Vous n'êtes pas connecté [Connexion - Inscription]
Bas de page
Répondre
Qui peut poster ? Tous les membres peuvent lancer des Nouveaux Sujets, et tout membre peut répondre.
Pseudo
Mot de passe
Sujet
Icône

biggrin.gif

bigsmile.gif

cool.gif

cool2.gif

diablotin.gif

eureka.gif

lol.gif

mad.gif

no.gif

puzzled.gif

rolleyes.gif

sad.gif

saint.gif

shocked.gif

smile.gif

thumbdown.gif

thumbup.gif

tongue.gif

wink.gif
Mode d'édition
Normal Avancé
             
Message
HTML activé ? Non
Smileys activés ? Oui
BBCode activé ? Oui
Activer fonction [img] ? Oui
:up::chaipas::whaou::quoi::clindoeil::-P
:soleil::telephone2::sarcastic::colere1::ordi::nono:
:attention::dodo::rire1::angkorbeer::aboire::mauvais:
:bon::languetourne::sourire::xtrem::sygus::cache:
:conduit::miam::reflechi1::reflechi2::bide::ideenoire:
Plus de smileys
Options Désactiver les smileys ?
Utiliser une signature ?
Désactiver le BBCode ?
Recevoir une notification par Email lors de nouvelles réponses ?
Fichier joint

Revoir le sujet
Déconnecté(e) BAC
Sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre


Messages 3570
Inscrit(e) le 10/01/2005
Publié le 25/12/2014 @ 06:44
Re : Re :

Seun nmott a écrit

Dans "Fastes royaux à Angkor" du même auteur
.........
Le scandale d’Angkor
On apprend ainsi qu’une bonne partie des revenus générés par les visites à Angkor (trois millions de visiteurs chaque année et un prix d’entrée sur le site s’élevant à 40 dollars par personne) passent dans les caisses du parti au pouvoir, celui de l’ancien Khmer rouge Hun Sen, alors que la pauvreté et la misère continuent à régner tout autour d’Angkor et que ce sont les nations étrangères qui doivent financer la restauration ou la conservation des sites angkoriens. Imaginons que les fonds générés par les visiteurs du domaine royal de Versailles passent pour partie dans les caisses de l’UMP ou du PS pour enrichir leurs dirigeants et acheter les voix des électeurs, cependant que l'on mendierait l’aide des Américains afin d’entretenir le château, pour mesurer l’ampleur du scandale et de la corruption qui règnent au Cambodge......
.......



Son Chhay, député de l'opposition est vice pdt du comité de finance et de l'audite, demande à "Autorité Apsara, organisme gérant le site d'Angkor vat, de présenter les comptes ..

Il y a des anomalies .....

:bravo::bravo::bravo:


Affaire à suivre








Je savais! kékéké...On ne peut pas devenir riche en vendant des bananes fuites!


Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 23/12/2014 @ 11:40
Re : Re :

Seun nmott a écrit


Son Chhay, député de l'opposition est vice pdt du comité de finance et de l'audite, demande à "Autorité Apsara, organisme gérant le site d'Angkor vat, de présenter les comptes ..

Il y a des anomalies .....

:bravo::bravo::bravo:


Affaire à suivre




CF ce lien récent :
http://www.cambodge-post.com/cambodge-les-recett...-dangkor-sur-la-sellette-a-lassemblee-nationale/

- mais c'est une très vieille histoire, même sur K-Npar ex dès 2005!!!!

http://www.khmer-network.com/forum/viewthread.ph...t=sokimex%20et%20billetterie%20des%20temples%20d'angkor&page=1#pid7874

liée me semble-t-il à la concession faite à la Sokimex :
il y a quelques vieux articles là-dessus .. quand certains avaient encore le courage de l'ouvrir !!

(je dois pouvoir en retrouver quelques uns !!!)

http://www.phnompenhpost.com/national/sokimex-and-government-revisit-angkor-deal

http://www.phnompenhpost.com/national/angkor-corruption-alleged

etc


Edité le 23/12/2014 @ 11:43 par robin des bois
Déconnecté(e) f6exb
Moderator
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

ava_1077.gif

Messages 1059
Inscrit(e) le 11/04/2007
Publié le 23/12/2014 @ 11:33
Re : "FONDAMENTUS" à Angkor : un grand spectacle très attendu

Elle en prend plein la gueule :

https://www.youtube.com/watch?v=lDg7X-JBn5E

https://www.youtube.com/watch?v=AWxIpbTM_Wc

https://www.youtube.com/watch?v=sg6Sp-7lWi4

https://www.youtube.com/watch?v=HECus1yS0XQ

Edité le 23/12/2014 @ 11:37 par f6exb
Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif

Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
Publié le 23/12/2014 @ 11:08
Re :

Dans "Fastes royaux à Angkor" du même auteur
.........
Le scandale d’Angkor
On apprend ainsi qu’une bonne partie des revenus générés par les visites à Angkor (trois millions de visiteurs chaque année et un prix d’entrée sur le site s’élevant à 40 dollars par personne) passent dans les caisses du parti au pouvoir, celui de l’ancien Khmer rouge Hun Sen, alors que la pauvreté et la misère continuent à régner tout autour d’Angkor et que ce sont les nations étrangères qui doivent financer la restauration ou la conservation des sites angkoriens. Imaginons que les fonds générés par les visiteurs du domaine royal de Versailles passent pour partie dans les caisses de l’UMP ou du PS pour enrichir leurs dirigeants et acheter les voix des électeurs, cependant que l'on mendierait l’aide des Américains afin d’entretenir le château, pour mesurer l’ampleur du scandale et de la corruption qui règnent au Cambodge......
.......



Son Chhay, député de l'opposition est vice pdt du comité de finance et de l'audite, demande à "Autorité Apsara, organisme gérant le site d'Angkor vat, de présenter les comptes ..

Il y a des anomalies .....

:bravo::bravo::bravo:


Affaire à suivre

Déconnecté(e) Seun nmott
Modérateur Vénérable Sage
StaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaffStaff

djnsAFy.gif

Messages 10164
Inscrit(e) le 27/12/2005
Publié le 23/12/2014 @ 10:17
Re :

Super, :bravo::bravo::bravo:
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 23/12/2014 @ 07:55
[Le Nouvel OBS] Après les fastes du temple d'Angkor Vat, une vaste escroquerie ?



" Ah la vache" ... ou plutôt " Ah le buffle ou "le mufle"

- sur ce lien :

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20141217....u-temple-d-angkor-vat-une-vaste-escroquerie.html

- cet article


Après les fastes du temple d'Angkor Vat, une vaste escroquerie?

Par Raphaël de Gubernatis

Publié le 19-12-2014 à 20h31


Il y a un an exactement, afin de célébrer tout à la fois le dixième anniversaire du classement du Ballet royal du Cambodge au sein du Patrimoine immatériel de l’Humanité et les vingt ans d’existence du Comité international pour la sauvegarde et le développement du site historique d’Angkor, comité présidé par la France et le Japon, le temple d’Angkor Vat s’ouvrait à une brève série de spectacles pour la première fois donnés au cœur même du sanctuaire.

L’opération était placée sous l’égide de l’Unesco, des ambassades de France au Cambodge et en Birmanie, de l’Ecole française d’Extrême-Orient, et avait été confiée à une association française, Khloros Concert. Laquelle, pour se donner plus d’éclat, avait encore sollicité le patronage du Roi Norodom Sihamoni du côté du Cambodge comme celui du Prix Nobel de la Paix Aung San Sun Kyi, du côté birman. A Angkor même, où l’Unesco avait convié un grand nombre d’envoyés de pays prenant part à la sauvegarde du patrimoine khmer, on vit venir de Paris celle qui était alors à la tête du ministère de la Culture en France, Aurélie Filippetti,

Artistes français, cambodgiens et birmans

Avec l’appui financier de Khloros Concert, dont la mécène, Véronique de Grivel-Perrigny, semblait être en outre soutenue par un donateur dont on taisait le nom, la quasi totalité du financement de cette opération considérable devait être ainsi assumée par des fonds privés, cependant que les concerts-spectacles étaient pris en main par Odile Perceau, la fondatrice de Khloros Concert et la principale bénéficiaire de l’opération : elle faisait exécuter des pièces de sa compositions à côté de partitions de Bach et de Haendel. Les spectacles mobilisèrent le Quatuor français Des Equilibres, de nombreux musiciens de l’Orchestre symphonique de Birmanie qui s’étaient auparavant produits dans leur pays avec le même programme musical, tout comme des danseuses du Ballet royal du Cambodge pour lesquelles leur directrice, la princesse Bupha Devi, composa des chorégraphies conçues spécialement pour cet événement. En outre, comme point d’orgue à cette fête que l’on voulait royale, le roi du Cambodge lui-même composa un solo pour une danseuse soliste du Ballet dirigé par sa demi-sœur.

Un beau théâtre édifié pour trois soirs

Afin de permettre les spectacles et d’accueillir par trois fois un public d’invités au milieu des ruines, on édifia de toutes pièces, luxe inouï, un remarquable théâtre de bois lové dans une cour du temple, dispositif ingénieux et très esthétique conçu par Béatrix de la Tour d’Auvergne et construit sous la direction de l’architecte Mathieu Badie. On mobilisa pour ce faire de nombreux ouvriers et techniciens cambodgiens ou français, des éclairagistes chargés de mettre en oeuvre les lumières imaginées par Marie Nicolas. Et durant trois soirs, après des semaines de répétitions partagées entre la Birmanie et le Cambodge, artistes khmers, birmans et français se produiront dans ce cadre magique, fabuleux, au sein de la nuit d’encre qui s’abat sur Angkor, mais toute illuminée par l’éclat de flambeaux.

Durant tout le temps que prirent les répétitions et les représentations d’une part, comme lors de l’ambitieux aménagement du site d’autre part, artistes, techniciens, et plus tard invités seront tous logés à l’hôtel Sofitel de Siem Reap, vaste ensemble de bâtiments lovés au cœur de magnifiques jardins.

Les yeux pour pleurer

C’était en décembre 2013. Un an plus tard, il ne reste plus à la plupart des participants à cet événement que leurs yeux pour pleurer. A quelques rares exceptions près, aucun des artistes, des artisans, des techniciens embarqués dans cette énorme entreprise, aucun n’a été payé pour son travail ou remboursé pour les frais engagés. Les notes d’hôtellerie, dont les montants sont considérables, n’ont pas davantage été réglées, et l’ensemble des personnes lésées, plongées pour certaines dans une réelle détresse financière, ont dû de résoudre à porter plainte contre les initiateurs de ce projet, c’est à dire contre Khloros Concert.

Dans les premiers temps, pour justifier le non-paiement des cachets et autres salaires, la responsable de la production, Françoise Pommereul, ainsi qu’ Odile Perceau, avancèrent que les fonds destinés au paiement de tous avaient été bloqués à cause d’un transfert d’argent malheureux effectué en Birmanie, alors que ce pays était décrété sous embargo bancaire par les Etats-Unis. Puis de semaine en semaine, de mois en mois, on avança mille autres problèmes d’ordre politique. Avant que les organisatrices de Khloros Concert ne s’enferment dans le silence face à leurs créanciers.

Préjudices

Pour l’Ensemble Des Equilibres que dirige Agnès Pyka, le préjudice est estimé à quelque 50.000 euros. Et cet ensemble musical dont le siège est à Marseille se trouve aujourd’hui plongé dans une détresse financière telle qu’il risque de n’y pas survivre après dix ans d’existence.
Ne pouvant payer certaines charges sociales, faute de fonds, l’ensemble Des Equilibres s’est vu privé des subventions de l’Etat, même si la ville de Marseille et le conseil général des Bouches-du-Rhône ont renforcé les leurs par solidarité.

L’architecte Béatrix de la Tour d’Auvergne quant à elle, ayant abandonné toute autre activité afin de mener à bien le projet d’Angkor pour lequel elle n’a pas davantage été payée, était ensuite pressentie dans la foulée pour créer les décors d’un opéra que Khloros Concert devait monter en cette année 2014 pour le nouvel opéra de Pékin. Et cela dans le cadre du cinquantenaire de la reconnaissance par la France du régime communiste chinois. Un projet mirifique qui n’a jamais vu le jour.

Au Cambodge, ce sont de nombreuses petites entreprises, et avec elles les pauvres ouvriers qui y travaillent, qui ont été les victimes des manquements de Khloros Concert.

Quant aux musiciens de l’Orchestre symphonique de Birmanie, un orchestre en piètre état dont Odile Perceau disait qu’elle allait lui donner une nouvelle vigueur, ils ont été abandonnés à leur sort. Le Ballet royal du Cambodge, lui, n’a jamais été défrayé non plus, ni pour le travail des danseuses, ni pour les compositions chorégraphiques créées à l’occasion.

Des appuis étonnants et nombreux

Lâcheté insigne des pouvoirs publics : ce qui est fort grave et accablant , c’est que les institutions qui avaient patronné, sinon suscité ce projet de spectacles à Angkor, l’Unesco tout d’abord, mais aussi les ambassades de France au Cambodge et en Birmanie ou le ministère français de la Culture, c’est que ces institutions détournent aujourd’hui pudiquement la tête devant ce qui pourrait ressembler furieusement à une vaste escroquerie. Et qu’elles ne font rien pour soutenir dans leur combat les multiples personnes et organismes lésés. Cependant, à la suite de la dizaine de plaintes déposées contre X par ces dernières, la Brigade de la Répression de la Délinquance astucieuse mène désormais une enquête sur Khloros Concert et sur ses multiples activités.

Ce qui étonne tout un chacun, dans ces aventures qui ont eu pour cadre le Cambodge, la Birmanie, la Chine, la France même, ce sont les multiples lettres de recommandation que Khloros Concert a pu obtenir de personnalités comme Laurent Fabius, en tant que ministre des Affaires Etrangères, d’Aurélie Filippetti, alors ministre de la Culture, de Xavier Darcos, directeur de l’Institut français, ou celles d’ambassadeurs français en poste à l’étranger.
Tous semblent s’être laissés abusés par la personnalité séduisante d’Odile Perceau et par des projets certes tout aussi séduisants, mais dont personne n’a cherché réellement à savoir comment ils devaient être financés.
Valérie Trierweiler elle-même (Et à quel titre ? On se le demande) avait naguère écrit à l’épouse du tyran qui dirige la Chine populaire pour appuyer ces projets d’opéra de Khloros Concert à Pékin et Canton qui devaient se monter en 2014.

Quant à Odile Perceau, qui n'a pas répondu à nos appels téléphoniques répétés, elle aurait réussi à se faire recevoir plusieurs fois à l’Elysée par David Kessler, alors conseiller à la culture et à la communication auprès de la présidence de la République.
Ce qui en dit long sur la perspicacité des pouvoirs publics dans bien des domaines et particulièrement dans ceux relevant du monde de la culture.

Raphaël de Gubernatis
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 02/12/2013 @ 07:37
Re :

- sur ce lien :

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20131128....145/bach-haendel-et-danses-royales-a-angkor.html

- cet article :

Bach, Haendel et danses royales à Angkor


Mis à jour le 02-12-2013 à 05h32
Par Raphaël de Gubernatis

Tout a commencé en avril 2012 au cœur de la Cité interdite, à Pékin, où la compositrice Odile Perceau donnait un concert avec le Quatuor à cordes Des Equilibres dans un environnement lumineux spectaculaire.
Le directeur de l’Ecole française d’Extrême Orient, Franciscus Verellen, était présent, tout comme Anne Lemaistre, la représentante de l’Unesco au Cambodge. Et l’un et l’autre se sont dit qu’un tel concert trouverait sa place à Angkor où l’on devait célébrer, en ce début de décembre 2013, le 10ème anniversaire de l’entrée du Ballet royal du Cambodge au Patrimoine immatériel de l’Humanité, ainsi que le 20ème anniversaire de la création du Comité international pour la Sauvegarde du site historique d’Angkor.

Au cœur du temple d’Angkor Vat

"Quelques mois plus tard, se souvient Odile Perceau, je découvrais Angkor à la recherche d’un lieu idéal pour monter un concert accompagné de danses du Ballet royal. Cela s’est produit à plusieurs reprises devant le temple d’Angkor Vat, mais pour cet événement exceptionnel, c’est au centre même du temple que j’ai pu jeter mon dévolu, avec l’accord d’Apsara, l’autorité qui assure la protection du site et de Kérya Chau Sun, son responsable. Ce sera dans une cour éclairée par le soleil couchant et assez vaste pour accueillir une scène, un orchestre et des centaines de spectateurs. Le dispositif scénique a été conçu par Beatrix de la Tour d’Auvergne, alors que les lumières qui vont naître en douceur dans la splendeur du coucher de soleil et le relayer sont imaginées par Marie Nicolas. Entretemps, il nous avait été proposé de soutenir la renaissance de l’Orchestre symphonique national de Birmanie longtemps mis en sommeil durant la dictature des militaires. Cela tombait fort bien. J’avais besoin de cordes pour le concert d’Angkor. Et les deux choses se sont magnifiquement imbriquées, jusqu’à devenir un événement culturel de première importance qui voit le Cambodge et la Birmanie établir par cet événement des relations culturelles inédites".

Bach, Haendel et les danses royales khmères

Etrange, surprenant programme que celui de ce concert donné exclusivement par des instruments à cordes qui fera entendre au sein du temple le plus emblématique d’Angkor le "Concerto Grosso en ré mineur" de Georges Frédéric Haendel et l’Aria de la "Suite no 3" BWV 1068 de Jean-Sebastien Bach, ainsi que deux compositions d’Odile Perceau, "Garonne" et "Partitas romanes". Et qui verra le Quatuor Des Equilibres entouré de 27 violonistes birmans. Mieux encore, la directrice du Ballet royal du Cambodge, la princesse Bopha Devi, demi-sœur du souverain régnant, a composé des chorégraphies dans la pure tradition des danses de palais khmères, mais en accord avec les pages de Bach et de Haendel, confrontant ainsi pour la première fois ces emblèmes des cultures asiatiques et européennes. Une confrontation dont les puristes pourraient s’alarmer à juste titre, en y voyant un sacrilège ou une quelconque inféodation des traditions millénaires des Khmers à la culture européenne, mais qui ne se fera que le temps des concerts d’Angkor Vat, les 5 et 6 décembre 2013.

Renaissance de l’Orchestre symphonique de Birmanie

En Birmanie, l’Orchestre symphonique avait été contraint d’abandonner son répertoire occidental sous les effets de la violence nationaliste de la dictature. Attaché à la télévision nationale, il n’était plus voué qu’à des musiques de divertissement. "Cependant, les 70 musiciens qui composent cette formation symphonique n’ont jamais cessé de jouer des ouvrages de Mozart ou d’autres compositeurs dans le secret de leur salle de répétition, souligne Odile Perceau, par passion comme pour ne pas perdre la main. Depuis, le Japon leur a offert une série de nouveaux instruments de facture allemande et, sous l’égide de la coopération avec la France, nous nous sommes engagés à relancer l’orchestre, à lui rétablir un répertoire, à lui construire des saisons symphoniques, à le faire connaître dans son propre pays qui n’en avait plus conservé que le souvenir. Il existe en Birmanie toute une jeunesse raffinée, cultivée, généreuse, avide de connaissances. Et parmi elle nos musiciens qui ont cette soif extraordinaire d’une musique dont ils ont été sevrés".

Premiers échanges entre Cambodgiens et Birmans

Pour la première fois, les musiciens birmans vont quitter la Birmanie. Et cet événement prend pour eux une importance considérable. Une importance pour tout le pays. Juste avant de se rendre à Angkor où il retrouvera le Ballet royal du Cambodge, l’Orchestre, sous la baguette d’Odile Perceau, aura enfin redonné des concerts dans son propre pays, au Théâtre national de Yangon, puis au Palais royal de Mandalay, lesquels auront été diffusés par les chaînes de radio nationales. Enfin le spectacle d’Angkor sera retransmis en direct par les télévisions birmanes et cambodgiennes, inaugurant ainsi un renouveau dans les relations entre les deux nations .


A Phnom Penh, sur un écran géant, et en France sur FR2

A Phnom Penh, le spectacle sera diffusé en direct au public sur un écran géant campé au coeur de la capitale. Mais il sera aussi repris plus tard en France par France 2 qui a eu la généreuse idée de s’associer à cette magnifique entreprise voyant deux peuples voisins, mais jusque là sans contact, rétablir des relations culturelles.
Nous sommes au cœur de retrouvailles entre deux vieilles nations asiatiques que nous avons suscitées, sans pour autant les mener nous mêmes. Ce sont des échanges entre pays d’Asie qui ne passent pas par un intermédiaire occidental. Et c’est magnifique. On le réalise devant l’enthousiasme des Birmans, devant l’importance que les deux gouvernements attachent à ce grand dessein qui relève de l’irréel et qui aurait été impensable il y a peu".[/i]
A Angkor, toutes les places seront gratuites pour un public qu’on dit avoir voulu à 80 % cambodgien.(*) Et cette entreprise, assurément bouleversante pour ses protagonistes du Cambodge et de Birmanie, est presque entièrement portée par deux mécènes français, dont la fondatrice de Khloros Concert, qui se sont lancés à cœur perdu dans l’aventure, dont la fondatrice de Khloros Concert, Véronique de Grivel-Perrigny.

Raphael de Gubernatis - Le Nouvel Observateur

Concerts à Angkor les 5 et 6 décembre à 18h30. Retransmission sur France 2


(*) rdb : heuuuuuuuuuuuuu gratuit oui, mais à première vue uniquement sur invitation .. et pour qui SVP ???




Edité le 02/12/2013 @ 07:42 par robin des bois
Déconnecté(e) robin des bois
Grand sage
MembreMembreMembreMembreMembreMembreMembreMembre

ava_196.jpg

Messages 7801
Inscrit(e) le 23/03/2004
Lieu de résidence 44000 Nantes
Publié le 27/11/2013 @ 11:02
"FONDAMENTUS" à Angkor : un grand spectacle très attendu


- sur ce lien youtube:
http://www.youtube.com/watch?v=f_JtTaHtgcg

- une vidéo intitulée :

Cérémonie d'offrande aux esprits protecteurs des arts


cf ce pdf sur le spectacle attendu et ce site internet :

http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/F...conference_to_the_angkor_concert-fondamentus.pdf

http://www.khloros.org/fr/p/world-tour/asia-tour-2013/146

et le dossier de presse

http://www.fondamentus.org/dossier-de-presse/

même avec le Haut patronage de M.L'Ambassadeur de France à PP et de Mme Aung Suu Kyi , tout est en anglais !!!!


décidement tout fout le camp !




Edité le 27/11/2013 @ 11:13 par robin des bois
Haut de page