Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 02/12/2014 @ 17:51
Re : [Nouveau film] Le temps des aveux de Régis WARGNIER

L'interprète de DUCH dans Le temps des aveux


* interview de Phoeung Kompheak (video de 6 min)
Comrade Duch played by his former translator

http://www.youtube.com/watch?v=8f3M3-QENcU

* un article dans lepetitjournalducambodge

PORTRAIT-Kompheak Phoeung, professeur cambodgien de littérature française



Kompheak Phoeung est professeur de littérature à l’Institut des Langues étrangères de Phnom Penh, là où il avait suivi ses premiers cours de français, il y a une dizaine d’années.
Après des études en France, il enseigne dans son pays natal et obtiendra bientôt son doctorat en lettres modernes.

Portrait d’un cambodgien amoureux de la langue de Molière
(Source Photo: LPJ-Cambodge)yCCbPgr.jpg

Un parcours atypique

Issu d’une famille de paysans, rien, à première vue, ne destinait Kompheak à une carrière dans la littérature française. Lorsqu’on lui demande ce qui a déclenché son intérêt pour la langue, il se souvient des chansons, mais surtout des films des années 60-70’s que lui montraient ses parents lorsqu’il était petit.
« C’est un héritage familial » dit- il, qui a fait naître son envie d’étudier le français. Kompheak débute ses premiers cours à l’âge de 15 ans, à hauteur de 5 heures par semaine.
Puis après avoir obtenu son baccalauréat en 96, il intègre l’Institut des Langues Etrangères de Phnom penh, où il obtiendra, quatre ans plus tard, une licence de français.
Son excellent niveau lui permet de bénéficier de bourses, d’abord dans son propre pays. Kompheak nous explique qu’au Cambodge, « une bourse permet seulement de couvrir les frais d’inscription » et, à l’époque, d’acheter trois pains grâce aux 1000 riels accordés par mois.
Mais c’est grâce à une bourse du gouvernement français, en coopération avec l’ambassade, qu’il s’envole pour la France pour continuer un master à l’université Stendhal de Grenoble.
Une époque difficile dont il se souvient bien : « En deux ans, je me suis fais deux véritables amis ».
Le système de la fac où personne ne connaît personne, la cité universitaire…
« Cela m’était égal, j’étais là pour étudier », raconte-t-il.

Un passionné de littérature française

Kompheak est allé pour la première fois en France en 1998, lors d’un séjour linguistique offert par ses parents.
Aujourd’hui, il travaille comme professeur au Département d’Etudes Francophones de Phnom Penh pour pouvoir, bientôt, terminer sa thèse à Paris.
Une ville où « la moindre photocopie coûte déjà cher » et un niveau de vie qu’il ne peut, pour l’instant, pas se permettre.
Son doctorat lui pose également d’autres problèmes, car « Il n’y a pas de docteur en littérature au Cambodge…».
Il est donc difficile, dans ces conditions, de trouver un maître de thèse.
Pas évident non plus d’étudier un auteur cambodgien, Kong Bun Chhoeurn, dont la moitié des romans ont été brûlés sous les khmères rouges.
« C’est un homme qui a traversé l’histoire cambodgienne », un sujet qui lui tient particulièrement à cœur, même si Kompheak a eu plus d’une fois l’envie de tout abandonner.
En parallèle, il enseigne la littérature française à ses étudiants à qui, il espère transmettre sa passion. « Je les fais travailler sur des textes de Maupassant, des adaptations cinématographiques d’ouvrages. Ils sont parfois découragés » explique-t-il.
Ses auteurs français préférés ? Henri Troyat, Michel Tournier…
Mais ce qui lui donne avant tout la force de continuer, c’est l’envie de peut-être, un jour écrire ses propres romans : « J’ai déjà été édité au Cambodge sous un pseudonyme, et j’ai une proposition en France… » même si il est conscient qu’il est difficile d’en faire son métier.

Johanna Pons (LepetitJournal, Cambodge) Mercredi 19 Novembre 2008

ps de rdb : perso, je le trouve sympa et "la tête plutôt très bien faite"


Edité le 02/12/2014 @ 18:03 par robin des bois
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 21/11/2014 @ 10:25
Re : [Nouveau film] Le temps des aveux de Régis WARGNIER

- sur ce lien du PhnompenhPost
http://www.phnompenhpost.com/lifestyle/gate-dire...E2%80%98-film-part-my-communist-trilogy%E2%80%99

- trouvé cet article aussi sur le film titré simplement en anglais "The Gate" :

"The Gate" director: ‘The film is part of my communist trilogy’
Thu, 20 November 2014

Will Jackson

C3HAGQq.png

French director Régis Wargnier described his new film, The Gate, as the concluding part of his “communist utopia trilogy,” ahead of the Cambodian premiere in Phnom Penh last night.

Wargnier said the trilogy began 22 years ago with his Academy Award-winning 1992 film Indochine, a love story set against the backdrop of colonial Vietnam from the 1930s to the 1950s.

The Gate, which screened at Aeon Mall’s Major Cineplex last night, is a semifictional dramatisation of the memoir of anthropologist François Bizot, who was captured by the Khmer Rouge in 1971.

Bizot developed a relationship with his interrogator Kaing Guek Eav, better known as Comrade Duch, who eventually released the Frenchman after being convinced he was not a spy.

“The films are very different,” he said. “Indochine was wide and a long feature, an epic movie, quite melodramatic, and this one is more tight, straight and more focusing on the relationship between two guys, a French man and Cambodian man.

“But there is also a common historical background which is the revolutionary utopia of communism.

“In Indochine we could see in the background the start of the revolution based on communist dogma. Then I directed a movie called East-West which was showing how to deal with life when communism is dictating life in the former USSR. And number three is utopia turned to tragedy, which is the Khmer Rouge.

“So I would say it’s a trilogy. And this one of course is number three. And I would say [that in each the focus is] closer and closer on the people. So it’s a very different feel, it’s a very special one, based on these two guys.”

A co-production between France’s Gaumont Film Company and Cambodia’s Bophana Production, the film was shot in Cambodia stars up-and-coming French actor Raphael Personnaz as Bizot and first-time French actor Phoeung Kompheak as Duch.

Last night’s premiere was attended by the Cambodian cast and crew as well as government officials and VIPs.

A jet-lagged Wargnier flew from France on Tuesday just to attend the film screening last night and planned to fly straight back today to attend another film festival.

“We really meant to be here,” he said. “It’s not a duty, it’s a pleasure. We realised the movie with them, all together, so it’s fair enough to be here to show the film to the people who worked on it, actors, technicians, co-producers. They were all really of great help.”

The Gate will screen again as part of the Cambodian International Film Festival which runs from December 5 to 10. See cambodia-iff.com for more details.




Edité le 21/11/2014 @ 10:28 par robin des bois
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 07/10/2014 @ 02:53
Re : Re : [Nouveau film] Le temps des aveux de Régis WARGNIER

Aekreach a écrit

Le temps des aveux est une adaptation au cinéma du livre "le portail" de François Bizot.


Salut Aekreach

La "bande-annonce" de ce nouveau film figure dans cet article du Figaro sur le lien suivant :

http://www.lefigaro.fr/cinema/2014/10/06/03002-2...60-raphael-personnaz-otage-des-khmers-rouges.php

ps de rdb : l'analyse des "relations" qui se sont établies :

- d'une part entre Douch et Bizot, décrites au travers du livre "Le Portail"

- d'autre part entre Douch et RITHY Panh, décrites au travers du documentaire "le maître des Forges de l'enfer"
http://www.ina.fr/video/CPD13000571

m'a toujours paru "pour le moins étrange".. et je n'adhère pas du tout du tout à cette "théorie du bourreau à visage humain"

(cf mes commentaires précédents et déjà assez anciens )

Mais j'irai certainement voir ce film pour me faire une petite idée, notamment sur l'autre aspect du livre de BIZOT, celui de "l'Ambassade de France" d'Avril 75.



Edité le 07/10/2014 @ 04:54 par robin des bois
Déconnecté(e) Aekreach
Modérateur Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

agic.jpg

Messages 3771
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 03/10/2014 @ 17:10
Re : [Nouveau film] Le temps des aveux de Régis WARGNIER

Le temps des aveux est une adaptation au cinéma du livre "le portail" de François Bizot.
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 27/09/2014 @ 04:55
[Nouveau film] Le temps des aveux de Régis WARGNIER

L'affiche du film
ZXsrQPl.jpg

sortie annoncée pour la fin d'année 2014

Edité le 27/09/2014 @ 05:56 par robin des bois
Haut de page