Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 12/06/2015 @ 09:40
Re : [RFI] Le nouveau documentaire de RITHY PANH :

A signaler SVP :

"La France est notre patrie" est non seulement visible, mais vous pouvez aussi l'enregistrer pendant une quinzaine de jours

- sur ce lien et ce logiciel gratuit :

http://captvty.fr/

- choisir FR3, puis l'émission classée par date et heure de diffusion
- voir ensuite les indications en bas de fenêtre ..


A noter qu'est aussi disponible, toujours sur FR3

- à la date de diffusion du Vendredi 12/06/2015 à 01h10

- le documentaire " Duch, le maître des forges de l'enfer"
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 11/06/2015 @ 19:04
Re : [RFI] Le nouveau documentaire de RITHY PANH -La France est notre patrie" : ce soir jeudi 11/06 à 23h55 sur FR 3

- sur ce lien du monde.fr.

http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/...-rithy-panh-sur-l-indochine_4651906_1655027.html

- cette critique télé :

Le regard de Rithy Panh sur l’Indochine
Le Monde.fr • Mis à jour le 11.06.2015 à 13h16 |
Par Isabelle Regnier


Le réalisateur exprime avec force sa vision de la colonisation à travers un documentaire composé d’images d’archives (jeudi 11 juin à 23 h 55 sur France 3)

Dans Un barrage contre le Pacifique (2008), Rithy Panh plongeait dans l’histoire de l’Indochine en s’inspirant d’un récit autobiographique de Marguerite Duras, dans lequel une mère de famille perdait la raison en constatant, année après année, que la plantation où elle avait placé toutes ses économies était foncièrement incultivable. Allégorie de la stérilité et de la folie de l’entreprise colonisatrice, cette fiction, aussi amère soit-elle, reprenait le point de vue des colons.


La France est notre patrie peut être envisagé comme son contrechamp.
Ce documentaire a beau avoir été réalisé à partir d’images d’archives filmées par des Occidentaux – les seules qui aient été tournées à l’époque –, Rithy Panh les a organisées à sa « façon indigène » comme il le pose lui-même, en opposant son point de vue à celui des filmeurs, pour écrire son histoire de la colonisation.

Mélancolique et mordant

Montage sans paroles, au son d’une partition subtile – mélange de phrases musicales syncopées, semblant ressorties du fond d’une mémoire abîmée, et de bruits d’animaux, de machine à vapeur, de mer… –, le résultat est magnifique.
Il est à la fois un hommage de l’auteur à ce pays qui l’a vu naître, à sa faune majestueuse, à sa flore surréaliste, à sa culture, à ses arts, et une relecture subtile, mélancolique et mordante, de cette période d’occupation, où se reflètent aussi bien les vertus du mode de vie des colons que la violence qu’il y avait à vouloir l’imposer de force, l’élégance de ces envahisseurs bien habillés que l’obscénité du système d’exploitation qui leur offrait luxe, calme et volupté.
Ce n’est pas l’enfer – l’enfer au Cambodge a un nom, celui de Pol Pot et du génocide, auxquels Rithy Panh a consacré ses plus grands films, S21, la machine de mort khmère rouge (2002), Duch, le maître des forges de l’enfer (2011), L’Image manquante (2013).
Mais on est loin du paradis.

Le film s’ouvre sur les images d’une maison coloniale en ruine, envahie par les racines de Tetrameles nudiflora (arbres tentaculaires).
Il bascule alors dans le passé, réveillant les fantômes des lieux pour ouvrir ensuite le grand bal de la période coloniale.
Des images de vie privée, de vie politique, de vie économique, de vie religieuse s’imbriquent, se font écho, glissant organiquement de l’exploitation des richesses naturelles à l’exhumation des ruines d’Angkor, de l’industrialisation à la médecine moderne, de la construction de voies ferrées à l’instruction de la jeunesse… pour finir dans le bain de sang qui a définitivement scellé, à Dien Bien Phu, la fin de cette union contre nature entre la France et le Cambodge.

Liberté d’approche
Accélérant des images, en ralentissant d’autres, jouant avec des intertitres qui traduisent, non sans malice, l’idéologie raciste et paternaliste de la mère patrie, l’auteur sculpte son fonds d’archives à sa guise, s’attardant sur les gestes, les visages, les regards des travailleurs cambodgiens, les confrontant à ceux de leurs maîtres… Sporadiquement, des éléments hétérogènes s’invitent dans le tourbillon, qui le rattache à la marche du monde – scène de danses africaines qui inscrivent le film dans l’histoire de la colonisation française, scènes de la première guerre mondiale qui annoncent la violence de la guerre d’Indochine…

Cette liberté d’approche, qui est la force du film, témoigne une fois encore de cette capacité qu’a Rithy Panh à toujours trouver une forme juste pour exprimer, avec une puissance d’évocation incomparable, l’essence même des phénomènes historiques.

La France est notre patrie, de Rithy Panh (Fr., 2015, 75 min).
Jeudi 11 juin à 23 h 55 sur France 3.




image: http://s1.lemde.fr/image/2014/09/12/24x24/110051...501-6076122_872702f8876fb9cdb5b26321069ec5de.jpg
Isabelle Regnier
Journaliste culture, critique de cinéma


Edité le 11/06/2015 @ 20:06 par robin des bois
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 30/01/2015 @ 06:14
Re : Re : [RFI] Le nouveau documentaire de RITHY PANH :

Aekreach a écrit

A voir. Merci Robin


Bonjour Aekreach

Celui-là , je ne vais certainement pas le rater .

Deux observations :

- la première : instinctivement je pense au documentaire de Jacques PERRIN

"L'Empire du milieu du SUD"
http://www.tamasadiffusion.com/Images/DP/empiremilieu-dp.pdf

avec des images d'archives passionnantes
et un texte littéraire souvent superbe

Mais aussi les réserves suivantes qui n'engagent que moi :
°le réalisateur Français ne cache pas trop sa "Nostalgie " d'ex- soldat Français de l'Indochine de Papa
° plus tourné vers l'Histoire du Vietnam
° et de la "Légende de la Marche vers le Sud" des rois HUNG et de l'ethnie KINH(ou Viets)

- la seconde : il est dit dans "la fiche du film" figurant sur ce lien
http://www.imagesfrancophones.org/ficheFilm.php?no=16669

que RITHY PANH a été très influencé par la lecture de bouquin de Léon WERTH (sorti en 1926) COCHINCHINE
J'ai ce bouquin que du coup je suis entrain de relire à toute vitesse :
WOERTH parle beaucoup de Saigon et de la Basse Cochinchine, plus que du royaume du Cambodge même ; il porte un regard très dur sur les "Colons français
(pas étonnant pour rdb : les Grands Colons de la Basse Cochinchine sont- avec ceux de l'Algérie- parmi les pires qui ont pu exister (CF le milieu de la Grande Finance et des LATIFUNDI) .

je ne sais ce qu'en fera RITHY PANH au plan des images, du scénario et du montage
Il aura une approche très différente de PERRIN, puisqu'il est Khmer d'origine


Mais que voilà 2 documentaires intéressants à rapprocher !!



Edité le 30/01/2015 @ 06:25 par robin des bois
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg

Messages 3771
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 29/01/2015 @ 22:06
Re : [RFI] Le nouveau documentaire de RITHY PANH : " La France est notre Patrie"

A voir. Merci Robin
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 29/01/2015 @ 12:29
[RFI] Le nouveau documentaire de RITHY PANH : " La France est notre Patrie"

- sur ce lien de RFI :

- cet interview de RITHY PANH au sujet de son nouveau documentaire

Publié le 23-01-2015 • Modifié le 24-01-2015 à 00:20

Rithy Panh: «La France est une de mes deux patries»

Par Siegfried Forster

Le réalisateur franco-cambodgien Rithy Panh, devenu célèbre avec « S21, La Machine khmère rouge », a présenté au Festival international de programmes audiovisuels (Fipa) à Biarritz son nouveau film :
"La France est notre Patrie".
Un documentaire monté exclusivement à partir d’images d’archives de l’époque de l’Indochine française.
Tournées jadis pour témoigner de la mission civilisatrice de la France et d’une patrie qui « aime tous ses enfants de la même façon », les images reflètent aujourd’hui l’arrogance des colonialistes qui se croyaient supérieurs.
Avec son film, Rithy Panh, né en 1964 à Phnom Penh, a détourné l’objectif de la caméra des colonialistes et transformé les images en un outil puissant pour dire qu’«il n’y a pas d’histoire universelle ».

Entretien avec le réalisateur sur ce rendez-vous manqué entre ces deux cultures dont il est héritier aujourd’hui.


RFI : Après la projection de La France est notre patrie au Fipa, il y a beaucoup de jeunes qui vous ont interrogé sur votre film.


Rithy Panh : Leur réaction était plutôt très positive.
Ce n’était pas évident de proposer un film sur un sujet comme la colonisation.
C’est un film assez particulier où il n’y a pas de commentaire.
J’ai voulu faire un montage et après laisser les gens regarder les images.
C’est important de regarder pleinement ces images historiques pour en faire après son propre commentaire.
Et les jeunes s’intéressent à cette histoire-là.
C’est étonnant. Mais peu importe l’âge ou l’origine des spectateurs – ici il y avait des jeunes métisses de la deuxième génération, des jeunes de l’immigration chinoise, algérienne… dans la salle – chacun s’empare de cette histoire de l’époque coloniale.

Qu’est-ce qui a le plus intrigué les jeunes ?

Il y a pas mal de non-dits et finalement, il n’y a pas beaucoup de films sur cette histoire.
A un certain moment vous vous posez des questions.
Vous sentez que vous avez une double culture.
Qu’est-ce qui fait que vous êtes là aujourd’hui ?
Et c’est important de répondre à ces questions pour éviter tout malentendu.
Parce qu’il y a pas mal de malentendus qui engendrent des rancœurs et des malaises et qui peuvent être dangereux après.

« La patrie », une expression longtemps plutôt enfouillée, a retrouvé un nouvel écho depuis les attaques contre Charlie Hebdo suivi du sursaut populaire qu’on connaît.
Est-ce que tout cela résonne aussi dans votre film ?

On a fini le film il y a trois mois...
Souvent on ne comprend plus l’histoire.
On ne comprend plus qui a fait quoi.
Pour cela il était bien de pouvoir préciser un peu.
Et l’histoire de la colonisation est compliquée et complexe et doit être vue de plusieurs côtés. En même temps, c’est notre histoire : la souffrance est commune, elle est collective.
Donc il faut y aller d’une manière franche et sincère pour voir des choses.

On voit la splendeur de Hanoï, de Saigon, on voit l’Indochine française dotée de cette mission civilisatrice.
La première fois où le mot « patrie » apparait dans le film, c’est à un moment ou l’on affiche un tableau avec la phrase presque cynique : « Sur les chantiers, à la briqueterie… le dévouement à la patrie ».


C’est le langage de l’époque.
Mais je pense que la patrie, c’est comme une maison collective, mais on a mal construit cette maison.
Est-ce que c’est possible autrement ?
Est-ce qu’il aurait pu avoir une colonisation heureuse ?
Je ne suis pas certain, parce que la logique n’était pas de construire une maison commune, mais la domination.
Et je crois que cette domination persiste encore aujourd’hui, pas sous la forme d’une colonisation, mais sous forme de la mondialisation.
C’est inquiétant que 1 pour cent des gens possèdent 50 pour cent de la richesse mondiale.
Est-ce qu’une image peut éclaircir la situation ?
Je ne pense pas, mais j’ai envie de proposer de réfléchir ensemble.

Vous montrez des images tournées par les colonisateurs, comment ils construisent des écoles, des théâtres, des routes, des chemins de fer, mais il y a aussi des images féroces, par exemple, quand les Blancs distribuent aux indigènes des cacahouètes comme on jette des miettes aux pigeons ou aux rats. Vous parlez d’ « images belles et empoisonnées ». Est-ce le boomerang de l’histoire coloniale ?

Oui, exactement. Ces images sont belles et empoisonnées.
Est-ce qu’on construit le théâtre vraiment aussi pour nous ? C’est ça le problème.
On a emmené le progrès et nous avons adoré la culture et les idées françaises.
On récitait Victor Hugo par cœur, mais après, ce n’est plus pareil.
On n’a plus les mêmes traitements, les mêmes partages…
Et quand cette réalité sociale est trop chargée de douleur, sur un espace de cinquante ou soixante ans, cela explose.
Il faut voir comment ces choses sont arrivées, pourtant les écoles, les théâtres, les routes, le progrès et la médicine étaient là, alors pourquoi cela explose ?

Les images d’archives que vous montrez sont entrecoupées par des tableaux avec des slogans ou des phrases colonialistes et souvent racistes signés par un certain Dr. Legendre.
Qui est ce monsieur ?

C’est un médecin colonial qui est parti au Cambodge et partout en Indochine.
La mission civilisatrice avait besoin de justifications scientifiques.
Donc le Dr. Legendre a fait son travail.
Alors il explique qu’il y a des races supérieures et des races inférieures.
Au départ, la mission civilisatrice, ce n’était pas si mal comme idée, mais dans les faits, cela ne s’est pas déroulé comme ça, cela s’est transformé en domination.

L’Indochine française existait entre 1887 et 1953/54.
Vos images datent de quelle époque et comment avez-vous réussi à les obtenir ?

Les images datent du début du 20e siècle jusqu’à la chute de Dien Bien Phu.
Elles viennent partout : du CPAD, du CMC, des Archives du film français, de la Cinémathèque française, de la Fondation du Musée Albert Kahn, de collections privées, cela vient de partout et je navigue dans ces images et essaie de dire des choses.
Je n’ai pas respecté des zones ou des dates.
J’ai juste cherché une affinité d’images : des images que je sens, qui me choquent et à partir de là, j’essaie de raconter une histoire que mes parents m’ont racontée ou que j’ai lue dans des livres.
J’essaie de me mettre à la place de descendants d’indigènes qui racontent une histoire de leurs grands-parents.
Moi-même, je n’ai jamais été colonisé, alors je n’ai pas de problème avec cela.
J’ai juste envie que des malentendus disparaissent.
Je n’ai plus envie d’entendre des choses comme : « Les hommes africains ne sont pas encore entrés dans l’histoire ».



C’est un film sans commentaire, mais pas sans musique.
Quel est le rôle de cette bande sonore qui donne au film parfois presque un style Jacques Tati ?


Cela donne un peu de distance.
Cela dit aussi que je suis là.
Cela donne la liberté d’interpréter soi-même ou de refuser de le faire.
Ce film n’est pas la vérité absolue de quelque chose.
C’est un film qui raconte une histoire et propose aussi que vous racontiez vous-même aussi une histoire.
C’est une manière d’être ensemble, que vous soyez Français, Marocain, Cambodgien, Malien, Vietnamien… on est ensemble, on a une histoire commune.

Vous avez beaucoup travaillé sur le génocide des Cambodgiens perpétré par les khmers rouges. Est-ce que vous considérez ce film quand même comme une suite de vos films précédents ?

Je ne suis pas un cinéaste du génocide. Je suis un cinéaste.
J’ai raconté l’histoire qui est arrivée à mon père, à mon arrière-grand père, mais je n’ai pas fait que des films sur le génocide.
J’ai beaucoup traité le sujet du génocide perpétré par les khmers rouges, parce que je l’avais vécu et ce travail sur la mémoire est important.
Il faut lutter contre la disparition.

Rescapé des camps de travail des khmers rouges, vous êtes arrivé en France en 1980.
Aujourd’hui, vous avez la double nationalité.
Est-ce que la France est devenue votre patrie ?

Oui. La France est vraiment une de mes deux patries.
On ne peut pas me l’enlever comme on ne peut pas m’enlever le Cambodge.
Moi, je n’ai pas choisi de vivre cette histoire-là.
Il y avait la guerre et après je me suis retrouvé en France, parce que la France avait des rapports avec mon père, etc.
Aujourd’hui, je me sens Français et Cambodgien et personne n’a le droit de m’enlever, ni l’un ni l’autre.
Et je suis tout à fait tranquille avec cette double appartenance.


La France est notre patrie, documentaire de Rithy Panh,
présenté en compétition au Festival international de programmes audiovisuels (Fipa) à Biarritz, jusqu’au 25 janvier.

*** par réédition : CF ce lien sur la fiche du film
http://www.imagesfrancophones.org/ficheFilm.php?no=16669




Edité le 29/01/2015 @ 16:31 par robin des bois
Haut de page