Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg

Messages 3771
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 15/09/2015 @ 13:32
Re : the last reel

D'y Saveth joue effectivement le rôle de la mère, une ancienne actrice.
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7800
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 15/09/2015 @ 13:13
Re : Re : the last reel

Seun nmott a écrit

f6exb a écrit

Ce matin, je me suis demandé ce que SnM voulait dire. J'ai demandé à gogole "La dernière bobine" et je suis tombé sur :
https://www.youtube.com/watch?v=kpqWEyUqTOs


:sourire:

Le titre à chercher c'est the last reel

:ideenoire:


- Madame DY Saveth- qui est à l'affiche du film- doit très probablement jouer le rôle de "la mère"

- sur cet extrait YouTube(1'46), dit "French version", le sous-titrage est en français
et la traduction directe du titre khmer en français (à 1 min 38) est bien "La dernière bobine"

https://www.youtube.com/watch?v=GoGB9bP_nak

Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif

Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
Publié le 15/09/2015 @ 12:58
Re : the last reel

f6exb a écrit

Ce matin, je me suis demandé ce que SnM voulait dire. J'ai demandé à gogole "La dernière bobine" et je suis tombé sur :
https://www.youtube.com/watch?v=kpqWEyUqTOs


:sourire:

Le titre à chercher c'est the last reel

:ideenoire:
Déconnecté(e) f6exb
Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_1077.gif

Messages 1059
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 15/09/2015 @ 12:21
Re : the last reel

Ce matin, je me suis demandé ce que SnM voulait dire. J'ai demandé à gogole "La dernière bobine" et je suis tombé sur :
https://www.youtube.com/watch?v=kpqWEyUqTOs
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg

Messages 3771
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 15/09/2015 @ 11:49
Re : the last reel

Sera t-il projeté prochainement dans les salles de cinéma en France ?
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7800
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 15/09/2015 @ 11:16
Re : 1939Re : the last reel

Seun nmott a écrit

robin des bois a écrit


https://www.youtube.com/watch?v=UqjFquDcHzQ

https://www.youtube.com/watch?v=1mAPhc9_LG0

SVP est ce que le titre khmer correspond au titre en anglais ?

je cherche en vain une "critique cinéma" an français, mais sans doute trop tôt



Je peux dire , oui.

Khmer dit fil sans "me"(film: bobine ou rouleau de film) comme d'habitude.


Merci Sn-n


Le titre et le contexte me font penser au documentaire de RITHY Panh " L'image manquante"

Trouvé :

- sur ce lien :
http://www.lepetitjournal.com/cambodge/819-cinem...598-kulikar-sotho-le-silence-rouge-des-revenants

- cet article de mai 2015, du petit journal, sur cette réalisatrice :



KULIKAR SOTHO – Le silence rouge des revenants


Suite à notre rencontre avec la réalisatrice Lida Chan, Le Petit Journal vous propose aujourd'hui de découvrir Kulikar Sotho dont le 1er film La dernière bobine signale les effets néfastes du silence intergénérationnel.


Il s’agit d’une femme au succès tapageur : 40 ans, mère de 2 enfants, hôtels, un tour opérateur, un magasin de mode, la société de production Hanuman ; investie, entre autres, dans la réalisation du film Tomb Raider...
Mais voilà, son 1er film, La dernière bobine, murmure un portrait plus trouble de Kulikar Sotho : la femme avenante cède place à la jeune fille vulnérable, le bruit furibond de la réussite recouvre le cri muet d’une enfance sous l’Angkar où la vérité, sa vérité, demeure cachée et tue.

Son film est l’histoire de ce dialogue qui n’a jamais eu lieu.
Dialogue entre une enfant qui ne comprend rien, sinon que le mal est absolu et qu’il ravage sa mère, et cette mère emmurée vivante dans le silence qui suit les profonds traumatismes.
C’est le combat d’une femme pour comprendre et rompre le silence rouge de ses aînés, cette génération qui préserve la jeunesse en ne disant mot sur son passé ; de cette protection enrobée de non-dits qui abîme plus qu’elle guérit.
Dans le film, nous parcourons l’époque glorieuse de l’avant-guerre ; puis directement, on nous donne à voir comment chacun traite avec les ravages du génocide.

A 14 ans, Kulikar reçoit de sa mère une petite photo d’identité.
C’est celle de son père, défunt quand elle a 3 ans.
Kulikar imprime la photo en taille A4, en tapisse les murs qui entourent son lit pour s’imprégner autant que faire se peut de ce père qu’elle n’a jamais connu :
« J’ai toujours voulu en savoir plus sur mon père, comment il est mort, comment ils se sont rencontrés avec ma mère, mais je ne lui demandais jamais, j’étais trop inquiète de sa réaction, de sa douleur. »
C’est cette même mère qui aujourd’hui offre tout son soutien à Kulikar pour son film qui plonge dans les tréfonds de l’intimité familiale.

Quand, pour un documentaire de la BBC sur Pol Pot, le frère n°1, Kulikar rencontre en 2004 les têtes dirigeantes de la dictature, sa mère lui dit :
« Tu es en train de faire jaillir des souvenirs que j’ai passé ma vie à essayer d’enterrer ».
Ce n’est pas un reproche, sinon la tristesse infiniment réprimée qui franchit soudain les barrages du silence.

Kulikar elle-même est bouleversée, à la rencontre de certains responsables du génocide qui nient en toute bonne conscience le mal qu’ils ont méthodiquement perpétré.
Comme le photographe de Tuol Sleng à qui l’on « doit » les portraits fantomatiques des prisonniers, dans le regard desquels se lit la terreur et l’espoir qui meurt à l’étouffée.
Ce photographe impitoyable, en affirmant qu’il « n’a jamais rien fait d’autre que son devoir » exacerbe le mutisme ambiant de la société, rend inenvisageable tout rétablissement.
Car enfin le film de Kulikar, s’il traite en partie de son histoire, témoigne d’un mal généralisé : l’absence de « thérapie collective » par la parole suite à la guerre, les troubles psychologiques et la folie qui surviennent en conséquence.

« Quand on regarde Phnom Penh aujourd’hui, personne ne peut se douter des atrocités qui ont eu lieu
».
Selon Kulikar Sotho, La dernière bobine a pour ambition de signaler cette anomalie, et aider les revenants du système de mort à se libérer de la souffrance qui croupit en eux afin qu’ils n’y sombrent pas, qu’ils cessent de la porter comme un enfant mort jamais enfanté.
« Ce que je veux dire, c’est qu’aujourd’hui, il n’y a pas de dialogue.
Je vois tous les dommages qu’engendre ce silence, le naufrage d’une société où les enfants ne comprennent pas leurs parents
. »
Il s’agit pour elle d’abolir cette protection misérable, ce bouclier de silence qui bloquent toute guérison, réconcilier parents et enfants en redonnant sa dignité à l’échange, à défaut d’une prise en charge individuelle par les psychologues absents au Cambodge.

La dernière bobine est comme le sursaut au réveil après un long cauchemar, un long endormissement : les souvenirs sont là, vifs et douloureux, mais la peine se dissipe à son évocation.
Bien sûr, se taire est peut-être la plus simple des solutions, mais elle n’aide pas à s’affranchir de ses souvenirs, cette terrible vie qui n’est pas la vie mais qui la hante.
Kulikar rend sensible la vaine ambition de se sauver soi-même quand on a survécu à l’enfer ; son film insinue que donner chair à la parole réconciliatrice et au dialogue est comme un baume versé sur tant de plaies.


Hélène de LA ROCHEFOUCAULD – www.lepetitjournal.com/cambodge – Mercredi 21 Mai


Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif

Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
Publié le 15/09/2015 @ 11:06
Re : the last reel

robin des bois a écrit


https://www.youtube.com/watch?v=UqjFquDcHzQ

https://www.youtube.com/watch?v=1mAPhc9_LG0

SVP est ce que le titre khmer correspond au titre en anglais ?

je cherche en vain une "critique cinéma" an français, mais sans doute trop tôt



Je peux dire , oui.

Khmer dit fil sans "me"(film: bobine ou rouleau de film) comme d'habitude.
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7800
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 15/09/2015 @ 10:21
Re : the last reel

https://www.youtube.com/watch?v=UqjFquDcHzQ

https://www.youtube.com/watch?v=1mAPhc9_LG0

SVP est ce que le titre khmer correspond au titre en anglais ?

je cherche en vain une "critique cinéma" an français, mais sans doute trop tôt



ps par re- édition : OK OK : KULIKAR SOTHO

trouvé cet interview

http://www.easternkicks.com/features/in-conversation-with-kulikar-sotho

in Conversation with Kulikar Sotho: “I have to believe and feel in my heart…”


Edité le 15/09/2015 @ 12:03 par robin des bois
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif

Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
Publié le 15/09/2015 @ 09:37
the last reel

WiqeHU1.png
http://www.hanumanfilms.com/blog/tag/the-last-reel/

La "dernière bobine" est dans tous les cinémas au Cambodge depuis Vendredi 4 Septembre 2015,
y compris Major Cineplex, Platinum Cineplexes et Legend Cinemas.
Haut de page