Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 23/12/2014 @ 09:21
Re : [Film] Télérama sur



Je redécouvre avec surprise que j'ai vu et croisé PHOEUNG Kompheak à Saint Nazaire en 2011 où il était invité, mais je ne me souviens pas avoir échangé avec lui .
( contrairement à Davy CHOU, Jean-Baptiste PHOU, et une jeune réalisatrice khmère que l'on voit dans une autre séquence )


CF ces videos des Journées MEET auxquelles j'avais assisté :

http://vimeo.com/33598376

et celle-ci sur une table ronde, où DEVILLE* parle notamment de l'Anarchiste
http://vimeo.com/33532835


* Patrick DEVILLE, auteur de Kampuchéa, Peste et Choléra,








Edité le 23/12/2014 @ 10:14 par robin des bois
Déconnecté(e) f6exb
Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_1077.gif

Messages 1059
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 21/12/2014 @ 19:12
Re : [Film] Télérama sur "Le temps des Aveux"

Où a été tournée la vue de la façade de l'ambassade de France vers la fin du film ?
Déconnecté(e) f6exb
Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_1077.gif

Messages 1059
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 18/12/2014 @ 21:51
Re : [Film] Télérama sur "Le temps des Aveux"

C'est la maffia des ventres à choux ?

Edité le 18/12/2014 @ 21:52 par f6exb
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 18/12/2014 @ 19:57
Re : Re : [Film] Télérama sur

Aekreach a écrit

Bien sûr !




Or donc Vive la Vendée, ma terre natale et la "Patrie de mes ancêtres "

Edité le 18/12/2014 @ 19:57 par robin des bois
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg

Messages 3771
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 18/12/2014 @ 12:59
Re : [Film] Télérama sur "Le temps des Aveux"

Bien sûr !
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 18/12/2014 @ 12:28
Re : Re : [Film] Télérama sur

Aekreach a écrit

Je suis allé le voir à l'UGC d'Atlantis hier soir. Je vous le recommande.



Merci Aekreach

je vais t'obéir, bien que les théories de BIZOT ...sur son "copain Duch" : c'est pas ma "tasse de thé" !!!

et t'es toujours aussi amoureux de la Vendée ?
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg

Messages 3771
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 18/12/2014 @ 11:34
Re : [Film] Télérama sur "Le temps des Aveux"

Je suis allé le voir à l'UGC d'Atlantis hier soir. Je vous le recommande.
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 17/12/2014 @ 06:37
[Film] Télérama sur "Le temps des Aveux"



- sur ce lien :
http://www.telerama.fr/cinema/films/le-temps-des-aveux,494495,critique.php

- la critique cinématographique de l'hebdo Télérama


LA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 17/12/2014

(On aime beaucoup )
On ne se remet jamais de devoir sa vie à un bourreau. D'avoir échappé à la mort par le bon plaisir d'un tueur de masse. Lorsqu'il est libéré, après quatre mois de captivité dans la jungle cambodgienne, François Bizot s'entend dire par son gardien : « Grâce à moi, ta fille aura un père qui la verra grandir. » Cette phrase, il ne l'oubliera jamais. Toute cette aventure, il la décrira, des années plus tard, dans deux livres : Le Portail et Le Silence du bourreau... En 1971, ­Bizot a 31 ans. Ethnologue, il étudie depuis des années la culture khmère, il s'est marié avec une Cambodgienne. Un jour qu'il revient d'un temple, il se fait arrêter, avec son collaborateur et un tout jeune dessinateur, par des révolutionnaires communistes. Il passe des jours et des jours, enchaîné, dans un camp que dirige un petit chef idéaliste, mais déjà fanatique, surnommé Duch. Celui-là même qui dirigera, plus tard, le plus grand centre de torture de Phnom Penh : le cinéaste Rithy Panh (coproducteur de ce film) retracera son ascension et sa chute dans S21, la machine de mort khmère rouge (2003) et Duch, le maître des forges de l'enfer (2011).

Régis Wargnier, lui, filme les prémices de la terreur. Un duel dans la jungle, silencieux, fascinant, indéchiffrable. A chaque instant, Duch pourrait liquider son petit Français, colonialiste et présumé espion. Il ne le fait pas. Est-ce parce qu'il le sait innocent ? Parce qu'il le découvre digne dans les épreuves qu'il lui fait subir ? Ou parce qu'il est le seul à la ronde à pouvoir l'entendre justifier sa mission révolutionnaire en récitant Alfred de Vigny : « Gémir, pleurer, prier est également lâche. Fais énergiquement ta longue et lourde tâche » ?... Bizot ne lui facilite rien : par l'entremise d'un paysan, il essaie de faire passer une lettre à sa femme. Il tente de s'enfuir. En dépit de tout, ­Duch défend son protégé. Contre ses subordonnés. Contre ses supérieurs, dont un certain Pol Pot... C'est cette bizarrerie qui intéresse Régis Wargnier. C'est ce mystère qu'il cerne. Sa mise en scène rend tout singulier : les liens, visibles et invisibles. Et les lieux, apparemment sereins, où le mal envahit les coeurs purs : cette petite fille dont les khmers ont tué le père, notamment, qui s'en va, une nuit, non pour secourir le Français, prisonnier comme elle, mais serrer jusqu'à lui faire mal, l'entrave de sa jambe...

Après la libération du héros, on assiste à l'évacuation de l'ambassade française de Phnom Penh. A l'arrachage, sur un pont, par les khmers rouges, de l'épouse de François Bizot, ramenée de force chez les siens : scènes spectaculaires dont Régis Wargnier est coutumier (Indochine), mais qu'il n'avait pas si bien réussies depuis longtemps.

L'essentiel, cependant, et jusqu'au bout, demeure l'affrontement entre Duch (Kompheak Phoeung, impeccable) et Bizot (Raphaël Personnaz, très loin des beaux mecs fades qu'on lui fait généralement jouer). Le rapport presque sado-maso qui unit, malgré eux, ces deux hommes. D'où cette scène incroyable, où Duch, incarcéré après la chute des khmers rouges, appelle son « ami français » comme témoin à décharge, lors de son procès à venir. Bizot refuse de témoigner pour Duch, mais accepte de le rencontrer une dernière fois. Régis Wargnier montre, alors, des mains qui se serrent à contrecoeur, des regards qui fuient et des questions sans réponse sur le mal aveugle et le pardon impossible. Entre ces deux survivants troubles, il filme l'inexpliqué. — Pierre Murat


Pierre Murat
Haut de page