Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) Vicheya
Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff


Messages 7966
Inscrit(e) le 04/01/2006
Publié le 14/06/2016 @ 11:40
La rage au Cambodge

Le virus de la rage étant présent au Cambodge, nous souhaitions en savoir plus sur les spécificités de cette maladie qui, rappelons-le, est mortelle dans 100% des cas chez les personnes où la maladie s’est déclarée. Pour comprendre cette maladie, il nous faut dans un premier temps s’intéresser au virus responsable lui-même, il s’agit d’un virus faisant partie de la famille des Rhabdoviridae. Il tire son nom du grec Rhabdos qui signifie « baguette » de part sa forme.


Il ressemble d’ailleurs beaucoup à une balle de revolver. Il s’agit d’un virus qui contient de l’ARN (Acide Ribonucléique) présent dans une enveloppe plutôt fragile contrairement à certains autres virus ne possédant seulement qu’une coque protéique appelée capside. Un virus de façon générale se réplique en utilisant les mécanismes de réplication d’une cellule hôte. Il ne peut pas se répliquer tout seul, il doit infecter un être vivant, pénétrer dans une cellule de celui-ci, et il va détourner « la machinerie » de la cellule à ses propres fins pour se répliquer en centaines d’autres virus fabriqués par la cellule infectée qui finira par éclater en libérant les virus nouvellement répliqués. Mais le virus de la rage, entraine paradoxalement que très peu de dégât sur la cellule infectée. Après sa réplication, les copies de virus sont libérées donc de façon exponentielle aux cellules avoisinantes. Et pour la rage c’est les dysfonctionnements créés par la forte multiplication du virus et non la mort de la cellule qui entraine la mort de l’individu.

Dans la famille des Rhabdoviridae, le virus de la rage appartient au genre Lyssavirus (en grec lussa signifie « la folie »). À ce jour les généticiens ont identifiés 7 génotypes (variantes) du genre Lyssavirus, avec une efficacité variable du vaccin selon le génotype concerné.

La maladie de la rage est ce que nous appelons une zoonose, c’est-à-dire une maladie présente chez les animaux, mais pouvant être transmise à l’homme. Alors quel animal peut avoir la rage ? Tous les animaux vertébrés à sang chaud peuvent être porteurs du virus de la rage. Le virus de la rage a besoin de trouver une porte d’entrée afin d’atteindre vos cellules. Le virus est présent dans la salive de l’animal infecté et va pénétrer dans votre organisme lors d’une morsure ou par simple léchage sur une plaie, griffure, ou mise en contact avec une muqueuse. La peau est votre meilleure barrière contre le virus rabique.

Quand le virus trouve une porte d’entrée, il va dans un premier temps se multiplier dans les cellules musculaires proches. Les copies du virus libérées vont dans un deuxième temps pénétrer dans un nerf afin de remonter vers la moelle de la colonne vertébrale en étant transporté dans l’axone par une protéine de transport appelée dynéine. En passant de neurone, en neurone, le virus va finir par atteindre le cerveau où il va continuer de se répliquer. Cette phase de propagation du virus de sa porte d’entrée jusqu’au cerveau est appelée diffusion centripète. Le virus va ensuite se propager à partir du cerveau (diffusion centrifuge) vers les glandes salivaires, vers les yeux, vers les follicules pileux, le pancréas et les reins.

La multiplication du virus dans le cerveau touche essentiellement le système limbique responsable des émotions et du comportement, et cela entraîne une forte agressivité chez la personne infectée et le sujet meurt d’une encéphalite.

Chez l’homme, l’incubation est en général lente et silencieuse puisqu’elle dure 6 semaines en moyenne. Cette durée peut être plus courte en cas de morsures au visage ou au niveau des mains qui contiennent énormément de terminaisons nerveuses et facilitent donc la migration du virus vers le cerveau. Les symptômes de l’encéphalite peuvent prendre plusieurs formes selon les individus contaminés :

Le plus souvent le malade va avoir des mouvements involontaires, parfois rapides au niveau des membres et des mouvements de contractions musculaires au niveau du visage. Le symptôme le plus marquant est la difficulté à déglutir. Le spasme hydrophobique déclenché lorsque le patient tente de boire est très caractéristique de la rage chez l’homme. La crise est tellement intense que la personne ne veux plus boire même si elle a soif. La simple vue d’un verre d’eau déclenche ce réflexe conditionné.

D’autres personnes vont connaître plutôt un changement important du comportement avec la présence de réactions très violentes, qui vont très rapidement aboutir au coma et à la mort. Enfin il existe une dernière forme beaucoup plus rare, qui entraine une paralysie des membres inférieurs, puis rapidement un arrêt cardiaque par atteinte du bulbe rachidien.

Gestes à avoir en cas de morsure :

La première chose à faire est de laver abondamment la plaie à l’eau savonneuse afin d’éliminer le virus présent avant qu’il ne pénètre dans l’organisme. Il faut ensuite appliquer de l’alcool à 70°, de la Bétadine ou encore de l’eau de javel diluée. La seconde chose à faire et d'aller immédiatement à l'institut Pasteur de Phnom Penh afin de recevoir le traitement approprié. Il est important par la même occasion de penser à la prévention du tétanos si le rappel n’est pas à jour. Le médecin prescrira aussi des antibiotiques de façon préventif afin d’éviter une éventuelle infection par un agent bactérien transmis par l’animal à l’origine de la blessure.

Au Cambodge, un chien errant sur deux est contaminé par la rage. Même si la vaccination n’est pas obligatoire dans ce pays, il est fortement conseillé de se vacciner préventivement afin de réduire l’importance du traitement après la morsure. Dans ce cas, il n’y aura plus que 2 injections à 3 jours d’intervalle en cas de morsure et évite le recours aux immunoglobulines.

Le lions club de Phnom Penh est très actif et organise une campagne de sensibilisation à la vaccination préventive contre la rage au Cambodge.

Le vaccin préventif est réalisé en deux injections à un mois d’intervalle, suivi d’un rappel au bout d’un an, puis ensuite vous aurez besoin d’un rappel tous les trois ans. Vous avez la possibilité de vous faire vacciner à l’Institut Pasteur de Phnom Penh.

La maladie est mortelle à 100%, mais il faut savoir qu’à titre expérimental, un protocole a été mis au point aux États Unis d’Amérique dans l’État du Milwaukee. Ce protocole consiste à plonger le patient dans un coma artificiel, de lui administrer des antiviraux, des anesthésiques, des sédatifs. Une jeune américaine de 15 ans a ainsi été sauvée en 2005 par le docteur Rodney Willoughby.

À ce jour 5 patients ont été sauvés par ce protocole qui reste un traitement expérimental et qui représente une goutte d’eau face aux 55.000 personnes qui meurent chaque année de la rage dans le monde.

Stéphane Hautefeuille (www.lepetitjournal.com/cambodge) vendredi 10 juin 2016. Mis à jour 14 juin 2016.

http://www.lepetitjournal.com/cambodge/pratique/sante/249682-rage-dossier-scientifique
Haut de page