Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7817
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 14/12/2017 @ 06:31
[lemonde.fr] L’UE suspend son aide pour l’organisation des élections législatives au Cambodge

Nos spécialistes UE de l'ASIE du Sud-Est- une fois réveillés- sont vraiment "en pointe "...
en se contentant de suivre prudemment la position du "prophète US TRUMP"

- sur ce lien du monde.fr :
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/201...tions-legislatives-au-cambodge_5228527_3216.html

- cet article :
L’UE suspend son aide pour l’organisation des élections législatives au Cambodge1

Après la dissolution du principal parti d’opposition, l’Union européenne a considéré que le processus électoral de juillet 2018 « ne peut être considéré comme légitime ».
e Monde.fr avec AFP | 12.12.2017 à 13h46

Emboîtant le pas des Etats-Unis, l’Union européenne a annoncé, mardi 12 décembre, la suspension de son assistance à l’organisation des législatives de 2018 au Cambodge, une décision rare, après la dissolution du principal parti d’opposition.
« La Commission européenne a décidé de suspendre son assistance à la commission électorale », a annoncé la représentation diplomatique européenne à Phnom Penh.
« Un processus électoral dont le principal parti d’opposition a été arbitrairement exclu ne peut être considéré comme légitime », a dénoncé la représentation européenne.
Le principal parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), a été dissous en novembre, point d’orgue d’une longue série d’attaques orchestrées par l’homme fort du pays, Hun Sen, contre son seul adversaire crédible dans les urnes.
Le CNRP avait fait un score remarqué, de plus de 40 %, aux législatives précédentes, en 2013, une percée confirmée lors des municipales de juin 2017.
Au début de septembre, le chef du CNRP, Kem Sokha, avait été emprisonné et inculpé pour « trahison et espionnage » en faveur de Washington, des accusations passibles de trente ans de prison.
Et le fondateur du parti, Sam Rainsy, est en exil en France pour échapper à des poursuites.
Washington tente aussi de faire pression de son côté : à la mi-novembre, les Etats-Unis avaient déjà annoncé suspendre toute aide à l’organisation des élections, qui « ne ser[aie]nt pas légitimes ».
Washington a également décidé, en représailles, d’interdire l’entrée sur le territoire américain aux personnes qui « sapent la démocratie » au Cambodge.
Après l’annonce de non-assistance électorale de Washington, Hun Sen et la Commission électorale avaient assuré que les élections se tiendraient comme prévu, même sans aide ni observateurs internationaux.
Mardi, la Commission électorale a réservé le même accueil à l’annonce des Européens :
« Les équipements, budgets, aspects techniques et ressources humaines sont déjà prêts », a réagi Som Sorida, secrétaire général de la Commission, interrogé par l’Agence France-Presse.
Hun Sen n’a, quant à lui, pas commenté la décision européenne mardi, mais s’est félicité de la dissolution de l’opposition.
« Nous devons les garder à l’œil, car nous connaissons leurs plans pour une révolution de couleur au Cambodge », a-t-il insisté lors d’une réunion avec l’armée.
Il ne cesse de brandir la menace, à l’occasion de ces élections, d’une « révolution de couleur », comme en Libye ou en Egypte, soutenue par Washington.

Haut de page