ses audiences publiques, ce qui porterait gravement atteinte au principe du secret de l'instruction. A ces discussions techniques pour le moins ardues s'ajoutent les complications occasionnées par les traditions juridiques différentes des magistrats internationaux. Les Anglo-Saxons, peu familiers du système d'inspiration française en vigueur dans le royaume et donc au sein des CETC, ont ainsi des difficultés à admettre que la phase préliminaire, qui n'est pas publique, puisse bloquer des poursuites. Leurs contradicteurs rappellent que le procès des Khmers rouges est censé servir de modèle à l'ensemble du système judiciaire cambodgien, et qu'il serait donc mal venu de dénaturer la tradition juridique dont il s'inspire.

Un autre point sensible concerne la nomination des avocats. Le barreau cambodgien réclame cette responsabilité au nom de la souveraineté du Cambodge, certains préférant voir cette charge confiée à la Section d'appui à la défense, jugée plus indépendante. Dernière question importante : le rôle de la partie civile. Si certains veulent voir les victimes, représentées par des organisations issues de la société civile, participer pleinement aux débats avec la possibilité d'appeler leurs propres témoins à la barre, la partie cambodgienne était jusqu'ici plutôt réticente à l'idée d'accorder trop de pouvoirs à la société civile, préférant voir les procureurs conserver le contrôle des débats.

Le 5 mars, le Comité d'action pour les droits de l'homme (CHRAC), Open Society Justice Initiative (OSJI), la Fédération internationale des droits de l'homme, Forum Asia et le Collectif pour les victimes des Khmers rouges ont appelé dans un communiqué "les fonctionnaires des CETC à mettre de côté leurs affiliations politiques et leur adhérence aveugle à leur système légal – qu'il soit cambodgien, civil ou issu du Common Law (système anglo-saxon) – afin d'adopter le règlement intérieur". Ces ONG estiment que le règlement intérieur doit satisfaire aux standards internationaux de façon "non négociable" et être adopté "au plus tard en avril 2007" si les CETC veulent avoir une chance de mener les procès au terme de leur mandat de trois ans. Le juge d'instruction français Marcel Lemonde a quant à lui répété hier qu'un nouvel échec remettrait sérieusement en cause l'avenir même du tribunal.
Soren Seelow
Cambodge Soir
Déconnecté(e) Vicheya
Administrator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

cambodiw.gif

Messages 8021
Inscrit(e) le 04/01/2006
Publié le 08/03/2007 @ 12:45
Re : Cambodge: ultimes réunions pour tenter de faire juger les Khmers rouges

Jugement des Khmers rouges au Cambodge
Le règlement intérieur bloque le tribunal

jeudi 8 mars 2007.

Des magistrats internationaux et cambodgiens ont entamé, hier, une série de réunions cruciales pour tenter de rendre enfin opérationnel le tribunal chargé de juger d’anciens responsables du régime ultramaoïste des Khmers rouges pour un génocide commis il y a 30 ans.

C’est la troisième fois, depuis novembre, que des juges se réunissent ainsi à Phnom Penh pour essayer d’adopter le projet de règlement intérieur des Chambres extraordinaires, sans lequel aucun procès ne peut avoir lieu. Si un accord se dégage au sein du comité restreint, une assemblée plénière des 29 magistrats (15 Cambodgiens et 14 étrangers) sera convoquée en avril et les procédures d’instruction pourraient être lancées en mai avec un objectif de première audience publique début 2008.

En revanche, si un nouvel échec est enregistré, ce serait probablement la mort du tribunal avec un éventuel retrait en bloc des magistrats internationaux, selon un juge d’instruction français. La tâche n’est pas facile, car il s’agit d’allier le système judiciaire défaillant du Cambodge aux normes internationales pour que se tienne un procès équitable qui n’a cessé d’être retardé. Après des années de tractations entre les Nations unies et le gouvernement cambodgien, le tribunal s’est mis péniblement en place il y a huit mois.

Parmi les désaccords entre Cambodgiens et étrangers figurent l’indépendance des juges et la place des avocats étrangers dans le processus, indiquent des membres du tribunal. Deux millions de personnes sont mortes entre 1975 et 1979 sous le régime des Khmers rouges qui a fait régner la terreur au Cambodge, vidant les villes au profit des campagnes, imposant le travail forcé et éliminant systématiquement tout opposant. Plusieurs membres du gouvernement cambodgien sont d’anciens commandants Khmers rouges et certaines ONG ont dénoncé des « pressions » et des « ingérences » qui contribuent à faire traîner le processus en longueur.

Hakim D. la Voix de L’Oranie


Edité le 08/03/2007 @ 11:56 par Vicheya
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7858
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 07/03/2007 @ 14:01
Re : Cambodge: ultimes réunions pour tenter de faire juger les Khmers rouges

De toutes les façons, et quel que soit l'angle sous lequel vous abordez ce dossier du Procès des KR. il existe :
- un point de vue "très Occidental"(*) pour pousser ce procès
- un point de vue "Non-Occidental" beaucoup plus attentiste
- un point de vue "purement Khmer des habitants du Srok : celui-là est à cent lieues du pdv occidental, permettant au gouvernement cambodgien de "naviguer à vue...sans trop de pression ou de fatigue"


(*) Et il me parait particulièrement "dommageable pour leur crédibilité "que parmi les nations occidentales les plus motivées pour le procès, certaines n'ont pas eu un comportement très clair au moment des évènements concernés...
Si toute Justice Internationale et les ratées occidentales sont supposées se résoudre par de simples apports d'argent... la farce ne fait que commencer!!!
Déconnecté(e) Swann
Le membre n'existe pas.



Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Publié le 07/03/2007 @ 12:17
Cambodge: ultimes réunions pour tenter de faire juger les Khmers rouges

070307082334.zjcuaph80_le-memorial-de-choeung-ek-killing-situe---une-quinb.jpg
Le Mémorial de Choeung Ek killing situé à une quinzaine de kilomères de Phnom Penh, le 17 avril 2005

Khem Sovennara (AFP/AFP/Archives - mercredi 7 mars 2007, 9h23)

Cambodge: ultimes réunions pour tenter de faire juger les Khmers rouges

Par Seth MEIXNER


PHNOM PENH (AFP) - Des magistrats internationaux et cambodgiens ont entamé mercredi une série de réunions cruciales pour tenter de rendre enfin opérationnel le tribunal chargé de juger d'anciens responsables du régime ultramaoïste des Khmers rouges pour un génocide commis il y a 30 ans.
C'est la troisième fois depuis novembre que des juges se réunissent ainsi à Phnom Penh pour essayer d'adopter le projet de règlement intérieur des Chambres extraordinaires, sans lequel aucun procès ne peut avoir lieu. De longs retards se sont déjà accumulés.

En janvier, "vous avez accompli des progrès substantiels sur un certain nombre de questions" et d'autres avancées ont été réalisées "ces dernières semaines" et "ces derniers jours" lors d'échanges informels, ont déclaré Sean Visoth et Michelle Lee, co-administrateurs du tribunal, à l'ouverture de la réunion d'un comité restreint de juges.

Malgré "la complexité" des sujets et "certaines" incertitudes, "nous entretenons un vif espoir que le travail sera achevé pendant cette réunion" prévue pour durer jusqu'au 16 mars, ont-ils ajouté.

Si un accord se dégage au sein du comité restreint, une assemblée plénière des 29 magistrats (15 Cambodgiens et 14 étrangers) sera convoquée en avril et les procédures d'instruction pourraient être lancées en mai avec un objectif de première audience publique début 2008, indiquent des membres du tribunal. En revanche, "si on avait un nouvel échec, ce serait probablement la mort du tribunal" avec un éventuel retrait en bloc des magistrats internationaux, a récemment déclaré le juge d'instruction français Marcel Lemonde.

La tâche n'est pas facile: il s'agit d'allier le système judiciaire défaillant du Cambodge aux normes internationales pour que se tienne un procès équitable qui n'a cessé d'être retardé.

Après des années de tractations entre les Nations unies et le gouvernement cambodgien, le tribunal s'est mis péniblement en place il y a huit mois mais, en l'absence de règlement intérieur, il n'est toujours pas opérationnel. Parmi les désaccords entre cambodgiens et étrangers figurent l'indépendance des juges et la place des avocats étrangers dans le processus, indiquent des membres du tribunal.

Quelque deux millions de personnes sont mortes entre 1975 et 1979 sous le régime des Khmers rouges qui, au nom d'une idéologie mêlant communisme et nationalisme, a fait régner la terreur au Cambodge, vidant les villes au profit des campagnes, imposant le travail forcé et éliminant systématiquement tout opposant. Les plaies de cette tragédie qui a décimé toute une génération ne sont toujours pas refermées et il a fallu près d'une décennie avant que l'ONU et le nouveau pouvoir à Phnom Penh s'accordent pour lancer le tribunal.

Plusieurs membres du gouvernement cambodgien sont d'anciens commandants Khmers rouges et certaines ONG ont dénoncé des "pressions" et des "ingérences" qui contribuent à faire traîner le processus en longueur, à l'instigation notamment de la Chine, ancienne alliée du régime ultramaoïste.

Le numéro un des Khmers rouges, Pol Pot, est mort en 1998 et, pour l'instant, seul un ancien cadre, Kang Kek Ieu, alias Douch, est détenu.

D'autres ex-hauts responsables, septuagénaires voire octogénaires, vivent librement au Cambodge et la mort du commandant militaire Ta Mok, surnommé "Le Boucher", en juillet 2006, alors que les magistrats du tribunal prêtaient serment, a ravivé les craintes d'autres décès avant que justice ne soit rendue.
Déconnecté(e) Vorasith
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_8.jpg

Messages 1973
Inscrit(e) le 25/04/2003
Lieu de résidence Suisse / France
Publié le 19/02/2007 @ 00:36
[RFI] Une ONG dénonce des pratiques de corruption au sein du tribunal Khmer Rouges

logo_RFI.gif

Au Cambodge, une ONG dénonce dans la presse des pratiques de corruption au sein du tribunal qui doit mener le procès des Khmers rouges. Dans le journal Cambodge Soir, l'ONG Open Society Justice Initiative a publié ce jeudi un communiqué qui dénonce des pratiques de corruption au sein des Chambres extraordinaires du tribunal. Elle demande qu'une enquête fasse toute la lumière sur des «allégations de corruption parmi les juges et les employés cambodgiens». L'ONG estime que ces informations, «si elles sont confirmées», remettraient sérieusement en cause la légitimité, la crédibilité et l'indépendance du tribunal.

Sans citer ses sources, l'ONG explique que les employés cambodgiens des Chambres reversent «un pourcentage significatif» de leurs salaires (entre 20 et 30 %) à des «responsables gouvernementaux» en échange de leur poste. Un audit indépendant initié par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) est en cours. Le porte-parole des Chambres extraordinaires assure de son côté que ces allégations sont sans fondement et ne sont étayées par «aucune preuve». Le journal précise que le co-procureur des Chambres, Robert Petit, et le co-juge d'instruction, Marcel Lemonde, se sont refusés à tout commentaire sur ces informations.
Ce sujet est long, cliquer ici pour le revoir.
Haut de page