Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) Sundgauvien38
Le membre n'existe pas.



Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Publié le 08/10/2009 @ 14:01
Re : L’Unesco apporte son soutien au Ballet royal

Là aussi, il est inscrit au patrimoine mondial immatériel de l'UNESCO depuis près d'un an :
logo_fr.gif


Renommé pour sa gestuelle gracieuse et ses somptueux costumes, le Ballet royal du Cambodge (également appelé danse classique khmère) est étroitement lié à la cour khmère depuis plus de mille ans. Ses représentations accompagnaient traditionnellement les cérémonies royales et des événements comme les couronnements, les mariages, les funérailles ou les fêtes khmères. Cette forme d’art, qui a échappé de justesse à l’anéantissement dans les années 1970, est vénérée par de nombreux Cambodgiens.

Investie d’un rôle sacré et symbolique, la danse incarne les valeurs traditionnelles de raffinement, de respect et de spiritualité. Son répertoire immortalise les légendes fondatrices du peuple khmer. C’est pourquoi les Cambodgiens la considèrent depuis toujours comme l’emblème de la culture khmère. Le répertoire classique comporte quatre types de personnages : Neang la femme, Neayrong l’homme, Yeak le géant et Sva le singe. Chacun possède des couleurs, des costumes, un maquillage et des masques qui lui sont propres. La gestuelle et les postures, dont la maîtrise exige des années de formation intensive, traduisent toute la gamme des émotions humaines, de la crainte et de la rage à l’amour et à la joie. Un orchestre accompagne la danse, tandis qu’un chœur de femmes commente l’intrigue et souligne les émotions mimées par les danseurs. Ces derniers étaient considérés comme les messagers des rois auprès des dieux et des ancêtres.

Le Ballet royal a pratiquement disparu sous le régime répressif des Khmers rouges qui ont exterminé presque tous les maîtres de danse et les musiciens. Immédiatement après la défaite de Pol Pot en 1979, des troupes de danse se sont reformées et ont repris les représentations de l’ancien répertoire. Si le ballet a quasiment retrouvé sa splendeur d’antan, il n’en reste pas moins confronté à de nombreuses difficultés telles le manque de fonds et de lieux de représentation, la concurrence des médias modernes et le risque d’être transformé en une simple attraction touristique.



Source (avec plus d'info, de photos, de vidéos ...) : http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?RL=00016
Déconnecté(e) swann
Le membre n'existe pas.



Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Publié le 27/07/2005 @ 11:40
Re : L’Unesco apporte son soutien au Ballet royal

Le directeur de l'UNESCO "satisfait"de sa visite



AKP Phnom Penh, 27 juillet 2005 --



Le directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, s'est dit hier "satisfait"de sa visite au Cambodge, lors d'une conférence de presse à Pochentong, en présence de plusieurs membres du gouvernement et de hauts responsables de l'UNESCO, a cité Cambodge Soir. Au cours de sa visite de deux jours, Koïchiro Matsuura s'est entretenu avec le roi, le Premier ministre et le vice-Premier ministre. Ces discussions ont essentiellement tourné autour de la préservation du patrimoine culturel cambodgien, de l'accès à l'éducation et de la prévention du sida.



Le patron de l'UNESCO a conclu deux accords avec le gouvernement sur la sauvegarde du Ballet royal (80 000 dollars sur deux ans) et la restauration du temple du Bayon (2,4 millions de dollars sur cinq ans). Ces deux projets sont financés par le Japon. Hier, à l'issue des cérémonies de signatures, Sok An, vice Premier ministre et président de l'Autorité Apsara, s'est félicité de ce soutien "précieux", ajoutant que le gouvernement allait "préparer des ingénieurs, archéologues et architectes pour prendre un jour le relais".



L'inscription de Preah Vihear au patrimoine mondial de l'humanité a également été évoqué. Ce ne sera sans doute pas avant 2007. "Il faut finaliser le concept et le mode de gestion du dossier", a précisé Koïchiro Matsuura. Interrogé sur les pillages qui affectent encore certains temples, Koïchiro Matsuura a répondu que l'UNESCO "offre son assistance au gouvernement pour renforcer ses moyens de sauvegarde locaux", rappelant que le Cambodge était signataire de la convention sur le trafic illicite d'œuvres d'art.--AKP
Déconnecté(e) swann
Le membre n'existe pas.



Messages
Inscrit(e) le 01/01/1970
Publié le 26/07/2005 @ 10:28
L’Unesco apporte son soutien au Ballet royal




AKP Phnom Penh, 16 juillet 2005 --



A l'occasion d'une visite de deux jours au Cambodge qui s'achève aujourd'hui, le directeur de I'Unesco Koïchiro Matsuura, confie au gouvernement une somme de 80 000 dollars pour aider à la sauvegarde du Ballet royal, inscrit à la liste du Patrimoine mondial intangible, plus une enveloppe de 2,4 millions de dollars destinée à financer la troisième tranche des travaux de conservation du temple du Bayon, a rapporté Cambodge Soir. Le patron de I'Unesco doit être reçu aujourd'hui en audience par le roi Sihamoni et par le Premier ministre, pour discuter notamment de l'avenir des institutions culturelles cambodgiennes, comme le Ballet royal et l'Université royale des Beaux-arts.



Hang Soth, directeur du département technique à la Culture, rappelle que 70 000 dollars ont déjà été débloqués par l'agence onusienne pour la promotion de la danse classique et l'achat de nouveaux costumes. Une somme qui avait en outre servi à construire un bâtiment à l'Université royale des Beaux-arts destiné à la formation des jeunes apsaras.



Le nouveau budget débloqué par l'Unesco devrait être employé à un travail de documentation et de recherche sur le Ballet royal ainsi qu'à former de nouvelles étoiles.--AKP
Haut de page