Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 18/04/2016 @ 06:07
Re : Re : Pour le Nouvel An khmer .. un

kaunklau a écrit

L'article de père Ponchaud :

...« Je leur montre, je veux qu’ils comprennent que tout n’était pas négatif chez les Khmers rouges, même si je ne le dis pas trop fort »...

C'est jamais "TOUT NEGATIF" , un régime fou . Les KR ont tout repris les propriétés des khmers et Le régime qui vient après , n'a pas tout distribué AU PEUPLE SURVIVANT .
Après "A POT" , une personne reçoit 8 ares de terrain. Avec cette surface , les cultivateurs n'arrivent plus à cultiver le riz comme avant ou , il n'en a pas assez pour vivre.
Maintenant les khmers préfèrent aller s'entasser à P.Penh pour chercher du travail qui gagnent plus que " cultiver le riz ".
C'est surprenant , en campagne , il manque des M.d'oeuvres ( ma nièce fabrique des dérivés de navet , le fameux chhay peuv , n'a pas trouvé des ouvriers ).



Bonjour kaunklau et TLM

Pour maintenir une "population d'origine rurale" dans son milieu d'origine ... il faut que les pouvoirs politiques sachent "gérer et prévoir " ..;
c'est ce qui s'appelait il y a peu encore : "l'aménagement du territoire"
En France aussi, le problème se pose .

Pour le Cambodge, allons à l'essentiel :
- accès à l'électricité et à l'eau potable, aux chaines nécessaires à la conservation et à la commercialisation des produits de la terre
- Santé et Education ...
sinon tout le monde en ville .. et des terres agricoles à vendre aux Chinois ou aux Emirats ..

(en France , il semblerait que l'on vienne de vendre 1 700 hectares de terre agricole aux Chinois ... sans compter tous les vignobles déjà sinisés !!!!)

Je ne connais pas spécialement le "régime du "foncier" applicable en Chine .. mais il y a de fortes chances que- comme au Vietnam- toutes les terres appartiennent à l'ETAT !
Quel est l'homme politique français qui le sait et s'en soucie ?


.....Dans mon jeune temps, on disait dans les campagnes que "les règles du jeu étaient équitables quand les gamins jouaient dans leur propre cour de récréation "
(les petits avec les petits, les grands avec les grands)
Aujourd'hui, je dirais : "les mêmes règles du jeu entre gens honnêtes"





Edité le 18/04/2016 @ 07:41 par robin des bois
Déconnecté(e) kaunklau
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


Messages 3348
Inscrit(e) le 25/04/2011
Lieu de résidence thionville
Publié le 18/04/2016 @ 02:43
Re : Pour le Nouvel An khmer .. un " truc "très sympa avec John VINK .... et PONCHAUD

L'article de père Ponchaud :

...« Je leur montre, je veux qu’ils comprennent que tout n’était pas négatif chez les Khmers rouges, même si je ne le dis pas trop fort »...

C'est jamais "TOUT NEGATIF" , un régime fou . Les KR ont tout repris les propriétés des khmers et Le régime qui vient après , n'a pas tout distribué AU PEUPLE SURVIVANT .
Après "A POT" , une personne reçoit 8 ares de terrain. Avec cette surface , les cultivateurs n'arrivent plus à cultiver le riz comme avant ou , il n'en a pas assez pour vivre.
Maintenant les khmers préfèrent aller s'entasser à P.Penh pour chercher du travail qui gagnent plus que " cultiver le riz ".
C'est surprenant , en campagne , il manque des M.d'oeuvres ( ma nièce fabrique des dérivés de navet , le fameux chhay peuv , n'a pas trouvé des ouvriers ).



Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 17/04/2016 @ 07:30
Pour le Nouvel An khmer .. un " truc "très sympa avec John VINK .... et PONCHAUD

* sur ce premier lien du monde.fr:
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/portfolio/2...-pas-du-pere-francois-ponchaud_4902749_3216.html

- un diaporama photos

Au Cambodge, dans les pas du père François Ponchaud Portfolio
Voyage à Phnom Penh et dans la région d’O Réang Euv avec le missionnaire franco-cambodgien, qui fut le premier à alerter l’opinion occidentale sur l’ampleur des crimes des Khmers rouges.

SVP bien lire les "légendes photos" !

* et sur cet autre lien
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/201.../le-missionnaire-et-les-khmers_4902480_3216.html

- le titre et le début de l'article suivant (réservé aux abonnés)
Le missionnaire et les Khmers
LE MONDE • Mis à jour le 15.04.2016 à 09h45
Par François Bougon (O Réang Euv, Phnom Penh - envoyé spécial

ikoaff7.jpg
Le père François Ponchaud ouvre les volets de l'église d’inspiration bouddhique qu’il a bâtie à Chamlak, au Cambodge.
John Vink/ Magnum Photos pour Le Monde


C’est un moment déroutant auquel on assiste en pleine campagne cambodgienne, dans un paysage idyllique, au milieu des rizières sur fond de ciel rougeoyant.
Une dizaine d’adolescents khmers se sont placés sagement aux côtés du Père François Ponchaud, 77 ans, missionnaire franco-cambodgien.
En cette fin d’après-midi d’hiver, l’heure est à la promenade et à la contemplation, alors que les villages entrent dans la saison des mariages, celle qui marque la fin de la récolte et le début des fêtes.

Lui, le tout premier à avoir alerté l’opinion sur l’ampleur des crimes des Khmers rouges – d’abord dans Le Monde en février 1976, avec deux articles publiés coup sur coup neuf mois après l’arrivée au pouvoir du régime révolutionnaire, puis, un an plus tard, dans le livre Cambodge année zéro (Julliard, réédité en 1998 aux éditions Kailash) –, vante devant son jeune public les mérites d’un barrage construit sous leur férule sanguinaire, puis laissé à l’abandon après l’arrivée des troupes vietnamiennes en 1979.
Nous sommes au bord d’une piste de latérite, à une centaine de kilomètres à l’est de Phnom Penh.
« Je leur montre, je veux qu’ils comprennent que tout n’était pas négatif chez les Khmers rouges, même si je ne le dis pas trop fort », lance-t-il en repartant vers O Réang Euv, le gros bourg voisin, avec ses tongs, sa chemise à la pochette décousue et sa démarche énergique façon Monsieur Hulot.
Les filles et les garçons qu’il trimballe dans son vieux pick-up viennent de familles pauvres et sont accueillis dans un des deux centres qu’il a...

L’accès à la totalité de l’article est protégé



Edité le 17/04/2016 @ 08:38 par robin des bois
Haut de page